Wagner (groupe) en Libye

  • Wagner, l’armée secrète de Poutine ?

    Imprimer

    Dans sa dernière livraison publiée le 31 aout 2021, La Chronique d'Amnesty International cite un journal russe basé à Londres, The Bell, selon lequel l'idée de créer Wagner aurait germé en 2012 dans l'esprit de hauts responsables de l'armée et du renseignement russes. Objectif, mettre sur pieds une armée privée « utilisable pour régler des problèmes par la force ».

    Selon une note de l’Institut français des relations internationales (Ifri), publiée en septembre 2020, le groupe Wagner qui est finalement fondé en 2014, a commencé avec 250 hommes.

    Fin 2021, l’ONG Amnesty International estimait que cette « armée privée » avait entre « 2 500 à 5 000 mercenaires » présents, selon plusieurs sources, « depuis 2014 sur les zones de conflit de la planète où la Russie a des intérêts stratégiques ».

    Dans un article publié le 1er mars dernier sur le site Géopolitique, Aude Merlin, chercheuse au Centre d’étude de la vie politique (Cevipol), à l’Université libre de Bruxelles, spécialiste de la Russie et du Caucase, revient sur la composition de Wagner : « Il y aurait eu au départ des vétérans de Tchétchénie et d'Afghanistan. Certaines sources mentionnent d'anciens prisonniers de droit commun. Des jeunes auraient intégré Wagner après une formation d'un mois ».
    Wagner est « un sacré chien de guerre », a affirmé un mercenaire du groupe paramilitaire, interrogé par la Chronique d'Amnesty.

    Evguéni Prigojine, l'homme de l'ombre
    « Concernant les moyens, une part importante du financement semble venir de la société d’Evgueni Prigogine, Internet research agency, connue pour ses "usines à trolls". Wagner aurait un budget de 30 millions de dollars et d’après différentes sources, Wagner bénéficierait d'infrastructures du ministère de la Défense russe », a encore indiqué Aude Merlin.

    L'homme d'affaires russe Evguéni Prigojine avait d’ailleurs salué le putsch de janvier dernier au Burkina Faso comme le signe d'une « nouvelle ère de décolonisation » en Afrique.

    « Tous ces soi-disant coups d'État sont dus au fait que l'Occident essaie de gouverner les États et de supprimer leurs priorités nationales, d'imposer des valeurs étrangères aux Africains, parfois en se moquant clairement d'eux », avait ainsi déclaré Prigojine dans un commentaire publié sur le réseau social russe VK, par sa société, Concord.

    « Il n'est pas surprenant que de nombreux États africains cherchent à se libérer. Cela se produit parce que l'Occident essaie de maintenir la population de ces pays dans un état semi-animal », avait encore assuré le sulfureux homme d'affaires russe.

    Alexandre Ivanov, lui, est connu pour être l'un des représentants des « instructeurs » russes en Centrafrique. Sur les communiqués qu'il publie, il se présente comme étant « le chef de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale». Dans un de ces communiqués, il s'est dit être prêt à « partager l'expérience » des « instructeurs » russes en Centrafrique pour la formation de l'armée du Burkina Faso si les autorités en faisaient la demande.
    Sur le site internet du groupe, pas la moindre trace du mot « Wagner ». On parle, justement, de « la Communauté des officiers pour la sécurité internationale ». Le groupe russe se présente comme un regroupement de « personnes prêtes à donner leur vie dans la lutte pour la justice (...) et n'acceptant pas l'oppression des civils ».

    Présence massive en Afrique
    Plusieurs sources affirment que la Russie est bien présente en Afrique notamment en République Centrafricaine (RCA) et au Mali, par l’intermédiaire du groupe Wagner.

    Début février, le chef du Commandement américain pour l’Afrique (Africom), le général Stephen Townsend, a affirmé, dans une interview au Washington Post, que le groupe Wagner était bel et bien présent au Mali. Selon Townsend, Bamako verserait dix millions de dollars par mois « pour les services de Wagner ».

    « Je crois qu’ils vont devoir payer en nature sous la forme de ressources naturelles telles que l’or et les pierres précieuses parce que je ne vois pas comment ils vont pouvoir payer dix millions de dollars par mois », a déclaré le chef d’Africom.

