Zabul

  • Afghanistan : Derniers évènements

    Imprimer

    Un porte-avions et deux bombardiers américains pour protéger le retrait des troupes U.S.
    Le chef du Pentagone Lloyd Austin a envoyé deux bombardiers B-52 supplémentaires dans le Golfe et prolongé la mission dans la région du porte-avions USS Eisenhower pour protéger le retrait annoncé des forces de la coalition internationale d'Afghanistan, a indiqué vendredi le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

    Le ministre américain de la Défense "a approuvé quelques mesures additionnelles aujourd'hui", a déclaré M. Kirby au cours d'un point de presse. L'USS Eisenhower restera dans la région "pendant un certain temps", tandis que les deux B-52 y "sont arrivés", a-t-il ajouté.

    Les bombardiers lourds dits "Stratofortress", qui peuvent transporter des armes nucléaires, sont habituellement basés au Qatar, où l'armée américaine dispose d'une importante base.

    Le porte-parole n'a pas exclu que d'autres renforts puissent être envoyés pour participer à l'énorme opération logistique que représente le retrait de quelque 2.500 soldats américains, ainsi que de plus de 16.000 sous-traitants civils et leur équipement.

    S'y ajoutent quelque 7.000 soldats de l'Otan, qui dépendent largement de l'armée américaine pour les transports de troupes et de matériel.

    "Il est raisonnable de penser qu'il pourrait y avoir des mesures supplémentaires temporaires de protection des forces", a-t-il ajouté, notant que si les véhicules blindés les plus sophistiqués seront évacués par voie aérienne, d'autres seront donnés à l'armée afghane.

    Kaboul : 
    4 membres de la police afghane et un professeur d'université ont été tués par des hommes armés non identifiés dans la capitale, Kaboul, a déclaré une source de sécurité.

    La source a expliqué: "Ce matin, Rafi Othmani, professeur dans une université privée, dans le quatrième arrondissement de Kaboul, a été criblé de balles par des hommes armés non identifiés", ajoutant: "Ces hommes armés non identifiés ont également visé quatre agents de sécurité dans le district de Paghman de la capitale, Kaboul.

    Province de Ghazni : 4 morts lors de l'explosion d'un engin explosif en bord de route
    Samedi 24 avril, 4 civils ont été tués et 2 autres blessés, lorsqu'un engin explosif posé sur le bord d'une route a explosé dans la province de Ghazni, dans l'est de l'Afghanistan.

    L'Un engin explosif a explosé dans le district de Shaliz dans la province de Ghazni, tuant 4 civils et en blessant 2 autres."

    Province de Kandahar : les insurgés tuent l'ancien chef de district
    Des insurgés armés ont tué un ancien chef de district dans le sud de la province de Kandahar, a déclaré samedi 24 avril un responsable.

    Le corps de Haji Abdul Ghani Muslimyar a été retrouvé vendredi soir entre les districts de Daman à Kandahar et de Shahr-i-Safa à Zabul.

    Muslimyar a d'abord été kidnappé dans le district de Daman, où il se rendait à son jardin. Plus tard, l'ancien chef de district a été exécuté par ses ravisseurs. Muslimyar était accompagné de deux gardes du corps, portés disparus depuis.

    Muslimyar a été chef administratif des districts de Spin Boldak, Arghistan, Shah Walikot et Maroof.

    Il y a trois mois, il a été démis de ses fonctions car le nouveau gouverneur de Kandahar a nommé de nouveaux chefs pour les 17 districts de la province.

    Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité du meurtre.

