Wagner en Ukraine

  • Украина: ЧВК Вагнера зашла на Углегорскую ТЭС и в Новолуганское. ВСУ, вероятно, отошли

    Imprimer

    Оборонное ведомство Великобритании со ссылкой на разведку сообщило в Twitter, что российские наемники частной военной компании "Вагнера", возможно, добились некоторого успеха на Бахмутском направлении Донецкой области, в частности около Светлодарского водохранилища.

    Разведка союзников пишет, что кремлевской ЧВК "вероятно, удалось добиться тактического наступления на Донбассе в районе Углегорской ТЭС (северный берег водохранилища) и близлежащего поселка Новолуганское".

    "Некоторые украинские силы, вероятно, уже выведены из этого района", – отметили в Лондоне.
    20220727093419-7685.jpeg

  • Ukraine : Le PMC Wagner est entré dans la centrale thermique de Vuglehirska et  à Novoluhanska. Les forces ukrainiennes se sont probablement retirées

    Imprimer

    Les mercenaires russes de la société militaire privée "Wagner" auraient obtenu un certain succès dans la direction de Bahmut de la région de Donetsk, notamment près du réservoir de Svitlodar.

    Les renseignements britanniques ont confirmé que le PMC Wagner "a probablement réussi à réaliser une offensive tactique dans le Donbass dans la zone du TPP de Vuglehirska (rive nord du réservoir) et du village voisin de Novoluhanska".

    "Certaines forces ukrainiennes ont probablement déjà été retirées de cette zone", ont déclaré les services de renseignement britanniques.

    Dans son résumé du mercredi matin 27 juillet, l'état-major général ukrainien n'a rien rapporté de la situation dans la zone d'hostilités susmentionnée.
    20220727093419-7685.jpeg

  • Украина: последние изменения в войне

    Imprimer

    Харьковский фронт:
    Наступление Вооруженных сил Российской Федерации продолжается - Поступают сообщения о боях в Старом Салтове и Верхнем Салтове, южнее Рубежного (30 км к северу от Харькова), а также, вероятно, в направлении Русской Лозовой и Дементьевки. Жители Харькова описывают в социальных сетях массированные обстрелы военных объектов в городе и его окрестностях.
    FVMU7xSXEAYU62e.pngРоссийская армия обстреляла мастерскую по ремонту бронетехники Вооруженных сил Украины в районе тракторного завода. 

    Изюмско-Словянский фронт:
    Украинская армия обстреливает населенный пункт Балаклея. Украинцы также пытаются активизировать свою деятельность в Изюмском лесном массиве. В направлении Словянска продолжаются бои за Богородичный и в районе Краснополье, Долина и Сидорово.

    Северодонецкий/Лисичанский фронт:
    Глава ЛНР Леонид Пасечник заявил, что в Северодонецке подразделения Народной милиции самопровозглашенной Донецкой республики вошли на территорию завода "Азот". Тем временем военачальник Евгений Поддубный заявил, что украинская армия, обороняющая Лисишанск, больше не имеет безопасных путей снабжения - трасса Артемовск-Лисишанск была пересечена российскими войсками.

    В настоящее время украинские силы закрепились в трех районах: завод "Азот", Сиротино и Боровское. К югу от Сиротино есть поврежденный мост, по которому еще можно добраться до Лисичанска, но его нельзя использовать для перевозки тяжелой техники.
    FVVPzeyUcAAkeSj.jpegFVVPze0VEAARmSn.jpeg

    Донецкий фронт:
    7-я мотострелковая бригада самопровозглашенной Луганской республики вошла в Зайцево (см. карту ниже) и Семигорье, но говорить о взятии этих населенных пунктов пока рано. Дорога к Углегорской ТЭС находится под огнем российской артиллерии, но физически не контролируется. 

