TURQUIE

  • Erdogan se présente comme le porte-parole de tous les Musulmans à l'ONU

    Imprimer

    Erdogan a soulevé la question du Cachemire à l'Assemblée générale des Nations Unies ... et attaqué la répression menée par l'Inde contre les musulmans du Cachemire ...
    Pour les observateurs internationaux, Erdogan s'est comporté par son discours à l'ONU comme le chef de file de tous les pays islamiques.

    Lien permanent Catégories : Cachemire, INDE, ONU, Recep Tayyip Erdogan 0 commentaire
  • France : Les islamistes d'Occident ... Une guerre, un djihad politique et judiciaire

    Imprimer

    Il semble que l'Occident a lentement commencé à céder aux pressions des islamistes, dirigés par les Frères musulmans, qui tentent de tester sa réaction aux pressions systématiques visant à imposer la censure et à bloquer la pensée, en application de ce qu'ils appellent la loi islamique. Les Occidentaux se transformeront ils en dhimmis sur leurs terres?

    Dans le pays de Voltaire, les islamistes se moquent et même insultent l'Église catholique sans que personne ne s'offusque. Mais s'agissant de la religion musulmane, la moindre critique s'attire aussitôt une condamnation des médias, des politiciens et des intellectuels. Il semble que les élites intellectuelles et politiques soient tombées dans le double piège des islamistes : le piège des fanatiques qui terrorisent et tuent, et ceux qui traitent avec l'autorité, leurs interlocuteurs officiels qui placent la criminalisation de l ‘ « islamophobie » comme une condition sine qua non pour rejeter la violence terroriste.

    La politique de l’excuse pour éviter d’exciter les islamistes

    Afin d'éviter les troubles et de calmer la colère, les responsables occidentaux s'excusent à chaque fois qu'un groupe ou un individu commet une action ou tient des propos que les islamistes considèrent comme des « actes islamophobes ». Il en est ainsi lors qu'une critique est portée sur des comportements répandus parmi les musulmans, tels que le port du voile, le mariage forcé de jeunes filles, la circoncision des filles ou la prière dans la rue ...

    Le champ étroit entre liberté d’opinion et la peur d'exciter les islamistes

    Condamner les critiques d’individus contre l’Islamisme ou porter un jugement négatif sur la charia en Europe repose la question de la liberté d'expression. Critiquer le Christianisme était jusqu’ici un sport favori français. Ce n’est plus le cas avec l’Islam. Les partis les plus anti-cléricaux en sont presqu’arrivés à s’offusquer de toute critique contre l’Islam.



    Les pays les plus hostiles aux critiques de l’Islam sont les pays les plus hostiles au Christianisme
    On constate que les gouvernements qui défendent le plus l'adoption d'une loi criminalisant ce que les islamistes appellent «l'islamophobie» sont les gouvernements les plus antichrétiens et les plus intolérants vis-à-vis des non-musulmans, comme le Pakistan, l'Arabie saoudite, le Soudan et la Turquie. Rappelons que ce dernier pays nie toujours le massacre d'un demi-million de chrétiens, arméniens et araméens.

    Et le plus étrange, c'est que le Pakistan fait partie des pays qui se rangent sous la bannière de l'Organisation de la Conférence islamique pour réclamer avec acharnement la criminalisation de l '<< islamophobie >>. Ce pays pratique la répression officielle des minorités par le biais d'un code pénal qui prévoit la peine de mort à toute personne accusée d'outrage à la religion islamique ou simplement accusée de s’être convertie au christianisme.

    Malgré leur persécution systématique des Chrétiens, les pays sous la bannière de l'Organisation de la Conférence islamique n’ont aucune honte à demander aux démocraties occidentales de punir la soi-disant « islamophobie ».

    Les pressions des Islamistes jusqu’au sein de l’ONU
    Les pressions des pays islamistes ont porté leurs fruits au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, où la soi-disant « islamophobie » en Occident est publiquement et formellement condamnée, tandis que le Conseil ne voit rien à redire face à la répression imposée aux chrétiens et à d’autres minorités religieuses en Arabie saoudite, au Pakistan.
    
