Wilayat Sina'

  • Egypte : Cinq militaires tués dans une nouvelle attaque jihadiste dans le Sinaï

    Imprimer

    Cinq militaires égyptiens et sept jihadistes ont été tués, mercredi 11 mai 2022 à l'aube, lors d'une nouvelle attaque dans la région du Sinaï (Est) en proie à une insurrection jihadiste, a rapporté l'armée égyptienne.

    "Un officier et quatre soldats ont été tués et deux autres soldats ont été blessés", a annoncé le porte-parole des forces armées dans un communiqué. Il s'agit de la deuxième attaque du genre en moins d'une semaine.

    Samedi déjà, l'armée avait fait état de onze militaires tués et cinq autres blessés en tentant de déjouer une attaque "terroriste" à proximité du canal de Suez dans le Sinaï. L'État islamique a revendiqué dimanche la responsabilité de cette attaque via son organe de propagande Amaq.

    L'armée et la police ont lancé en février 2018 une vaste opération "antiterroriste" dans la péninsule du Sinaï où sévissent des cellules radicales dont certaines ont fait allégeance à l'Etat islamique. Elles combattent également des insurgés radicaux dans le désert occidental, entre la vallée du Nil et la frontière avec la Libye. 

    Dans le Sinaï, les attaques se concentrent particulièrement sur un point: les oléoducs et gazoducs qui approvisionnent Israël et la Jordanie. Régulièrement, l'armée annonce avoir tué des jihadistes dans cette zone. Depuis le 7 mai, 23 jihadistes ont été tués selon l'armée.

    En tout, plus d'un millier de jihadistes et des dizaines de membres des forces de sécurité ont été tués, selon les chiffres officiels --mais aucun bilan de source indépendante n'est disponible et le Nord-Sinaï est interdit aux journalistes. L'armée a annoncé cette attaque alors que le président Abdel Fattah al-Sissi rencontre au Caire le conseiller à la sécurité nationale américaine, Jake Sullivan. Les deux hommes ont abordé la "coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme" entre les deux pays, a annoncé la présidence égyptienne dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

    Des attentats ont eu lieu au Caire ces dernières années, notamment en mai 2019 sur le site des pyramides de Guizeh faisant 17 blessés. En août 2019, toujours au Caire, une vingtaine de personnes avaient été tuées lorsqu'une voiture bourrée d'explosifs avait percuté trois autres véhicules, provoquant une énorme explosion. En avril 2020, un policier et sept membres d'une "cellule terroriste" ont été tués dans des échanges de tirs au Caire. Ces jihadistes s'apprêtaient, selon les autorités, à s'en prendre à des chrétiens pendant les célébrations de Pâques.

  • Egypte : Onze militaires tués dans une attaque jihadiste

    Imprimer

    Onze militaires ont été tués, samedi 7 mai 2022, en Égypte en déjouant une attaque par des jihadistes contre une station de pompage d'eau vitale à l'est du canal de Suez. 
    FSQmo6UXMAAwTr7.jpeg

    La péninsule du Sinaï, au nord-est du pays, est en proie à une insurrection jihadiste. Ce bilan est l'un des plus élevés enregistré par les forces égyptiennes depuis des années en Égypte.

    Onze militaires, dont un officier de haut rang, ont été tués. Cinq autres ont été blessés, selon un communiqué de l'armée. Les soldats "continuent de poursuivre et d'encercler les terroristes" dans les combats qui se sont déplacés vers "une région isolée du Sinaï". 

    L'armée et la police ont lancé en février 2018 une vaste opération "antiterroriste" dans la péninsule du Sinaï où sévissent des cellules radicales dont certaines ayant fait allégeance à l'État islamique. Elles combattent également des insurgés radicaux dans le désert occidental, entre la vallée du Nil et la frontière avec la Libye.

    Dans le Sinaï, les attaques se concentrent particulièrement sur un point: les oléoducs et gazoducs qui approvisionnent Israël et la Jordanie. Régulièrement, l'armée annonce avoir tué des jihadistes dans cette zone. En tout, plus d'un millier de jihadistes et des dizaines de membres des forces de sécurité ont été tués, selon les chiffres officiels --mais aucun bilan de source indépendante n'est disponible et le Nord-Sinaï est interdit aux journalistes.

    Le dernier attentat d'importance au Caire remonte à mai 2020, quand une attaque a visé les pyramides de Guizeh dans le sud-ouest de la capitale, faisant 17 blessés un mois avant que l'Égypte n'accueille sur son sol la Coupe d'Afrique des Nations de football. En août 2019, toujours au Caire, une vingtaine de personnes avaient été tuées lorsqu'une voiture bourrée d'explosifs avait percuté à grande vitesse trois autres véhicules, provoquant une énorme explosion. Le mois suivant, un policier et sept membres d'une "cellule terroriste" ont été tués dans des échanges de tirs au Caire. Ces jihadistes s'apprêtaient, selon les autorités, à s'en prendre à des chrétiens pendant les célébrations de Pâques.

  • Egypte : Des membres des tribus pro-gouvernementales ont mené une opération contre l'Etat islamique dans le Sinaï 

    Imprimer

    Samedi 18 décembre, l'Union tribale du Sinaï (STU) soutenue par le gouvernement a annoncé que ses forces avaient mené une opération contre l'Etat islamique dans la région d'al-Ajra'a dans la partie nord de la péninsule du Sinaï.
    FG2uqOoWUAcLGkr.jpeg

    Au cours de l'opération à al-Ajra'a, les forces du STU ont tué deux terroristes de l'Etat islamique. Un troisième terroriste, qui a été blessé lors d'une récente frappe aérienne de l'armée de l'air égyptienne, s'est rendu aux combattants tribaux qui le livreront probablement aux autorités égyptiennes.

