Zone verte

  • Irak : Le commandant des opérations dans la province d'Anbar de la coalition de milices chiites Hashed al-Chaabi arrêté par les forces de sécurité 

    Imprimer

    Mercredi 26 mai, une source de sécurité irakienne a annoncé l'arrestation par une force "spéciale" de Qassem Musleh (photo), commandant des opérations dans la province sunnite d'Anbar du Hashd al-Chaabi,  la coalition de milices chiites et pro-iraniennes. .

    Musleh a été arrêté dans la région de Dora à Bagdad par une force spéciale, qui serait affiliée au bureau du Premier ministre Mustafa Al-Kazemi".

    Musleh est suspecté d'avoir ordonné l'assassinat au début du mois du coordinateur de manifestations antipouvoir à Kerbala, a affirmé à l'AFP une source sécuritaire. Musleh avait donné l'ordre d'assassiner Ehab al-Ouazni, le 9 mai, et un autre militant, Fahim al-Taïe, en décembre 2019". Ouazni dénonçait depuis plusieurs années les groupes armés et la mainmise de l'Iran sur son pays. Il a été abattu devant son domicile à Kerbala, dans le sud du pays. Ce meurtre avait provoqué une onde de choc en Irak, même si le pays est habitué aux violences pré-électorales. Des législatives anticipées ont été annoncées pour octobre 2021. Depuis le début de la révolte populaire inédite d'octobre 2019, plus de 70 militants ont été victimes d'assassinats ou de tentatives d'assassinat, tandis que des dizaines d'autres ont été enlevés brièvement.

    Il est à noter que Qassem Musleh est l'un des principaux dirigeants du Hashd al-Chaabi, la coalition de milices chiites et pro-iraniennes. Il était proche du chef adjoint de l'organisation, Abu Mahdi Al-Muhandis, et du commandant de la force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, ces deux derniers ayant été tués par une frappe américaine.

    Tension entre les milices chiites pro-iraniennes et le premier ministre irakien al-Kazemi
    Il y aurait actuellement des tensions entre les milices chiites et pro-iraniennes regroupées au sein du Hashd al-Chaabi  et le Premier ministre, Mustafa Al-Kazemi.

    Des contacts se poursuivent depuis ce matin entre des leaders du Hashd al-Chaabi et des responsables politiques, appelant Al-Kazemi à libérer Qassem Musleh, le commandant des opérations de la province d'al-Anbar du Hashd al-Chaabi. Mais le Premier ministre refuse d'autoriser sa libération. "

    Al-Kazemi a dit aux médiateurs qui sont intervenus pour libérer Musleh, que l'affaire est liée à la justice irakienne, et non à lui."

    De son côté, une source au sein des Forces du Hashd al-Chaabi a annoncé que «les partisans de Qassem Musleh défileront à Karbala pour exiger sa libération».

    Dans le même contexte, les médias ont rapporté que les autorités sécuritaires avaient fermé la zone verte gouvernementale de Bagdad, en raison de cette tension.

    Le Hachd al-Chaabi a publié un communiqué menaçant, promettant que Qassem Musleh "sera libéré dans les heures à venir".

     

  • Irak : L'ambassade américaine à Bagdad visée par des tirs de roquettes

    Imprimer

    Au moins trois roquettes Katyusha ont visé lundi 22 février 2021  l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad, ont indiqué à l'AFP des sources de sécurité, la troisième attaque contre des intérêts occidentaux en Irak en une semaine.

    Une roquette est tombée dans la Zone verte, où se trouve l'ambassade, tandis que d'autres se sont écrasées dans les zones résidentielles situées autour de ce quartier ultra-sécurisé qui abrite également des institutions étatiques et autres représentations diplomatiques, ont-elles précisé.

  • Irak : Alerte sécuritaire à Bagdad

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé vendredi 1er janvier 2021que ses forces seraient déployées dans des zones identifiées comme «des rampes de lancement pour des attaques de missiles». Ls autorités ont décidé de renforcer la sécurité dans la zone verte en raison de craintes sécuritaires
     
    Le porte-parole du commandement des opérations conjointes, le général de division Tahsin Al-Khafaji,  a déclaré: "Le Commandement des opérations conjointes a travaillé au déploiement des forces et à l'augmentation de leur nombre dans les zones qui ont été diagnostiquées et utilisées pour lancer des missiles. Les efforts de renseignement et de surveillance aérienne ont été intensifiés, les patrouilles de contrôle ont été intensifiées et des équipements et dispositifs modernes ont été mis en place."
     
    L'alerte coïncide avec le premier anniversaire du meurtre du commandant de la Force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, et du chef adjoint des forces de mobilisation populaire, Abu Mahdi Al-Muhandis, le 3 janvier 2020, lors d'un raid américain près de l'aéroport international de Bagdad.
     