Aujourd'hui, il semble clair que les pays occidentaux s'entendent dans les instances internationales pour imposer des sanctions contre les pays qui menacent leurs intérêts stratégiques et pétroliers. Ils ont pris des sanctions contre la Russie, la Chine et l’Iran, et ferment les yeux sur les pays à orientation sunnite dans lesquels les chrétiens, les chiites et toutes les autres sectes et croyances sont persécutés.

    Quand les démocraties défendront-elles sérieusement leurs fondations culturelles contre les attaques du fondamentalisme déguisé en tolérance et respect des cultures ? Quand ces fondamentalismes vont-ils comprendre que certains principes sont universels et non négociables et sont les seuls à garantir la liberté religieuse de penser et de croire de l’humanité ? Les démocraties doivent-elles accepter, par exemple, l'esclavage, l'infériorité des femmes, le système de hiérarchie sociale ou le sacrifice d'êtres humains au motif qu'ils sont permis dans certaines religions ?

    hC4WTPLa.jpeg

  • La Turquie élimine des dizaines de membres du PKK kurde en Syrie et en Irak

    Imprimer

    Dimanche 20 septembre, l'armée de l'air turque a frappé le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) dans la région de Sinjar, dans la province de Ninive, en Irak.

    La cellule de sécurité des médias a annoncé qu'un véhicule dans lequel voyageaient des membres du PKK avait été bombardé par un drone turc.

    Une déclaration de la cellule a indiqué que l'attentat visait une voiture "Opel Omica", contenant trois membres du PKK, près du sanctuaire de Sharaf al-Din dans le district de Sinjar.

    Aucun autre détail n'a été révélé.

    Devant la recrudescence des affrontements entre les membres du PKK et l'armée turque en Iran, les habitants de la région du Kurdistan irakien exigent désormais que le PKK quitte la région, afin de retrouver la paix.

    "Les responsables de la région du Kurdistan et les Yazidis exigent que le PKK quitte la région de Sinjar pour permettre aux citoyens de la région de rentrer chez eux, et les dirigeants kurdes disent que la présence du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) déstabilise la ville à majorité yazidie (Sinjar) et entrave la reconstruction et l'établissement des bases de la stabilité".

    Par ailleurs, les avions de guerre turcs ont également frappé des cibles dans la ville irakienne de Duhok.

    En outre, le ministère turc de la défense nationale a rapporté que dans le nord-est de la Syrie, trois membres du PKK avaient tenté d'infiltrer la zone d'opération turque "Bouclier de l'Euphrate", mais ils ont été éliminés.

    "Trois terroristes du PKK/YPG qui ont ouvert le feu et tenté de s'infiltrer dans la région de l'opération Bouclier de l'Euphrate pour perturber la paix et la sécurité ont été neutralisés par nos commandos héroïques", a déclaré le ministère sur Twitter. "Nous ne permettrons pas que la paix et la sécurité dans la région soient gâchées", a-t-il ajouté.

    Au cours de l'autre opération des forces armées turques en Syrie, baptisée "Peace Spring" (Source de paix), 4 membres du PKK ont été éliminés dans une zone non révélée du nord-est de la Syrie.

    Le jour précédent, le 19 septembre, 8 autres membres du PKK avaient été éliminés. Ils tentaient également d'infiltrer la zone d'opération "Peace Spring" en Syrie.

     

  • L'Autorité palestinienne détient des partisans de Dahlan soupçonnés de faciliter le dialogue entre Israël et les EAU

    Imprimer

    Lundi 21 septembre, les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne ont arrêté sept partisans du chef de l'opposition Muhammad Dahlan (photo ci-dessus), soupçonné de soutenir l'accord de normalisation entre les Émirats arabes unis et Israël, a rapporté Reuters , citant Imad Mohsen, qui représente la faction Dahlan dans le mouvement Fatah.

    Parmi les détenus, Haytam al-Halabi et Salim Abu Safia sont des partisans influents de Dahlan. Ils ont été arrêtés dans le village de Halabi (près de Naplouse).

    Selon Mohsen, nous parlons d'actions «à motivation politique» des services spéciaux de l'administration de l'AP sous la direction de Mahmoud Abbas.

