TURKMENISTAN

  • Asie centrale : Progression du terrorisme

    Imprimer

    Le retrait des troupes américaines, suivi par la victoire totale des talibans en Afghanistan, semble avoir créé de nouveaux espoirs et une nouvelle dynamique pour les organisations terroristes qui visent directement à la Russie. L'objectif de Moscou de maintenir son influence sur le anciennes républiques soviétiques est de plus en plus menacé.

    Incapables de vaincre les talibans en Afghanistan, les  groupes islamiques radicaux rivaux ont été contraints de migrer vers les pays voisins d'Asie centrale. La tactique de ces groupes est simplement de gagner de l'espace, de former de plus en plus de bases et ainsi de permettre une expansion de leurs activités dans cette région. Le Turkménistan, le Tadjikistan, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan et le Kazakhstan sont devenus les cibles de plusieurs organisations islamiques radicales qui ont fait leurs armes en Afghanistan mais qui doivent maintenant trouver des cieux plus cléments pour perpétrer leur idéologie sans passer sous le joug des talibans dont le crime, à leurs yeux, est d'avoir pactiser avec les Américains. Le résultat en est la propagation constante du chaos à travers le sous-continent d'Asie centrale, sapant les gouvernements locaux et les possibilités de coopération internationale entre ces pays et d'autres États.

    Parallèlement, des organisations islamiques radicales préexistantes dans ces pays ont commencé à intensifier leurs activités dès le moment où elles ont commencé à recevoir des jihadistes venus d'Afghanistan en renfort de leurs troupes. Le Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO) et le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) ont connu une croissance exponentielle ces derniers mois. Ces organisations ont des liens historiques avec les talibans, avec un soutien mutuel, une coopération militaire et financière. Cependant, contrairement à ces groupes, les talibans ont eu du mal à expliquer la position « plus douce » de leur régime à Kaboul ces derniers temps, ce qui a sapé les relations et généré des frictions. Les talibans ont récemment promis à Pékin qu'ils réprimeraient les actes contraires à la souveraineté chinoise et qu'ils ne soutiendraient pas les actions des terroristes ouïghours, comme c'est le cas avec l'ETIM.

    Dans le même ordre d'idées, le MIO est en mauvais termes avec les talibans depuis les années 1990, lorsqu'il a mené des raids sur le sol afghan sous le gouvernement taliban. En 2015, le groupe a conclu une alliance avec l'Etat islamique, provoquant la rupture totale de  leurs liens avec les talibans. Bien plus, il considère les talibans comme des "renégats", un groupe ennemi qu'il faut combattre. 

    D'autres milices locales affiliées à l'Etat islamique ont récemment intensifié les actes de violence, formant un vaste réseau international d'organisations islamiques radicales, travaillant ensemble contre tous les gouvernements d'Asie centrale, y compris les talibans, qui est le gouvernement de facto à Kaboul aujourd'hui.

    Rendant la crise sécuritaire dans la région encore plus tendue, les talibans eux-mêmes vont être contraints dans un proche avenir « d'internationaliser » leurs actions sécuritaires et effectuer des raids dans d'autres pays d'Asie centrale contre les bases des groupes islamiques radicaux afin de les empêcher de poursuivre leurs actions hostiles en Afghanistan même. 

    Il faut donc s'attendre à une grande crise sécuritaire où toutes les parties essaient de se protéger face à une situation en rapide évolution. La Russie essaie depuis des décennies de consolider une politique d'influence sur l'espace d'Asie centrale qui appartenait à l'Union soviétique, et cela a raisonnablement réussi. Mais maintenant, la menace à changer, et elle est frontale. Avec autant de conflits qui menacent dans la région, la Russie ne pourra maintenir son influence que si elle participe activement à assurer la sécurité des pays victimes des violences des groupes islamiques radicaux. Mais elle va se trouver en concurrence avec une autre super-puissance, les Etats-Unis, qui  – avec le soutien de la Turquie – cherchent à créer des bases militaires en Asie centrale pour combattre les terroristes.

