UNESCO

  • Ethiopie : Les rebelles tigréens prennent le contrôle de Lalibela, classé à l'Unesco

    Imprimer

    Les rebelles de la région éthiopienne du Tigray, en proie à un conflit armé, se sont emparés jeudi de Lalibela, site classé au patrimoine mondial de l'Unesco et célèbre pour ses églises taillées dans le roc, dans la région voisine d'Amhara, selon des habitants.
    E8CkGdDWUAQIJbt.jpeg

    "Ils sont arrivés dans l'après-midi, et il n'y a pas eu de combats. Il n'y avait pas de forces de sécurité dans les environs. Les forces du TPLF sont dans la ville maintenant", a déclaré un habitant à l'AFP, en référence au Front de libération du peuple du Tigray. 

    Des combats font rage au Tigray depuis novembre 2020, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé des troupes pour renverser le TPLF, le parti régional qui a longtemps dominé la politique nationale avant l'arrivée au pouvoir d'Abiy en 2018.

    Le Premier ministre a justifié cette intervention comme étant une riposte aux attaques répétées du TPLF contre les camps de l'armée. Mais malgré la promesse d'une victoire rapide, la guerre s'est prolongée, prenant un nouveau tournant en juin lorsque les forces pro-TPLF ont repris la capitale du Tigray, Mekele, et obligé l'armée éthiopienne à battre en retraite. Depuis, le TPLF mène des offensives armées dans les régions voisines, à l'est dans l'Afar et au sud dans l'Amhara, où se trouve Lalibela. 

    Soldats et miliciens se sont mobilisés en masse dans certaines parties de l'Amhara pour repousser l'avancée des rebelles, mais selon plusieurs habitants de Lalibela contactés par l'AFP, la ville est tombée jeudi sans opposer de résistance. "Le TPLF est arrivé dans l'après-midi. Ils dansaient et s'amusaient sur la place de la ville", a déclaré un habitant. "La plupart des gens quittent la ville vers des zones reculées", a déclaré un troisième habitant, précisant qu'il se cachait dans sa maison avec sa famille.

    L'incursion du TPLF dans les régions voisines a soulevé de nombreuses critiques à l'étranger. Les Nations unies et les États-Unis ont réitéré cette semaine leurs appels à toutes les parties pour mettre fin aux hostilités.

    Selon Billene Seyoum, porte-parole du Premier ministre, lors d'une conférence de presse jeudi, plus de 300.000 personnes ont été déplacées par les récents combats en Amhara et en Afar.
    740px-Ethiopia_administrative_divisions_-_de_-_colored.svg_.png

  • Frontlive-Chono du 24 avril 2018

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le 24 avril 2018

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais)

    • Irak : début de la reconstruction de la célèbre mosquée de Mossoul – Lire
    • Syrie: Israël ripostera en cas d’utilisation de batteries de fabrication russe – Lire
    • Syrie: 18 combattants prorégime tués dans l’opération anti-EI à Damas – Lire

    Lire la suite

  • L'Unesco reconnaît la vieille ville d'Hébron en tant que site "d'une valeur universelle exceptionnelle"

    Imprimer

    L'Unesco reconnaît la vieille ville d'Hébron en tant que site "d'une valeur universelle exceptionnelle"
    (De notre correspondant en Israël, Nathan R.)Tombeau_du_Patriarche.jpg
    Le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO a déclaré, vendredi 7 juillet, la vieille ville de Hébron (al-Khalil) et le Caveau des Patriarches (Haram al-Ibrahimi), en Cisjordanie, "zones protégées", en tant que sites "d'une valeur universelle exceptionnelle".
    La question de son inscription sur la liste du patrimoine mondial est l'enjeu d'un affrontement acerbe entre Israéliens et Palestiniens. Douze membres du Comité réuni à Cracovie, dans le sud de la Pologne, ont voté pour l'inscription, six se sont abstenus et trois ont voté contre. Vue l'abstention, la majorité requise était de dix voix.
    Un vote secret mais à la vue de tous
    La Pologne, la Croatie et la Jamaïque avaient exigé un scrutin secret. Certains participants au sommet se sont opposés à cette décision. Naturellement, le représentant d'Israël Carmel Shama-Cohen, était farouchement contre.
    En fin de compte, le vote a bien été secret, mais à la vue de tous.
    La demande de reconnaissance de la vieille ville de Hébron et de la Cave du  du Patriarche comme patrimoine culturel palestinien avait été déposée par les représentants de l'Autorité Palestinienne (AP). Dans le document, les autorités palestiniennes avaient justifié leur demande par le fait que la zone était menacée, et qu'Israël infligeait des dommages aux propriétés situées dans la vieille ville de Hébron. Mais ce qui était sous-jacent c'était la reconnaissance de Hébron comme ville musulmane.
    Déjà, le 4 juillet, le Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO avait voté une résolution niant la souveraineté d'Israël sur la Vieille Ville de Jérusalem et condamnant les fouilles dans la partie historique de la ville. Le Burkina Faso, la Jamaïque, les Philippines avaient voté contre. L'Angola, la Croatie, la Finlande, le Pérou, la Pologne, le Portugal, la Corée du Sud, et la Tanzanie s'étaient abstenus. La résolution avait été soutenue par dix pays: l'Azerbaïdjan, l'Indonésie, le Liban, la Tunisie, le Kazakhstan, le Koweït, la Turquie, le Vietnam, Cuba et le Zimbabwe.  
    Une "décision délirante", selon Netanyahu
    Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a qualifié vendredi de "délirante" la décision de l'UNESCO de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie, comme "zone protégée" du patrimoine mondial, en tant que site "d'une valeur universelle exceptionnelle".
    "Une autre décision délirante de l'UNESCO. Cette fois-ci, ils ont estimé que le tombeau des Patriarches à Hébron est un site palestinien, ce qui veut dire non juif, et que c'est un site en danger", a déclaré M. Netanyahu dans une vidéo diffusée par ses services et mise en ligne sur sa page Facebook. L'UNESCO a également placé Hébron sur la liste du patrimoine en péril.
    L'UNESCO- Une organisation biaisée par Avigdor Lieberman
    Pour le ministre de la défense d'Israël, Avigdor Lieberman : "L'UNESCO est une organisation politiquement biaisée impliquée dans une position antisémite tristement célèbre. Elle prend régulièrement des résolutions scandaleuses Aucune résolution de cette organisation absolument hors de propos n'a d'impact sur le droit historique multi-millénaire du peuple juif à la grotte des Patriarches et à ses terres. J'espère que, grâce à notre ami et allié, les États-Unis, le financement de cette organisation sera abandonné. De même, cette décision prouve une nouvelle fois que l'Autorité Palestinienne ne souhaite pas la paix, mais seulement l'incitation et de dénigrement d'Israël sur la scène internationale ".

    Jean René Belliard

    Lire la suite