Wagner (groupe de mercenaires russes)

  • Украина: Российские войска достигли окраин городов Северск и Соледар - В результате российского обстрела погибли 26 человек в Виннице (рядом с Молдовой)

    Imprimer

    В среду, 13 июля, российские войска достигли окраин городов Соледар и Северск Донецкой области. 

    Северск
    В течение нескольких дней линия фронта в этом секторе практически не двигалась, но теперь российский Генеральный штаб заявил, что группа "О" российской армии окончательно уничтожила последний оплот украинских вооруженных сил на западной окраине Верхнекаменского (к востоку от Северска). Русские пытаются захватить Верхнекаменское и Ивано-Даровку (юго-восточнее Северска), чтобы открыть путь на Северск с востока. Бои также идут в поселке Серебрянка, расположенном к северо-востоку от Северска. 

    По сообщениям российских военных, украинская армия понесла большие потери в ходе боевых действий. Часть украинских сил отступила в город Северск, где на восточной окраине начались бои. 

    Позиции украинской армии на возвышенности в районе Северска подвергаются мощным артиллерийским и ракетным обстрелам со стороны российской армии.

    Соледар
    Бои дошли до восточных окраин Соледара после того, как российским воздушно-десантным войскам удалось занять населенный пункт Владимировка, казакам - населенный пункт Новая Каменка, а наемникам группы Вагнера - населенный пункт Триполье. Продолжаются столкновения в селе Стряповка. Бои также идут в деревне Яковлевка, к северо-востоку от Соледара.

    С российской стороны казаки, взявшие город Новая Каменка, принадлежали к 6-му казачьему полку самопровозглашенной Луганской республики (ЛНР). 
    FXiKLkFX0AEFgi1.jpeg

    Крылатые ракеты "Калибр" выпущены вблизи границы с Молдовой
    Кроме того, в четверг, 14 июля, российская армия выпустила крылатые ракеты по городам на западе Украины. 
    Администрация Винницы сообщила, что город подвергся ракетному обстрелу. По первоначальным данным полиции, три российские ракеты попали в офисное здание. Также были повреждены Центр отдыха, культуры и образования Вооруженных сил Украины на площади Перемоги и жилые дома. Видео.

    Ракетный удар "Калибром" по Виннице был нанесен из Черного моря с российской подводной лодки.  По сообщениям, две ракеты были сбиты средствами противовоздушной обороны.

    По состоянию на утро 15 июля, украинские власти подтверждают гибель 26 человек. Жертвами обстрела стали не менее трех детей. Госпитализированы более 70 раненых, в их числе три ребенка. В общей сложности медицинская помощь потребовалась 117 пострадавшим. 4 человекa считаются пропавшими без вести. Продолжается расчистка завалов.
    2022:07:14.jpeg

    Ответные меры, заявляет Министерство обороны России
    Министерство обороны России утверждает, что ракетный удар был нанесен по "Офицерской палате" в Виннице, поскольку, по его информации, в здании находились офицеры НАТО. Она оправдывает этот удар, утверждая, что он был нанесен в отместку за нападения на мирных жителей Донбасса с помощью поставленных США ракет HIMARS. 

    В пятницу, 15 июля, российская сторона сообщила дополнительные подробности о причинах удара по Виннице. По данным российской стороны, в момент удара на данном военном объекте проходило совещание командования украинских ВВС с представителями иностранных поставщиков вооружений по вопросам передачи ВСУ очередной партии самолётов, средств поражения, а также организации ремонта украинского авиационного парка.

    Министр внутренних дел Украины косвенно подтверждает, что разрушенный объект был важным
    Министр внутренних дел Украины Денис Монастырский заявил о задержании в Виннице возможных корректировщиков российского ракетного удара по городу.

    Colonel Oleg Makarchuk.jpegИзвестна личность как минимум одного высокопоставленного офицера, погибшего в результате взрыва в Виннице
    Это начальник ВВС Украины, полковник Олег Макарчук. Он является третьим по порядку старшим офицером Верховного командования ВВС Украины.

