UNION EUROPEENNE (UE)

  • Union Européenne : Le Parlement européen approuve l'amendement relatif aux sanctions contre la Turquie

    Imprimer

    Le Parlement européen a adopté ce jeudi un amendement à une résolution sur la ville côtière chypriote de Varosha, demandant au Conseil de l'UE d'imposer des sanctions à la Turquie pour la réouverture partielle de la ville.

    La résolution a été soutenue par 631 députés, trois ont voté contre, 59 se sont abstenus.

  • Ethiopie : Le gouvernement éthiopien appelle la communauté internationale à ne pas intervenir dans le conflit du Tigray

    Imprimer

    L'Éthiopie a décrit les combats dans la région du Tigray comme une affaire interne visant les forces tigréennes, une position confirmée par le Premier ministre Abiy Ahmed dans un communiqué mercredi, dans lequel il a déclaré: "Nous rejetons toute ingérence dans nos affaires intérieures".

Dans la déclaration, Abiy Ahmed a déclaré que l'ingérence étrangère dans la guerre au Tigray est "indésirable et illégale".

Il a poursuivi: «Nous appelons respectueusement la communauté internationale à s'abstenir de toute ingérence indésirable et illégale», notant la nécessité pour cette communauté de rester préparée jusqu'à ce que le gouvernement éthiopien déclare son besoin d'assistance.

Mercredi soir s'achève le délai de 72 heures décidé par le gouvernement pour que les Tigréens se rendent.

    Le Front populaire de libération du Tigray (TPLF) a refusé cet ultimatum.

 Signe de l’imminence de la reprise des combats, on a appris que les chars de l'armée éthiopienne avaient encerclé la ville de Mekele.

    Rappelons que le gouvernement éthiopien a appelé le demi-million d'habitants de Mekele à rester à l'écart des dirigeants du Front de libération du peuple du Tigray, faute de quoi il n'y aurait pas de "pitié".

    Tentative de médiation de l'Union africaine
    Deux sources diplomatiques ont indiqué que trois envoyés de l'Union africaine devraient arriver mercredi à Addis-Abeba pour discuter de la question des combats dans la région du Tigray dans le nord du pays, à un moment où le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a rejeté ce qu'il a qualifié d '"intervention étrangère". Les trois envoyés de l'Union africaine sont l'ancien président mozambicain Joachim Chissano, l'ancien président libérien Ellen Johnson Sirleaf et l'ancien président sud-africain Kjalema Motlanthe. Les diplomates ont déclaré qu'une anxiété mondiale croissante, les pays européens ont évoqué le conflit lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations Unies mardi.

    Les diplomates ont déclaré qu'au regard de l’anxiété mondiale croissante, les pays européens ont évoqué le conflit lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations Unies mardi.

    Les diplomates ont déclaré que les membres du conseil avaient exprimé leur inquiétude, mais l'Afrique du Sud, le Niger et la Tunisie ont demandé que plus de temps soit accordé aux efforts de médiation régionale avant que le conseil ne considère les mesures à prendre.
    


    Le conflit déstabilise la Corne de l'Afrique affirme l'Union Européenne
    Outre les critiques africaines, le responsable de la politique étrangère de l'Union européenne a déclaré que les combats en cours entre l'armée éthiopienne et les forces de la région du Tigray déstabilisaient sérieusement l'Afrique de l'Est et la corne de l'Afrique, soulignant la nécessité d'arrêter les hostilités.

    Des centaines de personnes ont été tuées depuis le début des combats. Le 4 novembre, plus de 41 000 réfugiés ont fui vers le Soudan, tandis que des informations faisaient état de groupes armés ciblant des civils.

    Tard mardi, Josep Borrell a déclaré après s'être entretenu avec le ministre éthiopien des Affaires étrangères: "J'ai exprimé ma grave préoccupation face à la violence croissante sur une base ethnique, le grand nombre de victimes et les violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire".

    Le conflit en Éthiopie affecte une région déjà troublée. Les Tigréens ont tiré des roquettes sur l'Érythrée voisine, tandis que l'Éthiopie a retiré ses troupes des missions de maintien de la paix en Somalie et au Soudan du Sud.

    En Somalie, l'Éthiopie a désarmé plusieurs centaines de Tigréens dans le cadre de la mission de maintien de la paix de l'Union africaine combattant les jihadistes al-Shabab liés à Al-Qaida.

    Un diplomate et une source de sécurité ont déclaré à Reuters aujourd'hui, mercredi, que trois soldats du Tigray avaient été retirés de la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Soudan du Sud.

    La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud a déclaré qu'elle était au courant du retrait des trois soldats, ajoutant que le département des droits de l'homme suivait l'affaire.

