Wulgo

  • Cameroun : un militaire tué dans une nouvelle attaque des djihadistes de Boko Haram dans l'Extrême-Nord

    Imprimer

    Au moins un militaire a été tué et plusieurs autres blessés dans une nouvelle attaque perpétrée mercredi soir 9 mars 2022 par des membres de l'organisation djihadiste Boko Haram contre un poste militaire dans l'Extrême-Nord du Cameroun, ont annoncé jeudi des sources officielles locales.

    « Dans la nuit de mercredi à jeudi vers 2h 40, plusieurs dizaines d'éléments de Boko Haram ont lancé un assaut contre le poste militaire à Tourou, près de la frontière avec le Nigeria », a indiqué dans une déclaration le gouverneur de la région, Bakari Midjiyawa.

    « Le bilan provisoire fait état d’un militaire tué. Les assaillants ont par ailleurs brulé le soldat », a-t-il précisé ajoutant que le poste militaire attaqué appartient au 43e bataillon d’infanterie motorisée (Bim).

    Selon le gouverneur, dix autres militaires ont été blessés et un soldat porté disparu dans cette attaque.

    « Plusieurs éléments de Boko Haram ont été aussi neutralisés », a souligné le Général Bouba Dobekréo, commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale (FMM) de lutte contre Boko Haram.

    Depuis quelques jours, Boko Haram multiplie les attaques contre les postes militaires situés près de la frontière avec le Nigeria.

    Mardi soir, le groupe djihadiste avait perpétré une autre attaque contre le poste militaire de Wouglo situé près de la frontière nigériane. Un militaire camerounais avait perdu la vie dans cet attaque.

    Bien qu’affaibli, le groupe Boko Haram reste très actif dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, frontalière du Nigeria.

    La rébellion de Boko Haram a éclaté en 2009 dans le nord-est du Nigeria avant de se propager dans les pays voisins.

    Depuis, plus de 36.000 personnes (principalement au Nigeria) ont été tuées, et 3 millions ont dû fuir leur domicile, selon l’ONU.

  • Cameroun : attaque contre un poste militaire de la Force mixte multinationale

    Imprimer

    La base militaire de Woulgo située dans la régions de l'Extrême-Nord du Cameroun, près de la frontière nigériane a été prise pour cible, mardi soir, par des djihadistes de Boko Haram.

    « L’attaque contre cette base de la Force mixte multinationale de lutte contre Boko Haram a été menée vers 18h 30 (heure locale) par une trentaine de terroristes lourdement armés et à bord de trois pickups », a indiqué le gouverneur de l'Extrême-Nord Bakari Midjiyawa.

    Le bilan provisoire fait état d'un militaire camerounais tué et des blessés, selon la même source.

    « Les éléments de l’armée qui étaient à cette base, ont énergiquement riposté contre les assaillants qui se sont repliés vers le Nigéria voisin. Cette riposte nous a permis de limiter les dégâts », a expliqué le général Bouba Dobekréo, commandant du secteur 1 de la Force mixte multinationale.

    Dans la même nuit de mardi à mercredi, un autre groupe de Boko Haram a attaqué le village Cheripouri situé dans le canton de Kolofata, département du Mayo Sava.

    « Un civil a été blessé et plusieurs effets emportés par les terroristes », a souligné le gouverneur de l’Extrême-Nord.

    L'Extrême-Nord du Cameroun, tout près de la frontière nigériane, est régulièrement le théâtre d'attaques de ce groupe islamiste originaire du nord-est du Nigeria.

    Les combattants de Boko Haram et de sa branche dissidente, le groupe État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), multiplient les attaques meurtrières contre les forces de sécurité et les civils dans cette partie du Cameroun comme dans les régions limitrophes des trois pays voisins, le Nigeria, le Niger et le Tchad.

    Ils y enlèvent fréquemment des civils, notamment des femmes et des enfants.

    La rébellion de Boko Haram a éclaté en 2009 dans le nord-est du Nigeria avant de se propager dans les pays voisins.

  • Cameroun : trois militaires tués et neuf blessés dans des attaques contre deux postes militaires

    Imprimer

    Des jihadistes de l'"Etat islamique dans la province d'Afrique de l'Ouest "(ISWAP) ont pris d'assaut samedi soir 20 mars deux bases militaires de la Force Mixte Multinationale (FMM) situées entre les localités de Gambaru et Wougo, près de la frontière avec le Nigéria.

    « Les terroristes ont surpris les quelques militaires qui étaient en poste, alors que la plupart des militaires étaient partis en mission de ravitaillement à Fotokol », dans l’Extrême-Nord du Cameroun, a  le commandant du secteur 1 de la FMM, le général de brigade Bouba Dobekréo.

