Vieille ville de Jérusalem

  • Jérusalem : L'ambassade américaine conseille à ses employés d'éviter la vieille ville

    Imprimer

    L'ambassade américaine en Israël a conseillé lundi 22 novembre 2021 à ses employés et à leurs familles d'éviter de se rendre dans la vieille ville de Jérusalem, jusqu'à nouvel ordre.

    L'avis est venu après la fusillade, dimanche 21 novembre, dans la vieille ville, qui a causé la mort d'un Israélien et en a blessé 4 autres, avant que l'auteur ne soit abattu par la police israélienne.

    "Parce que les incidents de sécurité se produisent souvent sans avertissement, nous encourageons fortement les citoyens américains à faire preuve de vigilance et à prendre les mesures appropriées pour accroître leur sensibilisation à la sécurité", a déclaré lundi l'ambassade des États-Unis dans une alerte de sécurité écrite.

    "En raison des récents incidents de sécurité, dans et autour de la vieille ville de Jérusalem, les employés du gouvernement américain et les membres de leur famille ont été invités à éviter la vieille ville jusqu'à nouvel ordre", a-t-elle ajouté.

    L'alerte de sécurité comprenait un certain nombre de mesures, notamment éviter « les manifestations et les grands rassemblements, suivre les médias locaux et suivre les instructions des autorités locales ».
    La police israélienne a, de son côté, annoncé le renforcement de ses forces à Jérusalem-Est, après l'opération.

  • Jérusalem : Attaque à l'arme à feu à Jérusalem : un mort et trois blessés

    Imprimer

    Une personne a été tuée et trois autres blessées dimanche matin 21 novembre 2021 lors d'une attaque à l'arme à feu menée par un Palestinien membre du Hamas dans la Vieille Ville de Jérusalem, ont indiqué les autorités israéliennes. L'attaque a eu lieu sur Chain Street (près du Mont du Temple), qui sépare le quartier musulman du quartier juif. L'agresseur, qui utilisait une mitraillette Beretta M12 (photo ci-dessous), était, semble-t-il, accompagné d'un complice qui aurait lui mené une attaque au couteau. Il a réussi à prendre la fuite.
    FEs_aqgWQAAvuMw.jpeg

    "Vers 09h00 locales (07h00 GMT), un terroriste armé a ouvert le feu dans la Vieille ville de Jérusalem. Un civil a été tué et deux autres blessés. Deux policiers ont également été légèrement blessés", a indiqué la police. 

    Eliyahu David Kay.pngLa personne décédée est Eliyahu David Kay (photo ci-contre), 26 ans, un habitant de Modiin qui travaillait comme guide touristique pour la Western Wall Heritage Foundation. C'était immigrant récemment arrivé d'Afrique du Sud. Arrivé en Israël, il a été enrôlé dans Tsahal pour faire son service militaire dans les troupes aéroportées. Eliyahu prévoyait de se marier dans six mois.
    Les deux autres civils  blessés sont les rabbins Aaron Yehuda et Zeevi Katzenelbogen.

    L'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem où ont été transportés les blessés a déclaré que le rabbin Aaron Yehuda, a été blessé par balle et se trouve dans un état grave. Le rabbin Zeevi Katzenelbogen, transporté à l' l'hôpital Adasa Ein Kerem, a été plus légèrement blessé et ses jours ne sont pas en danger.

    Juste après cette attaque, rare dans la Vieille Ville de Jérusalem, de nombreux policiers ont été déployés. Le corps de l'assaillant est longtemps resté au sol avant que les forces de l'ordre ne confirment son décès. 

    Le ministre israélien de la Sécurité publique, Omer Bar-Lev, a déclaré à la télévision que l'assaillant était un Palestinien de 42 ans, "membre du Hamas", habitant du camp de réfugiés palestiniens de Shuafat, dans la banlieue nord-est de Jérusalem. "C'était un membre du Hamas, de la branche politique, pas de la branche armée. Selon les images que nous avons, il semble qu'il portait une grande galabeya (robe traditionnelle) ou qu'il s'était déguisé en juif orthodoxe", afin de dissimuler son arme, a dit M. Bar-Lev sur la chaîne israélienne Kan. "Son épouse a quitté (le pays) il y a trois jours et son fils est aussi à l'étranger (...) Il semble que cette attaque soit préméditée", a-t-il ajouté.

