Zaïdites

  • Yemen: A military assault on Hodeidah will almost certainly have catastrophic humanitarian impact

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : frFrançais (French) arالعربية (Arabic)

    A bloody battle just ahead
    Yemeni government forces, supported by the Arab Coalition, are preparing to launch an assault on Hodeida, a strategically important port on the Red Sea. This is not the port through which international aid and, according to the Yemeni government and the Coalition, Iranian arms are delivered to the Shiite Houthi rebels.
    The problem is that the region is densely populated – about 600,000 inhabitants and displaced. However, the government forces do not seem to be in a position to win quickly over their adversaries, which means that the battle is likely to drag on, making the port inoperable. This means that the blockade of the areas controlled by the Shiite rebels will worsen, which suggests an explosion of the humanitarian catastrophe, already one of the worst the world has known.
    For its part, the Arab Coalition draws attention to the risks posed by the Houthis to shipping in the Red Sea, an international communication route of vital importance, at least for Europe. Already, Houthi rebels have repeatedly attacked Saudi oil tankers off Hodeida. It is therefore unlikely that both sides will pay any attention to the UN’s calls for restraint.
    A bloody battle in preparation
    Yemeni government forces, supported by the Arab Coalition, are preparing to launch an assault on Hodeida, a strategically important port on the Red Sea. This is not the port through which international aid and, according to the Yemeni government and the Coalition, Iranian arms are delivered to the Shiite Houthi rebels.
    The problem is that the region is densely populated – about 600,000 inhabitants and displaced. However, the government forces do not seem to be in a position to win quickly over their adversaries, which means that the battle is likely to drag on, making the port inoperable. This means that the blockade of the areas controlled by the Shiite rebels will worsen, which suggests an explosion of the humanitarian catastrophe, already one of the worst the world has known.
    For its part, the Arab Coalition draws attention to the risks posed by the Houthis to shipping in the Red Sea, an international communication route of vital importance, at least for Europe. Already, Houthi rebels have repeatedly attacked Saudi oil tankers off Hodeida. It is therefore unlikely that both sides will pay any attention to the UN’s calls for restraint.
    UN sounds alarm on Hodeida
    Humanitarian agencies in Yemen are deeply worried by the likely impact of a possible military assault on the port city of Hodeidah. The UN and its partners estimate that as many as 600,000 civilians are currently living in and around Hodeidah.
    “A military attack or siege on Hodeidah will impact hundreds of thousands of innocent civilians,” said Ms. Lise Grande, the Humanitarian Coordinator for Yemen. “Humanitarian organisations have rushed to develop a contingency plan. In a prolonged worst case, we fear that as many as 250,000 people may lose everything— even their lives.”
    In addition to being one of Yemen’s most densely populated areas, Hodeidah is the single most important point of entry for the food and basic supplies needed to prevent famine and a recurrence of a cholera epidemic. Close to 70 percent of Yemen’s imports, including commercial and humanitarian goods, enter through the ports of Hodeidah and Saleef, just to the north of Hodeidah.
    Our top priority is helping to ensure the 22 million Yemenis who need some form of humanitarian aid and protection receive the assistance they need,” said Ms. Grande. “Cutting off imports through Hodeidah for any length of time will put Yemen’s population at extreme, unjustifiable risk.”
    Across the country, people are desperate for food, medical help and protection. This is why humanitarian organisations have dramatically ramped up the amount of assistance we are providing. Yemen is already the worst humanitarian crisis in the world. With so many lives at stake, absolutely everything has to be done by the parties to the conflict to protect civilians and ensure they have the assistance they need to survive,” said Ms. Grande.
    The UN and partners are requesting USD 3 billion through the 2018 Humanitarian Response Plan to support 22.2 million people in need. To date, USD 1.5 billion, half of resources necessary for the year, has been received.

    ...and a lot of other news every day on Frontlive-Chrono.  