    « Après des violents combats, nous avons malheureusement perdu trois de nos hommes et neuf autres ont été blessés », a souligné le commandant.

    D’après la même source, « trois véhicules de l’armée dont une ambulance » ont été incendiés par les assaillants.

    « Plusieurs terroristes » ont été neutralisé et « leurs corps emportés par les terroristes lors de leur repli vers le Nigéria », a souligné le Général.

    Cette attaque meurtrière de l'Etat islamique intervient après plusieurs mois d’accalmie dans l’Extrême-Nord du Cameroun, une région secouée depuis 2015 par des attaques du groupe jihadiste Boko Haram suite à sa proximité avec le Nord-est du Nigéria, fief de Boko Haram.

    Depuis 2015, les pays de la région du Lac Tchad luttent contre ces terroristes islamistes au sein de la Force Mixte Multinationale, une coalition militaire régionale engagée autour du lac Tchad avec l’aide de comités de vigilance composés d’habitants civils.

    Le groupe armé Boko Haram, dont le nom signifie approximativement « le libre est pêché », est basé dans le nord-est du Nigéria et a essaimé dans plusieurs pays voisins, dont le Tchad, le Niger et le nord du Cameroun.

    Depuis 2015, ce groupe a fait des ravages dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, commettant des attaques qui sont souvent menées sans discernement ou qui visent délibérément les civils.

    Ces attaques ont consisté en des attentats-suicide dans des lieux publics où des foules se rassemblent, tels que marchés, mosquées, églises, écoles, camps pour personnes déplacées et gares routières; des enlèvements, notamment de femmes et de filles; et des pillages et destructions systématiques de biens civils.

     

  • Cameroun : au moins neuf morts et plusieurs blessés dans une série d’attaques de Boko Haram

    Imprimer

    (Attention E.B.)

    Au moins neuf personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans une série d’attaques, attribuées à l’organisation jihadiste Boko Haram, menées dans la nuit de lundi à mardi dans la région de l’Extrême nord du Cameroun.

    Ces attaques ont été confirmées mardi matin par des sources militaires et locales.

    L’attaque la plus meurtrière a eu lieu à Kouyapé, un village camerounais situé près du Nigéria, suite à l’activation d’une charge explosive par un terroriste, tuant 6 personnes et blessant 7 autres.

    « Vers 1 heure (heure locale, TU+1), des combattants de Boko Haram ont lancé une attaque contre le village Kouyapé situé dans le canton de Kolofata. Quand les islamistes ont constaté l’arrivée de l’armée, l’un d’eux a déclenché une charge explosive tuant six civils et blessant sept autres », a précisé le gouverneur de la région, Bakari Midjiyawa.

    « Un membre de Boko Haram a été neutralisé et du matériel de guerre récupéré », a-t-il ajouté.

    Dans la même nuit de lundi à mardi, « vers 23 heures, un autre groupe de Boko Haram a perpétré une attaque contre le village Talakatchi dans le canton Mayo Moskota tuant deux civils et blessant un militaire », a affirmé le commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale de lutte contre Boko Haram, le général Bouba Dobkréo.

    Cet officier de l’armée camerounaise ajoute, par ailleurs, que des éléments de la Force Mixte Multinationale (FMM) « en mission de ravitaillement, sont tombés dans une embuscade de Boko Haram à Wulgo » département du Logon et Chari dans la zone du Lac Tchad.

    Le bilan fait état d’«un militaire nigérian de la FMM tué, un soldat nigérian blessé et trois militaires camerounais blessés ».

    Le groupe terroriste Boko Haram, dont le nom signifie « Le livre (book) est péché », est né dans le Nord-est du Nigéria et a essaimé dans plusieurs pays voisins, dont le Tchad, le Niger et le nord du Cameroun.

    Depuis 2014, ce groupe a fait des ravages dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, commettant des attaques qui sont souvent menées sans discernement ou qui visent délibérément les civils.

    Ces attaques ont consisté en des attentats-suicide dans des lieux publics où des foules se rassemblent, tels que marchés, mosquées, églises, écoles, camps pour personnes déplacées et gares routières; des enlèvements, notamment de femmes et de filles; et des pillages et destructions systématiques de biens.

    « Les violences commises par Boko Haram au Cameroun ont forcé plus de 322 000 personnes à s’enfuir de leurs domiciles depuis 2014 », a souligné l’ONG Human Rights Watch dans son rapport du 25 août 2020.