    Fadi Abu Shkhaydam.jpegDans un communiqué, la direction du Hamas a confirmé que l'assaillant, présenté comme Fadu Abu Shukhaydam (photo en tête de page et photo ci-contre), était bien un membre de l'organisation, sans toutefois revendiquer directement cette attaque qui intervient six mois, jour pour jour, après la fin de la dernière guerre entre le Hamas et Israël. "Notre martyr à Jérusalem a passé sa vie à prêcher le jihad (...) cette opération héroïque est un avertissement à notre ennemi et son gouvernement afin qu'il cesse d'occuper nos terres", a indiqué le Hamas dans un communiqué depuis la bande de Gaza, enclave palestinienne sous son contrôle.

    Appel à la vigilance 
    Après cette attaque, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a demandé à "renforcer" le dispositif sécuritaire à Jérusalem et appelé la population et les policiers à faire preuve de "vigilance" à l'approche des fêtes juives de Hanouka, célébrées à partir du 28 novembre.

    Mercredi, un Palestinien de 16 ans avait mené une attaque au couteau dans la Vieille ville contre les forces israéliennes faisant deux blessés avant d'être abattu. Des heurts avaient éclaté dans la soirée entre résidents palestiniens et forces de l'ordre israéliennes dans le quartier d'Issawiya, à Jérusalem-Est, d'où était originaire l'assaillant. 



     

  • Jérusalem : Attaque au couteau dans la vieille ville -  l'assaillant abattu

    Imprimer

    Un homme ayant mené mercredi soir 17 novembre une attaque au couteau contre les forces israéliennes ayant fait deux blessés dans la Vieille ville de Jérusalem a été abattu, a indiqué la police israélienne. Deux membres de la police des frontières ont été "poignardés" à proximité d'une yeshiva (école talmudique) sur la rue al-Wad, qui traverse le quartier musulman de la Vieille ville, à Jérusalem-Est, selon un communiqué de la police. Vidéo de l'attaque.

    L'assaillant a été abattu par le rabbin Aviv Tsuberi, de la yeshiva Ateret Coanim. Selon la police israélienne, il s'appelle Amr Abu Asab. Il était âgé de 16 ans et était un habitant de Jérusalem-Est, secteur palestinien de la Ville sainte occupé depuis 1967 par Israël puis annexé.

    Les policiers ont été évacués vers l'hôpital Hadassah de Jérusalem, a indiqué dans un communiqué l'organe de secours United Hatzalah ayant apporté les premiers secours.

    "J'ai soigné une femme blessée modérément et un homme légèrement blessé des suites de l'incident... nous les avons évacués vers l'hôpital Hadassah", a affirmé Yechiel Stern, un secouriste, selon ce communiqué.

    Quelque 200.000 Israéliens vivent à Jérusalem-Est, où habitent également 300.000 Palestiniens. 

  • Jérusalem : Vive tension sur l'esplanade des Mosquées (Mont du Temple)

    Imprimer

    Dimanche 18 juillet, à l'aube (Le matin du 9 Av.), 1600 juifs ont investi les cours de la mosquée 'Al-Aqsa (Mont du Temple), sous la protection des forces de sécurité israéliennes, forçant les musulmans à évacuer la mosquée (Vidéo). Parmi les personnalités juives présentes, se trouvaient les membres de la Knesset Amikhai Shikli et Yom-Tov Kalfon ("Yamina").

    Les juifs entendent  commémorer la  « mémoire de la destruction du Temple » sur le Mont du Temple.