    Sans oublier la Chine qui a également l'intention d'accroître son influence dans la région, tant pour des raisons sécuritaires qu'économiques. En plus des négociations avec les talibans, Pékin a mené des manœuvres militaires avec le Tadjikistan, dont on peut considérer qu'il est déjà passé sous influence chinoise. 

    Une coalition de forces entre Moscou, Pékin et les talibans peut empêcher la formation d'un scénario encore pire dans la région, mais il n'est dans l'intérêt des deux parties que les talibans s'étendent au-delà de l'Afghanistan, donc dans un éventuel accord, les talibans devraient accepter de ne pas effectuer d'incursions à l'étranger.

  • Afghanistan : les chefs des services de renseignement régionaux se rassemblent au Pakistan pour discuter de la question afghane

    Imprimer

    Hamid (chef).jpegLe Lieutenant général Faiz Hamid, directeur général de l'Inter Services Intelligence (ISI), les services de renseignement pakistanais, a accueilli samedi 11 septembre 2021  à Islamabad les chefs des services de renseignement des pays de la région pour discuter de la situation afghane.

    Selon des sources, les chefs des services de renseignement de la Russie, de l'Iran, de la Chine, du Kazakhstan, du Turkménistan et de l'Ouzbékistan ont participé à la réunion.

    Les participants ont échangé leurs points de vue sur la situation sécuritaire en Afghanistan. Il y a une semaine, le chef de l'ISI s'était rendu en Afghanistan et avait rencontré le chef du Hizb-e-Islami, Gulbaddin Hekmatyar.

    Les chefs des services de renseignement des États-Unis et du Royaume-Uni ont également rencontré le chef d'état-major de l'armée pakistanaise, le général Qamar Javed Bajwa, principalement pour discuter de la situation en Afghanistan.

    La réunion de samedi est considérée comme une reconnaissance de facto du rôle du Pakistan dans la question afghane.

  • Afghanistan : Les talibans mettent en garde la Turquie contre le maintien de soldats en Afghanistan

    Imprimer

    Les talibans ont mis en garde la Turquie, mardi 13 juillet 2021, contre le maintien de troupes turques en Afghanistan après le départ des forces étrangères du pays, dénonçant une décision "condamnable".

    "La décision des dirigeants turcs n'est pas judicieuse, c'est une violation de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale", déclarent les talibans dans un communiqué, quelques jours après l'annonce par la Turquie que ses troupes assureraient la sécurité de l'aéroport de Kaboul après la fin du retrait des forces étrangères prévu fin août.
    E6KvJAtXsAgoqsz.jpeg

    Branle-bas de combat au Turkménistan
    Dans un autre développement, le Turkménistan a commencé à déployer des armes lourdes, des hélicoptères et des avions de chasse près de la frontière avec l'Afghanistan et a demandé à ses forces de réserve d'être prêtes.

    L'Iran déploie également des renforts militaires pour sécuriser un poste frontière capturé par les talibans
    Le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) a déployé des renforts militaires et de l'artillerie lourde à la frontière avec l'Afghanistan, à la suite de la capture du poste frontière clé d'Islam Qala par les talibans le 8 juillet.

    Selon certains rapports, l'Iran a lancé un ultimatum aux talibans pour qu'ils évacuent la zone frontalière d'Islam Qala.

    Selon les informations locales, la zone frontalière a été complètement sécurisée après l'occupation d'Islam Qala par les talibans.

    "Il n'y a aucun problème avec la sécurité des frontières de l'Iran, et à l'heure actuelle, toute la frontière orientale de l'Iran avec l'Afghanistan est en toute sécurité et en paix", a déclaré dimanche l'agence de presse Xinhua citant Mohammad Pakpour, commandant des forces terrestres du CGRI. 