    Un certain nombre de caches et de véhicules de l'Etat islamique ont été découverts et détruits par ses forces tribales au cours de l'opération.

    FG2uqOqXsAIugti.jpeg

    FG2uqOoWYAAaKsN.jpeg

    Les forces du STU opèrent contre les cellules de l'Etat islamique dans le Sinaï depuis quelques années maintenant. Les forces tribales ne sont pas indépendantes. Elles sont commandés par les officiers de l'armée et des membres de la sécurité égyptienne.

    Les opérations de l'Etat islamique dans le Sinaï se sont ralenties ces derniers mois en raison directe de la pression exercée par l'armée égyptienne, les forces de sécurité et le STU.

    L'insurrection du groupe terroriste dans le Sinaï, qui a commencé en 2014, semble toucher à sa fin. Cela ne signifie pas pour autant que l'influence du groupe dans la péninsule a disparu.

  • Egypte : Les forces tribales arrêtent un membre éminent de l'Etat islamique 

    Imprimer

    L'Union tribale (STU) anti-Daech, une milice bédouine pro-gouvernementale dans le nord du Sinai , affirme avoir arrêté Muhammad Saad Kamel, alias Abu Hamza al-Qadi, chef de la cour locale de la charia et leader éminent de l'Etat islamique, ainsi que sa femme et ses 3 enfants.

  • Egypte : Treize jihadistes tués au Sinaï selon l'armée

    Imprimer

    Treize jihadistes présumés ont été tués lors d'affrontements avec l'armée dans le Sinaï,, a indiqué le porte-parole des forces armées.

    La péninsule du Sinaï est en proie depuis des années à une insurrection armée, et l'armée annonce régulièrement des morts dans les combats. "Dans le cadre des efforts des forces armées dans la lutte contre le terrorisme dans le nord et le centre du Sinaï, 13 éléments takfiristes (extrémistes) ont été éliminés", a indiqué le porte-parole des forces armées dans un communiqué diffusé jeudi soir 12 août 2021. Neuf soldats égyptiens ont par ailleurs été "tués ou blessés", a-t-il ajouté. Il n'a pas donné de précisions sur les circonstances ou la date de ces évènements.

    L'armée a également indiqué avoir confisqué 15 fusils d'assaut, des munitions, des motos, des téléphones portables, des jumelles et d'importantes sommes d'argent en différentes devises.

    Depuis des années, les forces égyptiennes s'efforcent de mettre fin à la présence des groupes islamistes dans la péninsule du Sinaï, principalement de la branche locale de l'Etat islamique (Wilayat Sina').

    Les attaques et violences jihadistes se sont multipliées après la destitution en 2013 par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, affilié aux Frères Musulmans. Et depuis février 2018, l'armée mène une opération d'envergure contre les jihadistes, principalement dans le nord du Sinaï et le désert occidental.

    Plus d'un millier de jihadistes et des dizaines de membres des forces de sécurité ont été tués dans le Sinaï, selon les chiffres officiels. Mais aucun bilan de source indépendante n'est disponible, et le Nord-Sinaï est interdit aux journalistes.

  • Egypte : 89 jihadistes de l'Etat islamique éliminés par les forces de sécurité lors d'opérations récentes dans le Sinaï

    Imprimer

    Les Forces armées égyptiennes ont éliminé 89 membres de l'Etat islamique lors d'opérations récentes dans le nord de la péninsule du Sinaï, a annoncé le 1er août le commandement général de l'armée.

    Dans un communiqué, le commandement général a déclaré que les récentes opérations dans le Sinaï se traduisaient également par la saisie de 73 fusils automatiques, 140 chargeurs, 5606 balles de différents calibres, 34 appareils radio, un drone équipé d'une caméra, un viseur de vision nocturne, un ordinateur portable, un certain nombre de téléphones portables et des sommes d'argent ;

    La découverte et la destruction de 404 engins explosifs quatre ceintures explosives ;

    La destruction de 59 motos et 52 véhicules utilisés par l'Etat islamique pour mener des attaques ;

    La découverte et la destruction de 13 tunnels utilisés par l'Etat islamique pour se faufiler dans certaines zones du nord du Sinaï.

    Les opérations récentes de l'armée ne se sont pas limitées à la péninsule du Sinaï. A la frontière occidentale avec la Libye, de nombreuses tentatives de contrebande ont été déjouées par l'armée.

    Selon le commandement général de l'armée, un total de 200 véhicules, dont certains transportaient des armes et des munitions, ont été détruits alors qu'ils tentaient de s'infiltrer dans l'ouest de l'Égypte.

    Les forces gouvernementales égyptiennes ont opéré sans relâche pour mettre fin à l'insurrection de l'Etat islamique dans la péninsule du Sinaï et pour sécuriser la frontière avec la Libye déchirée par la guerre. Pourtant, le combat sur les deux fronts est encore loin d'être terminé.

  • Egypte : Une attaque de l'Etat islamique dans le Sinaï a coûté la vie à 5 soldats égyptiens

    Imprimer

    Des responsables égyptiens ont déclaré que des militants de l'État islamique (Wilayat Sina') avaient attaqué un poste de contrôle dans la partie nord de la péninsule du Sinaï, tuant au moins cinq soldats des forces de sécurité. Six autres soldats ont été blessés lors de l'attaque qui a eu lieu au niveau de la ville de Sheikh Zuweid. Les forces de sécurité ont tué trois jihadistes au cours de la fusillade. La sécurité dans la zone a été renforcée.