    L'évènement a provoqué des émeutes sur place, de la part des Palestiniens (Vidéo). La police israélienne a affronté des fidèles palestiniens sur le mont. Selon des rapports palestiniens, la police israélienne a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, tandis que la police a déclaré que certains Palestiniens lançaient des pierres. Aucun blessé grave n'a été signalé à la suite des affrontements et quelques Palestiniens auraient été arrêtés. 

    Les tensions pourraient s'exacerber car le Premier ministre Naftali Bennett a tenu une réunion avec des représentants des forces de sécurité et a ordonné la poursuite des visites des Juifs sur le Mont du Temple. Bennett a remercié la police pour « avoir géré les événements sur le mont du Temple avec responsabilité et considération, tout en maintenant la liberté de culte pour les Juifs sur le mont » – une déclaration qui a soulevé la question de savoir si le gouvernement cherchait un changement de politique sur le site.

    Protestations palestiniennes
    Dans un communiqué, le ministère palestinien des Affaires étrangères a condamné "dans les termes les plus forts les incursions menées ce matin par des juifs" qu'il a qualifié d'"extrémistes" dans les cours de la mosquée Al-Aqsa.

    Il tient le gouvernement israélien pour responsable de cette intrusion et de ses répercussions.

    Le prédicateur de la mosquée Al-Aqsa et chef du Conseil islamique suprême à Jérusalem, Cheikh Ikrima Sabri, a imputé la prise d'assaut de la mosquée Al-Aqsa par les Israéliens, dimanche matin, à tous les Arabes et musulmans.

    Sabri a déclaré que ls Israéliens avaient annoncé leur intention de prendre d'assaut la mosquée Al-Aqsa dimanche matin, et nous n'avons vu aucune pression arabe sur Israël pour empêcher cette prise d'assaut.
    Il a demandé : "Où est la pression officielle, politique et diplomatique arabe sur l'occupation pour qu'elle se retire ? Où est l'action ? Où est le vrai soutien à Al-Aqsa et à Jérusalem ?"
    "Nous devons nous tenir pour responsables, car Al-Aqsa appartient aux musulmans", a-t-il souligné.
    Il a ajouté que les Jérusalemites protègent la mosquée Al-Aqsa avec leurs poitrines, mais les forces israéliennes les empêchent de l'atteindre et de couper les routes, et forcent les personnes présentes à sortir de la mosquée.
    Sabri a indiqué que les incursions ont été organisées depuis la nuit dernière, lorsque les gens ont été empêchés d'entrer dans la vieille ville, et depuis l'aube d'aujourd'hui, les gens ont été empêchés d'entrer dans Al-Aqsa, même les gardes de la mosquée et les employés de la fondation, et ceux qui étaient dans la mosquée ont été piégés à l'intérieur.
    Il a dit que les musulmans sont entassés à l'extérieur de la vieille ville et dans les rues et les ruelles parce qu'ils ne peuvent pas entrer dans la vieille ville.

    Le Mouvement islamique et le parti islamique RAAM ne tolérera pas que l'hymne national israélien ait été chanté sur l'esplanade des Mosquées
    Après la publication d'une vidéo sur les réseaux sociaux, montrant un membre de la Knesset, Amichai Shikli, chantant l'hymne israélien, le Mouvement islamique et son émanation politique, le parti RAAM, ont déclaré qu'ils ne toléreraient pas la violation du statu quo historique.

    Le parti RAAM, dirigé par Mansour Abbas, fait partie de l'actuel gouvernement de coalition au pouvoir en Israël. Mais pour leur base religieuse conservatrice, la mosquée Al-Aqsa est un symbole précieux et vénéré.

    "Le Mouvement islamique et le parti RAAM mettent en garde contre les colons et les membres de la Knesset de visiter le Mont du Temple et que cela pourrait conduire à des émeutes et provoquer une guerre de religion dans la région", ont-ils publié dans un communiqué cité par le site Mako. l'exécution de prières et le chant de « A-Tikva » sur le site, dont 144 dunams appartiennent à 100 % à des musulmans. »

    Le député de la Liste arabe unie, Ahmad Tibi, critique le chef du gouvernement
    « Le « gouvernement du changement » capitule devant les extrémistes de droite sur n’importe quelle question, y compris l’occupation de Jérusalem, les cris de « mort aux Arabes », ainsi que la question des manifestations exigeant « de commencer la construction du Troisième Temple. » Tibi a déclaré que les prières récité par les Juifs sur le mont du Temple (Esplanade des Mosquées) pourraient provoquer de nouveaux troubles.

