Wagner (groupe) au Mali

  • Mali : Les autorités maliennes refusent le survol d'un avion militaire allemand

    Imprimer

    Le Mali a refusé, dans la soirée du mercredi 19 janvier 2022, le survol d'un avion de transport de la Bundeswehr avec 75 soldats à destination de Niamey. Le contingent allemand devait ensuite rejoindre la base de Gao. 

    L'avion A400M (reg.54+12) en provenance d'Istres a dû faire demi-tour et être détourné vers Grande Canarie. A noter que, selon des rapports initiaux, le vol avait été approuvé à l'avance par les autorités locales. 

    Comme le note le journaliste Wassim Nasr, les pourparlers avec la MINSUMA n'ayant pas abouti, tous les vols onusiens sont cloués au sol depuis vendredi. Hors transferts médicaux.

    Comme le note Sethim, l'avion militaire allemand pouvait bien survoler le territoire malien et atterrir au Mali. Seulement il n’avait pas le droit de traverser la frontière aérienne/terrestre Mali-Niger à cause de l’embargo imposé au Mali par la CEDEAO et Soutenue par l’Union Européenne donc l’Allemagne.

    Par ailleurs,  le meilleur itinéraire pour cet avion se rendant au Niger était de passer par l’Algerie. L’Algérie a-t-elle refusé elle aussi le survol de l'avion militaire allemand ? Dans la négative, le fait de vouloir survoler le Mali pourrait être considéré comme de la provocation vis-à-vis du Mali.

    On sait que l'Allemagne, la Suède et l'Union Européenne s'interrogent sur la poursuite de leur engagement militaire au Mali, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamique.

    Cela fera bientôt neuf ans que l'Allemagne est engagée sur le terrain malien. Le 27 juin 2013, c'est-à-dire au début de la MINUSMA, le Bundestag avait approuvé la participation de l'armée allemande. . Les députés allemands ont renouvelé le mandat de leur armée chaque année. Le mandat actuel s’achève le 31 mai 2022. 

    Les Allemands n'envisagent pas encore un retrait total mais plutôt un déploiement moins important. Le contingent de 1 100 soldats allemands, pour la plupart basés à Gao au Mali, pourrait être revu à la baisse. Sa mission essentielle de formation des militaires maliens fait encore sens, selon Paris, qui veut essayer de convaincre son partenaire allemand qu’il est encore pertinent de rester.

    De son côté, le gouvernement suédois a annoncé le 14 janvier 2022 sa volonté de mettre fin à sa participation à la force antiterroriste Takuba en action au Mali.  La Suède a envoyé en février 2020 une force de 150 hommes, avec des hélicoptères. Une centaine de militaires danois viennent d’arriver au Mali, pour les remplacer.

    La Suède avait la possibilité d’envoyer 100 hommes supplémentaires, option qui n’a pas été utilisée. Et surtout, elle a décidé de ne pas renouveler ce mandat. C’est un coup dur car Stockholm était de loin le plus grand contributeur de la force Takuba derrière la France.

    Pourquoi ce départ suédois ? La Suède renonce à soutenir la junte militaire au pouvoir à Bamako, qui repousse sans cesse les élections. Mais dans la presse suédoise on a surtout l’impression que c’est la présence des mercenaires russes du groupe Wagner qui a emportée la décision. La Suède est en ce moment dans une phase de tension avec la Russie, qui ne veut pas que le royaume nordique rejoigne l’Otan. Alors un accrochage entre Russes et Suédois, au Mali, ce serait le scénario-catastrophe pour Stockholm. D’ailleurs le désengagement suédois pourrait ne pas s’arrêter là. Le pays s’interroge aussi sur sa participation à la MINUSMA, où il compte 220 autres soldats.

  • Mali : Premier affrontement entre djihadistes et le groupe russe Wagner, rapporte Wassim Nasr

    Imprimer

    Le journaliste Wassim Nasr, se basant sur plusieurs sources, rapporte qu'une première altercation aurait eu lieu le 3 janvier 2022, entre des membres de la société militaire russe Wagner et des jihadistes. L'affrontement a fait un blessé côté Wagner et plusieurs morts côtés jihadistes, selon ces sources. Lincident a eu lieu à proximité de Mandoli sur la route entre Bandiagara et Bankass.FIQFHlnX0AAP8d9.jpeg

  • Mali : 500 paramilitaires de la société russe Wagner arrivent au Mali

    Imprimer

    Au moins 500 paramilitaires russes du groupe Wagner sont arrivés, jeudi 23 décembre 2021, à Bamako.

    L'information a été rapportée par des médias locaux maliens, jeudi, précisant que ces soldats seront déployés dans 10 localités maliennes.