    Le ministère des Affaires intérieures de l'Autorité palestinienne a refusé de commenter ces informations.

    Notez que Muhammad Dahlan a critiqué à plusieurs reprises publiquement les régimes arabes, qui ont exprimé leur volonté de dialogue avec Israël avant le règlement du conflit israélo-palestinien. Cependant, il s'est abstenu de critiquer les autorités des Émirats arabes unis ou de Bahreïn après avoir eu connaissance de la normalisation des relations entre ces pays et Israël.

    Muhammad Dahlan. Référence rapide
    Muhammad Dahlan, 59 ans, originaire de Khan Younis (sud de la bande de Gaza), est considéré comme l'un des opposants politiques les plus sérieux de Mahmoud Abbas au Fatah, bien qu'il ait été contraint de vivre en dehors de l'Autorité palestinienne pendant de nombreuses années.

    En 1981, il a été l'un des fondateurs du mouvement de jeunesse extrémiste "Shabiba" (avec Marouane Barghouti), a étudié la gestion à l'Université islamique de Gaza; parle arabe et hébreu.

    En 1981, il a été arrêté par les services spéciaux israéliens, condamné à 5 ans de prison; en 1988, il a été exilé en Jordanie, puis - alors en Tunisie - il a rejoint l'Organisation de libération de la Palestine et le Fatah, a été l'un des coordinateurs de l'OLP pour l'organisation de "l'intifada"; est retourné dans la bande de Gaza en 1994 (après la signature des accords d'Oslo).

    En janvier 1994, il a participé à une réunion secrète entre des représentants de la direction palestinienne et des services spéciaux israéliens à Rome sur l'organisation de la lutte contre les organisations terroristes; en 2000, il était l'un des coordonnateurs du processus de négociation à Camp David. À l'automne 2000, il a soutenu l'Intifada d'Al-Aqsa.

    Selon les services de renseignement israéliens, il a été impliqué dans l'organisation d'une attaque terroriste contre un bus scolaire dans la bande de Gaza en novembre 2000. Il a lui-même nié à plusieurs reprises son implication dans cette attaque terroriste.

    Il a occupé le grade de colonel de la police et a dirigé le service de sécurité préventive dans la bande de Gaza (1997-2002). Il a été démis de ses fonctions par décret personnel d'Arafat.

    Plus tard, en avril 2003, sur l'insistance de Mahmoud Abbas, il a été nommé au poste de ministre de la Sécurité. En août 2003, il a démissionné.

    Trois mois après la mort d'Arafat, en février 2005, il a prêté serment en tant que ministre des Affaires civiles. En mars de la même année, il a été nommé coordinateur du processus de désengagement d'Israël dans la bande de Gaza.

    En 2006, il a été élu député de Khan Younis, mais le Hamas vainqueur n'a offert aucun poste gouvernemental à Dahlan.

    En 2007, après la prise du pouvoir par le Hamas à Gaza, Dahlan a été contraint de quitter le secteur et de s'installer à Ramallah. Les dirigeants du Fatah l'ont accusé d'avoir «livré Gaza» au Hamas.

    Sous la pression des États-Unis, Abbas a été contraint d'inclure Dahlan à la direction du parti Fatah. A l'époque, Dahlan était considéré comme un successeur convenable d'Abbas).

    Mais en 2011, les services secrets de l'Autorité palestinienne ont accusé Dahlan d'implication dans le meurtre d'Arafat, il a été expulsé des rangs du Fatah et une enquête a commencé. La culpabilité de Dahlan n'a pas été prouvée, mais de nouvelles accusations ont été portées contre lui - de diffamation et de corruption. Dahlan réside actuellement en dehors de l'Autorité palestinienne, principalement aux Emirats Arabes Unis.

    Après que Dahlan ait quitté l'Autorité palestinienne, de nombreux documents négatifs ont été publiés à son sujet dans les médias palestiniens. Il était représenté comme un fonctionnaire corrompu, un espion israélien et un complice des terroristes.