    La Jordanie, l'Égypte et la Turquie condamnent toutes les visites juives au mont du Temple
    Plusieurs voisins d'Israël ont également émis des condamnations, notamment l'Égypte, la Turquie et la Jordanie, dont le Waqf islamique administre le site.

    En vertu du traité de paix de 1994, Israël a reconnu la Jordanie comme gardienne de la mosquée al-Aqsa et d'autres lieux saints musulmans de la vieille ville, qui faisait partie des zones annexées par la Jordanie que les forces israéliennes ont capturées lors de la guerre des Six Jours de 1967.

    Selon le ministère jordanien des Affaires étrangères, Amman a envoyé à Israël une lettre officielle de protestation à la suite de l'incident, réaffirmant son contrôle sur le site.

    « Les actions israéliennes contre la mosquée sont inacceptables et condamnables. Ils représentent une violation du statu quo historique et juridique, du droit international et des obligations d'Israël en tant que puissance occupante à Jérusalem-Est », a déclaré le porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères Daifullah Fayez dans un communiqué.

     

  • Gaza/Israël : Le Hamas menace à nouveau de bombarder Israël

    Imprimer

    Un membre du bureau politique du Hamas, Khalil al-Hayya, a déclaré dans un discours prononcé à la « Société civile et action civile pour soutenir la Résistance et la Conférence d'Al-Quds » à Gaza, que « l'ennemi essaie d'incarner de nouveaux faits en annonçant une marche des drapeaux et une escalade dans le quartier de Sheikh Jarrah. » 

    Al-Hayya a ajouté : « Nous disons clairement aux médiateurs qu'il est temps de freiner cette occupation, sinon les éclairs existeront toujours. » Il a poursuivi : « Nous mettons en garde l'occupation et les médiateurs et le monde entier contre la marche de Jérusalem et d'Al-Aqsa.

    Il a exprimé son espoir que "ce message sera clair pour que jeudi ne soit pas comme le 11 mai", évoquant le ciblage d'Israël par des missiles.

    Al-Hayya a ajouté que le Hamas ne cherchait pas la guerre, déclarant : « Nous ne sommes pas des amoureux des guerres, mais de la liberté et de la stabilité. Nous voulons vivre en sécurité et dans la stabilité sur notre terre et dans notre État », ajoutant : « Nous disons à l'occupant qu'il ne réussira pas et nous n'accepterons pas de payer deux prix, le prix de votre agression et le prix de votre politique." .

    Jeudi soir prochain, la "Marche des drapeaux" doit partir de la vieille ville par plusieurs portes, pour atteindre le mur d'Al-Buraq, en passant par les ruelles de Jérusalem et du quartier musulman. Des dizaines de milliers d'Israéliens participent généralement à cette marche et appellent à la démolition de la mosquée Al-Aqsa et à son remplacement par le temple qui se trouvait à cette place. »

  • Jérusalem : Les forces israéliennes prennent d'assaut l'esplanade d'Al-Aqsa ( le Mont du Temple)

    Imprimer

    Plus de 178 Palestiniens et 17 policiers israéliens ont été blessés vendredi 7 mai 2021, la plupart sur l'Esplanade des Mosquées, dans les plus importants heurts des dernières années à Jérusalem-Est occupé, théâtre d'un regain de tension qui inquiète jusqu'à Washington. Vidéo.