    Jean René Belliard
    Groupe Ptolémée : +33757910350 

     

     

  • Yémen: un assaut contre Hodeida aura un impact « catastrophique » sur les civils, prévient l’ONU

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe)

    Une bataille sanglante en préparation
    Les forces gouvernementales yéménites, appuyées par la Coalition arabe, se préparent à lancer l’assaut contre Hodeida, un port d’une importance stratégique considérable situé sur la Mer rouge. C’est par ce port qu’est acheminé l’aide internationale et, selon le gouvernement yéménite et la Coalition, les armes iraniennes à destination des rebelles chiites Houthis.
    Le problème est que la région est très peuplée – environ 600.000 habitants et déplacés. Or, les forces gouvernementales ne semblent pas être en mesure de l’emporter rapidement sur leurs adversaires, ce qui signifie que la bataille risque de s’éterniser, rendant le port inopérable. En conséquences le blocus des zones contrôlées par les rebelles chiites va s’aggraver, ce qui laisse envisager une explosion de la catastrophe humanitaire, déjà l’une des pires que le monde ait connues.
    De son côté, la Coalition arabe attire l’attention sur les risques que font peser les Houthis sur la navigation dans la Mer rouge, une voie de communication internationale d’une importance capitale, au moins pour l’Europe. Déjà, les rebelles houthis ont attaqué à plusieurs reprises des pétroliers saoudiens au large de Hodeida. Il est donc peu probable que les deux parties prêtent la moindre attention aux appels à la retenue lancés par l’ONU. 
    L’ONU tire la sonnette d’alarme sur Hodeida

    La coordinatrice humanitaire de l’ONU au Yémen a averti vendredi 8 juin 2018 que l’attaque des forces progouvernementales contre la ville portuaire de Hodeida (ouest), contrôlée par les rebelles houthis, aurait un « impact catastrophique » sur les civils.
    600.000 civils coincés à Hodeida
    « Une attaque militaire ou un siège touchera des centaines de milliers de civils innocents« , a dit Lise Grande dans un communiqué, dans lequel l’ONU estime à jusqu’à 600.000 le nombre de civils dans Hodeida et autour. « Dans les pires des cas, nous craignons que plus de 250.000 (d’entre eux) puissent tout perdre, même la vie », a mis en garde Mme Grande.
    Hodeida, seul port d’entrée de l’aide humanitaire
    Hodeida, sur la mer Rouge, est le principal point d’entrée des importations de marchandises et de l’aide humanitaire au Yémen, pays au bord de la famine et frappé par le choléra, qui vit « la pire crise humanitaire du monde » selon l’ONU.
    Les troupes progouvernementales, appuyées par la coalition militaire commandée par l’Arabie saoudite, se rapprochent de cette ville portuaire d’où elles cherchent à chasser les rebelles chiites houthis, soutenus par l’Iran.
    La coalition affirme que Hodeida est un point de départ pour des attaques rebelles en mer et le lieu par lequel l’Iran livrerait des armes aux houthis, ce que Téhéran dément.
    « Notre priorité est de répondre aux besoins de 22 millions de Yéménites en aide humanitaire et en protection« , a affirmé la coordinatrice de l’ONU. Or une « coupure des importations via Hodeida pour une longue période fera courir à la population yéménite un risque injustifié« , a-t-elle dit.
    Selon l’ONU, « près de 70% des importations yéménites, y compris les aides humanitaires et les médicaments, transitent par ce port et celui de Salif, juste au nord« .
    Le médiateur de l’ONU au Yémen Martin Griffiths avait exprimé les mêmes préoccupations mardi à l’issue d’une visite à Sanaa, la capitale yéménite contrôlée par les rebelles.
    « Outre les conséquences humanitaires d’une bataille, je suis aussi très inquiet concernant l’impact d’une telle attaque sur le processus politique » que l’ONU est « déterminée à faire avancer« , a dit M. Griffiths.
    Le médiateur onusien a par ailleurs appelé « toutes les parties » au conflit à créer « un environnement favorable à la reprise » de négociations politiques.
    Outre Hodeida et Sanaa, les houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), contrôlent depuis fin 2014 de vastes régions du nord et de l’ouest.
    Depuis 2015, le conflit au Yémen a fait près de 10.000 morts et plus de 55.000 blessés.

    ...et beaucoup d'autres informations sur Frontlive-Chrono.  

    Jean René Belliard
    Groupe Ptolémée : +33757910350 
  • Yémen : L'ex-président Ali Abdallah Saleh a été tué par les chiites houthis

    Imprimer

    Ceci est un extrait de la newsletter adressée chaque jour aux abonnés par le groupe Ptolémée animé par Jean René Belliard.

