Unité 121

  • Liban : L'assassin de Rafiq Hariri faisait partie de l'escadron de la mort du Hezbollah, selon Washington Post

    Imprimer

    Le journal américain Washington Post cite des sources officielles américaines et moyen-orientales selon lesquelles le militant du Hezbollah Salim Jamil Ayache (photo), qui a été reconnu coupable du meurtre de l'ancien Premier ministre libanais Rafiq Hariri, était membre d'un groupe de tueurs du Hezbollah.

    Unité 121
    La soi-disant «unité 121» était directement subordonnée à la haute direction du Hezbollah. Il a été créé bien avant l'attaque du 14 février 2005, qui a coûté la vie au politicien et à 21 autres personnes, et il existe toujours aujourd'hui - changeant de nom à plusieurs reprises. Il est responsable de plusieurs autres assassinats politiques.

    La publication note que les informations du renseignement indiquant l'existence d'une escouade spéciale de tueurs n'ont pas été transférées au tribunal spécial des Nations Unies pour le Liban, qui a rendu un verdict dans le meurtre de Hariri. Cela afin de ne pas trahir les sources de renseignement. Cependant, certains juges en avaient connaissance en privé.

    Un seul membre du Hezbollah reconnu coupable
    Le verdict dans l'affaire du meurtre de Hariri et de 21 autres personnes a été rendu le 18 août. Un seul des quatre accusés a été reconnu coupable. L'élément clé de preuve était un téléphone portable avec lequel un militant du Hezbollah surveillait les mouvements du politicien et qui a été déconnecté immédiatement après l'explosion.
    Le tribunal a reconnu qu'Ayache était étroitement associé au groupe chiite et que l'attaque était politiquement motivée. "Son objectif était de plonger le Liban dans la panique, de déstabiliser la situation dans le pays. La Syrie et le Hezbollah ont bénéficié de l'assassinat", dit le Verdict. Mais dans le même temps, le tribunal a noté: il n'y a aucune preuve de l'implication du Hezbollah ou du gouvernement syrien dans le meurtre.

    Le procès s'est déroulé par contumace. Le Hezbollah a fait disparaître tous les accusés dans cette affaire.