  • Ukraine : Les forces russes ont atteint les périphéries des localités de Seversk et Soledar - Un bombardement russe fait 26 morts à Vinnitsa (proche de la Moldavie)

    Imprimer

    Mercredi 13 juillet, les forces russes ont atteint la périphérie des villes de Soledar et Seversk dans l'oblast de Donetsk. 

    Seversk
    Le groupe "O" de l'armée russe a détruit le dernier bastion des forces armées ukrainiennes à la périphérie ouest de Verkhnekamenskoïe (Est de Seversk) et tente de progresser vers Verkhnekamenskoïe et Ivano-Darovka (Sud-Est de Seversk), pour ouvrir une voie vers Seversk depuis l'est.

    Selon les informations de l'armée russe, l'Armée ukrainienne aurait subi de lourdes pertes au cours des combats. Certaines des forces ukrainiennes se sont retirées dans la ville de Seversk où des combats ont éclaté à la périphérie est. 

    les positions de l'armée ukrainienne sur les hauteurs près de Seversk sont soumises à des attaques d'artillerie lourde et de roquettes par l'armée russe.

    Dans la région de Seversk, les combats se poursuivent dans la région d'Ivano-Dariivka située au sud de Verhnekamenskoe et dans le village de Serebryanka situé au nord de la ville.

    Soledar
    Les combats ont atteint la périphérie orientale de Soledar après que les troupes aéroportées russes aient réussi à occuper la localité de Vladimirovka, les Cosaques la localité de Novaya Kamenka et les mercenaires du groupe Wagner la localité de Tripolye. Des affrontements se poursuivent dans le village de Stryapovka. Des combats sont également en cours dans le village de Yakovlevka, au nord-est de Soledar.

    Du côté russe, les Cosaques qui ont pris la localité de Novaya Kamenka appartenaient au 6e régiment de cosaques de la République autoproclamée de Lougansk (LPR). 
    FXiKLkFX0AEFgi1.jpegTirs de missiles de croisière près de la frontière avec la Moldavie : au moins 20 morts
    Par ailleurs, jeudi 14 juillet, l'armée russe a tiré des missiles de croisière contre des villes de l'ouest de l'Ukraine. 
    L'administration de Vinnitsa a signalé que la ville avait été la cible d'attaques aux missiles. Selon les premiers rapports de police, trois missiles russes ont touché un immeuble de bureaux. Le centre de loisirs, de culture et d'éducation des forces armées ukrainiennes sur la place Peremohy et des bâtiments résidentiels ont également été endommagés. Vidéo.

    L'attaque de missiles Kalibr sur Vinnitsa a été lancée depuis la mer Noire  à partir d'un sous-marin russe.  Deux missiles auraint été abattus par la défense aérienne.

    Au matin du 15 juillet, les autorités ukrainiennes ont confirmé la mort de 26 personnes parmi lesquels au moins trois enfants. Plus de 70 blessés ont été hospitalisés, dont trois enfants. Au total, 117 victimes ont nécessité des soins médicaux. 4 personnes sont considérées comme disparues. Le déblayage des débris se poursuit.

    2022:07:14.jpeg

    Une action de représailles affirme le Ministère russe de la défense
    Le Ministère russe de la défense affirme que la frappe de missiles a visé la "Chambre des officiers"à Vinnitsa car, selon ses informations, des officiers de l'OTAN se trouvaient dans le bâtiment. Il justifie la frappe en prétendant qu'il s'agissait d'une action de représailles aux attaques contre des civils dans le Donbass par des MLRS HIMARS fournis par les Etats-Unis. 

    Le vendredi 15 juillet, la partie russe a donné de nouvelles précisions sur les raisons de la frappe de Vinnitsa. Selon elle, au moment de la frappe, une réunion du commandement de l'armée de l'air ukrainienne se tenait avec des représentants de fournisseurs d'armes étrangers à l'intérieur de la "Chambre des officiers". Les militaires traitaient des questions du transfert du prochain lot d'avions et d'armes aux forces armées ukrainiennes , ainsi que l'organisation de la réparation de la flotte aérienne ukrainienne.

    Le ministre ukrainien des Affaires intérieures confirme indirectement que le site détruit avait de l'importance
    Le ministre ukrainien des Affaires intérieures, Denis Monastyrsky, a annoncé la détention à Vinnitsa de personnes ayant éventuellement donné des informations menant à l'attaque de missiles russes sur la ville. 