    Pour s'abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Quel avenir pour le Yémen ? Par Jacques Myard

    Imprimer
    Yémen 

    Quel avenir pour le Yémen ?
    (Intervention de Jacques MYARD sur le Yémen au colloque international de l'Académie de Géopolitique de Paris le 18 octobre 2017 au Parlement européen à Bruxelles)
    I - Caractéristiques du Yémen
    Avant toute chose, il convient de rappeler les caractéristiques du Yémen, peu connu en Europe et en France en particulier.
    C'est un pays de 527 970 Km2, il est presque aussi grand que la France
    Population : 27 millions d'habitants
    1800 tribus très actives. C'est donc un pays tribal avec tout ce que cela comporte de rivalités et d'alliances.
    Son histoire est tourmentée et il a connu de très nombreux affrontements et guerres.
    Abdallah Saleh, un berger, prend la tête du Yémen du Nord en 1978.
    Le 22 mai 1990, Abdallah Saleh unifie le nord et le sud. La capitale est à Sanaa, le sud a un grand port maritime, ancienne base anglaise, Aden.
    EN 1994, le sud fait sécession mais subit un échec militaire.
    Sur le plan religieux, 30 à 40 % des Yéménites sont des chiites, zaydites, les Houthistes d'aujourd'hui du nom d'Hussein Al Houthi, tué en septembre 2004 par des frappes de la C.I.A.
    65 à 70 % de la population est sunnite, néanmoins, les Zaydites, Houthistes et les Sunnites sont très proches sur le plan religieux et partagent des interprétations communes des règles religieuses. Il existe de nombreux mariages interreligieux.
    Il ne s'agit donc pas d'une guerre entre Chiites et Sunnites. Les Houthistes habitants des montagnes du Nord du Yémen, guerriers aguerris, souhaitent une large autonomie et ont reproché au pouvoir central de les délaisser sur le plan économique.
    Relevons qu'au sud, il existe désormais une forte présence d'Al Qaida en péninsule arabique (A.Q.P.A) ainsi que des éléments de l'Etat islamique (Daech) en raison de la faillite de l'Etat.
    II - L'histoire du Yémen
    L'histoire du Yémen est une histoire malheureusement faite de guerres dont les causes sont d'abord des rivalités tribales, les guerres sont déclenchées à partir de problèmes strictement internes au Yémen.
    Les principales dates de ces multiples affrontements récents et de manière très résumée sont les suivantes :
    2004 : Les Chiites, Zaydites dirigés par Hussein al Houthi se rebellent contre le pouvoir central de Sanaa
    2005 : les Houthistes gagnent du terrain et se heurtent le long de la frontière nord à l'armée saoudienne.
    L'Arabie saoudite effectue des frappes aériennes et accusent l'Iran d'aider les rebelles.
    2011 : dans la vague du printemps arabe, en Tunisie et en Egypte, les Houthistes manifestent avec les étudiants pour contester le pouvoir du Président Ali Saleh qui réprime les manifestants mais se voit contraint de céder la pouvoir à son vice-président Rabbo Mansour Hadi qui devient Président et gagne les élections législatives.
    2014 : Une conférence du dialogue internationale propose de faire du Yémen un Etat fédéral de 6 provinces ce qui donnerait aux Houthistes un territoire important plus vaste au sud mais les Houthistes refusent car ils exigent un accès à la mer.
    Ils reprennent les combats et prennent Sanaa en septembre 2014 ainsi que la 3ème ville du pays en mars 2015, Taëz.
    2015 : une coalition arabe dirigée essentiellement par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes, et soutenus par les Etats-Unis, bombarde Sanaa. Le Président Hadi fuit Aden où il était réfugié pour l'Arabie saoudite.
    2017 : les observateurs constatent les ravages d'une guerre oubliée ; malnutrition, développement du choléra, nombreuses victimes civiles femmes et enfants, notamment lors de la célébration d'un mariage et lors d'un office funéraire ce qui provoque une très forte émotion dans le monde et met en accusation l'Arabie saoudite, en 2015 et 2016.
    III - Le Yémen victime des rivalités régionales
    Ce qui était à l'origine un conflit interne et propre au Yémen, entre une région montagneuse délaissée par le pouvoir central, les Houthistes, et la capitale Sanaa où régnait en maître le Président Saleh ,au pouvoir depuis 40 ans, devient à partir de 2004 l'enjeu d'une guerre par procuration. L'intervention de l'Arabie saoudite voit dans les Houthistes des alliés religieux, des alliés de l'Iran ce qui est loin d'être prouvé.
    Dès 2004, la C.I.A, dans des opérations clandestines, intervient en représailles de l'attentat du destroyer USS Cole et c'est au cours de ces opérations que Hussein al Houthi est tué.
    En janvier 2013, un cargo transportant des armes qui auraient été commandité par l'Iran est arraisonné en mer. L'Arabie saoudite dénonce fortement l'intervention de l'Iran mais à la même époque, personne ne parle des bateaux turcs qui livrent des armes aux Frères musulmans au sud.