    Что будут делать украинские подразделения для защиты города Бахмут (Артемовск)? Город защищают 103-я и 115-я бригады территориальной обороны Украины, передвижения которых были замечены, но неясно, отступают они или усиливаются. Российские вооруженные силы продолжают продвигаться к городу. В четверг на трассе Соледар-Северск под обстрел попала украинская бронетанковая колонна. На линии Артемовск-Соледар-Северск больше нет безопасных дорог для украинцев.
    215469762.pngБои начались в Угледаре, где в бой вступили части Вагнера. Интенсивные столкновения происходят в треугольнике Павловка-Егоровка-Шевченко. Группы украинских войск пытаются захватить дорогу между Павловкой и Егоровкой, а российские войска заняли Шевченко. Кроме того, российская артиллерия обстреляла украинские позиции в Марьинке. 
    FVVJkcOUYAA9DHE.jpeg

    Врубовка - Горское - Золотое секторы
    Бои переместились из Врубовки в Новоивановку, контроль над которой важен для обеих сторон, и еще более важен для Украины. От 1 000 до 2 000 украинских солдат рискуют оказаться в окружении, если они не отступят вовремя.
    FVVMvMcVIAEJrn-.jpeg

    Город Донецк вновь подвергся обстрелу украинской артиллерии. Семь человек получили ранения в результате обстрела Ворошиловского и Кировского районов. Ясиноватая также была поражена ракетой "Точка-У", попавшей в склад боеприпасов, который взорвался.

    Херсонский фронт
    Реактивная система залпового огня "Уралаган" украинской армии также обстреляла Чернобаевку и Сухой Ставок в Херсонской области.

    Николаев
    Центр управления беспилотниками был уничтожен российскими военными на аэродроме Кульбакино под Николаевом. Россияне выпустили по цели две крылатые ракеты. Видео.

  • Wagner, l’armée secrète de Poutine ?

    Imprimer

    Dans sa dernière livraison publiée le 31 aout 2021, La Chronique d'Amnesty International cite un journal russe basé à Londres, The Bell, selon lequel l'idée de créer Wagner aurait germé en 2012 dans l'esprit de hauts responsables de l'armée et du renseignement russes. Objectif, mettre sur pieds une armée privée « utilisable pour régler des problèmes par la force ».

    Selon une note de l’Institut français des relations internationales (Ifri), publiée en septembre 2020, le groupe Wagner qui est finalement fondé en 2014, a commencé avec 250 hommes.

    Fin 2021, l’ONG Amnesty International estimait que cette « armée privée » avait entre « 2 500 à 5 000 mercenaires » présents, selon plusieurs sources, « depuis 2014 sur les zones de conflit de la planète où la Russie a des intérêts stratégiques ».

    Dans un article publié le 1er mars dernier sur le site Géopolitique, Aude Merlin, chercheuse au Centre d’étude de la vie politique (Cevipol), à l’Université libre de Bruxelles, spécialiste de la Russie et du Caucase, revient sur la composition de Wagner : « Il y aurait eu au départ des vétérans de Tchétchénie et d'Afghanistan. Certaines sources mentionnent d'anciens prisonniers de droit commun. Des jeunes auraient intégré Wagner après une formation d'un mois ».
    Wagner est « un sacré chien de guerre », a affirmé un mercenaire du groupe paramilitaire, interrogé par la Chronique d'Amnesty.

    Evguéni Prigojine, l'homme de l'ombre
    « Concernant les moyens, une part importante du financement semble venir de la société d’Evgueni Prigogine, Internet research agency, connue pour ses "usines à trolls". Wagner aurait un budget de 30 millions de dollars et d’après différentes sources, Wagner bénéficierait d'infrastructures du ministère de la Défense russe », a encore indiqué Aude Merlin.

    L'homme d'affaires russe Evguéni Prigojine avait d’ailleurs salué le putsch de janvier dernier au Burkina Faso comme le signe d'une « nouvelle ère de décolonisation » en Afrique.

    « Tous ces soi-disant coups d'État sont dus au fait que l'Occident essaie de gouverner les États et de supprimer leurs priorités nationales, d'imposer des valeurs étrangères aux Africains, parfois en se moquant clairement d'eux », avait ainsi déclaré Prigojine dans un commentaire publié sur le réseau social russe VK, par sa société, Concord.

    « Il n'est pas surprenant que de nombreux États africains cherchent à se libérer. Cela se produit parce que l'Occident essaie de maintenir la population de ces pays dans un état semi-animal », avait encore assuré le sulfureux homme d'affaires russe.