    Al-Khafaji a déclaré: "Le Commandement des opérations conjointes dispose d'informations indiquant que les terroristes tentent de commettre un acte criminel."
     
    Il a souligné que «le commandement des opérations conjointes a le droit de modifier ses plans et de mobiliser les forces de sécurité», notant que ce déploiement «fait partie d'un plan de sécurité pour faire face aux défis à venir».
     
    Une source sécuritaire à Bagdad a précisé que la mise en alerte des forces de sécurité à Bagdad «avaient pour but de dissuader toute tentative de lancer des attaques de missiles contre l'ambassade américaine dans la zone verte en conjonction avec le premier anniversaire du meurtre de Soleimani et de Muhandis».
     
    Le 20 décembre, des inconnus ont tiré 8 missiles sur la zone verte, dont la plupart sont tombés sur des bâtiments résidentiels, tandis qu'une des roquettes est tombée près d'un poste de contrôle de sécurité, blessant une personne, selon le communiqué du ministère irakien de la Défense.
     
    Le président américain Donald Trump a accusé l'Iran d'être derrière l'attaque, tandis que les autorités irakiennes ont déclaré qu'elles avaient arrêté un "hors-la-loi", qui s'est avéré plus tard être un membre de la faction armée "Asaib Ahl al-Haq" affiliée aux Forces de mobilisation populaire  (Hashed al-Chaabi), proche de l'Iran.  La personne arrêtée est soupçonnée d'être impliquée dans l'attaque au missile. .
     
    Et le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kazimi s'est engagé la semaine dernière à une "confrontation" si nécessaire, après le déploiement d'éléments armés de "Asaib Ahl al-Haq" dans différentes zones de Bagdad, pour protester contre l'arrestation d'un de ses dirigeants.

  • Irak : Attaque à la roquette visant l'ambassade américaine à Bagdad

    Imprimer
    Au moins trois roquettes Katyusha ont atterri dans la zone verte fortement fortifiée de Bagdad dans ce qui semble être une attaque contre l'ambassade américaine. L'ambassade U.S. a confirmé l'attaque, ajoutant que des dégâts mineurs avaient été occasionnés au bâtiment.  Le site de lancement des roquettes, qui a été découvert par les forcees de sécurité, semble très basique et de faible technicité. 

    EpuD4YpWMAUtDAQ.jpeg

    Des sirènes ont retenti depuis l'enceinte de l'ambassade à l'intérieur de la zone, qui comprend des bâtiments gouvernementaux et des missions étrangères.
     
    Un responsable de la sécurité dont le bureau est situé à l'intérieur de la zone verte a déclaré que le système anti-missile américain C-Ram, construit pour défendre l'ambassade des États-Unis, a pu abattre l'un des missiles.

    Vidéo des tirs de C-Ram
     
    L'armée irakienne a déclaré qu'un groupe "hors-la-loi" était à l'origine du tir des roquettes.
     
    L'armée a ajouté dans un communiqué que les missiles ont touché un complexe résidentiel à l'intérieur de la zone verte, causant des dommages aux bâtiments et aux voitures, mais n'ont fait aucune victime.
     
    Cette attaque intervient quelques heures après qu'un engin explosif a explosé, dimanche, dans une colonne de camions transportant du matériel logistique pour les forces de la coalition internationale dans le sud de l'Irak, blessant une personne et endommageant deux camions.
     
    Aucune partie n'a immédiatement revendiqué la responsabilité de l'incident et il n'a pas été possible d'obtenir des commentaires immédiats des autorités irakiennes et de l'ambassade américaine à ce sujet. Mais le timing de l'attaque à la roquette sur l'ambassade américaine en Irak est particulièrement provocateur car elle survient juste après que le commandant du CENTCOM Kenneth McKenzie se soit rendu en Irak pour des réunions. 
     
    Depuis la fin de l'année dernière, la zone verte (qui comprend le siège du gouvernement et les missions des ambassades étrangères) à Bagdad, ainsi que les bases militaires hébergeant les forces de la coalition internationale et les convois transportant du matériel logistique, ont été victimes de frappes de missiles et d'attaques.
     
    Les attaques avaient fortement diminué et étaient devenues rares depuis octobre dernier, lorsque les factions de la «Résistance irakienne» ont annoncé la cessation de leurs opérations contre les forces et intérêts étrangers, notamment américains, en Irak, pour leur permettre de se retirer du pays.
     