    En mars 2015, c'est le jeune prince héritier saoudien ben Salmane Al Saoud, âgé de 30 ans alors, qui obtient du roi d'intervenir, de lancer des bombardements, opération «  tempête décisive » en formant une coalition avec les Emirats arabes unis, le Qatar, l'Égypte, le Soudan, le Maroc, la Jordanie, le Koweït et le Bahreïn.
    Le Qatar est exclu de cette coalition en juin 2017, dans le conflit qui les oppose à l'Arabie saoudite. L'Emirat d'Oman reste sagement en dehors de cette coalition. A l'évidence, à ce stade, l'Arabie saoudite est obnubilée par l'Iran et en intervenant au Yémen, qu'elle considère comme son arrière-cour, elle voit, à tort la main de Téhéran dans ce qui est en réalité un conflit interne au Yémen.
    On a dit plus haut que l'opération « tempête décisive » avait été initiée par le jeune dauphin du Roi, ben Salmane, fils de la dernière épouse du Roi, qui voulait se faire reconnaître comme un chef de guerre charismatique afin de conforter son assise en Arabie saoudite.
    Selon des informations, ce va-t'en guerre serait contesté en interne par de très nombreux chefs tribaux d'Arabie saoudite qui lui sont hostiles.
    IV Le Yémen à l'O.N.U
    La situation au Yémen a fait l'objet de nombreuses résolutions au Conseil de sécurité agissant en application du chapitre VII de la charte des Nations unies qui confère au Conseil de sécurité la possibilité de prendre des sanctions, voire user de la force militaire pour rétablir la paix.
    La résolution 21-40 du 29 février 2014 a institué un comité, article 19, fixant des sanctions afin notamment de sanctionner les livraisons d'armes aux rebelles. Le Président Hadi est toujours aux yeux de la communauté internationale, le Président légitime même s'il n'a plus d'influence.
    En parallèle, la résolution soutient la conférence du dialogue national sans exclusion comme le prévoit le Conseil de Coopération du Golfe afin de rédiger une nouvelle constitution établissant un État fédéral.
    La résolution 22-14 du 14 avril 2015 reprend les dispositions de la résolution précédente tout en renforçant les sanctions à l'encontre notamment d'Abdallah Saleh, l'ancien Président, et soutient toujours le Président Hadi installé à Ryad.
    A l'évidence, les décisions du Conseil de Sécurité apparaissent décalées par rapport aux réalités.
    La « communauté internationale » part du principe que le seul Président légitime est le Président Hadi alors même qu'il n'a plus le contrôle du terrain et est rejeté par les Yéménites. De surcroît Al Qaida et des éléments de l'Etat islamique sont très présents dans le sud du Yémen.
    V - Quelles solutions pour le Yémen
    Il faut souligner qu'il y a une urgence, celle de pouvoir envoyer au Yémen des médicaments et de la nourriture pour faire face à la situation sanitaire déplorable notamment la propagation du choléra. Sur ce point précis, les États de l'Union européenne devraient se mobiliser et exiger des belligérants, la mise en place d'une intervention humanitaire.
    De plus, il convient de reconsidérer la nature de cette guerre oubliée : les interventions extérieures essentiellement celles de la coalition internationale menée par l'Arabie Saoudite a transformé ce conflit interne en conflit international voyant dans les Houthis une tête de pont de l'Iran alors même qu'aucun combattant iranien ne se trouve au Yémen ce qu'attestent tous les experts.
    Le premier pas pour aller à la paix est bien l'arrêt de l'intervention de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite avec le soutien des Etats-Unis.
    La constitution d'un Etat fédéral est certainement la solution pour régler les problèmes des Yéménites entre eux à la condition toutefois, que les Houthistes puissent être satisfaits en ayant un accès à la mer. Pourquoi ne pas leur accorder et en donnant aussi satisfaction également à l'Arabie Saoudite qui souhaite pouvoir vendre son pétrole grâce à un oléoduc qui pourrait transiter par la province d'Hadramaout pour gagner le golfe d'Aden sans passer par le détroit de Bab-el-Mandeb qu'elle ne contrôle pas ?
    Enfin, certains experts estiment d'une part que le Président Hadi n'a plus aucune chance d'être reconnu comme le Président légitime des Yéménites et que le fils de l'ancien Président Saleh, Ambassadeur retenu en résidence surveillée à Abu-Dhabi, Mohamed ben Abdellah Saleh pourrait être un candidat accepté par l'ensemble des Yéménites.
    C'est d'ailleurs aux seuls Yéménites de décider de leur propre gouvernement en dehors de toute intervention étrangère mais en attendant une solution politique, il est urgent d'intervenir sur le plan humanitaire, le choléra et la famine gagnent du terrain chaque jour.