    Colonel Oleg Makarchuk.jpegOn connait l'identité d'au moins un officier supérieur tué dans le bombardement de Vinnitsa
    Il s'agit du chef de l'armée de l'air ukrainienne, le colonel Oleg Makarchuk. C'est dans l'ordre, le  3ème officier supérieur du haut commandement de l'armée de l'air ukrainienne.


  • Wagner, l’armée secrète de Poutine ?

    Imprimer

    Dans sa dernière livraison publiée le 31 aout 2021, La Chronique d'Amnesty International cite un journal russe basé à Londres, The Bell, selon lequel l'idée de créer Wagner aurait germé en 2012 dans l'esprit de hauts responsables de l'armée et du renseignement russes. Objectif, mettre sur pieds une armée privée « utilisable pour régler des problèmes par la force ».

    Selon une note de l’Institut français des relations internationales (Ifri), publiée en septembre 2020, le groupe Wagner qui est finalement fondé en 2014, a commencé avec 250 hommes.

    Fin 2021, l’ONG Amnesty International estimait que cette « armée privée » avait entre « 2 500 à 5 000 mercenaires » présents, selon plusieurs sources, « depuis 2014 sur les zones de conflit de la planète où la Russie a des intérêts stratégiques ».

    Dans un article publié le 1er mars dernier sur le site Géopolitique, Aude Merlin, chercheuse au Centre d’étude de la vie politique (Cevipol), à l’Université libre de Bruxelles, spécialiste de la Russie et du Caucase, revient sur la composition de Wagner : « Il y aurait eu au départ des vétérans de Tchétchénie et d'Afghanistan. Certaines sources mentionnent d'anciens prisonniers de droit commun. Des jeunes auraient intégré Wagner après une formation d'un mois ».
    Wagner est « un sacré chien de guerre », a affirmé un mercenaire du groupe paramilitaire, interrogé par la Chronique d'Amnesty.

    Evguéni Prigojine, l'homme de l'ombre
    « Concernant les moyens, une part importante du financement semble venir de la société d’Evgueni Prigogine, Internet research agency, connue pour ses "usines à trolls". Wagner aurait un budget de 30 millions de dollars et d’après différentes sources, Wagner bénéficierait d'infrastructures du ministère de la Défense russe », a encore indiqué Aude Merlin.

    L'homme d'affaires russe Evguéni Prigojine avait d’ailleurs salué le putsch de janvier dernier au Burkina Faso comme le signe d'une « nouvelle ère de décolonisation » en Afrique.

    « Tous ces soi-disant coups d'État sont dus au fait que l'Occident essaie de gouverner les États et de supprimer leurs priorités nationales, d'imposer des valeurs étrangères aux Africains, parfois en se moquant clairement d'eux », avait ainsi déclaré Prigojine dans un commentaire publié sur le réseau social russe VK, par sa société, Concord.

    « Il n'est pas surprenant que de nombreux États africains cherchent à se libérer. Cela se produit parce que l'Occident essaie de maintenir la population de ces pays dans un état semi-animal », avait encore assuré le sulfureux homme d'affaires russe.

    Alexandre Ivanov, lui, est connu pour être l'un des représentants des « instructeurs » russes en Centrafrique. Sur les communiqués qu'il publie, il se présente comme étant « le chef de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale». Dans un de ces communiqués, il s'est dit être prêt à « partager l'expérience » des « instructeurs » russes en Centrafrique pour la formation de l'armée du Burkina Faso si les autorités en faisaient la demande.
    Sur le site internet du groupe, pas la moindre trace du mot « Wagner ». On parle, justement, de « la Communauté des officiers pour la sécurité internationale ». Le groupe russe se présente comme un regroupement de « personnes prêtes à donner leur vie dans la lutte pour la justice (...) et n'acceptant pas l'oppression des civils ».

    Présence massive en Afrique
    Plusieurs sources affirment que la Russie est bien présente en Afrique notamment en République Centrafricaine (RCA) et au Mali, par l’intermédiaire du groupe Wagner.