    Le Mali a toujours démenti un quelconque contrat avec Wagner. Le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, avait affirmé en février dernier, dans une interview à la télévision nationale, que le Mali traite d’Etat à Etat, comprenez avec l'Etat russe.

    Sur le continent africain, c'est en République centrafricaine que Wagner a fait le plus parler de lui ces dernières années. Formation de l'armée mais aussi garde rapprochée du Président Faustin-Archange Touadéra, les mercenaires russes sont omniprésents et sont devenus un acteur politique à part entière dans l'ancienne colonie française en Afrique centrale. Mais certaines parties centrafricaines et un rapport inédit de CNN et The Sentry publié le 14 juin 2021, estiment que Wagner est « une machine à piller et à tuer » surtout en RCA.

    « Comment la République centrafricaine peut-elle se permettre de payer ce groupe ? Des mines de diamant sont utilisées comme compensation financière. Et c’est l’objet de litiges, d’expropriations de terres », s’est interrogé le politologue centrafricain, Philippe Bodo.

    Selon l’enquête de CNN et l'ONG "The Sentry", spécialisée dans la traque de l'argent sale, Wagner est « une armée de mercenaires liée au Kremlin » et qui « se livre à un carnage dans le but de contrôler des mines d’or et de diamants en République centrafricaine et de renforcer l’influence russe en Afrique ».

    Dans cette enquête, John Prendergast, cofondateur de l’ONG The Sentry, a déclaré qu’« en République centrafricaine, le crime organisé transnational s’est emparé des institutions gouvernementales et a pris des communautés entières en otage. Il s’agit véritablement d’une machine à piller et à tuer servant les intérêts du président de la République centrafricaine et de ses alliés étrangers, en particulier l’armée privée connue sous le nom du Groupe Wagner, qui possède des liens avec le Kremlin et qui s’approprie les réserves d’or, de diamants et d’autres minéraux du pays ».
    Selon le site Bloomberg, les premiers 450 mercenaires de Wagner seraient présents depuis 2018 sur le sol centrafricain. A ce jour, ils seraient officiellement de l'ordre de 1 135 selon les autorités centrafricaines.

    Mais en Afrique, c'est en Libye que ces « combattants-fantômes » sont les plus nombreux, plus de 1200 selon les Nations unies. Outre la livraison d'armes, ils participeraient activement aux combats toujours selon l'organisation onusienne.

    Selon un article publié le 18 octobre 2019 par le site Ligne de Défense, Wagner est également présent au Mozambique depuis 2019 pour combattre l'insurrection islamiste.

    Citant des sources militaires, la publication en ligne Carta de Moçambique avait rapporté, en mars 2020, que des mercenaires russes de Wagner avaient aidé l’armée mozambicaine à combattre les militants islamistes qui avaient mené des attaques dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du pays où se trouvent de vastes gisements de gaz.

    « Des avions cargo russes Antonov ont également été aperçus en train d'apporter du matériel militaire dans le nord du Mozambique. Les mercenaires seraient des éléments du groupe Wagner, qui est également actif en République centrafricaine », avait relevé Carta de Moçambique.

    Plus officieusement, Wagner serait également présent au Zimbabwe, en Angola, à Madagascar, en Guinée et en Guinée-Bissau.

    En décembre 2021, l'Union européenne a imposé des sanctions au groupe Wagner accusé de commettre des violations des droits de l'homme en République centrafricaine et ailleurs.

    L'UE a déclaré qu'elle ne formerait plus les soldats du gouvernement centrafricain en raison de leurs liens avec Wagner.
    « Nous sommes préoccupés par la présence du groupe Wagner dans 23 pays africains et les liens très étroits de cette société avec la Russie », a déclaré le 30 novembre 2021, Nabila Massrali, Porte-parole du Haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Josep Borrell.

    « Wagner n’existe pas », affirme Moscou
    Des ONG des droits de l'homme (Amnesty International, la FIDH ou l’association russe Memorial) accusent également Wagner de commettre des tortures, des exécutions ou des viols, contre des civils, dans des zones de conflit.

    Mardi 22 février dernier, la France et les Etats-Unis ont accusé pour la première fois au Conseil de sécurité de l'ONU les « mercenaires » de l'entreprise russe Wagner d'avoir « massacré » et « exécuté » des dizaines de civils en janvier en Centrafrique.