     

  • Quel avenir pour le Yémen ? Par Jacques Myard

    Imprimer
    Yémen 

    Quel avenir pour le Yémen ?
    (Intervention de Jacques MYARD sur le Yémen au colloque international de l'Académie de Géopolitique de Paris le 18 octobre 2017 au Parlement européen à Bruxelles)
    I - Caractéristiques du Yémen
    Avant toute chose, il convient de rappeler les caractéristiques du Yémen, peu connu en Europe et en France en particulier.
    C'est un pays de 527 970 Km2, il est presque aussi grand que la France
    Population : 27 millions d'habitants
    1800 tribus très actives. C'est donc un pays tribal avec tout ce que cela comporte de rivalités et d'alliances.
    Son histoire est tourmentée et il a connu de très nombreux affrontements et guerres.
    Abdallah Saleh, un berger, prend la tête du Yémen du Nord en 1978.
    Le 22 mai 1990, Abdallah Saleh unifie le nord et le sud. La capitale est à Sanaa, le sud a un grand port maritime, ancienne base anglaise, Aden.
    EN 1994, le sud fait sécession mais subit un échec militaire.
    Sur le plan religieux, 30 à 40 % des Yéménites sont des chiites, zaydites, les Houthistes d'aujourd'hui du nom d'Hussein Al Houthi, tué en septembre 2004 par des frappes de la C.I.A.
    65 à 70 % de la population est sunnite, néanmoins, les Zaydites, Houthistes et les Sunnites sont très proches sur le plan religieux et partagent des interprétations communes des règles religieuses. Il existe de nombreux mariages interreligieux.
    Il ne s'agit donc pas d'une guerre entre Chiites et Sunnites. Les Houthistes habitants des montagnes du Nord du Yémen, guerriers aguerris, souhaitent une large autonomie et ont reproché au pouvoir central de les délaisser sur le plan économique.
    Relevons qu'au sud, il existe désormais une forte présence d'Al Qaida en péninsule arabique (A.Q.P.A) ainsi que des éléments de l'Etat islamique (Daech) en raison de la faillite de l'Etat.
    II - L'histoire du Yémen
    L'histoire du Yémen est une histoire malheureusement faite de guerres dont les causes sont d'abord des rivalités tribales, les guerres sont déclenchées à partir de problèmes strictement internes au Yémen.
    Les principales dates de ces multiples affrontements récents et de manière très résumée sont les suivantes :
    2004 : Les Chiites, Zaydites dirigés par Hussein al Houthi se rebellent contre le pouvoir central de Sanaa
    2005 : les Houthistes gagnent du terrain et se heurtent le long de la frontière nord à l'armée saoudienne.
    L'Arabie saoudite effectue des frappes aériennes et accusent l'Iran d'aider les rebelles.
    2011 : dans la vague du printemps arabe, en Tunisie et en Egypte, les Houthistes manifestent avec les étudiants pour contester le pouvoir du Président Ali Saleh qui réprime les manifestants mais se voit contraint de céder la pouvoir à son vice-président Rabbo Mansour Hadi qui devient Président et gagne les élections législatives.
    2014 : Une conférence du dialogue internationale propose de faire du Yémen un Etat fédéral de 6 provinces ce qui donnerait aux Houthistes un territoire important plus vaste au sud mais les Houthistes refusent car ils exigent un accès à la mer.
    Ils reprennent les combats et prennent Sanaa en septembre 2014 ainsi que la 3ème ville du pays en mars 2015, Taëz.
    2015 : une coalition arabe dirigée essentiellement par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes, et soutenus par les Etats-Unis, bombarde Sanaa. Le Président Hadi fuit Aden où il était réfugié pour l'Arabie saoudite.
    2017 : les observateurs constatent les ravages d'une guerre oubliée ; malnutrition, développement du choléra, nombreuses victimes civiles femmes et enfants, notamment lors de la célébration d'un mariage et lors d'un office funéraire ce qui provoque une très forte émotion dans le monde et met en accusation l'Arabie saoudite, en 2015 et 2016.
    III - Le Yémen victime des rivalités régionales
    Ce qui était à l'origine un conflit interne et propre au Yémen, entre une région montagneuse délaissée par le pouvoir central, les Houthistes, et la capitale Sanaa où régnait en maître le Président Saleh ,au pouvoir depuis 40 ans, devient à partir de 2004 l'enjeu d'une guerre par procuration. L'intervention de l'Arabie saoudite voit dans les Houthistes des alliés religieux, des alliés de l'Iran ce qui est loin d'être prouvé.
    Dès 2004, la C.I.A, dans des opérations clandestines, intervient en représailles de l'attentat du destroyer USS Cole et c'est au cours de ces opérations que Hussein al Houthi est tué.
    En janvier 2013, un cargo transportant des armes qui auraient été commandité par l'Iran est arraisonné en mer. L'Arabie saoudite dénonce fortement l'intervention de l'Iran mais à la même époque, personne ne parle des bateaux turcs qui livrent des armes aux Frères musulmans au sud.