    Alexandre Ivanov, lui, est connu pour être l'un des représentants des « instructeurs » russes en Centrafrique. Sur les communiqués qu'il publie, il se présente comme étant « le chef de la Communauté des officiers pour la sécurité internationale». Dans un de ces communiqués, il s'est dit être prêt à « partager l'expérience » des « instructeurs » russes en Centrafrique pour la formation de l'armée du Burkina Faso si les autorités en faisaient la demande.
    Sur le site internet du groupe, pas la moindre trace du mot « Wagner ». On parle, justement, de « la Communauté des officiers pour la sécurité internationale ». Le groupe russe se présente comme un regroupement de « personnes prêtes à donner leur vie dans la lutte pour la justice (...) et n'acceptant pas l'oppression des civils ».

    Présence massive en Afrique
    Plusieurs sources affirment que la Russie est bien présente en Afrique notamment en République Centrafricaine (RCA) et au Mali, par l’intermédiaire du groupe Wagner.

    Début février, le chef du Commandement américain pour l’Afrique (Africom), le général Stephen Townsend, a affirmé, dans une interview au Washington Post, que le groupe Wagner était bel et bien présent au Mali. Selon Townsend, Bamako verserait dix millions de dollars par mois « pour les services de Wagner ».

    « Je crois qu’ils vont devoir payer en nature sous la forme de ressources naturelles telles que l’or et les pierres précieuses parce que je ne vois pas comment ils vont pouvoir payer dix millions de dollars par mois », a déclaré le chef d’Africom.

    Le Mali a toujours démenti un quelconque contrat avec Wagner. Le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, avait affirmé en février dernier, dans une interview à la télévision nationale, que le Mali traite d’Etat à Etat, comprenez avec l'Etat russe.

    Sur le continent africain, c'est en République centrafricaine que Wagner a fait le plus parler de lui ces dernières années. Formation de l'armée mais aussi garde rapprochée du Président Faustin-Archange Touadéra, les mercenaires russes sont omniprésents et sont devenus un acteur politique à part entière dans l'ancienne colonie française en Afrique centrale. Mais certaines parties centrafricaines et un rapport inédit de CNN et The Sentry publié le 14 juin 2021, estiment que Wagner est « une machine à piller et à tuer » surtout en RCA.

    « Comment la République centrafricaine peut-elle se permettre de payer ce groupe ? Des mines de diamant sont utilisées comme compensation financière. Et c’est l’objet de litiges, d’expropriations de terres », s’est interrogé le politologue centrafricain, Philippe Bodo.

    Selon l’enquête de CNN et l'ONG "The Sentry", spécialisée dans la traque de l'argent sale, Wagner est « une armée de mercenaires liée au Kremlin » et qui « se livre à un carnage dans le but de contrôler des mines d’or et de diamants en République centrafricaine et de renforcer l’influence russe en Afrique ».

    Dans cette enquête, John Prendergast, cofondateur de l’ONG The Sentry, a déclaré qu’« en République centrafricaine, le crime organisé transnational s’est emparé des institutions gouvernementales et a pris des communautés entières en otage. Il s’agit véritablement d’une machine à piller et à tuer servant les intérêts du président de la République centrafricaine et de ses alliés étrangers, en particulier l’armée privée connue sous le nom du Groupe Wagner, qui possède des liens avec le Kremlin et qui s’approprie les réserves d’or, de diamants et d’autres minéraux du pays ».
    Selon le site Bloomberg, les premiers 450 mercenaires de Wagner seraient présents depuis 2018 sur le sol centrafricain. A ce jour, ils seraient officiellement de l'ordre de 1 135 selon les autorités centrafricaines.

    Mais en Afrique, c'est en Libye que ces « combattants-fantômes » sont les plus nombreux, plus de 1200 selon les Nations unies. Outre la livraison d'armes, ils participeraient activement aux combats toujours selon l'organisation onusienne.

    Selon un article publié le 18 octobre 2019 par le site Ligne de Défense, Wagner est également présent au Mozambique depuis 2019 pour combattre l'insurrection islamiste.