    Cette annonce intervient alors que 15 pays, dont la France et l'Allemagne, ont condamné « fermement le déploiement de mercenaires sur le territoire malien », dans un communiqué publié ce jeudi 23 décembre.

    Les signataires du communiqué l’Allemagne, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Estonie, la France, l’Italie, la Lituanie, la Norvège, les Pays Bas, le Portugal, la République Tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Suède, disent avoir pris connaissance « de l’implication du gouvernement de la Fédération de Russie dans la fourniture d’un soutien matériel au déploiement du groupe Wagner au Mali » et appellent « la Russie à adopter un comportement responsable et constructif dans la région ».

    Ils ont, en outre, estimé que ce « déploiement ne peut qu’accentuer la dégradation de la situation sécuritaire en Afrique occidentale, mener à une aggravation de la situation des droits de l’homme au Mali, menacer l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger et entraver les efforts de la communauté internationale pour assurer la protection des civils et apporter un soutien aux forces armées maliennes ».

    Les quinze pays regrettent la décision des autorités de transition malienne d’utiliser des fonds publics déjà limités pour rétribuer des mercenaires étrangers au lieu de soutenir les forces armées maliennes et les services publics au bénéfice du peuple malien.

    Toutefois, les quinze pays ont rappelé qu’ils ne renonceront pas à leurs « efforts pour répondre aux besoins de la population malienne » et réaffirment leur volonté « de protéger les civils, de soutenir la lutte contre le terrorisme au Sahel et de contribuer à instaurer la stabilité à long terme en appuyant le développement durable, le respect des droits de l’homme et le déploiement des services publics ».

    Ni les autorités de la Russie, encore moins celles du Mali, n'ont confirmé ou infirmé l'arrivée de ces 500 soldats du groupe Wagner

    Lien permanent Catégories : MALI, Wagner (groupe) au Mali 0 commentaire
  • Mali : Les États-Unis "alarmés" par un probable déploiement du groupe russe Wagner au Mali

    Imprimer

    Les États-Unis d'Amérique se disent ''alarmés'' par un déploiement potentiel des forces du groupe de sécurité russe Wagner soutenues par la Russie au Mali, dans un communiqué publié, mercredi 15 décembre 2021, par le département d’État américain.

    « Nous sommes alarmés par un déploiement potentiel des forces du groupe Wagner soutenues par la Russie au Mali », indique le communiqué. Et d'ajouter : « Nous comprenons que l’accord annoncé qui coûte 10 millions de dollars par mois détourne de l’argent qui pourrait être utilisé pour soutenir les forces armées maliennes et les services publics pour payer le déploiement des forces du groupe Wagner d’Evgueni Prigojine​​​​​​​ au Mali ».

    Le document explique, en outre, que « les forces de Wagner qui sont connues pour leurs activités déstabilisatrices et leurs violations des droits humains n’apporteront pas la paix au Mali, mais déstabiliseront davantage le pays ».

    « Evgueni Prigojine est sanctionné par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne dans le cadre de ses relations avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie et de ses efforts pour renverser les processus démocratiques américains » note, encore, le département d'Etat.

    Et de souligner que le groupe Wagner, sanctionné par les États-Unis, a été impliqué dans des abus et des actions qui menacent la paix, la sécurité, la stabilité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de la République Centrafricaine (RCA).

    La même source rapporte qu'« en République centrafricaine, des éléments de Wagner ont procédé à des exécutions extrajudiciaires de membres de communautés peules à majorité musulmane » avant d'ajouter que '' les pays qui connaissent des déploiements du groupe Wagner à l'intérieur de leurs frontières se retrouvent bientôt plus pauvres, plus faibles et moins sûrs en donnant comme exemple la Libye, la RCA, l'Ukraine et la Syrie''.

    « Dans ces endroits, les forces de Wagner ont attisé les conflits et accru l'insécurité et l'instabilité, causant la mort de soldats et de civils locaux et sapant la souveraineté nationale tout en épuisant le trésor national et en détournant des ressources essentielles qui auraient pu être utilisées pour renforcer les capacités des forces armées », affirme-t-on.

    « Nous exhortons le gouvernement de transition au Mali à ne pas détourner les maigres ressources budgétaires de la lutte des Forces armées maliennes contre le terrorisme. La richesse du pays, y compris les concessions minières, devrait profiter au peuple malien et ne pas être hypothéquée par des forces étrangères irresponsables qui abusent des populations locales et sapent le contrôle des pays hôtes sur leur propre territoire », note le communiqué.