    En mars 2015, c'est le jeune prince héritier saoudien ben Salmane Al Saoud, âgé de 30 ans alors, qui obtient du roi d'intervenir, de lancer des bombardements, opération «  tempête décisive » en formant une coalition avec les Emirats arabes unis, le Qatar, l'Égypte, le Soudan, le Maroc, la Jordanie, le Koweït et le Bahreïn.
    Le Qatar est exclu de cette coalition en juin 2017, dans le conflit qui les oppose à l'Arabie saoudite. L'Emirat d'Oman reste sagement en dehors de cette coalition. A l'évidence, à ce stade, l'Arabie saoudite est obnubilée par l'Iran et en intervenant au Yémen, qu'elle considère comme son arrière-cour, elle voit, à tort la main de Téhéran dans ce qui est en réalité un conflit interne au Yémen.
    On a dit plus haut que l'opération « tempête décisive » avait été initiée par le jeune dauphin du Roi, ben Salmane, fils de la dernière épouse du Roi, qui voulait se faire reconnaître comme un chef de guerre charismatique afin de conforter son assise en Arabie saoudite.
    Selon des informations, ce va-t'en guerre serait contesté en interne par de très nombreux chefs tribaux d'Arabie saoudite qui lui sont hostiles.
    IV Le Yémen à l'O.N.U
    La situation au Yémen a fait l'objet de nombreuses résolutions au Conseil de sécurité agissant en application du chapitre VII de la charte des Nations unies qui confère au Conseil de sécurité la possibilité de prendre des sanctions, voire user de la force militaire pour rétablir la paix.
    La résolution 21-40 du 29 février 2014 a institué un comité, article 19, fixant des sanctions afin notamment de sanctionner les livraisons d'armes aux rebelles. Le Président Hadi est toujours aux yeux de la communauté internationale, le Président légitime même s'il n'a plus d'influence.
    En parallèle, la résolution soutient la conférence du dialogue national sans exclusion comme le prévoit le Conseil de Coopération du Golfe afin de rédiger une nouvelle constitution établissant un État fédéral.
    La résolution 22-14 du 14 avril 2015 reprend les dispositions de la résolution précédente tout en renforçant les sanctions à l'encontre notamment d'Abdallah Saleh, l'ancien Président, et soutient toujours le Président Hadi installé à Ryad.
    A l'évidence, les décisions du Conseil de Sécurité apparaissent décalées par rapport aux réalités.
    La « communauté internationale » part du principe que le seul Président légitime est le Président Hadi alors même qu'il n'a plus le contrôle du terrain et est rejeté par les Yéménites. De surcroît Al Qaida et des éléments de l'Etat islamique sont très présents dans le sud du Yémen.
    V - Quelles solutions pour le Yémen
    Il faut souligner qu'il y a une urgence, celle de pouvoir envoyer au Yémen des médicaments et de la nourriture pour faire face à la situation sanitaire déplorable notamment la propagation du choléra. Sur ce point précis, les États de l'Union européenne devraient se mobiliser et exiger des belligérants, la mise en place d'une intervention humanitaire.
    De plus, il convient de reconsidérer la nature de cette guerre oubliée : les interventions extérieures essentiellement celles de la coalition internationale menée par l'Arabie Saoudite a transformé ce conflit interne en conflit international voyant dans les Houthis une tête de pont de l'Iran alors même qu'aucun combattant iranien ne se trouve au Yémen ce qu'attestent tous les experts.
    Le premier pas pour aller à la paix est bien l'arrêt de l'intervention de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite avec le soutien des Etats-Unis.
    La constitution d'un Etat fédéral est certainement la solution pour régler les problèmes des Yéménites entre eux à la condition toutefois, que les Houthistes puissent être satisfaits en ayant un accès à la mer. Pourquoi ne pas leur accorder et en donnant aussi satisfaction également à l'Arabie Saoudite qui souhaite pouvoir vendre son pétrole grâce à un oléoduc qui pourrait transiter par la province d'Hadramaout pour gagner le golfe d'Aden sans passer par le détroit de Bab-el-Mandeb qu'elle ne contrôle pas ?
    Enfin, certains experts estiment d'une part que le Président Hadi n'a plus aucune chance d'être reconnu comme le Président légitime des Yéménites et que le fils de l'ancien Président Saleh, Ambassadeur retenu en résidence surveillée à Abu-Dhabi, Mohamed ben Abdellah Saleh pourrait être un candidat accepté par l'ensemble des Yéménites.
    C'est d'ailleurs aux seuls Yéménites de décider de leur propre gouvernement en dehors de toute intervention étrangère mais en attendant une solution politique, il est urgent d'intervenir sur le plan humanitaire, le choléra et la famine gagnent du terrain chaque jour.