    Des dizaines de milliers de fidèles étaient réunis dans l'enceinte de l'Esplanade des Mosquées --appelée Mont du Temple par les Juifs-- pour la dernière grande prière du vendredi avant la fin du mois de ramadan. Mais des heurts ont éclaté entre des Palestiniens, qui ont lancé des projectiles, et la police israélienne qui a fait usage de grenades assourdissantes et tiré sur des manifestants avec des balles en caoutchouc, a constaté un photographe de l'AFP. Celui-ci a aussi vu une dizaine de manifestants blessés au visage. Des "centaines d'émeutiers ont lancé des pierres, des bouteilles et d'autres objets en direction des officiers qui ont riposté", a indiqué la police israélienne, dont le porte-parole, Wassem Badr, a évoqué des "troubles violents".

    Un calme fragile semble être revenu dans la nuit ont constaté des journalistes de l'AFP. Selon le Croissant-Rouge palestinien, au moins 178 Palestiniens ont été blessés vendredi soir, dont la plupart sur l'Esplanade des Mosquées. La police israélienne a fait, elle, état de six blessés dans ces rangs.

    Ces manifestations sont les plus violentes à Jérusalem depuis les heurts ayant fait 125 blessés fin avril 2021, mais aussi depuis des échauffourées liées au transfert en 2018 de l'ambassade des Etats-Unis dans la ville disputée, voire à celles de l'été 2017 liées à la mise en place par Israël de détecteurs de métaux à l'entrée de l'Esplanade, troisième lieu saint de l'Islam.

    Le chef du Politburo du Hamas, Ismail Haniyeh, a déclaré que "Israël allait payer un prix élevé pour avoir violé le droit des musulmans de prier dans la mosquée Al-Aqsa."  Il a appelé les Palestiniens à rester sur l'esplanade de samedi soir à jeudi matin, date à laquelle pourrait prendre fin le ramadan. "L'occupation israélienne doit réaliser que la résistance est prête à défendre (la mosquée) Al-Aqsa à tout prix", a affirmé le Hamas, tandis que des partis arabes israéliens ont appelé à des manifestations dans les villes à majorité arabe d'Israël.

    La Jordanie, pays qui est officiellement le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est, a dénoncé une "agression sauvage" des forces de sécurité israéliennes.

    Le secrétaire général du groupe Jihad islamique Ziyad al-Nahla a déclaré qu '"il est impossible de garder le silence sur ce qui se passe à Jérusalem, l'ennemi doit attendre notre réponse à ce qui se passe à tout moment".

    "Journée de Jérusalem"
    Les nouvelles violences surviennent dans un contexte de vives tensions à Jérusalem-Est mais aussi en Cisjordanie, autre territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967. Plus tôt dans la journée, les forces israéliennes avaient abattu deux Palestiniens et blessé un troisième, qui avaient ouvert le feu sur des gardes-frontières dans le nord de la Cisjordanie, sans faire de victimes israéliennes.

    Fin avril, des centaines de personnes avaient déjà été blessés lors de plusieurs nuits d'échauffourées entre Palestiniens et Israéliens aux abords de la Vieille ville de Jérusalem.

    Les violences de vendredi ont coïncidé avec la "Journée d'Al-Qods (Jérusalem en arabe)" célébrée annuellement dans des pays de la région et principalement en Iran, ennemi juré d'Israël, en soutien aux Palestiniens.

    A Téhéran, l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique d'Iran, a prôné le combat contre Israël, qualifié de "base terroriste". Pour lui, la "chute du régime sioniste ennemi" est inéluctable.

     

     

     

  • Jérusalem : Attaque de la police dans le quartier arabe de la vieille ville

    Imprimer

    Dans le quartier arabe de Bab al-Khuta, à l'intérieur des murs de la vieille ville de Jérusalem, des policiers ont été attaqués, dont deux ont été blessés et ont nécessité des soins médicaux.

    Le service de presse des forces de l'ordre a rapporté que des résidents locaux avaient lancé des objets lourds sur la police, y compris une table.

    Deux personnes auraient été arrêtées. Elles sont soupçonnées d'avoir agressé des policiers. Une recherche est en cours pour leurs éventuels complices.