Urban Bill (porte-parole)

  • Syrie : L'armée américaine renforce son déploiement - un signal envoyé à la Russie

    Imprimer

    L'armée américaine a annoncé avoir renforcé son déploiement militaire dans le Nord-Est syrien, après plusieurs incidents ayant opposé les forces américaines à l'armée russe dans cette région où Washington maintient désormais une présence limitée.

    Le commandement central de l'armée américaine au Moyen-Orient (Centcom) a "déployé un radar Sentinel, accru la fréquence des patrouilles aériennes au dessus des zones contrôlées par les forces américaine et déployé des véhicules de combat M2A2 Bradley" dans cette zone contrôlée par les Etats-Unis et leurs alliés kurdes, a indiqué dans un communiqué le porte-parole du Centcom, le commandant Bill Urban. Les Bradley s'étaient retirés en octobre dernier de cette zone, sur décision du président américain Donald Trump qui a tenté début 2019 de rappeler l'ensemble des troupes américaines en Syrie, avant d'accepter d'en laisser quelques centaines pour y garder les puits de pétrole.

    Selon un responsable américain ayant requis l'anonymat, le nombre de blindés envoyés en renfort ne dépasse pas la demi-douzaine, et "moins d'une centaine" de troupes ont été envoyées pour les manœuvrer. Le porte-parole du Centcom a précisé que ces mesures étaient destinées à "défendre les forces de la coalition dans cette zone et à s'assurer qu'elles poursuivent leur mission (...) sans interférence".

    Il n'a pas mentionné la Russie mais le responsable américain a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un "signal clair envoyé à la Russie pour qu'elle respecte les processus de déconfliction dans le région, et pour que la Russie et d'autres acteurs s'abstiennent d'actes non professionnels et dangereux".

    Plusieurs incident ont opposé ces dernières semaines les militaires américains aux forces russes désormais déployées le long de la frontière turque, conformément à un accord avec Ankara. Fin août, sept soldats américains avaient été blessés au cours d'une collision avec un véhicule russe. Des vidéos mises en ligne sur Twitter, apparemment filmées par des témoins et les Russes eux-mêmes, montraient des blindés et des hélicoptères russes tentant de bloquer des véhicules américains, puis les forcer à quitter la zone. "Les Etats-Unis ne cherchent à entrer en conflit avec aucun autre pays en Syrie, mais ils défendront les forces de la coalition si nécessaire", a souligné le commandant Urban.

    Les blindés ont été aéroportés depuis une base du Koweit, a précisé dans un autre communiqué le porte-parole de la coalition antijihadiste, le colonel Wayne Marotto. Ils appartiennent à la 2e brigade de la 1ère division blindée de Fort Bliss, Texas.

    Réponse russe
    Samedi 19 septembre, les forces russes ont acheminé de nouveaux véhicules blindés et des renforts militaires à l'aéroport de Qamishli, dans le nord-est de la Syrie, moins de 12 heures après que le Pentagone ait annoncé l'envoi de véhicules blindés et de soldats en Syrie

    Bras de fer entre Américains et Russes en Syrie
    Les troupes américaines et les mercenaires russes sont souvent en contact en Syrie, mais les affrontements ont été rares. En février 2018, des mercenaires russes avaient attaqué un poste de commandement des Forces démocratiques syriennes (FDS), les alliés kurdes des Etats-Unis, près de Deir ez-Zor. Des soldats américains qui se trouvaient dans le bâtiment avaient alerté la coalition, qui avait répliqué par une frappe aérienne ayant fait entre 100 et 200 morts parmi les mercenaires russes.

  • Iran: Les États-Unis répondent aux menaces iraniennes de bloquer le détroit d’Ormuz

    Imprimer

    par Jean-René Belliard
    le

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Les forces armées américaines protégeront la navigation internationale en cas de tentative de la part de la République islamique d’Iran d’arrêter les exportations de pétrole de la région du golfe Persique. Ces propos ont été tenus par le porte-parole du commandement central de l’armée américaine, Bill Urban.
    « L’US Navy et ses alliés sont prêts à prendre les mesures nécessaires pour assurer la liberté de navigation et le commerce international sans entraves partout où le droit international l’exige », a-t-il déclaré.
    Il s’agit d’une réponse aux déclarations belliqueuses des dirigeants iraniens selon lesquelles, en représailles à un embargo sur les exportations pétrolières iraniennes, le régime des ayatollahs empêcherait les autres pays de la région d’exporter leurs hydrocarbures.
    S’exprimant à Berne le 2 juillet, le président de la République islamique d’Iran, Hassan Rohani, a fait une déclaration qui a été perçue comme une menace mal voilée.
    « Les Américains disent qu’ils veulent complètement couper l’exportation du pétrole iranien, ils ne comprennent pas très bien ce qu’ils disent, ce ne sera pas tel que l’Iran ne pourra pas exporter de pétrole, et le reste de la région le pourra », a-t-il déclaré.
    Le commandant de l’unité « Al-Quds », l’unité d’élite du Corps des Gardiens de la Révolution islamique d’Iran, le Major général Qassem Souleimani a également affirmé que ses hommes étaient prêts à répondre aux sanctions américaines contre l’industrie pétrolière de l’Iran.
    « Les Gardiens de la révolution sont prêts à mettre en œuvre des politiques qui empêchent l’exportation de pétrole par d’autres pays de la région,» a écrit Souleimani.

    Pour suivre l'ensemble des textes publiés chaque jour sur Frontlive-Chrono, cliquez sur ce lien et suivez les instructions.

    https://www.frontlive-chrono.com

    Pour plus d'informations, contacter

    Ptolémée

    (+33)757910350
    ptolemee@belliard74.com