    En octobre 2018, le site d'information Buzzfeed écrivait qu'un vétéran de la Légion étrangère française, le citoyen israélien Abraham Golan, également titulaire d'un passeport américain, et Muhammad Dahlan s'étaient associés pour créer une unité spéciale privée au service des Émirats arabes unis. Golan et Dahlan auraient formé une équipe de 12 vétérans des forces spéciales de divers pays, y compris des natifs des Bérets verts et SEAL américains et de la Légion étrangère. L'équipe, qui a reçu 1,5 million de dollars par mois plus des primes pour avoir accompli des missions, a été chargée de mener une série d'assassinats au Yémen.

    En novembre 2018, le journal turc Yeni Safak a affirmé que Dahlan était l'un des organisateurs de l'assassinat du chef de l'opposition saoudienne Jamal Khashoggi à Istanbul. De plus, cette publication qualifiait Muhammad Dahlan de «principal tueur au service de l'héritier du trône des Émirats arabes unis». En novembre 2019, les autorités turques ont inclus Dahlan dans la liste «rouge» des terroristes, contenant les noms des criminels les plus recherchés qui constituent une menace pour la sécurité nationale de la Turquie. Muhammad Dahlan est accusé par Ankara d'appartenir au «groupe terroriste Fethullah» (FETO), qui, selon les autorités, est responsable du putsch de 2016.

    À l'étranger, Dahlan a critiqué le principe de «deux États pour deux peuples», il a proposé de créer un seul État israélo-palestinien.

  • Irak : 2 Soldats turcs tués au cours d’affrontements avec le PKK

    Imprimer

    Deux soldats turcs tués et un troisième blessé par des tirs de roquettes de militants kurdes contre une base militaire turque dans le nord de l’Irak, à annoncé le ministère de La Défense turque, vendredi. 


    La Turquie a régulièrement attaqué le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), à la fois dans le sud-est turc à majorité kurde et dans le nord irakien où les kurdes ont leurs bases.

    En juin, la Turquie a lancé une opération militaire baptisée « Opération griffe de tigre » Au cours de laquelle, les forces turques sont profondément entrées en Irak. 

    Le ministère turc a dénoncé les « tirs de harcèlement » par des batteries de mortiers qui ont tué les deux soldats sur l’une des bases turques en Irak.

    Dans une autre déclaration, le ministère de l’intérieur turc affirme que 71 combattants du PKK ont été tués depuis le 13 juillet au cours d’une série d’opérations en Turquie. 38 autres ont été capturés. 

    Lien permanent Catégories : Armée turque en Irak, IRAK, PKK, TURQUIE 0 commentaire
  • L'Égypte ne croit pas aux déclarations "pacifiques" de la Turquie

    Imprimer

    Le conseiller présidentiel turc Yasin Aktay a déclaré que, malgré les désaccords entre les dirigeants turcs et égyptiens, ces États devraient maintenir des canaux de communication ouverts. Il a également félicité l'armée égyptienne.

    "L'armée égyptienne est très forte. Nous avons un grand respect pour elle, c'est l'armée de nos frères. Nous ne voulons pas qu'elle soit hostile à la Turquie", a déclaré le représentant turc.

    Il a également déclaré que l'armée turque n'agissait pas en tant qu'occupant en Libye. "Notre objectif est de promouvoir la paix dans ce pays et nous partageons la position de l'Egypte. Les intérêts égyptiens dans ce domaine doivent être respectés", a-t-il déclaré.

    Cette déclaration, suite à la décision de retirer le navire de recherche de la zone de confrontation avec la Grèce, qui a été perçue comme une manifestation de la volonté officielle d'Ankara de réduire les tensions en Méditerranée orientale. Cependant, cela n'a pas impressionné l'Égypte.

    "Nous préférons juger par des actes, pas par des mots. Si ces déclarations ne sont pas soutenues par un changement de politique, elles sont sans importance. Les actions de la Turquie en Syrie, en Libye et dans la région de la Méditerranée orientale en disent long sur ses véritables intentions", a déclaré le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry.

