YEMEN

  • Yémen : Le commandant militaire d'AQAP tué par un raid américain

    Imprimer

    Abulan.jpegSelon des sources proches du contre-terrorisme au Yémen, Abu 'Umayr al-Hadrami (alias Salih ben Salim ben Ubayd Abulan ) a été éliminé lors d'une frappe américaine le 15 janvier 2022 à Mahfad, province d'Abyane, dans le sud du Yémen. Abulan était le commandant militaire d'AQAP (al-Qaida dans la Péninsule Arabique). Abulan était un vétéran du djihad afghan avec plus de 3 décennies d'expérience de combat.  

  • Yémen : Raids violents sur Sanaa et Hodeida et coupure d'internet - Près de 100 morts à Saada

    Imprimer

    La région de Hodeida et la capitale yéménite, Sanaa, ont été violemment bombardées tôt vendredi 21 janvier 2022, par des avions de la coalition sunnite dirigée par l'Arabie saoudite.

    Hodeidah
    La chaîne satellitaire Al-Masirah, affiliée aux rebelles chiites Houthis, a déclaré que « les avions de guerre de l'agression (la coalition soutenant le gouvernement yéménite légitime) ont ciblé le bâtiment des communications au centre de la ville de Hodeidah, tuant trois civils et en blessant 17 autres ».

    Des témoins oculaires ont déclaré qu'"une frappe aérienne avait visé le bâtiment de communication à Hodeidah dans la rue Al-Mowasalat, qui a fait des morts et des blessés parmi des civils, y compris des enfants, qui se trouvaient sur un stade sportif près du bâtiment de communication ciblé par le bombardement".

    Des témoins ont déclaré que d'autres raids avaient visé le camp de secours, les environs de l'École navale et le camp de la défense aérienne du gouvernorat.

    Pour sa part, la Public Communications Corporation, qui est sous le contrôle des Houthis, a annoncé qu'Internet serait coupé dans la plupart des régions du Yémen après que le bâtiment des communications ait été ciblé à Hodeidah, "où la passerelle internationale vers Internet est la seule source pour les gouvernorats du nord et du sud.

    Les résidents locaux ont confirmé l'interruption d'Internet dans la plupart des régions du pays il y a quelques heures.

    la coalition a déclaré avoir "ciblé l'un des repaires de la piraterie maritime et du crime organisé à Hodeidah".

    Sanaa
    Les habitants ont souligné que Sanaa avait été témoin des explosions les plus violentes depuis longtemps, à la suite d'une série de raids aériens ciblant des endroits distincts de la capitale, qui est sous le contrôle des Houthis.

    Les habitants ont expliqué que les avions de la coalition survolaient encore intensément la ville.

    De son côté, la coalition en faveur du gouvernement légitime a annoncé la mise en œuvre de frappes aériennes, qu'elle a qualifiées de "précises", contre des cibles "militaires légitimes" dans la capitale, Sanaa.

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a déclaré que "l'opération militaire est une réponse à la menace et neutralise le risque d'attaques hostiles", appelant les civils à Sanaa "à rester à l'écart des camps et des rassemblements houthis, et à évacuer tout site sous le contrôle contrôle de la milice à des fins militaires ».

    La coalition a intensifié ses frappes aériennes dans les zones contrôlées par les Houthis au Yémen, après que les Houthis ont annoncé lundi dernier qu'ils visaient la profondeur émiratie avec des drones et des missiles balistiques.

    Un général houthi, directeur du "collège de l'aviation" tué par la Coalition
    On a appris que dans la nuit du 20 au 21 janvier 2022, le "général" des Houthis, Abdullah Qasem al-Janid, qui dirigeait le "collège de l'aviation" et était à la tête du programme d'utilisation d'avions d'attaque sans pilote, a été tué. Un avion de la coalition avait porté un coup direct à sa maison privée, le tuant, lui et quatre membres de sa famille. On sait qu'al-Janid a étudié l'utilisation des drones en Iran et au Liban. Il a activement coopéré avec le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) et avec le Hezbollah libanais.

    Près de 100 morts dans une frappe aérienne visant une prison de SaadaFJoqIWxXsAMl4Oa.jpeg

    Une frappe aérienne visant une prison dans la ville de Saada, fief des rebelles houthis dans le nord du Yémen, a fait près de 100 morts et 138 blessés, ont affirmé vendredi 21 janvier 2022 les insurgés après cette attaque confirmée par la Croix-Rouge.