    Maksoud Ahmed.jpegCinq personnes éliminées par une frappe américaine dans la province de Kandahar
    Par ailleurs, toujours dans la province de Kandahar, 5 personnes (dont 3 seraient des ressortissants pakistanais du Baloutchistan) ont été tuées par une frappe aérienne américaine. La frappe a pris pour cible leur véhicule qui a pris feu près de Panjwai, à 35km de Kandahar, près de la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan. Trois des personnes décédées ont été identifiées comme étant Maqsood Ahmed (photo) Muhammad Hassani R / o Chaghi, Jaffar et Muzamil R / o Nushki de la province pakistanaise du Balouchistan. Les deux autres n'ont pas été identifiées. Elles pourraient être affiliées à un groupe militant (peut-être des talibans afghans)

  • L'Etat islamique fait l'éloge posthume d'un membre important du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO) tué en Irak

    Imprimer
    Ouzbékistan 
    MIO
    L'Etat islamique fait l'éloge posthume d'un membre important du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO) tué en IrakAbdul-Hakim-al-Tatari.png
    Dans la dernière parution de son bulletin Al Naba, l'Etat islamique a fait l'éloge d'un combattant tatare russe mort en combattant à Baiji, en Irak, quelques jours seulement après son arrivée sur le champ de bataille.
    Avant de rejoindre l'État islamique, ce jihadistes avait fait une longue carrière au sein du Mouvement Islamique d'Ouzbékistan (MIO.  
    Un Tatar âgé de 53 ans 
    Selon le bulletin, Abdul Hakim al Tatari était âgé de 53 ans, ayant femme et enfants. Il avait rejoint le MIO il y a près de 15 ans après avoir quitté la Russie. On ne sait pas de quelle région de Russie il était originaire, cependant, sa kunya suggère qu'il était d'ethnie Tatar.
    La plupart des Tatars de Russie vivent au Tatarstan et au Bachkortostan. 
    Selon Al Naba, al-Tatari
    aurait combattu aux côtés du MIO dans les zones tribales pakistanaises avant de rejoindre l'État islamique en 2015 avec une grande partie du groupe. 
    L'émir du MIO, Usman Ghazi, avait fait allégeance à Abou Bakr al Baghdadi et  rejoint le groupe jihadiste Wilayat Khorasan, appartenant à l'Etat islamique. Peu après avoir rejoint l'État islamique, les partisans de Ghazi s'étaient joints à d'autres combattants de l'État islamique dans la province de Zabul, en Afghanistan, s'affrontant aux Talibans. Beaucoup de membres de l'Etat islamique, parmi lesquels Ghazi, ont été tués au cours d'affrontements avec les talibans. Mais des dissidents du MIO sont toujours en Afghanistan et se battent aux côtés des Talibans et d'al-Qaïda.
    A noter que le chef du Parti Islamique du Turkistan critique le califat "illégitime" de l'Etat islamique et la faction du Mouvement Islamique d'Ouzbékistan qui a rejoint l'EI. 
    Peu de temps après avoir rejoint Wilayat Khorasan, Al Tatari a gagné la Syrie avec sa femme, ses enfants et d'autres membres du groupe. Pour gagner la Syrie, le groupe est passé par le Waziristan, au Pakistan, en Afghanistan, puis de nouveau au Pakistan avant d'entrer en Iran et en Turquie.
    De Turquie, Tatari est entré en Syrie après un voyage de deux mois. 
    Le groupe a payé environ 2 000 $ par personne pour faire le voyage et payer les documents nécessaires.
    Le groupe aurait changé de véhicules près de 50 fois et marché pendant des dizaines de kilomètres. 
    Selon Al Naba, Al Tatari a demandé à être transféré en Irak quatre jours après son arrivée en Syrie et a rejoint les jihadistes combattant dans la ville de Baiji. C'est là qu'il a été tué au combat.
    Le bulletin ne donne pas la date exacte de sa mort, mais la ville a été reprise par l'armée irakienne et diverses milices soutenues par l'Iran en octobre 2015. 
    Al Naba a déjà publié la nécrologie de plusieurs militants morts en Irak ou en Syrie. Par exemple, Abou Omar al Turkistani, ancien commandant du Jihad islamique, tué par la frappe d'un drone américain en Syrie après avoir rejoint une unité d'Asie centrale affiliée à al-Qaïda à Edleb.