Unité nationale d'enquête sur le terrorisme et le

  • Tunisie : Arrestation de deux terroristes de Daech près de la capitale

    Imprimer

    Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé, lundi 27 juillet, l'arrestation, dans le gouvernorat de l'Ariana (proche de la capitale) de deux terroristes de Daech, dont l'un communiquait virtuellement avec des membres de l’organisation terroriste à l'étranger et comptait les rejoindre.
    Selon le communiqué du ministère de l'intérieur tunisien, "les services de l’unité nationale de recherche sur la criminalité terroriste et la criminalité organisée, relevant de la direction générale de la sécurité nationale, ont identifié et interpellé un terroriste ayant prêté allégeance à Daech".
    Le communiqué précise que l’élément terroriste avait "suivi une formation sur la façon de fabriquer des explosifs et de commettre des assassinats"
    Le terroriste arrêté "communiquait via des réseaux cryptés avec d'autres parties de la même organisation à l'étranger pour les rejoindre sur les champs de bataille", sans plus de détails sur le lieu ou le pays.
    Le terroriste a été capturé dans la région de Raoued, relevant du gouvernorat de l'Ariana, alors qu’il était en compagnie d'un sympathisant de la même organisation terroriste, qui a également été arrêté.
    Le communiqué du ministère tunisien de l'Intérieur a ajouté que "les deux individus ont été transférés devant le pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, et le juge d'instruction en charge de l'affaire a émis un mandat de dépôt à leur encontre".
    Les autorités tunisiennes avaient déjà annoncé, mercredi dernier, avoir démantelé une cellule terroriste qui prévoyait de s’attaquer à des établissements sécuritaires et des patrouilles des forces de l’ordre dans le pays.
    Un communiqué du ministère de l'Intérieur avait expliqué que "les forces de sécurité avaient démantelé une cellule terroriste composée de 5 éléments, dont une femme (l'épouse de l'un de ses membres, surnommé Emir de la cellule)", sans préciser l'organisation à laquelle ils appartenaient.
    "La cellule opérait entre les gouvernorats de Sousse (est), Kasserine (centre ouest) et Gabès (sud), et prévoyait de s’attaquer aux forces de l’ordre, notamment, les établissements sécuritaires et les patrouilles des forces de sécurité".
    Depuis mai 2011, la Tunisie a été témoin d'actes terroristes, qui se sont intensifiés depuis 2013, tuant des dizaines de membres des forces de l’ordre, de membres de l’armée, ainsi que des touristes étrangers.

  • La Tunisie découvre un réseau international qui faisait passer clandestinement des djihadistes de Daech en Europe

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Le ministère tunisien de l’Intérieur a mis au jour un réseau international qui fait passer clandestinement des djihadistes d’Irak et de Turquie vers l’Europe en utilisant de faux passeports étrangers.
    Il a annoncé l’arrestation de quatre Irakiens et d’un Tunisien membres du réseau terroriste. Il a également indiqué qu’il est à la recherche de deux autres éléments actifs au sein du même réseau.
    Selon les données officielles du gouvernement, environ 3 000 Tunisiens ont rejoint les organisations terroristes dans les foyers de tension, en Syrie, en Libye et en Irak, et 800 d’entre eux sont retournés en Tunisie.
    Les autorités tunisiennes affirment que des éléments terroristes actifs à l’étranger s’efforcent de rentrer illégalement dans le pays après la défaite de l’Etat islamique dans les zones de conflit. Elles ont souligné que ces éléments tentaient d’éviter les poursuites judiciaires en agissant sous couvert.
    La découverte du réseau a ravivé les craintes tunisiennes que plus de 4.500 passeports tunisiens sans nom, qui avaient été volés en juillet 2017 au siège du consulat de Lyon en France, soient désormais entre les mains de réseaux criminels.
    La Tunisie craint également que certains de ces passeports aient pu être remis à des éléments terroristes.
    Entre-temps, le ministre de l’Intérieur Hichem Fourati a annoncé, lors d’une visite à Monastir, vendredi 3 juillet 2018, que les autorités souhaitaient apporter un soutien accru aux unités de sécurité déployées dans les zones frontalières, y compris en équipements tels que des véhicules blindés, afin d’empêcher l’infiltration de terroristes dans le pays.
    Il a déclaré que le ministère de l’Intérieur allait notamment soutenir les unités de sécurité sdans toutes les zones touristiques, les efforts se concentrant sur le succès de la saison touristique en cours.
    Dans ce contexte, l’Unité nationale d’enquête sur le terrorisme et le crime organisé a arrêté vendredi soir deux éléments terroristes tunisiens.
    Ils ont été reconnus coupables d’avoir communiqué avec un terroriste tunisien résidant en Allemagne qui avait été arrêté alors qu’il préparait une attaque chimique.