Turki al-Maliki

  • Yémen : La coalition poursuit ses frappes intensives contre les bastions houthis à Sanaa

    Imprimer

    Mardi 18 janvier 2022, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a poursuivi ses frappes aériennes intensives sur les bastions et les camps des Houthi à Sanaa, dans le cadre d'opérations aériennes qu'elle a déclaré mener 24 heures sur 24 au-dessus de la capitale yéménite.

    Lundi 17 janvier, la coalition a annoncé le début de frappes aériennes à Sanaa, au lendemain de la destruction de huit drones kamikazes lancés vers l'Arabie saoudite, et après l'attaque d'installations civiles aux Émirats arabes unis.

    Dans un communiqué, la coalition a indiqué que les frappes lancées lundi visaient les dirigeants houthi au nord de la capitale, Sanaa, et qu'un avion d'attaque F-15 avait détruit deux plates-formes de lancement de missiles balistiques.

    La coalition a appelé les habitants de Sanaa, au lendemain du début des frappes, à rester à l'écart des camps et des rassemblements des milices houthi, afin d'assurer leur sécurité.

    Le porte-parole des forces de la coalition, le général de brigade Turki Al-Maliki, a confirmé que « la milice houthi ciblant délibérément des civils, des biens civils et des installations économiques, à la fois en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, commettait des crimes de guerre et représentait une menace pour la sécurité régionale et internationale. "

    Al-Maliki a expliqué que "l'attaque hostile contre les Émirats arabes unis est un acte d'hostilité lâche et une violation flagrante du droit international humanitaire et de ses règles coutumières.

    Il a également souligné que la coalition a pris « les mesures opérationnelles nécessaires pour dissuader ces comportements hostiles de la milice Houthi ».

    Batailles de la province de Marib
    Yemen_Politics_Jamal_pic_1-768x490.jpeg

    En outre, la coalition a annoncé mardi 18 janvier 2022 avoir mené 17 frappes contre la milice Houthi à Marib en 24 heures. Elles ont eu pour résultat la destruction de 9 véhicules de la milice et l'élimination de 80 combattants houthi.

    L'armée yéménite a déclaré plus tard que "les frappes avaient visé des rassemblements houthi, à l'ouest et au sud de Ma'rib, le long du théâtre des opérations, et avaient infligé de lourdes pertes aux Houthi".

    Le front de Harib, au sud du gouvernorat de Ma'rib, est témoin d'affrontements intermittents et d'échanges de tirs d'artillerie entre les "Brigades des Géants" d'un côté et les milices Houthi de l'autre. Les Brigades des Géants ont encerclé les restes de la milice Houthi dans certains zones de Harib.

    Pendant ce temps, le front de Numan, à l'est du gouvernorat d'Al-Bayda, est témoin d'affrontements. Les forces gouvernementales tentent d'empêcher les renforts houthis en provenance de la province d'Al-Bayda vers le front de Harib, au sud du gouvernorat de Ma'rib.

    Par ailleurs, les forces pro-gouvernementales ont lancé une série de raids contre les renforts et les centres d'approvisionnement des miliciens houthi dans les districts d'Al-Malajim, d'Al-Sawadiyah et de Nati' dans le gouvernorat d'Al-Bayda. Les Houthi utilisent également ces centres pour lancer des missiles.

     

     

     

  • Yémen : l'ambassadeur d'Iran dirigeait les opérations militaires à Marib, affirme al-Maliki, porte-parole de la coalition sunnite

    Imprimer

    malki.jpegLe général de brigade Turki Al-Maliki (photo), porte-parole officiel de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, a lancé une attaque brutale contre l'Iran et son rôle dans la région, accusant l'ambassadeur iranien, Hassan Erlo, d'être à la tête des opérations militaires et de la planification dans la bataille de Marib (Yémen). L'ambassadeur est depuis décédé, sans doute de la Covid19.