    "Un centre de détention a été pris pour cible à Saada et une équipe du Comité international de la Croix Rouge (CICR) est sur le terrain pour déterminer le nombre final de morts et de blessés", a déclaré à l'AFP Bachir Omar, porte-parole du CICR au Yémen. De nombreuses victimes sont toujours sous les décombres et les engins de chantier sont à l'oeuvre pour dégager d'éventuels survivants.

    Condamnation norvégienne
    La présidence norvégienne du Conseil de sécurité de l'ONU a condamné les récentes frappes aériennes de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite sur le Yémen, qui, selon les dernières données, ont fait plus de 200 morts et blessés.

    La déléguée norvégienne aux Nations Unies, Mona Gul (qui prend la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU en janvier), a décrit aux journalistes aujourd'hui, vendredi, avant le début d'une réunion d'urgence à huis clos du Conseil sur la récente attaque des Houthis groupe sur les Émirats arabes unis, les récents raids de la coalition comme "inacceptables".

    "Nous sommes profondément préoccupés (...) et appelons à la désescalade et à la retenue", a-t-elle déclaré.

    Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont condamné dans les termes les plus fermes les attentats qui ont visé Abou Dhabi. La déclaration a été publiée à l'unanimité, selon les diplomates, et les membres ont exigé que les responsables soient punis. Les Émirats arabes unis ont préparé la déclaration, soulignant que les attaques sanglantes contre les civils ont été « commises et adoptées par les Houthis ».

     

     

     

     

     

  • Yémen : 4,2 millions de personnes déplacées selon l'ONU

    Imprimer

    L'Organisation des Nations unies (ONU) a annoncé, jeudi 20 janvier 2022, que le nombre de réfugiés, fuyant le conflit au Yémen, a atteint 4 200 000 personnes.

    Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré, sur Twitter, avoir comptabilisé 1 200 familles déplacées à la suite du conflit au Yémen, au cours des deux premières semaines de l’année 2022.

    Et d’ajouter que "ceux-ci étaient principalement déplacés des gouvernorats de Chabwa (sud-est), Marib (centre) et Hodeida (ouest)".

    Le HCR a aussi rapporté que "le nombre total de réfugiés à travers le Yémen atteint 4,2 millions", depuis le déclenchement de la guerre, en mars 2015.

    Le nombre de réfugiés avant cette dernière estimation était de 4 millions de personnes.

    Les Nations unies ont indiqué qu'"il y a d'énormes besoins humanitaires, alors que les financements sont très limités".

    Le Yémen est le théâtre, depuis près de 7 ans, d’une guerre entre les forces pro-gouvernementales soutenues par une alliance militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite voisine, et les Houthis soutenus par l'Iran, qui contrôlent plusieurs gouvernorats, dont la capitale, Sanaa, depuis septembre 2014.

    Jusqu’à la fin de l’année 2021, la guerre au Yémen a coûté la vie à 377 000 personnes, et a infligé à l’économie yéménite une perte estimée à 126 milliards de dollars, ce qui a réduit une grande partie des 30 millions de yéménites à la dépendance vis-à-vis des aides pour survivre. Le conflit a déclenché l'une des pires crises humanitaires et économiques au monde, selon les Nations unies.

  • Yémen : La Coalition sunnite et l'armée yéménite lancent une opération militaire d'envergure contre les rebelles chiites Houthis

    Imprimer

    Jeudi 20 janvier 2022, d'importants dispositifs militaires de l'armée yéménite et des forces de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite sont en préparation pour avancer vers le district d'Al-Juba, au sud de Marib.

    À l'aube du jeudi 20 janvier, la coalition a annoncé qu'elle avait lancé une opération militaire à grande échelle contre le groupe « Ansar Ullah » (Houthis), dans plusieurs gouvernorats yéménites.

    L'information fait suite à la révélation de la coalition, publié dans un communiqué de l'agence de presse officielle saoudienne (SPA), qu'elle viserait désormais les "chefs terroristes" responsables de cibler des civils, ajoutant qu'ils ne seront plus à l'abri désormais.

    La coalition a ajouté que cette dernière opération répond à la menace et au principe de nécessité militaire pour protéger les civils des attaques.

    Actuellement, environ trois millions de personnes vivent dans la ville de Marib, dont environ un million ont fui d'autres régions du Yémen.