    Début février, le chef du Commandement américain pour l’Afrique (Africom), le général Stephen Townsend, a affirmé, dans une interview au Washington Post, que le groupe Wagner était bel et bien présent au Mali. Selon Townsend, Bamako verserait dix millions de dollars par mois « pour les services de Wagner ».

    « Je crois qu’ils vont devoir payer en nature sous la forme de ressources naturelles telles que l’or et les pierres précieuses parce que je ne vois pas comment ils vont pouvoir payer dix millions de dollars par mois », a déclaré le chef d’Africom.

    Le Mali a toujours démenti un quelconque contrat avec Wagner. Le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, avait affirmé en février dernier, dans une interview à la télévision nationale, que le Mali traite d’Etat à Etat, comprenez avec l'Etat russe.

    Sur le continent africain, c'est en République centrafricaine que Wagner a fait le plus parler de lui ces dernières années. Formation de l'armée mais aussi garde rapprochée du Président Faustin-Archange Touadéra, les mercenaires russes sont omniprésents et sont devenus un acteur politique à part entière dans l'ancienne colonie française en Afrique centrale. Mais certaines parties centrafricaines et un rapport inédit de CNN et The Sentry publié le 14 juin 2021, estiment que Wagner est « une machine à piller et à tuer » surtout en RCA.

    « Comment la République centrafricaine peut-elle se permettre de payer ce groupe ? Des mines de diamant sont utilisées comme compensation financière. Et c’est l’objet de litiges, d’expropriations de terres », s’est interrogé le politologue centrafricain, Philippe Bodo.

    Selon l’enquête de CNN et l'ONG "The Sentry", spécialisée dans la traque de l'argent sale, Wagner est « une armée de mercenaires liée au Kremlin » et qui « se livre à un carnage dans le but de contrôler des mines d’or et de diamants en République centrafricaine et de renforcer l’influence russe en Afrique ».

    Dans cette enquête, John Prendergast, cofondateur de l’ONG The Sentry, a déclaré qu’« en République centrafricaine, le crime organisé transnational s’est emparé des institutions gouvernementales et a pris des communautés entières en otage. Il s’agit véritablement d’une machine à piller et à tuer servant les intérêts du président de la République centrafricaine et de ses alliés étrangers, en particulier l’armée privée connue sous le nom du Groupe Wagner, qui possède des liens avec le Kremlin et qui s’approprie les réserves d’or, de diamants et d’autres minéraux du pays ».
    Selon le site Bloomberg, les premiers 450 mercenaires de Wagner seraient présents depuis 2018 sur le sol centrafricain. A ce jour, ils seraient officiellement de l'ordre de 1 135 selon les autorités centrafricaines.

    Mais en Afrique, c'est en Libye que ces « combattants-fantômes » sont les plus nombreux, plus de 1200 selon les Nations unies. Outre la livraison d'armes, ils participeraient activement aux combats toujours selon l'organisation onusienne.

    Selon un article publié le 18 octobre 2019 par le site Ligne de Défense, Wagner est également présent au Mozambique depuis 2019 pour combattre l'insurrection islamiste.

    Citant des sources militaires, la publication en ligne Carta de Moçambique avait rapporté, en mars 2020, que des mercenaires russes de Wagner avaient aidé l’armée mozambicaine à combattre les militants islamistes qui avaient mené des attaques dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du pays où se trouvent de vastes gisements de gaz.

    « Des avions cargo russes Antonov ont également été aperçus en train d'apporter du matériel militaire dans le nord du Mozambique. Les mercenaires seraient des éléments du groupe Wagner, qui est également actif en République centrafricaine », avait relevé Carta de Moçambique.

    Plus officieusement, Wagner serait également présent au Zimbabwe, en Angola, à Madagascar, en Guinée et en Guinée-Bissau.

    En décembre 2021, l'Union européenne a imposé des sanctions au groupe Wagner accusé de commettre des violations des droits de l'homme en République centrafricaine et ailleurs.

    L'UE a déclaré qu'elle ne formerait plus les soldats du gouvernement centrafricain en raison de leurs liens avec Wagner.
    « Nous sommes préoccupés par la présence du groupe Wagner dans 23 pays africains et les liens très étroits de cette société avec la Russie », a déclaré le 30 novembre 2021, Nabila Massrali, Porte-parole du Haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Josep Borrell.