    Washington accuse les factions irakiennes proches de l'Iran, dirigées par «Kataeb Hezbollah», d'être derrière les attaques. Mais le Kataeb Hezbollah a publié une déclaration, quelques minutes après l'attaque, dans laquelle il affirme : "Le bombardement de l'Ambassade du Mal en ce moment est considéré comme un comportement incontrôlé. Les autorités compétentes doivent poursuivre les auteurs et les arrêter". Le fait qu'une milice autre que le Kataïb Hezbollah puisse être derrière les attaques à la roquette de ce soir, malgré les directives de l'Iran d'éviter les provocations avant l'entrée en fonction de Joe Biden, montre les limites d'Ismail Qaani, le successeur de Soleimani à la tête des forces al-Qods, dans le contrôle des milices. La condamnation du Kataeb Hezbollah peut également signifier qu'il y a actuellement des fissures parmi les milices soutenues par l'Iran. Le Kataeb Hezbollah avait déjà  nié toute responsabilité dans une attaque à la roquette le mois dernier.
     
    De son côté, le leader d'Asaib Ahl Al-Haq, a rappelé que  la "Résistance irakienne" ne visait pas l'ambassade américaine. Pourtant, en avril dernier, huit factions, qui se sont identifiées comme la «résistance irakienne», avaient annoncé dans un communiqué qu'elles viseraient les forces américaines sur le sol irakien après les avoir considérées comme des «forces d'occupation». Les huit factions proches de l'Iran sont: le Mouvement Asaib Ahl al-Haq, le Mouvement Al-Wafa, le Mouvement Jund Al-Imam, le Mouvement Al-Nujaba, les Brigades Sayyid Al-Shuhada, les Brigades Imam Ali, les Brigades Ashura et les Brigades Khorasan.

    A noter que l'ambassade américaine vient d'obtenir de nouveaux protecteurs ... Après le récent tweet du flamboyant leader chiite, Muqtada al-Sadr, dans lequel il a annoncé qu'il était prêt à aider le gouvernement à protéger l'ambassade américaine, apparemment certains de ses partisans de la brigade Saraya as-Salam se sont désormais à l'entrée de la Zone verte de Bagdad, prétendument pour protéger l'ambassade américaine.
    Vidéo des membres de Saraya as-Salam
  • Irak : Sept roquettes visent l'ambassade américaine, la trêve des milices pro-Iraniennes rompue

    Imprimer

    Sept roquettes ont visé mardi soir l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad, une attaque qui rompt plus d'un mois de trêve décrétée par les factions irakiennes pro-Iraniennes et a tué une fillette.

    Cette reprise des hostilités est intervenue au moment même où le nouveau ministre américain de la Défense par intérim, Christopher Miller, annonçait que les Etats-Unis allaient retirer 500 de leurs soldats en Irak pour n'en laisser que 2.500 dans le pays. Quatre projectiles se sont effectivement abattus dans la Zone verte où se trouve cette chancellerie, tandis que trois autres sont tombées dans des quartiers de Bagdad, tuant une fillette et blessant cinq civils, a précisé l'armée. L'attaque, menée depuis un quartier de l'Est de Bagdad de même source, a aussi eu lieu deux heures après un entretien téléphonique entre le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi et le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

    Les deux hommes ont notamment évoqué, selon le bureau de M. Kazimi, "l'avenir de la coopération entre l'Irak et la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis", déployée en 2014 en Irak pour combattre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

    Explosions et éclairs
    Un porte-parole de cette coalition a confirmé l'attaque de mardi soir à l'AFP, tout en refusant de commenter l'utilisation du système de défense antiroquettes américain C-RAM. Des dizaines de roquettes ont déjà visé la Zone verte de Bagdad où siège cette chancellerie, mais le système C-RAM n'est déclenché que lorsqu'elles menacent directement le complexe de l'ambassade.

    Mardi soir, les machines de tir C-RAM sont entrées en action, ont constaté des journalistes de l'AFP dans le centre de Bagdad où de fortes explosions ont retenti tandis que des éclairs lumineux marbraient le ciel de la capitale irakienne.

    A la mi-octobre, les factions pro-Iran en Irak avaient annoncé qu'elles n'attaqueraient plus l'ambassade américaine à condition que Washington annonce le retrait de toutes ses troupes d'ici la fin de l'année. Cette trêve avait été annoncée sur fond de tensions diplomatiques aiguës à Bagdad. Peu avant, M. Pompeo avait lancé un ultimatum aux dirigeants irakiens: si les tirs de roquettes ne cessaient pas, Washington rappellerait purement et simplement l'ensemble de ses diplomates et soldats du pays.

    Aujourd'hui encore, même après la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle américaine, des experts assurent que l'administration de Donald Trump a rassemblé tous les documents nécessaires pour procéder à une fermeture de l'ambassade à Bagdad.

    "Occupants" américains
    Pour Washington, les près de 90 attaques notamment à la roquette ayant visé depuis un an son ambassade, des bases irakiennes abritant des soldats américains et des convois logistiques de sous-traitants irakiens travaillant pour l'armée américaine, sont le fait principalement des brigades du Hezbollah, la faction irakienne pro-Iran la plus radicale. Plusieurs attaques ont été revendiquées par des groupuscules aux noms inconnus, des faux-nez des groupes pro-Iran, selon les experts.