    Il y a quelques jours, l'armée gouvernementale a annoncé que l'artillerie et l'aviation avait détruit 80% du total des armes et équipements des rebelles chiites à Marib.

    Les forces gouvernementales yéménites, avec le soutien de la coalition, ont lancé des opérations militaires simultanées il y a plus d'une semaine dans le but de regagner toutes les zones des provinces de Marib et d'Al-Bayda, aprèsla libération complète du gouvernorat de Chabwah.

    Les forces armées et les "brigades des géants", assistées par les forces de la résistance populaire, ont réalisé des progrès remarquables dans le sud de Marib comme à al-Bayda, suite aux combats acharnés contre les Houthis.

    Rappelons que les rebelles chiites ont lancé à partir de février 2021, une vaste offensive contre la province de Marib, riche en pétrole et en gaz, malgré tous les appels au calme internationaux et onusiens sur les dangers qui menacent la vie de milliers de personnes déplacées.

     

     

  • Yémen : La coalition poursuit ses frappes intensives contre les bastions houthis à Sanaa

    Imprimer

    Mardi 18 janvier 2022, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a poursuivi ses frappes aériennes intensives sur les bastions et les camps des Houthi à Sanaa, dans le cadre d'opérations aériennes qu'elle a déclaré mener 24 heures sur 24 au-dessus de la capitale yéménite.

    Lundi 17 janvier, la coalition a annoncé le début de frappes aériennes à Sanaa, au lendemain de la destruction de huit drones kamikazes lancés vers l'Arabie saoudite, et après l'attaque d'installations civiles aux Émirats arabes unis.

    Dans un communiqué, la coalition a indiqué que les frappes lancées lundi visaient les dirigeants houthi au nord de la capitale, Sanaa, et qu'un avion d'attaque F-15 avait détruit deux plates-formes de lancement de missiles balistiques.

    La coalition a appelé les habitants de Sanaa, au lendemain du début des frappes, à rester à l'écart des camps et des rassemblements des milices houthi, afin d'assurer leur sécurité.

    Le porte-parole des forces de la coalition, le général de brigade Turki Al-Maliki, a confirmé que « la milice houthi ciblant délibérément des civils, des biens civils et des installations économiques, à la fois en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, commettait des crimes de guerre et représentait une menace pour la sécurité régionale et internationale. "

    Al-Maliki a expliqué que "l'attaque hostile contre les Émirats arabes unis est un acte d'hostilité lâche et une violation flagrante du droit international humanitaire et de ses règles coutumières.

    Il a également souligné que la coalition a pris « les mesures opérationnelles nécessaires pour dissuader ces comportements hostiles de la milice Houthi ».

    Batailles de la province de Marib
    Yemen_Politics_Jamal_pic_1-768x490.jpeg

    En outre, la coalition a annoncé mardi 18 janvier 2022 avoir mené 17 frappes contre la milice Houthi à Marib en 24 heures. Elles ont eu pour résultat la destruction de 9 véhicules de la milice et l'élimination de 80 combattants houthi.

    L'armée yéménite a déclaré plus tard que "les frappes avaient visé des rassemblements houthi, à l'ouest et au sud de Ma'rib, le long du théâtre des opérations, et avaient infligé de lourdes pertes aux Houthi".

    Le front de Harib, au sud du gouvernorat de Ma'rib, est témoin d'affrontements intermittents et d'échanges de tirs d'artillerie entre les "Brigades des Géants" d'un côté et les milices Houthi de l'autre. Les Brigades des Géants ont encerclé les restes de la milice Houthi dans certains zones de Harib.

    Pendant ce temps, le front de Numan, à l'est du gouvernorat d'Al-Bayda, est témoin d'affrontements. Les forces gouvernementales tentent d'empêcher les renforts houthis en provenance de la province d'Al-Bayda vers le front de Harib, au sud du gouvernorat de Ma'rib.

    Par ailleurs, les forces pro-gouvernementales ont lancé une série de raids contre les renforts et les centres d'approvisionnement des miliciens houthi dans les districts d'Al-Malajim, d'Al-Sawadiyah et de Nati' dans le gouvernorat d'Al-Bayda. Les Houthi utilisent également ces centres pour lancer des missiles.