    Paris et Washington soupçonnent Moscou de les manipuler en douce, au bénéfice de la politique étrangère du Président Poutine. Mais le Kremlin dément et nie même les connaître, en affirmant régulièrement ceci : « Ce groupe Wagner n’existe pas » et « les sociétés militaires privées sont interdites en Russie ».

    « Pourtant, la Russie de Poutine cultive bien des liens secrets avec le groupe Wagner. Denis Korotkov, un journaliste d’investigation russe qui enquête sur le groupe Wagner accumule les preuves. Il les tient de plusieurs combattants de ce groupe qui sont entrés en contact avec lui à Saint-Pétersbourg, en 2015. Ils disent avoir combattu en Syrie et dans la guerre civile ukrainienne, au sein d’un bataillon créé par un certain Dimitri Outkine, un lieutenant-colonel du renseignement militaire russe (le GRU) passé au privé », a souligné l’ONG Amnesty International dans le numéro de septembre 2021 de La Chronique.

    Selon cette ONG, « en 2016, photos à l’appui », Korotkov a révélé que « la Russie entraîne une armée privée dans ses casernes » mais le ministère russe de la Défense dément et accuse le média de propager de fausses nouvelles.

    Dans une analyse publiée le 10 décembre 2021 par l’Institut Montaigne, un think tank français, Emmanuel Dreyfus, chercheur sur la Russie à l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire, explique que le groupe Wagner « est comme une nébuleuse ou une entité informelle, puisqu’il s’agit d’une structure sans aucune existence légale ».

    Selon ce chercheur, « Wagner n’est pas enregistré comme une société commerciale » donc « l’absence de statut juridique défini de Wagner est avantageuse pour le gouvernement russe puisqu’elle lui permet, lorsque le groupe est mobilisé sur différents terrains, de nier toute responsabilité pour les actions menées ».

    Le chercheur conclut en affirmant qu’« il existe donc des liens logistiques d’ordre militaire évidents et des affinités personnelles entre le groupe Wagner et le gouvernement russe. Cependant, le lien entre les deux entités n’est pas organique et toutes les interventions de Wagner ne sont pas liées à l’Exécutif russe. Elles procèdent parfois de logique davantage lucrative, propre aux intérêts personnels d’Evguéni Prigojine ».

  • Libye : La France annonce que 300 mercenaires ont quitté la Libye

    Imprimer

    Le ministère français des Affaires étrangères a rapporté que 300 mercenaires étrangers ont quitté l' est de la Libye mardi 4 janvier.

    "Ce premier retrait, qui est un premier signe positif, a été annoncé à la veille de la conférence de Paris sur la Libye le 12 novembre dernier", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, ajoutant que cette démarche doit être suivie du complet retrait de tous les mercenaires, combattants et forces étrangères présents dans le pays. Le ministère français a également précisé que les mercenaires au départ étaient originaires du Tchad .

    Le retrait des combattants et des forces étrangères de Libye avait déjà été instauré avec le cessez-le-feu convenu du 23 novembre 2020, et aurait dû être achevé d'ici janvier 2021. Les mercenaires du groupe russe Wagner ont soutenu l'Armée nationale libyenne (ANL), tandis que la Turquie a envoyé ses propres troupes et des mercenaires syriens pour soutenir l'ancien gouvernement de Tripoli dirigé par Fayez al-Serraj. Selon des experts de l'ONU, les deux parties au conflit ont déployé des mercenaires du Tchad, du Soudan et de la Syrie.

    Pendant ce temps, les Forces nationales pour le changement ont appelé à la tenue successive d'élections générales dans le pays , en commençant par les législatives et, plus tard, les présidentielles. Cette demande a été faite lors d'une réunion avec la conseillère spéciale du secrétaire général de l'ONU en Libye, Stephanie Williams, et le chef par intérim de la mission de l'ONU, Rizdon Zeninga, avec des représentants des Forces nationales pour le changement, qui comprennent un groupe de partis libyens, au siège de la mission à Tripoli. Pour sa part, Williams a souligné la nécessité de continuer à aller de l'avant et de répondre aux aspirations des 2,8 millions de citoyens libyens qui se sont inscrits pour voter aux élections.