    Citant des sources militaires, la publication en ligne Carta de Moçambique avait rapporté, en mars 2020, que des mercenaires russes de Wagner avaient aidé l’armée mozambicaine à combattre les militants islamistes qui avaient mené des attaques dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du pays où se trouvent de vastes gisements de gaz.

    « Des avions cargo russes Antonov ont également été aperçus en train d'apporter du matériel militaire dans le nord du Mozambique. Les mercenaires seraient des éléments du groupe Wagner, qui est également actif en République centrafricaine », avait relevé Carta de Moçambique.

    Plus officieusement, Wagner serait également présent au Zimbabwe, en Angola, à Madagascar, en Guinée et en Guinée-Bissau.

    En décembre 2021, l'Union européenne a imposé des sanctions au groupe Wagner accusé de commettre des violations des droits de l'homme en République centrafricaine et ailleurs.

    L'UE a déclaré qu'elle ne formerait plus les soldats du gouvernement centrafricain en raison de leurs liens avec Wagner.
    « Nous sommes préoccupés par la présence du groupe Wagner dans 23 pays africains et les liens très étroits de cette société avec la Russie », a déclaré le 30 novembre 2021, Nabila Massrali, Porte-parole du Haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Josep Borrell.

    « Wagner n’existe pas », affirme Moscou
    Des ONG des droits de l'homme (Amnesty International, la FIDH ou l’association russe Memorial) accusent également Wagner de commettre des tortures, des exécutions ou des viols, contre des civils, dans des zones de conflit.

    Mardi 22 février dernier, la France et les Etats-Unis ont accusé pour la première fois au Conseil de sécurité de l'ONU les « mercenaires » de l'entreprise russe Wagner d'avoir « massacré » et « exécuté » des dizaines de civils en janvier en Centrafrique.

    Paris et Washington soupçonnent Moscou de les manipuler en douce, au bénéfice de la politique étrangère du Président Poutine. Mais le Kremlin dément et nie même les connaître, en affirmant régulièrement ceci : « Ce groupe Wagner n’existe pas » et « les sociétés militaires privées sont interdites en Russie ».

    « Pourtant, la Russie de Poutine cultive bien des liens secrets avec le groupe Wagner. Denis Korotkov, un journaliste d’investigation russe qui enquête sur le groupe Wagner accumule les preuves. Il les tient de plusieurs combattants de ce groupe qui sont entrés en contact avec lui à Saint-Pétersbourg, en 2015. Ils disent avoir combattu en Syrie et dans la guerre civile ukrainienne, au sein d’un bataillon créé par un certain Dimitri Outkine, un lieutenant-colonel du renseignement militaire russe (le GRU) passé au privé », a souligné l’ONG Amnesty International dans le numéro de septembre 2021 de La Chronique.

    Selon cette ONG, « en 2016, photos à l’appui », Korotkov a révélé que « la Russie entraîne une armée privée dans ses casernes » mais le ministère russe de la Défense dément et accuse le média de propager de fausses nouvelles.

    Dans une analyse publiée le 10 décembre 2021 par l’Institut Montaigne, un think tank français, Emmanuel Dreyfus, chercheur sur la Russie à l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire, explique que le groupe Wagner « est comme une nébuleuse ou une entité informelle, puisqu’il s’agit d’une structure sans aucune existence légale ».

    Selon ce chercheur, « Wagner n’est pas enregistré comme une société commerciale » donc « l’absence de statut juridique défini de Wagner est avantageuse pour le gouvernement russe puisqu’elle lui permet, lorsque le groupe est mobilisé sur différents terrains, de nier toute responsabilité pour les actions menées ».

    Le chercheur conclut en affirmant qu’« il existe donc des liens logistiques d’ordre militaire évidents et des affinités personnelles entre le groupe Wagner et le gouvernement russe. Cependant, le lien entre les deux entités n’est pas organique et toutes les interventions de Wagner ne sont pas liées à l’Exécutif russe. Elles procèdent parfois de logique davantage lucrative, propre aux intérêts personnels d’Evguéni Prigojine ».