    Al-Maliki a estimé lors d'une conférence de presse, dimanche 26 décembre 2021, que le groupe Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites yéménites houthis, n'a pas à faire partie de la solution politique au Yémen, et que le groupe menace 3 millions de Yéménites, en tentant de contrôler la ville de Marib.

    Al-Maliki a déclaré que le groupe Ansar Ullah avait tiré 430 missiles balistiques et 851 ont drones vers  le royaume.

    Il a souligné que "les victimes des attaques des Houthis contre des civils dans le royaume ont entraîné la mort de 118 personnes, dont 59 Saoudiens, et d'autres de différentes nationalités, dont le Yémen, l'Inde, l'Égypte et la Syrie".

    Al-Maliki a indiqué que "les forces de la coalition ont détruit 100 bateaux piégés appartenant aux Houthis. Il a ajouté que le groupe rebelle yéménite avait posé 247 mines marines".

    Al-Maliki a déclaré : « Le régime iranien parraine des armes dans la région et procède à la destruction et à la dévastation », ajoutant que « la milice houthie a adopté l'idéologie sectaire de l'Iran ».

     

  • Yémen : La coalition dirigée par l'Arabie saoudite annonce avoir arrêté ses raids

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite qui intervient au Yémen contre les rebelles chiites houthis a annoncé jeudi 10 juin 2021 avoir arrêté ses raids dans ce pays en vue d'ouvrir la voie à un règlement politique.

    Cette déclaration du porte-parole de la coalition Turki al-Maliki survient sur fond d'efforts diplomatiques redoublés pour mettre fin au conflit dévastateur  qui oppose les forces loyales au pouvoir, appuyé par Riyad, et les rebelles, soutenus par l'Iran, qui contrôlent la majeure partie du nord du pays, dont Sanaa. Elle suit par ailleurs des informations selon lesquelles la coalition a attaqué jeudi des véhicules blindés de houthis près de la capitale.

    Des correspondants de l'AFP à Sanaa ont entendu de fortes explosions et vu des nuages de fumée s'élever dans le ciel. Mais selon M. Maliki, qui s'exprimait à la télévision publique saoudienne, "aucune opération militaire a été menée dans les environs de Sanaa ou dans toute autre ville yéménite dans cette période récente". Pour lui, il s'agit de "préparer un environnement politique propice pour un processus de paix".

    Plus tôt en juin, des responsables omanais, dont le pays joue régulièrement le rôle de médiateur dans les conflits régionaux, étaient venus à Sanaa pour tenter de convaincre les rebelles d'accepter un cessez-le-feu, selon des sources au sein des insurgés.

    Le ministre omanais des Affaires étrangères Badr Albusaidi est arrivé mercredi à Riyad pour y rencontrer des responsables saoudiens. Autre signe allant dans le sens d'une désescalade, les houthis ont commencé à faire réparer des routes près de l'aéroport de Sanaa, ont indiqué des sources locales à l'AFP, indiquant qu'il pourrait bientôt être rouvert.

    La coalition dirigée par Riyad contrôle l'espace aérien du Yémen depuis qu'elle a lancé son opération militaire dans le pays en 2015 pour aider le gouvernement à lutter contre les houthis.

    Les rebelles font de la réouverture de tout l'espace aérien une condition préalable à tout cessez-le-feu. Le conflit, déclenché en 2014 par la prise de Sanaa par les houthis, a fait des dizaines de milliers de morts selon des organisations humanitaires, et des millions de déplacés. Plus des deux tiers des 30 millions d'habitants, confrontés à des risques accrus d'épidémies et de famine, dépendent de l'aide internationale. C'est, selon l'ONU, actuellement la pire crise humanitaire au monde.

     

  • Arabie saoudite : L'aéroport d'Abha à nouveau ciblé par deux drones lancés par les rebelles yéménites houthis

    Imprimer

    Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites yéménites  Houthis continue de lancer ses attaques contre le territoire du Royaume d'Arabie saoudite. Le groupe a annoncé, dimanche 14 février, avoir visé l'aéroport international d'Abha avec deux drones.

