Tripoli (Liban)

  • Liban en crise

    Imprimer

    Les installations pétrolières de Tripoli et de Zahrani cessent la livraison de "diesel oil"
    La direction générale du Pétrole, affiliée au ministère libanais de l'Énergie, a annoncé vendredi que les installations pétrolières de Tripoli (Liban-Nord) et de Zahrani (Liban-Sud) cessaient la livraison de "diesel oil" pour le marché local, notamment "en raison de l'absence d'un mécanisme clair d'achat et de vente".

    Les Libanais vivent depuis plusieurs semaines dans la crainte d'une pénurie et d'une envolée des prix de l'essence, l'un des produits de première nécessité importés et subventionnés par les autorités depuis plusieurs mois.

    L'armée rouvre la route principale de Halba, coupée depuis la nuit dernière par des manifestants
    L'armée libanaise a rouvert vendredi matin la route principale de Halba dans le Akkar (Liban-Nord), coupée mercredi soir par des contestataires protestant contre l'arrestation de deux activistes de leur mouvement contre la classe dirigeante, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

    La révolte prévoit d'organiser prochainement des rassemblements à Beyrouth et sur l'ensemble du territoire pour célébrer le premier anniversaire de son déclenchement, le 17 octobre 2019.

    Des banques taguées à Saïda
    Plusieurs banques ont été tagués par des protestataires à Saïda, au Liban-Sud, alors que les restrictions d'accès aux dépôts en dollars, mais aussi en livres libanaises, se sont renforcées au cours des derniers jours, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). "Rendez-nous notre argent", "Où est l'argent des déposants?", "Mafia des banques" et "Vous êtes en danger", pouvait-on lire sur les devantures de certains établissements bancaires de la ville.

    Dans un contexte de crise économique, de restrictions bancaires affectant déjà les opérations en devises depuis plus d’un an et d'une forte dépréciation de la monnaie nationale, les banques ont pris la décision "temporaire" de limiter les plafonds de retraits en livres libanaises.

    Le mouvement de contestation contre la classe dirigeante, accusée d’incompétence et de corruption, fête sa première année, la révolte s'était déclenchée le 17 octobre 2019.

    Des bureaux incendiés dans la zone franche de Tripoli
    Des bureaux de la zone franche de Tripoli (Liban-Nord) ont été incendiés par des individus qui ont également posé deux balles sur le bureau du président par intérim, Hassane Dennaoui.

    Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), ces individus ont réussi à entrer en cassant une porte annexe avant d'allumer un incendie. Les dégâts sont relativement limités. La police s'est rendue sur les lieux et une enquête a été ouverte.

     

  • Liban : L'armée libanaise arrête un fugitif membre d'une cellule terroriste

    Imprimer

    L'armée libanaise a annoncé mardi qu'une patrouille a arrêté le fugitif Abdel Razzak Walid al-Rez, membre de la cellule terroriste dirigée par Khaled el-Tallaoui, à Rachiine. L'armée a aussi indiqué être à la recherche d'un autre fugitif.

    Quatre militaires, deux soldats et deux sous-officiers, ont été tués dimanche tard dans la soirée lors d'une descente de l'armée à Beddaoui, près de Tripoli, au Liban-Nord, au domicile du jihadiste Khaled el-Tallaoui, qui a été abattu lundi dans la matinée. Khaled el-Tallaoui était impliqué dans le crime de Kaftoun, dans le Koura, qui avait fait trois morts le 21 août dernier.

  • Liban : L'armée libanaise annonce le meurtre de 4 de ses membres dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée libanaise a annoncé, dans la nuit de dimanche-lundi, que 4 de ses membres, deux soldats et deux sous-officiers, avaient été tués dans la ville de Tripoli, au cours d'affrontements avec des hommes armés.

    L'armée a déclaré dans un communiqué que "lors d'un raid des services de renseignement sur la maison d'un terroriste recherché à Jabal Al-Beddawi - Minya (nord du Liban), elle a été confrontée à des tirs".

    Elle a ajouté: "Cela a entraîné la mort de 4 soldats et la blessure grave d'un autre."

    Le communiqué a souligné que les forces armées poursuivent les tireurs pour les arrêter, sans plus de détails.

    Pendant ce temps, les médias locaux ont rapporté que le raid avait eu lieu après avoir reçu des informations que "Khaled Al-Talawi", accusé d'avoir participé au crime de Kaftoun, se trouvait dans un appartement d'un immeuble.

    Selon la même source, les informations indiquent que «les enquêtes menées auprès des personnes arrêtées dans le crime ont montré qu'Al-Talawi dirige une cellule d'une organisation terroriste».

    Après minuit le 22 août, des inconnus à bord d'une voiture ont ouvert le feu dans la ville de Kaftoun à Koura (nord du Liban) alors qu'ils traversaient la ville, tuant 3 personnes.

    À la lumière de cela, la Division de l'information des Forces de sécurité intérieure a fait une descente au domicile d'un Syrien du nom de Youssef Kh, 40 ans, dans la région d'Amiriya, au Akkar, dans le nord du pays, mais celui-ci s'est fait exploser au moment de son arrestation.

    Elle a également, selon un communiqué précédent, arrêté un certain nombre de personnes au cours de raids dans plusieurs camps de déplacés, à Akkar, au nord du Liban.