    A chaque fois, ces groupes disent réclamer le départ des "occupants" américains, s'appuyant sur un vote du Parlement irakien.

    En janvier, 48 heures après l'assassinat dans une attaque américaine du général iranien Qassem Soleimani et de son lieutenant irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, les députés chiites irakiens avaient voté l'expulsion des 5.200 militaires américains alors présents sur leur sol.

    Le gouvernement de l'époque avait prétexté ne gérer que les affaires courantes et ne pas pouvoir en conséquence mettre en oeuvre cette mesure immédiatement. Le cabinet de M. Kazimi, nommé en mai, plaide pour donner "trois ans" aux Américains pour quitter le territoire. Ces derniers avaient redéployé leurs troupes en 2014 contre l'EI, après un premier retrait total d'Irak, qu'ils avaient envahi en 2003, au cours de l'année 2011.

  • Irak : Des pro-Iraniens incendient le siège d'un parti kurde

    Imprimer

    Plusieurs centaines de partisans du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iraniens désormais intégrée aux forces irakiennes, ont incendié samedi 17 octobre le siège du parti au pouvoir au Kurdistan après des critiques formulées par l'un de ses cadres, a constaté un photographe de l'AFP.

    La foule a saccagé l'imposant bâtiment du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK, du leader kurde Massoud Barzani) dans le centre de Bagdad, avant de l'incendier en dépit d'un déploiement policier important. Au milieu d'imposantes colonnes de fumée noire, les manifestants brandissaient des drapeaux du Hachd ainsi que des portraits du général iranien Qassem Soleimani et de l'ancien commandant du Hachd Abou Mehdi al-Mouhandis, tous deux assassinés par Washington au début de l'année. Ils ont brûlé le drapeau kurde ainsi que des portraits de Massoud Barzani.

    Le président du Kurdistan autonome, Netchirvan Barzani, a dénoncé "un groupe de hors-la-loi" ayant "hissé le drapeau du Hachd" au-dessus du QG du PDK. "Nous condamnons cette attaque qui relève d'actes de sabotage", a-t-il ajouté, appelant Bagdad à enquêter et juger les responsables. De son côté, Massoud Barzani, président du PDK, a dénoncé "une insulte au drapeau sacré du Kurdistan" et exhorté les autorités centrales à "prendre les mesures nécessaires".

    Hoshyar Zebari, ancien ministre irakien des Affaires étrangères et haut cadre du PDK, avait estimé il y a deux semaines que "la mission première du nouveau gouvernement est de nettoyer la Zone Verte (où siègent les autorités irakiennes et l'ambassade américaine,) de la présence milicienne du Hachd". Il a ensuite qualifié le Hachd de "force hors-la-loi", alors que ce dernier ne cesse de souligner qu'il a été intégré aux forces régulières après avoir combattu aux côtés de l'Etat et de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique (EI).

    Interrogée par l'AFP, la cheffe du groupe parlementaire du PDK à Bagdad, Vian Sabry, a accusé "des groupes indisciplinés d'être derrière" l'attaque, se refusant à nommer les auteurs. Le 1er octobre, le service du contre-terrorisme du Kurdistan avait, pour la première fois, accusé nommément le Hachd d'avoir tiré des roquettes ayant visé l'aéroport d'Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, où sont stationnés des soldats américains. Fin août, une foule avait pris d'assaut et incendié une chaîne de télévision appartenant à un politicien sunnite pour avoir diffusé un programme festif le jour du deuil chiite d'Achoura.

  • Irak : Attaques à la roquette contre Bagdad et l'aéroport international

    Imprimer

    Dans la nuit du 4 au 5 octobre, deux roquettes ont explosé près de l'aéroport international de Bagdad sans faire de victimes. Des témoins disent avoir entendu les sirènes dans le secteur de la base militaire américaine située à proximité de l'aéroport.

    Les deux roquettes ont été tirées tôt le matin depuis la zone d'al-Jihad dans le sud-ouest de la capitale vers la zone verte de Bagdad, une zone hautement sécurisée où se trouvent des bureaux gouvernementaux et des ambassades étrangères.

    Les deux roquettes sont tombées dans le quartier central d'al-Jadriya. Selon des informations en provenance de Bagdad, l'une a explosé près du restaurant de l'hôtel Babylon, le second - au siège d'Iraki Airlines. Il n'y a pas eu de blessés, mais des dégâts ont été causés.

    Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité du bombardement. Auparavant, les États-Unis avaient averti l'Irak qu'ils fermeraient leur ambassade à Bagdad si le gouvernement ne protégeait pas la mission. Les Américains accusent les milices chiites pro-iraniennes d'être responsables des tirs de roquettes..