    Dans sa déclaration, elle a déclaré que, bien que l’Éthiopie soit en dernier ressort responsable du comportement et des mouvements d’environ deux mille de ses forces au Sud-Soudan, la discrimination fondée sur des motifs ethniques peut constituer une violation du droit international.

    "À la lumière de cela, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud a demandé à communiquer avec tout soldat qui pourrait avoir besoin d'une protection en vertu du droit international", a ajouté le communiqué.

    Pelin Seyoum, porte-parole du bureau du Premier ministre éthiopien, a déclaré à Reuters que la situation dans le sud du Soudan serait «similaire» à ce qui s'est passé en Somalie, ce qui signifie que les soldats qui ont été retirés de la mission de paix font l'objet d'une enquête pour leurs liens avec le Front de libération du peuple du Tigray.

    Des images satellite, datées du 23 novembre, et obtenues par Reuters auprès de Maxar Technologies, ont révélé le déploiement des forces éthiopiennes dans la ville historique d'Aksoum et des tranchées creusées autour de la piste d'atterrissage de l'aéroport local.

  • Union Européenne : Un navire turc en route vers la Libye arraisonné par une frégate allemande

    Imprimer

    Un navire cargo turc a été arraisonné puis fouillé en Méditerranée par des militaires allemands dans le cadre d'une mission européenne chargée de contrôler l'embargo sur les armes contre la Libye, ont rapporté lundi les médias turcs.

    Selon l'agence de presse étatique Anadolu, la frégate allemande Hamburg déployée dans le cadre de l'opération européenne Irini a stoppé dimanche soir, au large du Péloponnèse, ce navire turc qui faisait route vers le port libyen de Misrata. Des soldats armés sont descendus en rappel sur le navire depuis un hélicoptère, selon d'impressionnantes images diffusées par la chaîne d'information NTV, avant de prendre le contrôle de la salle des commandes. 

    Opération avortée
    Il a par la suite été communiqué que lÉtat du pavillon, la Turquie, n'ayant pas approuvé l'arraisonnement, l'inspection a été annulée par la direction de la mission EUNAVFOR MED.

    Le navire turc a repris sa route lundi matin après le départ des militaires, d'après l'agence.

    L'incident risque de susciter la colère d'Ankara, qui soutient militairement le gouvernement reconnu en Libye et affirme que personne n'a le droit de fouiller les navires turcs sans son autorisation.

    Opération Irini
    Lancée en avril, l'opération Irini vise à faire respecter l'embargo des Nations unies sur les armes acheminées en Libye par les soutiens des belligérants dans ce pays en guerre. La Turquie juge cette mission navale biaisée et accuse les Européens de chercher à travers ce mécanisme à empêcher les livraisons d'armes par voie maritime destinées au gouvernement de Tripoli tout en passant sous silence celles fournies à l'homme fort de l'Est Khalifa Haftar par ses alliés par voies aérienne et terrestre.

    Selon l'UE, Irini a permis de documenter les violations de l'embargo commises par la Turquie et la Russie, deux pays impliqués dans le conflit. L'UE a sanctionné en septembre un armateur turc coupable de violations de l'embargo par le gel de ses avoirs dans l'UE.

     

  • La France dote Irini de moyens pour faire respecter l'embargo de l'ONU...par la Turquie

    Imprimer

    La France a mis le port de Marseille à la disposition de l'opération militaire européenne Irini pour débarquer les cargaisons des bateaux arraisonnés en Méditerranée dans le cadre du contrôle de l'embargo de l'ONU contre la Libye, a annoncé vendredi le chef de la diplomatie européenne.

    "L'opération Irini va beaucoup mieux", a affirmé l'Espagnol Josep Borrell (photo) à l'issue d'une visioconférence avec les ministres de la Défense de l'UE au cours de laquelle a été confirmée la mise à disposition de nouveaux moyens militaires et de facilités. "Nous avions un bateau et un avion à temps partiel pour commencer il y a sept mois. Aujourd'hui nous avons quatre bâtiments de guerre et quatre avions à temps plein, et la France a mis à disposition le port de Marseille pour débarquer les cargaisons des bâtiments arraisonnés", a précisé Josep Borrell.

    La France a également mis à disposition d'Irini un bâtiment de la marine nationale.

    Josep Borrell a dû batailler pour doter cette opération des moyens nécessaires pour lui permettre d'assumer sa mission de contrôle de l'embargo des Nations unies. Il a multiplié les appels à contribution et s'est employé à convaincre les Etats membre de son utilité. "Nous avons fourni aux Nations unies de l'imagerie spatiale et des renseignements", a-t-il précisé. Irini a permis de documenter les violations de l'embargo commises par la Turquie et, éventuellement, la Russie, deux pays impliqués dans le conflit. L'UE a sanctionné en septembre un armateur turc coupable de violations de l'embargo par le gel de ses avoir dans l'UE.