    Le porte-parole des Houthis, Yahya Sari, a déclaré dans un bref communiqué: "L'armée de l'air, grâce à Dieu, a pu viser l'aéroport international d'Abha ce dimanche après-midi avec deux drones Samad 3. "

    La télévision d'État saoudienne a annoncé que la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite avait détruit deux drones lancés par les Houthis vers la région de Khamis Mushait en Arabie saoudite, zone d'où l'aéroport d'Abha est éloigné d'environ 18 km.

    Le porte-parole de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, le général de brigade Turki Al-Maliki, a déclaré que les forces conjointes de la coalition "avaient réussi ce soir (dimanche) à intercepter et détruire deux drones sans pilote (piégés) lancés par les terroristes soutenus par l'Iran. La milice houthie cible de manière systématique et délibérée les civils et les zones d'habitations civiles  (Khamis Mushait)."

    Al-Maliki a confirmé samedi le succès des forces de la coalition contre les tentatives systématiques des Houthis de cibler l'aéroport international d'Abha, expliquant que les forces conjointes de la coalition ont pu, samedi matin, intercepter et détruire un drone kamikaze chargé d'explosifs lancé par les Houthis visant l'aéroport international d'Abha.

    Samedi soir, le groupe yéménite "Ansar Ullah", bras armé des houthis,  a proposé d'arrêter ses attaques contre l'Arabie saoudite en échange de l'arrêt des bombardements saoudiens. L'offre a été faite par Muhammad Ali Al-Houthi, membre du Conseil politique suprême du groupe, sur son compte sur "Twitter".

    Il a déclaré: "Nous sommes ceux qui appellent à la paix et avons proposé de nombreuses solutions pour cela, mais le résultat jusqu'à présent est que les bombardements des forces aériennes américaines, britanniques et européennes se poursuivent et les batailles se poursuivent".

    Au cours des derniers jours, «Ansar Allah» a intensifié ses attaques contre l'Arabie saoudite, ainsi que contre des cibles appartenant au gouvernement internationalement reconnu, en particulier dans le gouvernorat oriental de Marib.

     

  • Yémen : La coalition arabe détruit deux bateaux Houthis piégés au sud de la mer Rouge

    Imprimer

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite combattant au Yémen a annoncé mercredi qu'elle avait intercepté et détruit deux bateaux piégés au sud de la mer Rouge lancés par les Houthis depuis le port de Hodeidah.

    Le porte-parole des forces de la coalition, Turki Al-Maliki, a déclaré que les forces navales de la coalition "avaient détecté, mercredi soir, une tentative de la milice terroriste houthi de mener une action hostile et terroriste dans le sud de la mer Rouge en utilisant deux bateaux piégés télécommandés lancés par la milice terroriste Houthi de la province de Hodeidah".

    Al-Maliki a ajouté que "les deux bateaux piégés qui représentaient une menace pour la sécurité régionale et internationale, les routes de navigation et le commerce mondial ont été détruits".

    Il a indiqué que "la milice terroriste Houthi utilisait la province de Hodeidah comme base de lancement des missiles balistiques, des drones et des bateaux kamikazes téléguidés, ainsi que pour déployer au hasard des mines marines, en violation claire et explicite du droit international humanitaire ainsi qu'en violation des dispositions de l'accord de cessez-le-feu (de Stockholm".

    Al-Maliki a souligné que "le commandement des forces conjointes de la coalition continuait de mettre en œuvre des mesures strictes et dissuasives contre cette milice terroriste et de neutraliser et détruire ces capacités qui menacent la sécurité régionale et internationale."

  • Arabie saoudite : Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites Houthis yéménites ont frappé l'aéroport international d'Abha

    Imprimer

    Jeudi 17 septembre, les forces aériennes yéménites, alliées des rebelles chiites yéménites Houthis, ont attaqué l'aéroport international d'Abha dans la province saoudienne de 'Asir à l'aide d'un drone suicide.