     

  • Mali : Le ministre russe des AE confirme que le gouvernement malien a approché le groupe PMC Wagner mais affirme que Moscou n'est pas impliqué

    Imprimer

    Le Mali a demandé à la société de sécurité privée Wagner de renforcer la sécurité dans ce pays déchiré par le conflit, a confirmé samedi le ministre russe des Affaires étrangères, ajoutant que Moscou n'était pas impliqué.

    Les pays européens ont mis en garde le gouvernement malien en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies cette semaine contre l'embauche de paramilitaires du groupe Wagner.

    Mais alors que Paris s'apprête à réduire sa présence militaire au Mali, Sergueï Lavrov a confirmé que le gouvernement malien s'était tourné vers des "entreprises privées russes".

    "C'est une activité qui a été menée sur une base légitime", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York.

    "Nous n'avons rien à voir avec cela", a-t-il ajouté.

    Selon certaines informations, le gouvernement malien est sur le point d'embaucher 1 000 paramilitaires du groupe Wagner.

    La France a averti le Mali que l'embauche des combattants de la société de sécurité privée russe isolerait le pays au niveau international.

    L'entreprise russe est considérée comme proche du président russe Vladimir Poutine et les pays occidentaux l'accusent d'agir au nom de Moscou.

    Les paramilitaires, les instructeurs de sécurité privée et les entreprises russes sont devenus de plus en plus influents en Afrique ces dernières années, en particulier en République centrafricaine en proie à un conflit, alors que les Nations Unies ont accusé les mercenaires de Wagner d'avoir commis des abus.

    Moscou admet avoir déployé des « instructeurs » en RCA mais affirme qu'ils ne sont pas actifs dans les combats. La Russie insiste sur le fait qu'il n'y a pas de paramilitaires en Libye, malgré les affirmations occidentales du contraire.

  • Libye : la route côtière entre Syrte et Misrata rouverte

    Imprimer

    La Libye a annoncé, vendredi 30 juillet, la réouverture de la principale route côtière du pays , qui relie les villes de Syrte et Misrata. L'initiative représente l'un des points clés de l'accord de cessez-le-feu, conclu le 23 octobre 2020, au sein du Comité militaire mixte 5 + 5, composé de délégués du Gouvernement d'entente nationale (GNA), de Tripoli, et de la Armée nationale libyenne (ANL). C'est le Comité, soutenu par les Nations Unies, qui a déclaré la réouverture de la route, fermée depuis 2019.

    La lenteur des progrès dans l'ouverture de la voie est le résultat des difficultés rencontrées sur la voie de la résolution du conflit libyen et de la réalisation d'un cessez-le-feu, d'un gouvernement d'union, de futures élections nationales et d'une série d'initiatives visant à unifier les institutions économiques. Malgré les difficultés et le scepticisme de beaucoup quant à l'issue des négociations, l'ouverture de la route signifie un gain de temps de 10 heures entre Tripoli et Benghazi. Au fil des ans, les Libyens ont été contraints d'emprunter des routes secondaires alternatives, dont certaines sont mauvaises, ce qui a entraîné un grand nombre d'accidents de la route.

    Le 8 juillet , le Conseil présidentiel libyen, en tant que commandant suprême de l'armée, avait demandé aux forces auparavant affiliées au gouvernement de Tripoli d'autoriser immédiatement la réouverture de la route côtière pour faciliter la circulation des biens et des personnes. Dans une lettre adressée à la salle des opérations à Syrte et al-Jufra, le Conseil avait exhorté cette dernière à repositionner ses forces et à collaborer avec les autres unités de sécurité impliquées, pour permettre la circulation dans les deux sens. La salle des opérations, de son côté, avait demandé le retrait de l'ANL de Haftar, ainsi que des mercenaires russes de la compagnie Wagner, avant de redéployer ses forces. 

    L'accord de réouverture de la route côtière comprend également certaines étapes préparatoires pour le retrait des combattants étrangers, une autre partie du pacte de cessez-le-feu conclu l'année dernière qui n'a pas encore été mis en œuvre. Selon ce qui a été établi dans l'accord du 23 octobre, ils auraient dû quitter le pays dans les 90 jours suivant la signature de l'accord, mais, à ce jour, cela ne s'est pas encore produit et il ne semble pas y avoir de mesures particulières à cet égard. "Le président est le seul à trancher sur la question des forces étrangères et des mercenaires dans le pays", a déclaré la présidente de la Chambre des représentants libyenne, Aguila Saleh., le 28 juillet, ajoutant qu'en ce moment, il y a aussi des difficultés dans l'unification de l'appareil militaire, précisément à cause de l'ingérence étrangère. Dans des déclarations diffusées à d'autres médias libyens, rapportées par al-Arabiya, c'est Saleh lui-même qui a déclaré que la Turquie continuait d'envoyer des armes et des mercenaires en Libye, considérant son comportement légitimé par les accords conclus avec le précédent gouvernement de Tripoli dirigé par Fayez al-Sarraj. .