     

     

     

  • Abou Dhabi : Les rebelles chiites yéménites attaquent Abou Dhabi et raid de représailles de la coalition sunnite contre la capitale yéménite

    Imprimer

    Les Houthis attaquent les Émirats arabes unis, trois morts
    Au moins trois personnes ont été tuées et six blessées lors d'une frappe houthie sur des cibles stratégiques près d'Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis. Trois réservoirs de pétrole ont été détruits et d'un incendie s'est déclaré dans la nouvelle zone de construction près de l'aéroport d'Abou Dhabi.
    FJduo3SWUA0LitX.jpeg

    Les Houthis confirment avoir attaqué une installation de stockage de pétrole et l'aéroport d'Abu Dhabi
    Les rebelles yéménite houthis ont confirmé lundi avoir ciblé les aéroports d'Abou Dhabi et de Dubaï et la raffinerie de Musaffah aux Émirats arabes unis, avec des missiles balistiques et un grand nombre de drones, dans une opération qu'ils ont baptisée "Yemen's Storm" (tempête du Yémen).

    La déclaration a appelé les entreprises étrangères, les citoyens et les résidents des Émirats arabes unis à rester à l'écart des "sites et installations vitaux", s'engageant à "élargir la banque d'objectifs pour inclure des sites et des installations plus importants dans la période à venir".

    Il est rapporté que trois réservoirs appartenant à la société ADNOC ont brûlé dans une installation de stockage de pétrole dans la zone industrielle de Mussafah. Un incendie à l'aéroport a entraîné la suspension des vols.

    Les autorités des Émirats arabes unis n'ont pas encore admis avoir été attaquées par les Houthis. Cependant, des responsables de la police ont déclaré que des fragments d'avions ont été retrouvés dans les deux endroits, qui pourraient également appartenir à des drones.

    Ces dernières semaines, l'intensité des frappes contre l'Arabie saoudite par les Houthis soutenus par l'Iran a considérablement augmenté. Le royaume a dû se tourner vers des alliés régionaux avec une demande de fourniture de nouveaux missiles intercepteurs pour la défense aérienne.

    Des dommages importants ont été causés à une installation de stockage de pétrole située dans la zone industrielle de Musaffah. Trois chars ont explosé ici et des gens sont morts - des citoyens indiens et pakistanais. Un incendie s'est déclaré dans un entrepôt de l'aéroport international d'Abu Dhabi, l'aéroport a été fermé.

    Le service de presse de la coalition sunnite a déclaré avoir réussi à intercepter huit drones tirés sur des objets situés en Arabie saoudite.

    Représailles de la coalition sunnite à Sanaa, la capitale yéménite
    FJYHQ6tXIAU9wnI.jpeg

    Des frappes aériennes de la coalition sous commandement saoudien intervenant militairement au Yémen ont fait 14 morts dans la capitale Sanaa, contrôlée par les rebelles chiites houthis, selon les premières estimations, alors que les fouilles des décombres se poursuivaient, ont déclaré mardi à Reuters des habitants.

    Cette offensive de la coalition saoudienne est survenue en représailles à une attaque imputée aux houthis lundi contre l'aéroport d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, alliés de l'Arabie saoudite.

    D'après une source médicale et des habitants, l'une des frappes a ciblé le domicile d'un ancien représentant de l'armée, qui a été tué, de même que son épouse, son fils, d'autres membres de sa famille et d'autres personnes non identifiées. 

    Lundi 17 janvier 2022, la coalition arabe a annoncé, dans un bref communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne (SPA), qu'"en réponse à la menace et à la nécessité militaire, nous avons lancé des frappes aériennes à Sanaa".

    Elle a ajouté : "Nous avons ciblé des chefs terroristes au nord de la capitale, Sanaa, et la situation opérationnelle nécessite des frappes continues en réponse à la menace".

    La télévision officielle des houthis, mouvement chiite soutenu par l'Iran, a rapporté dans un premier temps que 12 personnes, dont des femmes et des enfants, avaient été tués par l'offensive aérienne de la coalition saoudienne. Par ailleurs, 11 personnes ont été blessées et cinq maisons détruites, a indiqué Al Massirah.

    Les rebelles houthis ont révélé le type de missiles utilisés pour attaquer Abou Dhabi
    La milice chiite yéménite Houthi a révélé les types de missiles qu'elle a utilisés lors des raids qu'elle a lancés hier sur des cibles aux Émirats arabes unis et a menacé de nouvelles attaques contre l'État du Golfe.