     

  • 17 août 2015 - Newsletter sur le Moyen Orient et l'Afrique du nord

    Imprimer

    Chers lecteurs
    Vous êtes peut être revenus de vacances et désirez désormais vous tenir informés des évènements qui secouent le monde, et notamment le Moyen Orient et l'Afrique du nord.
    Vous trouverez à titre d'exemple les sujets traités dans la newsletter (quasi-quotidienne) du 17 août 2015. Deux des articles sont laissés libres pour que vous puissiez vous faire une opinion des renseignements et analyses qu'elle contient.
    Vous aussi, vous pouvez vous abonner
    - Soit en envoyant un chèque à
    Jean René Belliard
    50, avenue du Parmelan
    74000 Annecy
    - Soit en écrivant à :
    ptolemee@belliard74.com
    Tarif
    Le tarif des abonnements est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.
    Attention : Tout abonnement pris actuellement sera considéré, à titre commercial, comme un abonnement à partir du mois de septembre.

    En espérant vous compter bientôt au nombre de mes lecteurs assidus,
    Cordialement
    Jean René Belliard

    Lire la suite

  • 2015-04-08 Sur le terrain des guerres dans le monde arabe

    Imprimer

    Les deux faits marquants de ces dernières heures est la reprise des affrontements en Syrie entre organisations jihadistes, entre l'Etat Islamique et le Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) dans la région d'Alep, et le début d'une nouvelle offensive de l'armée irakienne dans la province sunnite d'al-Anbar, à l'ouest de l'Irak.

    Lire la suite