    « Wagner n’existe pas », affirme Moscou
    Des ONG des droits de l'homme (Amnesty International, la FIDH ou l’association russe Memorial) accusent également Wagner de commettre des tortures, des exécutions ou des viols, contre des civils, dans des zones de conflit.

    Mardi 22 février dernier, la France et les Etats-Unis ont accusé pour la première fois au Conseil de sécurité de l'ONU les « mercenaires » de l'entreprise russe Wagner d'avoir « massacré » et « exécuté » des dizaines de civils en janvier en Centrafrique.

    Paris et Washington soupçonnent Moscou de les manipuler en douce, au bénéfice de la politique étrangère du Président Poutine. Mais le Kremlin dément et nie même les connaître, en affirmant régulièrement ceci : « Ce groupe Wagner n’existe pas » et « les sociétés militaires privées sont interdites en Russie ».

    « Pourtant, la Russie de Poutine cultive bien des liens secrets avec le groupe Wagner. Denis Korotkov, un journaliste d’investigation russe qui enquête sur le groupe Wagner accumule les preuves. Il les tient de plusieurs combattants de ce groupe qui sont entrés en contact avec lui à Saint-Pétersbourg, en 2015. Ils disent avoir combattu en Syrie et dans la guerre civile ukrainienne, au sein d’un bataillon créé par un certain Dimitri Outkine, un lieutenant-colonel du renseignement militaire russe (le GRU) passé au privé », a souligné l’ONG Amnesty International dans le numéro de septembre 2021 de La Chronique.

    Selon cette ONG, « en 2016, photos à l’appui », Korotkov a révélé que « la Russie entraîne une armée privée dans ses casernes » mais le ministère russe de la Défense dément et accuse le média de propager de fausses nouvelles.

    Dans une analyse publiée le 10 décembre 2021 par l’Institut Montaigne, un think tank français, Emmanuel Dreyfus, chercheur sur la Russie à l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire, explique que le groupe Wagner « est comme une nébuleuse ou une entité informelle, puisqu’il s’agit d’une structure sans aucune existence légale ».

    Selon ce chercheur, « Wagner n’est pas enregistré comme une société commerciale » donc « l’absence de statut juridique défini de Wagner est avantageuse pour le gouvernement russe puisqu’elle lui permet, lorsque le groupe est mobilisé sur différents terrains, de nier toute responsabilité pour les actions menées ».

    Le chercheur conclut en affirmant qu’« il existe donc des liens logistiques d’ordre militaire évidents et des affinités personnelles entre le groupe Wagner et le gouvernement russe. Cependant, le lien entre les deux entités n’est pas organique et toutes les interventions de Wagner ne sont pas liées à l’Exécutif russe. Elles procèdent parfois de logique davantage lucrative, propre aux intérêts personnels d’Evguéni Prigojine ».

  • Ukraine : La Russie recruterait également des mercenaires syriens

    Imprimer

    Tout comme la Turquie recrute des mercenaires dans les régions syriennes qu'elle contrôle pour les envoyer se battre en Ukraine contre les forces russes, la Russie recrute également des mercenaires syriens ayant l'expérience de la guérilla urbaine pour combattre contre les forces ukrainiennes. C'est ce qu'a assuré,  lundi 7 mars 2022, le Pentagone. 

    L'ONU et la Chine, sans viser explicitement Moscou, se sont émues d'un ajout de combattants sur le sol ukrainien.

    "Nous croyons que les informations selon lesquelles ils (les Russes) recrutent des combattants syriens pour étoffer leurs forces en Ukraine sont véridiques", a affirmé le porte-parole du ministère américain de la Défense, John Kirby.

    "Il est intéressant que M. Poutine se retrouve à avoir recours à des combattants étrangers", a-t-il poursuivi, sachant que selon le Pentagone la Russie a engagé en Ukraine pratiquement toutes les forces de combat massées ces derniers mois à la frontière russo-ukrainienne, estimées par Washington à plus de 150.000 soldats.

    Interrogé sur les informations faisant état du recrutement de Syriens par la Russie, le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, a indiqué lors de son point-presse quotidien ne pas être en mesure de les confirmer. "Ce conflit n'a pas besoin que plus de gens viennent à l'extérieur...", a-t-il toutefois tenu à souligner.

    Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur chinois, dont le pays appuie jusqu'à présent plutôt la Russie, a réclamé d'éviter "de mettre de l'huile sur le feu". Après avoir évoqué les sanctions imposées à Moscou, Zhang Jun a ajouté: "envoyer des mercenaires ou des armes offensives en Ukraine pourrait faire empirer la situation".

    Des médias ont par ailleurs évoqué la présence en Ukraine de paramilitaires de la société russe Wagner. Des mercenaires de cette entreprise avaient aussi été déployés ces dernières années sur le théâtre libyen où des combattants syriens opposés en Syrie avaient aussi été envoyés pour soutenir les parties au conflit libyen.

    Le Wall Street Journal avait rapporté dimanche que Moscou, qui a lancé une invasion de l'Ukraine le 24 février et a rencontré une résistance inattendue, avait commencé ces derniers jours à recruter des combattants syriens pour les utiliser dans la prise de contrôle des zones urbaines.

    Un responsable américain avait par ailleurs affirmé au quotidien économique que certains combattants syriens étaient déjà en Russie, se préparant à rejoindre les combats en Ukraine.

    Le Pentagone n'a toutefois pas de "visibilité parfaite" sur les personnes recrutées pour rejoindre l'offensive russe ou leur nombre, a reconnu M. Kirby.

    La Russie est impliquée depuis 2015 dans le conflit syrien au côté du régime du président Bachar al-Assad.

    Des combattants étrangers sont par ailleurs déjà présents des deux côtés du front en Ukraine.

    L'homme fort de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, un ancien rebelle devenu allié du Kremlin, a partagé des vidéos de combattants tchétchènes en Ukraine et a déclaré que certains avaient été tués dans les combats.

    De l'autre côté du front, des dizaines de milliers de volontaires ont rallié l'Ukraine pour rejoindre ses forces, selon le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba.

    Kiev et la deuxième plus grande ville d'Ukraine, Kharkiv, sont toujours tenues par le gouvernement ukrainien, tandis que la Russie s'est emparée de la ville portuaire de Kherson et a intensifié ses bombardements de centres urbains à travers le pays.

    L'invasion russe, qui en est maintenant à son douzième jour, a vu plus de 1,5 million de personnes fuir le pays dans ce que l'ONU a qualifié de crise de réfugiés à la croissance la plus rapide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

     

  • Mali : Les États-Unis "alarmés" par un probable déploiement du groupe russe Wagner au Mali

    Imprimer

    Les États-Unis d'Amérique se disent ''alarmés'' par un déploiement potentiel des forces du groupe de sécurité russe Wagner soutenues par la Russie au Mali, dans un communiqué publié, mercredi 15 décembre 2021, par le département d’État américain.

    « Nous sommes alarmés par un déploiement potentiel des forces du groupe Wagner soutenues par la Russie au Mali », indique le communiqué. Et d'ajouter : « Nous comprenons que l’accord annoncé qui coûte 10 millions de dollars par mois détourne de l’argent qui pourrait être utilisé pour soutenir les forces armées maliennes et les services publics pour payer le déploiement des forces du groupe Wagner d’Evgueni Prigojine​​​​​​​ au Mali ».

    Le document explique, en outre, que « les forces de Wagner qui sont connues pour leurs activités déstabilisatrices et leurs violations des droits humains n’apporteront pas la paix au Mali, mais déstabiliseront davantage le pays ».

    « Evgueni Prigojine est sanctionné par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne dans le cadre de ses relations avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie et de ses efforts pour renverser les processus démocratiques américains » note, encore, le département d'Etat.

    Et de souligner que le groupe Wagner, sanctionné par les États-Unis, a été impliqué dans des abus et des actions qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de la République Centrafricaine (RCA).

    La même source rapporte qu'« en République centrafricaine, des éléments de Wagner ont procédé à des exécutions extrajudiciaires de membres de communautés peules à majorité musulmane » avant d'ajouter que '' les pays qui connaissent des déploiements du groupe Wagner à l'intérieur de leurs frontières se retrouvent bientôt plus pauvres, plus faibles et moins sûrs en donnant comme exemple la Libye, la RCA, l'Ukraine et la Syrie''.