    Missiles de nom iranie
    Drone Samad 3.jpg

    Le porte-parole militaire du groupe Ansar Ullah au Yémen, Yahya Saree, a déclaré que l'aéroport d'Abu Dhabi avait été visé par quatre missiles ailés "Quds 2" tandis que l'aéroport de Dubaï avait, lui, été visé par un missile balistique "Zulfiqar". Les missiles sont de conception iranienne mais de fabrication yéménite. 

    Le porte-parole a déclaré mardi dans un communiqué : "Les missiles qui ont été utilisés lors de l'opération "Tempête du Yémen" étaient quatre missiles ailés Quds 2, qui ont visé la raffinerie de pétrole de Mussafah et l'aéroport d'Abou Dhabi". Il a ajouté que le missile balistique Zulfiqar avait visé l'aéroport de Dubaï.

    Le communiqué ajoute : "Quant aux drones, ils ont visé un certain nombre de cibles sensibles et importantes. Il s'agissait de drones Sammad 3".

    Menace de nouvelles attaques
    Le commandant des forces armées du groupe houthi "Ansar Ullah" a menacé les Émirats arabes unis de nouvelles attaques, et le maréchal Mahdi Al-Mashat a déclaré : "Si l'agression et la poursuite de l'occupation de ce pays (Yémen) se poursuivent, cela posera des risques pour l'économie et les investissements dans les Émirats arabes unis à l'avenir." 

    Les EAU condamnent les attaques des Houthis
    Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré, dans un communiqué, que "les Émirats arabes unis condamnaient le ciblage par la "milice terroriste Houthi" de zones et d'installations civiles sur le territoire des Émirats arabes unis", soulignant qu'il "poursuit ses crimes sans contrôle et cherche à semer le terrorisme et le chaos dans la région », selon l'agence de presse Emirates - WAM.

    Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a appelé la communauté internationale à condamner ces actes terroristes visant des civils, considérant que "ces attaques sont un crime odieux commis par la milice Houthi en dehors des lois internationales et humanitaires". 


    FJTMuMIX0AIMJ7o.jpeg

  • Yémen : La "Coalition" effectue 60 raids à Marib et Al-Bayda... et met en garde contre l'utilisation des routes

    Imprimer

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a publié samedi 15 janvier 2022 un communiqué avertissant les Yéménites de ne pas utiliser les routes venant de Marib et Al-Bayda vers Harib, Ain, Bayhan et Usaylan, à partir de ce samedi après-midi jusqu'à nouvel ordre. 

    La coalition a déclaré que ces zones et routes sont surveillées par l'aviation 24 heures sur 24 et que tout mouvement sur celles-ci sera pris pour cible, conseillant aux Yéménites de ne pas s'en approcher pour des raisons de sécurité.

    Des sources ont indiqué que les forces de l'armée nationale et les "brigades des géants" ont complètement assiégé les miliciens houthis dans le sud du gouvernorat de Ma'rib, et qu'elles sont sur le point d'achever la libération du district de Harib et du village d'al-Jawbah, à 50km au sud de Maarib.

    Les avions de combat de la coalition ont appuyé les combattants au sol, ciblant plusieurs camions des houthis qui étaient en route pour acheminer des renforts vers Harib.

    Les forces de l'Armée nationale et de la Résistance ont également pris le contrôle de la plupart des parties de Jabal al-Sharqi, chassant les nombreux éléments houthis qui étaient stationnés sur la montagne. Ceux-ci sont pris au siège sur un axe sablonneux, où des affrontements ont lieu à la périphérie d'Al-Balaq.

    Auparavant, l'armée yéménite avait annoncé la poursuite de l'avancée de ses forces sur les fronts de Marib, et qu'elle était en mesure d'imposer un siège sur le front sud de la province, et de fermer complètement les ports.

    Les tirs des forces gouvernementales ont forcé la milice Houthi à se retirer de « Al-Lajma », « Al-Akd Al-Ramli » et « Al-Naq'a ». On assiste à un effondrement de la résistance des milices chiites qui subissent de leurs lourdes pertes en hommes et matériel.

    Pour sa part, le porte-parole officiel des forces armées yéménites, le général de brigade Abdo Majali, a déclaré que la libération du quartier de Harib à Marib pourrait être annoncée dans les prochaines heures.