  • France/Turquie : Le président français appelle l'UE à faire front commun face à la Turquie en Méditerranée orientale

    Imprimer

    Le président français a exhorté jeudi l'Europe à parler d'une seule voix et à se montrer "ferme" face à la Turquie en Méditerranée orientale, s'attirant aussitôt une riposte outrée d'Ankara.

    "L'Europe doit avoir une voix plus unie et plus claire" face à la Turquie, a déclaré le chef de l'Etat à quelques heures d'un sommet avec ses homologues du sud de l'Union européenne (UE) à Porticcio en Corse. "Nous, Européens, devons être clairs et fermes avec le gouvernement du président (Recep Tayyip) Erdogan qui, aujourd'hui, a des comportements inadmissibles", et doit "clarifier ses intentions", a-t-il martelé, alors qu'il n'y pas de position unie de l'Europe sur le sujet.

    La Turquie "n'est plus un partenaire dans cette région", a-t-il asséné tout en soulignant son "souhait profond" de "réengager un dialogue fécond".

    Le ministère turc des Affaires étrangères n'a pas tardé à réagir, dénonçant les "déclarations arrogantes, dans un vieux réflexe colonialiste" du président français et l'accusant de "mettre en péril" les intérêts de l'Europe.

    Le président français a ainsi planté le décor de la rencontre dite du Med7 prévue à 17H00 (15H00 GMT) avec ses six homologues du pourtour méditerranéen et destinée à faire front face aux ambitions d'Ankara en Méditerranée.

    "Pas d'autre choix"
    Très impliqué dans ce dossier, il en débattra avec les dirigeants italien Giuseppe Conte, espagnol Pedro Sanchez, grec Kyriakos Mitsotakis, portugais Antonio Costa, chypriote Nikos Anastasiades et maltais Robert Abela. La Grèce et Chypre sont en première ligne face à la Turquie, qui revendique le droit d'exploiter des gisements d'hydrocarbures dans une zone maritime qu'Athènes estime relever de sa souveraineté.

    Ces dernières semaines, ces pays ont montré leurs muscles à coups de déclarations martiales, de manoeuvres militaires et d'envois de navires sur zone.

    La France a clairement affiché son soutien à la Grèce en déployant des navires de guerre et des avions de combat dans la région, une initiative vivement dénoncée par le président turc. Paris et Athènes entendent porter ces tensions au coeur de l'agenda de l'Union, à commencer par le prochain sommet européen des 24 et 25 septembre, avec à la clé la menace de sanctions contre la Turquie.

    Les dirigeants européens n'auront "pas d'autre choix" que d'imposer des "sanctions significatives" à la Turquie si celle-ci "refuse d'entendre raison d'ici là", a insisté le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis jeudi dans une tribune au quotidien Le Monde. Tout comme la Grèce, la France agite la menace de "représailles", assurant bénéficier d'un soutien "croissant" au sein de l'UE face à la Turquie, après s'être retrouvée assez isolée sur ce dossier à l'Otan.

    Retour aux négociations
    D'ici le sommet, les Européens espèrent pousser la Turquie à discuter les termes d'un accord avec la Grèce sous médiation allemande. "Ces négociations n'ont pas pu reprendre fin août puisque les Turcs ne sont pas revenus à la table des négociations", a relevé l'Elysée.

    Il faut faire "en sorte que la médiation allemande engagée entre la Grèce et la Turquie puisse reprendre", ajoute la présidence française. Les discussions doivent notamment porter sur la délimitation des zones exclusives en Méditerranée orientale.

    La Turquie exhorte pour sa part l'UE à rester "impartiale", assurant que la menace de sanctions n'aidera "pas à résoudre le problème". Certains pays européens sont très réservés sur la riposte à opposer au président Erdogan, craignant qu'il ne brandisse une fois de plus la menace migratoire.

    C'est la septième fois que se réunit le Med7, un forum informel qui avait été lancé dans un contexte de fracture entre les pays du nord de l'Europe et ceux du sud sur fond de la crise économique grecque.

    Depuis, ces tensions nord-sud se sont apaisées au sein de l'UE mais les pays du Med7 ressentent la nécessité de mieux se coordonner face à des défis communs : les questions migratoires, la crise libyenne et les relations avec les pays de la rive sud de la Méditerranée.