Tribu Zaghawa

  • Tchad : accrochage entre l'Armée Nationale Libyenne (pro-Haftar) et les rebelles tchadiens du "Fact"

    Imprimer

    Des accrochages armés ont eu lieu, mardi 14 septembre 2021 au niveau des frontières tchado-lybiennes, entre l'Armée Nationale Libyenne, fidèle au maréchal Khalifa Haftar et le Front pour l’alternance et de la concorde du Tchad (Fact), un groupe rebelle tchadien, a-t-on appris de sources concordantes, mercredi. Les combats se déroulent à l'intérieur du territoire libyen. L'Armée Nationale Libyenne est soutenue par l'armée de l'air.

    « Une vaste opération » a été menée par les forces spéciales du bataillon Tarek ben Ziyad, l'une des unités des forces loyales à Haftar, « contre les mercenaires et des éléments de l'opposition tchadienne présents sur le territoire libyen », a indiqué mardi soir la chaîne de télévision Libya al-Hadath.

    Dans un communiqué, le Fact, a souligné de son côté que l’attaque de « la brigade Tarek Ben Ziyad (rattachée à la personne du fils de Khalifa Haftar) » sur l’une de ses positions à la frontière libyenne, a été « appuyée par des supplétifs soudanais et encadrée par des forces spéciales de l’armée française, basée en Libye ».

    « Leurs positions ont été visées à Tarbou à la frontière sud », a précisé Libya al-Hadath.

    D’après cette télévision, le bataillon Tarek Ben Ziyad a déploré un mort et ses forces ont « détruit plusieurs véhicules blindés et éliminé ceux qui se trouvaient à l'intérieur », avant de « pourchasser ceux qui s'étaient enfuis vers la frontière ».

    Le Fact a plutôt rapporté dans son communiqué qu’il avait neutralisé « onze » éléments des forces armées du maréchal Khalifa Haftar.

    Il a ajouté qu'il y avait eu également « une dizaine de blessés » du bataillon Tarek Ben Ziyad et ces derniers ont été « abandonnés sur le champ de bataille ».

    Le mouvement rebelle tchadien a aussi annoncé que « plusieurs véhicules et du matériel de guerre » du bataillon Tarek Ben Ziyad avaient été détruits.

    Le Fact de son côté a déploré la mort de « quatre martyrs tombés glorieusement sur le champ de bataille et la perte d’une voiture blindée détruite par l’ennemi ».

    Des sources proches du FACT ont indiqué que parmi les "martyrs" se trouvait le commandant en chef du mouvement, Haroune Shetty. Il a été tué au cours des combats avec les forces du maréchal Haftar. Le FACT a choisi Niki Cross, de la tribu Zaghawa pour le remplacer. 

    En août dernier, la Libye s'était engagée à mettre un terme à l'activité des mercenaires tchadiens présents sur son sol.

    L’engagement avait été pris lors d’une audience qui a réuni, le 25 août à N'Djamena une délégation libyenne conduite par le vice-président du Conseil Présidentiel Libyen, Moussa Al-Kouni et le président du conseil militaire de transition (CMT) du Tchad.

    Lors de sa visite de travail au Tchad, Moussa Al-Kouni avait annoncé qu’« une lutte sans merci sera désormais engagée contre ces groupes de mercenaires armés ».