Woulgo

  • Nigeria : Les troupes nigérianes affrontent l'Etat islamique (ISWAP) et Boko Haram à Gwoza, Ngala

    Imprimer

    L'armée nigériane a repoussé les attaques de l'État islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) à Wulgo et de Boko Haram à Gwoza dans l'État de Borno, au nord-est du Nigéria, le lundi 26 avril.

    Rappelons qu'ISWAP a rompu avec Abubakar Shekau, le dirigeant de Boko Haram en 2016.

    Des sources locales ont déclaré que les troupes nigérianes étaient engagées dans des affrontements féroces avec l'ISWAP dans la ville de Wulgo dans la zone du gouvernement local de Ngala située dans la partie centrale de l'État de Borno. La ville est adjacente à la frontière avec le Cameroun.

    De même, les troupes de la ville de garnison de Gwoza, dans le sud de Borno, ont repoussé une incursion d'insurgés de Boko Haram.

    Entre 2014 et 2015, la ville de Gwoza a servi de quartier général de Boko Haram, mais l'armée a repris la ville de Gwoza en mars 2015, permettant aux habitants déplacés de revenir progressivement.

    Selon Médecins sans frontières , Gwoza abrite 60 000 personnes, dont beaucoup sont des déplacés par le conflit.

    Plus de 37 000 personnes ont été tuées et des millions ont été déplacées par le conflit avec les djihadistes de Boko Haram.

  • Nigeria : L'armée de l'air nigeriane mène des raids massifs contre l'Etat islamique (ISWAP)

    Imprimer

    L'armée de l'air nigériane, en coordination avec le QG de l'armée nigériane, a bombardé massivement des concentrations de jihadistes de l'ISWAP (Etat Islamique dans les provinces d'Afrique de l'Ouest) dans les secteurs de Sabon, Tudun et Wulgo. On estime que près de 3.000 jihadistes extrêmement endurcis sont concentrés dans ces régions. Selon les premières indications données par l'armée nigériane, plusieurs centaines de jihadistes auraient été neutralisés. 

  • Nigeria : Violents combats entre l'Etat islamique et la force multinationale à Woulgo

    Imprimer

    Violent échange de tirs entre l'Etat islamique (ISWAP) et la Multinational joint taskforce à Woulgo dans la nuit du 22 au 23 juillet 2020. La bataille a duré plus d'une heure, aucune victime du côté des militaires.
    L'armée ratisse  les buissons voisins à la recherche d'éventuels terroristes blessés ou morts.