    Le général de brigade Yahya Sari, porte-parole de la branche pro-Houthi de l'armée yéménite, a déclaré qu'une "cible de grande valeur" avait été frappée par un drone Samad-3. Le drone Samad-3, qui a été révélé l'année dernière, a une portée de plus de 1 500 km.

    Dans un communiqué, le porte-parole a déclaré que l'attaque de l'aéroport international d'Abha était une réponse aux récentes frappes aériennes de la coalition dirigée par les Saoudiens sur son QG au Yémen.

    Les Houthis ont déclaré que l'attaque avait été un succès. Néanmoins, la coalition saoudienne affirme que le drone suicide a été intercepté avant d'atteindre sa cible.

    "Les forces conjointes de la coalition ont intercepté et détruit ce soir (jeudi) un drone chargé de bombes lancé délibérément par la milice terroriste Houthi pour cibler les civils et les biens civils à Khamis Mushait", a déclaré le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Malaki, dans un communiqué officiel.

    Au début de ce mois, les Houthis ont lancé un missile balistique et trois drones suicide sur la capitale saoudienne, Riyad. La coalition a répondu par deux séries de frappes aériennes sur Sanaa, la capitale du Yémen.

    La coalition dirigée par les Saoudiens réagira probablement de la même manière à la nouvelle attaque des Houthis contre l'aéroport international d'Abha dans les prochains jours.

  • Arabie Saoudite : Nouveau drone des Houthis détruit au-dessus de l'Arabie saoudite

    Imprimer

    L'Arabie saoudite a annoncé mercredi 9 septembre, la destruction d'un drone explosif houthi lancé vers l'Arabie saoudite, tandis que les Houthis revendiquent le bombardement par des drones de cibles sensibles à l'aéroport d'Abha, au sud-ouest du royaume.

    Dans une brève déclaration, le porte-parole de la coalition arabe, Turki Al-Maliki, a déclaré: << Les forces conjointes de la coalition ont réussi à intercepter et à détruire un drone (piégé) lancé par la milice terroriste houthie, de manière systématique et délibérée, pour cibler des biens civils et des civils dans la région sud (du Royaume) >>.

    Il s'agit du deuxième avion houthi piégé dont la coalition annonce sa destruction en 24 heures. Mardi, elle avait annoncé la destruction d'un autre drone piégé lancé par les rebelles chiites yéménites houthis vers l'Arabie saoudite.

    Pendant ce temps, le porte-parole militaire houthi Yahya Saree a annoncé, dans un communiqué, que l'aéroport d'Abha en Arabie saoudite avait été visé par un groupe de drones lors du deuxième bombardement en 24 heures.

    "L'armée de l'air a réussi à frapper des cibles sensibles avec un groupe de drones à l'aéroport d'Abha, et le coup a été précis", a déclaré Saree.

    Au cours des dernières années, les Houthis ont intensifié leurs attaques contre l'Arabie saoudite, en lançant des drones et des missiles balistiques, presque quotidiennement.

    Pour la sixième année consécutive, le Yémen est le théâtre d'une guerre entre les forces gouvernementales et les Houthis qui bénéficient d'un soutien iranien. Les Houthis contrôlent de nombreuses provinces yéménites, dont la capitale, Sanaa, depuis septembre 2014.

    Depuis mars 2015, une coalition militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite soutient les forces gouvernementales pour affronter les Houthis, tandis que les Émirats arabes unis assistent les indépendantistes sudistes contre les forces gouvernementales légitimes, les milices al-Islah proches des Frères musulmans et les rebelles chiites houthis.

    Le conflit a poussé des millions de personnes au bord de la famine. 80 pour cent des Yéménites ont besoin d'assistance, alors que le pays souffre d'une grave détérioration du secteur de la santé, qui a conduit à la propagation d'épidémies et de maladie.