    L'opération lancée en avril a un mandat du Conseil de sécurité. Sa zone d'opération en Méditerranée orientale a été éloignée des routes empruntées par les passeurs de migrants en Libye et sa mission a été limitée au contrôle des embargos sur les armes et les produits pétroliers.

    Un navire transportant du fuel à usage militaire a été arraisonné par les navires d'Irini en septembre et le chargement a été débarqué en Grèce, a précisé un diplomate. "Pour être efficace, l'opération a besoin de satellites, d'avions de reconnaissance, de navires d'interception, de navires de soutien, de ports de déroutement pour les bâtiments arraisonnés et de bateaux pour les escorter", a-t-il expliqué. "Il faut assurer un roulement, ce qui impose de nombreuses contributions et plusieurs ports de débarquement", a-t-il souligné.

    Ce soutien a été important pour les Nations unies qui sont parvenues à obtenir un cessez-le-feu entre les deux pouvoirs rivaux, le Gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par Ankara et les forces de Khalifa Haftar, soutenu par les Emirats arabes unis et la Russie notamment.

    "Il faut le surveiller sinon il ne va pas tenir", a averti Josep Borrell. "Nous attendons que les Nations unies désignent un envoyé spécial pour la Libye et disent quels sont leurs besoins. Alors, je demanderai aux Etats membres quelle aide ils sont prêts à fournir", a conclu Josep Borrell.

  • France : Paris évoque de "possibles sanctions économiques" sectorielles contre la Turquie

    Imprimer

    La France a évoqué dimanche de "possibles sanctions économiques" sectorielles de l'Union Européenne contre la Turquie, déplorant son "islamisme agressif" aux portes de l'Europe.

    "Des sanctions dans certains secteurs économiques, c'est une possibilité", a déclaré le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune dans l'émission "Le Grand Rendez-vous" de la radio Europe 1 et du quotidien Les Echos. "Toutes les options sont sur la table", y compris les sanctions individuelles, a-t-il ajouté, en rappelant celles déjà prises envers certains responsables turcs pour des forages gaziers contestés en Méditerranée. "Vous évoquez l'Union douanière, je ne crois pas que ce soit (l'option) la plus efficace", a-t-il en revanche souligné en référence à des informations de presse sur une possible suppression de l'union douanière entre l'UE et la Turquie.

    Après une série de contentieux, l'Union européenne a condamné fin octobre les provocations "totalement inacceptables" d'Ankara mais renvoyé à son sommet de décembre toute prise de décision sur d'éventuelles sanctions.

    "Nous avions donné une chance au dernier sommet européen à la Turquie qui avait donné de petits signaux d'apaisement (...) Maintenant elle a choisi la voie encore une fois de la provocation et de l'agressivité systématiques", a estimé Clément Beaune. "Nous irons plus loin certainement", a-t-il martelé.

    Les tensions et les contentieux se sont multipliés entre l'UE et la Turquie, notamment en Méditerranée orientale où la découverte de vastes gisements gaziers aiguise les appétits. Dernièrement, la Turquie a apporté un soutien majeur à l'Azerbaïdjan face à l'Arménie dans le conflit du Nagorny Karabakh. Elle a aussi appelé à boycotter les produits français après le soutien exprimé par le président Emmanuel Macron au droit à la caricature au nom de la liberté d'expression, après la décapitation le 16 octobre par un islamiste d'un enseignant français qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet.

    "Pendant 10 ou 15 ans, on a pensé que la Turquie était une sympathique démocratie-chrétienne à l'orientale avec une modernisation qui se ferait progressivement", a déclaré Clément Beaune. "Ca n'est pas cela. C'est un islamisme agressif culturellement, géo-politiquement, dans tous les domaines. On l'a vu encore dans le Haut Karabakh ces derniers jours et donc il ne faut avoir aucune naïveté", a-t-il insisté. "Non la France n'est pas seule face à la Turquie (...) Aujourd'hui aucun pays européen n'a plus d'illusions sur ce que sont M. Erdogan et son régime", a-t-il assuré.

  • Union Européenne: Visio-conférence mardi sur une réponse européenne contre le terrorisme - Kurz à Paris

    Imprimer

    La France, l'Autriche, l'Allemagne et l'UE tiendront mardi 10 novembre un mini-sommet virtuel sur la réponse européenne à la menace terroriste, juste après une rencontre à Paris entre Emmanuel Macron et le chancelier autrichien Sebastian Kurz, a annoncé l'Elysée.

    Cette visioconférence, organisée une semaine après l'attentat jihadiste de Vienne et après celui de Nice et la décapitation de l'instituteur Samuel Paty en France en octobre, réunira Emmanuel Macron et Sebastian Kurz à Paris, la chancelière Angela Merkel à Berlin ainsi que le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Bruxelles. Elle sera suivie d'une conférence de presse commune, a précisé la présidence française.