    Ce qui s'est passé en Libye, d'abord le 5 février, avec la nomination des nouvelles autorités exécutives par le Forum de dialogue politique, puis, le 10 mars, avec le vote de confiance au gouvernement intérimaire, a représenté un moment « historique » qui, depuis le 15 février 2011, est le théâtre d'une crise persistante et d'une longue guerre civile. L'accord de cessez-le-feu, signé à Genève le 23 octobre 2020 dans le cadre du Comité militaire mixte 5+5, formé par des délégués des deux belligérants, le GNA et l'Armée Nationale Libyenne, a donné un nouvel élan à la voie politique nationale libyenne. Avant cette date, coexistaient à l'Ouest un gouvernement internationalement reconnu, le GNA, institué avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, et à l'Est, un exécutif parallèle représenté par le Parlement (HoR).

  • Libye : Moscou prêt à "rétablir pleinement" sa coopération militaire avec la Libye

    Imprimer

    La Russie a dit espérer le retour d'une "pleine" coopération militaire avec la Libye, à l'issue d'une rencontre vendredi entre le ministre russe de la Défense et le chef du nouveau gouvernement libyen unifié, Abdelhamid Dbeibah.

    La Libye tente de s'extraire d'une décennie de conflit depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, suivie de l'affrontement de pouvoirs rivaux et l'implication de puissances étrangères via l'envoi de mercenaires, notamment russes. Jusqu'à très récemment, un gouvernement dans l'Ouest, reconnu par l'ONU et appuyé par la Turquie, s'opposait à un pouvoir dans l'Est, soutenu par Moscou. En mars, Abdelhamid Dbeibah a pris la tête d'un nouvel exécutif unifié qui doit permettre de clore ces divisions.

    "Je considère que votre visite à Moscou est un premier pas vers le rétablissement d'une pleine coopération entre les ministères de la Défense de nos deux pays", a affirmé le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, s'adressant à son hôte. "Je suis sûr que le peuple libyen, ami de la Russie, surmontera ces longues années de crise déclenchées par une brutale intervention étrangère", a-t-il ajouté.

    En 2011, le régime de Kadhafi avait été renversé après une opération militaire appuyée par l'OTAN et autorisée initialement par Moscou à l'ONU, avant d'être dénoncée systématiquement par le Kremlin. Ancienne alliée de Mouammar Kadhafi, la Russie avait soutenu après sa mort l'un de ses anciens officiers, Khalifa Haftar, devenu l'homme fort de l'est libyen. Moscou a été accusée d'avoir envoyé à sa rescousse des mercenaires du groupe Wagner.

    Vendredi, Abdelhamid Dbeibah a remercié le président russe Vladimir Poutine et appelé à la création de "nouveaux ponts" entre Moscou et Tripoli, selon le ministère russe de la Défense. Il a également dit avoir besoin du soutien de la Russie pour promouvoir "un nouveau climat économique". Jeudi, M. Dbeibah s'est aussi entretenu avec le Premier ministre russe, Mikhaïl Michoustine, notamment sur les questions énergétiques.

  • Libye : Le Premier ministre désigné appelle au départ des mercenaires

    Imprimer

    Le Premier ministre libyen désigné Abdel Hamid Dbeibah a appelé mardi au départ des 20.000 mercenaires et combattants étrangers toujours présents en Libye.

    "Les mercenaires sont un coup de poignard dans notre dos. Il faut qu'ils partent. Nous allons contacter la mission onusienne et les représentants des pays (d'origine) pour qu'ils sortent de Libye", a-t-il lancé. "Notre souveraineté est bafouée à cause de leur présence", a martelé M. Dbeibah.

    La semaine dernière, l'avant-garde d'une unité d'observateurs internationaux est arrivée en Libye pour notamment vérifier le départ des combattants étrangers déployés dans le pays, en application de l'accord de cessez-le-feu conclu le 23 octobre entre les belligérants.