    Par ailleurs, les États-Unis déplorent que le gouvernement de transition malien ait refusé d'accepter plus de 2 000 soldats et policiers supplémentaires de la MINUSMA, et retardé les efforts des partenaires internationaux pour déployer des troupes et des entraîneurs supplémentaires et pour renforcer les opérations de sécurité.
    ''Nous appelons le gouvernement de transition à prendre des mesures pour faciliter les efforts d'assistance à la sécurité visant à protéger et à autonomiser le peuple malien'', conclut le communiqué.

  • Mali : Le groupe de mercenaires russe Wagner promet de finir la guerre en six mois

    Imprimer

    50 experts militaires du groupe Wagner sont au Mali depuis deux mois pour évaluer la situation sécuritaire. Ils affirment pourvoir mettre fin à la guerre avec les djihadistes dans les six mois sans préciser si le résultat serait obtenu en les combattant ou en négociant avec eux. 

    Lien permanent Catégories : MALI, Wagner (groupe) au Mali 0 commentaire
  • Mali : Déploiement du groupe de mercenaires russes Wagner au Mali: L'Algérie dément son implication dans le projet

    Imprimer

    L'Algérie dément son implication dans le financement du projet de déploiement des mercenaires du groupe russe Wagner au Mali. Réagissant aux informations évoquant, depuis quelques jours, l'engagement du pays à financer une partie de ce projet, en entamant des négociations avec les autorités maliennes, un porte-parole du ministère algérien des affaires étrangères a accusé "un pays voisin" d'être à l'origine de cette "rumeur".

    "L'Algérie dément formellement ces rumeurs. Ce sont les parrains d’un pays voisin qui sont à l'origine cette manipulation malveillante », estime ce responsable, dont le nom n'a pas été cité, dans une déclaration à deux organes de presse, Tout sur l'Algérie (TSA) et El Khabar .

    Selon lui, l'Algérie "a toujours soutenu que la solution au Mali n’était pas militaire, mais passe plutôt via l’application des accords d’Alger, et la réunification du pays".

    Lors de sa dernière déclaration, à l'occasion d'une rencontre, dimanche 11 octobre avec des journalistes, le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune s'était aussi exprimé sur la question malienne.

    « Pour l’Algérie, la solution au Mali passe par la réunification du nord avec le sud », avait-il déclaré. Le chef de l'Etat algérien affirme aussi que l’armée algérienne « ne s’enlisera jamais dans les bourbiers ». "Au Mali, c’est une affaire de pauvreté et de développement", avait-il lancé.

    Pour rappel, l'affaire du déploiement du groupe de mercenaires russes Wagner au Mali a fait couler beaucoup d'encre, et suscité l'indignation de plusieurs pays, notamment la France. Les autorités maliennes n'ont, toutefois, toujours pas reconnu officiellement l'existence de négociations avec le groupe russe.

  • Mali : Le ministre russe des AE confirme que le gouvernement malien a approché le groupe PMC Wagner mais affirme que Moscou n'est pas impliqué

    Imprimer

    Le Mali a demandé à la société de sécurité privée Wagner de renforcer la sécurité dans ce pays déchiré par le conflit, a confirmé samedi le ministre russe des Affaires étrangères, ajoutant que Moscou n'était pas impliqué.

    Les pays européens ont mis en garde le gouvernement malien en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies cette semaine contre l'embauche de paramilitaires du groupe Wagner.

    Mais alors que Paris s'apprête à réduire sa présence militaire au Mali, Sergueï Lavrov a confirmé que le gouvernement malien s'était tourné vers des "entreprises privées russes".

    "C'est une activité qui a été menée sur une base légitime", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York.

    "Nous n'avons rien à voir avec cela", a-t-il ajouté.

    Selon certaines informations, le gouvernement malien est sur le point d'embaucher 1 000 paramilitaires du groupe Wagner.

    La France a averti le Mali que l'embauche des combattants de la société de sécurité privée russe isolerait le pays au niveau international.

    L'entreprise russe est considérée comme proche du président russe Vladimir Poutine et les pays occidentaux l'accusent d'agir au nom de Moscou.

    Les paramilitaires, les instructeurs de sécurité privée et les entreprises russes sont devenus de plus en plus influents en Afrique ces dernières années, en particulier en République centrafricaine en proie à un conflit, alors que les Nations Unies ont accusé les mercenaires de Wagner d'avoir commis des abus.

    Moscou admet avoir déployé des « instructeurs » en RCA mais affirme qu'ils ne sont pas actifs dans les combats. La Russie insiste sur le fait qu'il n'y a pas de paramilitaires en Libye, malgré les affirmations occidentales du contraire.