    « Dans ces endroits, les forces de Wagner ont attisé les conflits et accru l'insécurité et l'instabilité, causant la mort de soldats et de civils locaux et sapant la souveraineté nationale tout en épuisant le trésor national et en détournant des ressources essentielles qui auraient pu être utilisées pour renforcer les capacités des forces armées », affirme-t-on.

    « Nous exhortons le gouvernement de transition au Mali à ne pas détourner les maigres ressources budgétaires de la lutte des Forces armées maliennes contre le terrorisme. La richesse du pays, y compris les concessions minières, devrait profiter au peuple malien et ne pas être hypothéquée par des forces étrangères irresponsables qui abusent des populations locales et sapent le contrôle des pays hôtes sur leur propre territoire », note le communiqué.

    Par ailleurs, les États-Unis déplorent que le gouvernement de transition malien ait refusé d'accepter plus de 2 000 soldats et policiers supplémentaires de la MINUSMA, et retardé les efforts des partenaires internationaux pour déployer des troupes et des entraîneurs supplémentaires et pour renforcer les opérations de sécurité.
    ''Nous appelons le gouvernement de transition à prendre des mesures pour faciliter les efforts d'assistance à la sécurité visant à protéger et à autonomiser le peuple malien'', conclut le communiqué.

  • République centrafricaine : l’Assemblée adresse ses "remerciements" aux paramilitaires russes du groupe Wagner

    Imprimer

    Le parlement centrafricain a adressé, vendredi 15 octobre 2021, une lettre de félicitation, d’encouragement et de remerciement aux paramilitaires russes pour leur bravoure dans leur « noble » mission en RCA.

    « L’Assemblée nationale vous adresse ses sincères félicitations pour votre bravoure ainsi que ses encouragements soutenus pour la poursuite de votre noble mission dont les résultats sont reconnus par le peuple que nous avons l’honneur de représenter à l’Assemblée Nationale », a déclaré le président du parlement, Simplice Mathieu Sarandji, en remettant un certificat de remerciement à Alexandre Ivanov, chef de la société de sécurité russe, Wagner.

    « Dans la lutte que mène depuis quelques années notre peuple, à travers nos forces armées Centrafricaines (FACA) et forces de Défense et de Sécurité (FDS), contre les terroristes véritables ennemis de la paix, les Interventions du Contingent Russe aux côtés de nos Forces ont été d’une grande efficacité dans la reconquête de la plupart des zones occupées par ces terroristes », a souligné le parlement centrafricain dans la lettre de félicitation remise aux paramilitaires russes.

    « Alexandre Ivanov remercie de tout cœur l'Assemblée Nationale, le gouvernement de la Centrafrique et le peuple centrafricain pour leur confiance. Le chef de la COSI (Communauté des officiers pour la sécurité internationale dont relève le groupe Wagner) a exprimé sa confiance que la coopération entre nos deux peuples ne fera que se renforcer », a souligné dans un tweet, la COSI.

    Alexandre Ivanov, chef de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale et représentant des instructeurs russes en République centrafricaine est à Bangui depuis une semaine pour une visite de travail.

    Arrivée en République centrafricaine en 2018, Wagner a fait le plus parler d'elle ces dernières années notamment depuis les remous qui ont jalonné la dernière présidentielle de décembre 2020 et la multiplications des offensives rebelles visant le régime Touadéra.

    Assurant des formations au profit de l'armée mais aussi la garde rapprochée du président Faustin-Archange Touadéra, les mercenaires russes sont omniprésents et sont devenus un acteur politique à part entière dans l'ancienne colonie française.

    Selon Moscou, 450 mercenaires de Wagner seraient présents depuis 2018 sur le sol centrafricain.

    Récemment, les mercenaires russes du groupe Wagner ont été mis en cause par un rapport de CNN et du groupe d’investigation indépendant The Sentry affirmant que ceux-ci ont torturé, violé et assassiné une douzaine de civils à Bambari, dans le centre du pays.

    La semaine dernière, les députés centrafricains ont récusé ce rapport et le maire de la ville de Bambari avait fait de même.