    Après l'attaque des talibans, un certain nombre de gardes-frontières afghans ont traversé la frontière et se sont réfugiés au bureau des douanes iranien de Dowqarun. Le 11 juillet, le porte-parole de la police iranienne a annoncé qu'ils avaient été rapatriés.

    "Une demande officielle du gouvernement afghan auprès des autorités compétentes de notre pays demandant le retour de leur personnel a été approuvée, et ces employés ont été renvoyés en Afghanistan par avion", a déclaré Mehdi Hajian dans une interview à la télévision d'Etat.

    Vidéo

  • Turquie : Des médias turcs publient une carte sous le titre "cinq Etats, une nation"

    Imprimer
    Dimanche 27 décembre, la chaîne de télévision Haber TV a publié une carte montrant un « plan d'amitié » pour ce qu'ils ont appelé le « monde turc ».
     
    La carte reprend les déclarations du général russe à la retraite, Leonid Ivashov. Ivashov est l'ancien chef de la Direction de la coopération militaire internationale au sein du ministère russe de la Défense. Il s'exprimait  à l'antenne de la chaîne Internet Roy TV.
     
    Selon Ivashov, Ankara cherche à étendre son influence sur les anciennes terres de l'Empire ottoman et considère même la Crimée comme un ancien territoire. Selon Ivashov, des documents officiels turcs indiquent que la Crimée fait partie de l'ancien territoire de l'Empire ottoman.
     
    «La Turquie parle de la Crimée comme si elle était neutre, ne la reconnaissant pas comme russe, mais en même temps ne promet pas de la renvoyer en Ukraine. Autrement dit, elle joue son jeu », a déclaré le général.
     
    «Nous voyons donc que cela ne se terminera pas avec le Karabakh. Mais un mouvement vers l'Asie centrale, (comme en témoigne) l'activité montrée là-bas par des fonctionnaires de troisième niveau, etc. », note le général à la retraite.
     
    Ivashov souligne que la Turquie, au niveau de l'État, travaille avec l'Ukraine, à la fois en Crimée et dans le Donbass.
     
    Selon Haber TV, les Russes craignent le concept des «cinq États - une nation». La réalisation de ce projet est soulignée par les nombreux accords de coopération que la Turquie a signés avec des pays comme l'Ouzbékistan, le Kazakhstan, le Turkménistan et l'Azerbaïdjan.
     
    Le plan initial était un projet à "deux États - une nation", entre la Turquie et l'Azerbaïdjan, mais il s'est finalement étendu.

    0x0-rusyada-turkiye-korkusu-turk-gucu-plani-devrede-1609078777774.jpg

    La carte présentée par Haber TV fournit des indications intéressantes. Elle montre que le projet couvre de vastes parties du Caucase, de la Crimée, une très grande partie de l'Asie centrale, environ 1/3 du territoire de la Russie et même de la Chine, en plus de certaines parties en Syrie, Irak, Iran et plus encore.
     
    Haber TV n'a pas expliquer comment Ankara compte faire pour transformer le projet en réalité. 

     

  • https://www.frontlive-chrono.com du mercredi 14 novembre 2018

    Imprimer

    Gaza: un homme arrêté à la frontière avec Gaza après avoir lancé des grenades sur des soldats israéliens

     

    Israël : le ministre de la Défense annonce sa démission après le cessez-le-feu à Gaza

     

    Nigeria : 16 morts et des dizaines de disparus, Boko Haram intensifie ses attaques

     

    Turkménistan: Les gardes-frontières ont signalé une détérioration de la situation à la frontière turkmène-afghane

     

    Yémen: Derniers évènements de la bataille pour Hodeida

     

    Yémen: les forces loyalistes stoppent leur l’offensive sur Hodeida

    Lire la suite

  • Que faut-il attendre après la promotion du colonel Gulmurod Khalimov au sommet de Daech ? - 8 septembre 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 8 septembre  2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 7 septembre sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite