Wisil

  • Somalie : attentat suicide dans un bar, au moins 10 morts

    Imprimer

    Au moins dix civils ont été tués, vendredi 2 juillet 2021, dans un attentat suicide perpétré contre un tea shop situé au centre de la capitale. L

    Le terroriste s'est fait exploser près du carrefour de Juba, non loin du quartier général des renseignements nationaux à Mogadiscio. L'homme portait un gilet suicide et s'est fait exploser près d'un bar très fréquenté. L'attaque a eu lieu aux heures de pointe, alors que de nombreuses personnes se trouvaient à l'intérieur de l'établissement. Il y aurait  dix morts et des dizaines de blessés. Le nombre de morts pourrait être plus élevé. Des médias locaux ont fait état d'environ huit morts.  

    Aucun groupe n'a encore revendiqué l'attentat, bien que le groupe islamiste al-Shabaab, une organisation affiliée à al-Qaïda soit suspecté. Le 28 juin ,30 personnes, dont 17 militaires et 13 civils, avaient été tués lors d'une attaque menée par le groupe al-Shabaab. La cible des islamistes était  une base militaire dans la ville de Wisil, dans l'État semi-autonome de Galmudug. Les assaillants avaient utilisé deux voitures piégées et échangé des tirs avec les forces gouvernementales et des habitants armés. 

    Al-Shabaab, qui contrôle des parties du territoire somalien depuis 2011, vise à renverser le gouvernement de Mogadiscio, soutenu par divers pays, pour imposer sa propre interprétation de la loi islamique. 

    L'organisation terroriste a contrôlé de vastes zones du pays jusqu'en 2011, date à laquelle ses combattants ont été expulsés des principales agglomérations, dont Mogadiscio, grâce à l'offensive de l'armée somalienne et des troupes de l'Union africaine. En Somalie, 20 000 hommes de l'opération de maintien de la paix de l'Union africaine, la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM), sont présents pour combattre le groupe al-Shabaab. Les États-Unis font également partie des pays qui ont le plus combattu le groupe islamiste dans le pays de la Corne de l'Afrique, menant des frappes aériennes à répétition contre des jihadistes. Fin 2020, l'ancien président américain Donald Trump a ordonné à   environ 700 soldats américains de se retirer de la Somalie, réduisant l'engagement de Washington contre le groupe al-Shabaab, considéré comme l'un des principaux affiliés d'al-Qaïda.

    Le  rapport national sur le terrorisme de 2019, publié par le gouvernement américain, a révélé que l'Afrique de l'Est représente « un refuge pour al-Shabaab », qui contrôle de facto une grande partie du territoire du centre-sud de la Somalie, où il collecte également des « impôts » et soumet les dirigeants locaux . Selon le rapport, à partir de ces positions, les terroristes organisent, planifient et mènent des attaques, contre le Kenya voisin. En 2019, selon les données publiées par le rapport, les attaques d'al-Shabaab se seraient multipliées et se seraient concentrées sur des objectifs gouvernementaux et notamment des membres et des dirigeants d'institutions, pour saper leur crédibilité et leur efficacité. En février 2017, le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a déclaré l'état de guerre contre le groupe islamiste.