    Lundi dernier, un sympathisant de l'Etat islamique a ouvert le feu dans le centre de Vienne, faisant quatre morts, dans la première attaque de ce type depuis des décennies en Autriche. Elle s'inscrivait dans le contexte d'un regain de menaces jihadistes depuis la republication en France par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet.

    Charles Michel et Clément Beaune, secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, étaient tous deux attendus à Vienne lundi afin de rendre un hommage aux victimes de l'attentat.

    Ils devaient aussi discuter dès lundi avec M. Kurz de "la réponse européenne au terrorisme, notamment le renforcement des contrôles aux frontières extérieures européennes, le traité de Schengen et la lutte contre la haine en ligne au niveau européen", selon l'ambassade de France en Autriche.

    Jeudi, Emmanuel Macron a déjà annoncé vouloir doubler les forces de contrôles aux frontières françaises et a appelé à "refonder" "en profondeur" les règles régissant l'espace Schengen de libre circulation en Europe, estimant que la lutte contre l'immigration clandestine fait partie de la lutte contre le terrorisme.

    Le président français compte présenter de premières propositions en ce sens au Conseil européen de décembre, avec l'objectif "d'aboutir sous la présidence française", au premier semestre 2022.

  • Europe : Vers une nouvelle vague de terrorisme islamiste en Europe

    Imprimer

    Le président de la Conférence des ministres de l'Intérieur, le ministre de l'Intérieur de Thuringe Georg Maier (SPD), craint une nouvelle vague de terrorisme islamiste. "Je crains que ce ne soit que le début d'une nouvelle vague", a déclaré Maier mardi 3 octobre à la chaîne éditoriale allemande (RND). Les derniers attentats en France et en Allemagne ont également montré "terriblement clairement que les activités des islamistes sont à nouveau en hausse". Le schéma est similaire, selon Maier: "Les passants sont attaqués au hasard afin de semer la peur et la terreur dans la population déjà déstabilisée en raison de la pandémie." Le politicien du SPD a appelé à l'intensification des activités de lutte contre le terrorisme islamiste.

    Attention aux islamistes locaux frustrés de n'avoir pu gagner la Syrie
    Le spécialiste du terrorisme Thomas Renard met en garde contre le danger des islamistes locaux frustrés de n'avoir pu se rendre en Syrie. "Ils ne sont plus directement contrôlés par l'Etat islamique, mais veulent faire leurs preuves." Beaucoup de ces islamistes ont été interpellés par les services de sécurité avant leur départ et condamnés à la prison pour leur tentative de gagner les maquis de Daech. Ils ont été condamnés à des peines relativement légères, souvent libérés avant le terme de leur peine sans être, pour autant, déradicalisés, ayant pour la plupart déjoué les tests de déradicalisation. Une fois dehors, un grand nombre d'entre eux restent de véritables bombes humaines. 

    Le chef de la diplomatie italienne propose un "Patriot Act" européen
    Le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio a proposé mardi un "Patriot Act" européen, à l'image de la loi antiterroriste américaine, au lendemain des attaques de Vienne, dans un message sur Facebook.

    "Il s'agit de prendre des mesures qui pourraient prévenir des tragédies comme celles de Nice", où trois personnes ont été tuées il y a cinq jours, "et de Vienne", où cinq autres personnes ont été tuées lundi soir, a estimé M. Di Maio.

    "Il s'agit de commencer à penser à quelque chose de plus grand et qui concernerait toute l'UE: un Patriot Act sur le modèle américain par exemple, car aujourd'hui nous sommes tous des enfants du même peuple européen", a poursuivi M. Di Maio.

    "La sûreté d'un Etat est la sûreté de tous les autres. J'en parlerai dans les prochains jours avec mes homologues. Restons unis contre toute forme de terrorisme et de fanatisme", a ajouté le ministre italien des Affaires étrangères.

    Le Patriot Act américain, adopté en 2001 au lendemain des attentats meurtriers aux Etats-Unis, modifie un certain nombre de libertés fondamentales et permet une plus grande marge de manoeuvre aux agences de renseignement dans les enquêtes antiterroristes.

    "Il est évident" que face aux attaques de ces derniers jours "l'Europe et l'Italie ne peuvent plus continuer à prononcer des paroles de circonstance", a poursuivi M. Di Maio.

    "Les problèmes doivent être affrontés. L'UE doit renforcer ses niveaux de sécurité", a-t-il ajouté, évoquant, entre autres, "un renforcement des contrôles sur les mosquées avec la coopération des communautés islamiques et de l'islam modéré qui a toujours condamné" les attentats.

    Lien permanent Catégories : UNION EUROPEENNE (UE) 1 commentaire