Zakia

  • Syrie : Frappe israélienne sur la ville de Quneitra, proche  du Golan

    Imprimer

    L'agence d'État syrienne SANA a rapporté que vers 00h30 le mercredi 23 février 2022, l'armée israélienne depuis les hauteurs du Golan a attaqué des cibles dans la province de Quneitra, près de la frontière israélienne, avec des missiles sol-sol.

    Le commandement de l'armée syrienne reconnaît que des dommages ont été causés à la suite de l'attaque de missiles israéliens. Il n'y a pas de rapports de morts et de blessés.

    Des sources de l'opposition syrienne rapportent que l'armée israélienne a bombardé deux cibles : le bâtiment de la branche du ministère des Finances dans la région d'Al-Baath à Quneitra et un poste de contrôle dans la région de Ruihina (au sud de Quneitra). Les deux cibles sont à proximité de la frontière israélienne.

    l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), rapporte que des dégâts importants ont été causés. A noter que l'armée syrienne n'a pas cherché à contrer les bombardements. Selon l'OSDH, le Hezbollah et d'autres groupes pro-iraniens sont actifs dans ces régions.

    C'est la troisième fois depuis le début du mois qu'Israël bombarde la Syrie, après des frappes le 17 février contre un poste militaire du régime dans la ville de Zakia, au sud de Damas, et le 9 février contre des batteries anti-aériennes en réponse à un tir de missile depuis la Syrie.

    Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant des positions des soldats du régime ainsi que des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, qui combattent aux côtés du régime de Damas.

    L'Etat hébreu a déclaré à plusieurs reprises qu'il ne permettrait pas à son ennemi, l'Iran, d'étendre son influence en Syrie.

  • Syrie : Tsahal attaque les forces pro-iraniennes près de Damas lors d'une réunion de commandants militants et militaires

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que l'armée israélienne avait tiré sur des cibles entre Zakia et Khan ash-Sheikh (à environ 15 km au sud-ouest de Damas et 20 km de la frontière israélienne). Vidéo.

    L'agence étatique syrienne SANA a rapporté qu'à 23h35 le 16 février, l'armée israélienne a attaqué des cibles dans la région de Zakia, au sud-ouest de Damas, avec des missiles sol-sol lancé depuis les hauteurs du Golan. Le commandement de l'armée syrienne a reconnu que l'attaque au missile israélien avait causé des dégâts, mais donné aucun détail sur d'éventuelles victimes.

    Selon des sources de l'opposition syrienne, deux objectifs des forces pro-iraniennes ont été attaqués. L'un des objectifs se trouvait à l'emplacement du soi-disant "régiment chimique" près  du quartier général de la 7e armée et dans la zone de déploiement du bataillon de défense aérienne.

    Selon l'OSDH, au moins un missile israélien a touché le quartier général de la 7e division de l'armée syrienne, au moment même où se déroulait une réunion de chefs des forces de sécurité des forces pro-iraniennes et de l'armée syrienne.

    Pour échapper aux frappes israéliennes, les instructeurs iraniens, les commandants des milices pro-iraniennes et du Hezbollah apparaissent généralement au sein des unités militaires syriennes sous la forme d'officiers de l'armée syrienne. Peine perdue ! Les services de renseignement israéliens connaissent tous les objectifs, petits et grands, y compris les entrepôts utilisés par les forces iraniennes et le Hezbollah sur territoire syrien. Les Israéliens reçoivent des informations opérationnelles à la fois d'agents en Syrie et d'agents à l'intérieur du Hezbollah, affirme l'OSDH. Selon Osama Suleiman, plus de 11 000 militants pro-iraniens opèrent dans le sud-ouest de la Syrie, de Quneitra à al-Sueida, bien que Damas ait déclaré que les forces iraniennes avaient été retirées du sud du pays.

    Il n'y a pas encore d'informations fiables sur les conséquences du bombardement. Mais l'OSDH rapporte que des ambulances ont été vues dans la région jusqu'à l'aube. Il est également à noter que quelques heures avant le bombardement, une circulation intense de véhicules avait été observée dans la zone.

     

     

     

     

     

  • Syrie : Nouvelle frappe israélienne contre des cibles militaires

    Imprimer

    Une frappe israélienne à partir du Golan a visé, mercredi 3 novembre 2021, pour la deuxième fois en quatre jours, une zone des environs de Damas abritant des dépôts d'armes et de munitions de milices pro-iraniennes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    A Damas, l'agence officielle Sana a confirmé une attaque aux missiles de "l'ennemi israélien" à 00h56 dans la région de Zakia (à l'ouest de Damas, à environ 50 km au nord-est de la frontière israélienne)ayant fait des dégâts, mais sans en préciser les objectifs exacts. Il est également fait état d'une frappe sur le quartier général de la 4e division de l'armée syrienne.  Damas n'a pas fait état de ripostes de la défense anti-aérienne syrienne. Selon l'OSDH, la région ciblée abrite des dépôts d'armes et de munitions de milices alliées à l'Iran ainsi que des positions de l'armée syrienne.

    Ennemis jurés de l'Etat hébreu, l'Iran et le Hezbollah pro-iranien appuient militairement le régime de Bachar el-Assad.

    Samedi 31 octobre 2021, cinq combattants pro-iraniens avaient été tués par des tirs de missiles israéliens sur les environs de Damas, selon l'OSDH. 

    Depuis le déclenchement en 2011 de la guerre en Syrie, l'Etat hébreu y a mené des centaines de frappes contre des positions du pouvoir syrien et de ses alliés pro-iraniens. Israël affirme chercher à éviter que l'Iran ne parvienne à s'implanter en Syrie. L'armée israélienne a rarement reconnu publiquement ces frappes.