    D'après l'ONU, la Libye comptait toujours début décembre 20.000 mercenaires et soldats étrangers, originaires de Syrie, du Soudan, du Tchad ou encore de Russie via le groupe privé Wagner. L'échéance fixée au 23 janvier pour leur départ n'a pas été respectée.

    Le Premier ministre désigné s'exprimait devant les députés, réunis à Syrte (est), les exhortant par la même occasion à accorder la confiance à son gouvernement afin d'unifier le pays plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011.

    Après avoir fustigé une "campagne féroce" visant à "détruire" le pays, M. Dbeibah a défendu la composition de son "Gouvernement d'unité nationale", censé remplacer les deux pouvoirs rivaux basés à l'Ouest et à l'Est. "Mon premier objectif a été de choisir des personnes avec lesquelles je serai en mesure de travailler, peu importe d'où elles viennent". Elles "doivent être capables de travailler pour tous les Libyens", a-t-il insisté.

    Ce milliardaire de 61 ans originaire de Misrata (ouest) a été désigné le 5 février par 75 responsables libyens de tous bords réunis à Genève sous l'égide de l'ONU, en même temps qu'un Conseil présidentiel de trois membres. Une première séance du Parlement, qualifiée "d'historique" par l'ONU, a rassemblé lundi plus de 130 députés sur 188 en vue d'un vote de confiance.

    Le gouvernement proposé par M. Dbeibah est composé de deux vice-Premiers ministres, 26 ministres et six ministres d'Etat. Deux ministères régaliens, les Affaires étrangères et la Justice, ont été attribués à des femmes, une première en Libye. Il a jusqu'au 19 mars pour être approuvé par le Parlement, qui s'est très rarement réuni ces dernières années, avant de tenter d'assurer la période intérimaire jusqu'aux élections prévues fin décembre.

  • Libye : Les Etats-Unis demandent le retrait immédiat des forces russes et turques de Libye

    Imprimer

    Les Etats-Unis "demandent à la Turquie et à la Russie de commencer immédiatement le retrait de leurs forces" de Libye, incluant militaires et mercenaires, a affirmé jeudi 28 janvier à l'ONU l'ambassadeur américain par intérim, Richard Mills.

    "Nous demandons à toutes les parties extérieures, incluant la Russie, la Turquie et les Emirats Arabes Unis, de respecter la souveraineté libyenne et de cesser immédiatement toutes les interventions militaires en Libye", a-t-il insisté lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur ce pays.

    Cette prise de position claire et ferme de la nouvelle administration américaine de Joe Biden tranche avec le flou qui a entouré ces dernières années la politique américaine de Donald Trump à l'égard de la Libye. Ce dernier avait ainsi semblé à un moment soutenir l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, aux dépens du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et basé à Tripoli.

    "Conformément à l'accord de cessez-le-feu d'octobre, nous demandons à la Turquie et à la Russie d'entamer immédiatement le retrait de leurs forces du pays et le retrait des mercenaires étrangers et des substituts militaires, qu'ils ont recrutés, financés, déployés et soutenus en Libye", a souligné Richard Mills.

    En décembre, l'ONU avait estimé à environ 20.000 le nombre de mercenaires et militaires étrangers déployés auprès des deux camps rivaux. L'ONU avait aussi recensé 10 bases militaires totalement ou partiellement occupées par des forces étrangères dans le pays. En vertu d'un accord de cessez-le-feu conclu entre les belligérants le 23 octobre, les troupes étrangères et mercenaires devaient avoir quitté la Libye dans les trois mois. L'échéance, le 23 janvier, est passée sans aucun signe de retrait des mercenaires de Libye.

    Le maréchal Haftar est soutenu par les Emirats Arabes Unis, l'Egypte et la Russie, notamment via des mercenaires issus du groupe privé Wagner réputé proche du pouvoir russe, alors que le GNA est appuyé militairement par la Turquie et des rebelles syriens ayant été transférés de Syrie en Libye. Lors de la visioconférence du Conseil de sécurité, une très grande majorité de ses membres, dont l'Inde, le Royaume-Uni ou la Chine a aussi demandé le retrait des troupes étrangères et mercenaires de Libye et le respect de l'embargo sur les armes imposé au pays depuis 2011.