    Alexandre Ivanov.jpegAlexandre Ivanov
    Alexandre Ivanov (photo cci-contre) se fait connaître en février 2021 à Bangui. Il rencontre des officiels centrafricains dont le ministre de la Sécurité intérieure. La presse favorable à la Russie, tels que Ndjoni Sango et Lengo Songo, s'en fait alors l'écho.

    Sur son profil et son parcours, rien ou presque sur Internet. Lunettes rectangulaires, barbe blanche, la soixantaine... Alexandre Ivanov n'a pas d'existence numérique, hormis les quelques articles dans lesquels il prend la parole. Parmi les rares images de lui, on peut le voir aux côtés de Maksim Chuagalei, un proche d’Evgueni Prigojine, présenté comme le principal financier de la société de paramilitaires Wagner.

    Alexandre Ivanov affirme être à la tête de l'organisation appelée « communauté des officiers russes » et revendique représenter les « instructeurs » russes présents en République centrafricaine. Sur son compte Twitter, actif depuis le mois de mars 2021 seulement, le COSI affirmait le 26 mars agir « ouvertement, en vertu d'un contrat officiel conclu dans le cadre de la coopération entre la Russie et la RCA ».

    Cependant, à Bangui, l'ambassade russe ne reconnaît pas cette personnalité comme étant le représentant des instructeurs officiellement envoyés par Moscou.

    Dans la presse malienne, Alexandre Ivanov assure que les « officiers » qu'il représente ont travaillé à la formation de l'armée centrafricaine, ont apporté une assistance tactique et à l'organisation logistique. « Je pense qu'un tel travail sera effectué au Mali », a-t-il assuré dans son interview à MaliActu.

  • République Centrafricaine : 5 mercenaires russes Wagner tués dans une embuscade des rebelles

    Imprimer

    Cinq mercenaires russes du groupe Wagner ont été tués dans une embuscade. Le drame s’est passé lundi 11 octobre 2021, vers 15 heures, dans la localité de banga, à Mambéré-Kadéï. Le convoi militaire des mercenaires de Wagner était composé de quatre motos et de deux véhicules tout terrain. Trois rebelles ont été tués et trois autres blessés au cours de l'escarmouche.

    Le nombre des mercenaires de Wagner déployés au côté des soldats FACA dans son offensive contre les rebelles de la coalition des patriotes pour le changement (CPC) et tombé sur le champ de bataille ne cesse de s’alourdir. Après la mort de ses trois mercenaires tués dans une  l’embuscade des rebelles au village Bombo la semaine passée, cinq autres viennent à nouveau d’être tués dans une autre embuscade  dans la localité de banga, dans la Mambéré-Kadéï.

    Rappelons que dans la commune de Haute-Bombé, les rebelles de la "Coalition 3R" multiplient des embuscades contre les convois des mercenaires russes de la société Wagner.

    he7C64vb.jpegUn autre groupe rebelle, l'Union pour la Paix  en Centrafrique (UPC) est à l'offensive
    Les rebelles de l'Union pour la paix en République centrafricaine (UPC) (photo ci-contre), dirigés par le Tchado-Nigerien Ali Darassa, ont attaqué les positions de l'armée nationale centrafricaine, les FACA, à Alindao, situé à environ 550 km au nord de Bangui la capitale.

    Les assaillants sont entrés au centre de la ville. "Ils circulent dans la ville et tirent au hasard avec leurs armes", a déclaré une source locale. 

    « Nous ne savons pas où se trouvent actuellement les soldats de l'armée nationale et nous doutons s'ils sont toujours dans la ville ou s'ils se sont retirés face à l'attaque rebelle. Nous ne connaissons pas le nombre de victimes.

    Les rumeurs d'une attaque imminente d'Alindao par les rebelles circulaient depuis environ une semaine et les habitants ont quitté la ville en grand nombre ou se sont réfugiés actuellement sur des sites pour personnes déplacées à l'église catholique ou à l'hôpital.

    Les forces armées, FACA, ont reçu le renfort de mercenaires russes du groupe Wagner et les rebelles de l'UPC sont progressivement repoussés vers la périphérie de la ville. 

    Ex_JPxfWYAAPrR5.jpeg