Touadéra Faustin-Archange (président)

  • #République_centrafricaine : près de 200 rebelles neutralisés à #Niem 

    Imprimer

    Le gouvernement centrafricain a annoncé, vendredi 9 avril 2021, avoir délogé plusieurs dizaines de rebelles dans la ville de Niem située dans la préfecture de Nana-Mambéré (ouest de la Centrafrique).

    Dans un tweet publié vendredi sur sa page officielle, le conseiller à la sécurité du président de la Centrafrique, Valery Zakharov, a revendiqué la neutralisation d’«environs 200 rebelles » dans la ville de Niem, située à 63 kilomètres de Bouar à l’ouest du pays.

    Les alliés de l’armée centrafricaine dont les instructeurs russes et les forces rwandaises ont pris part à la planification de l’opération et ont apporté un soutien moral aux soldats centrafricains dans les combats contre les rebelles à Niem, a précisé la même source.

    Les Forces armées centrafricaines (FACA) ont désormais le contrôle de la ville de Niem, a souligné le conseiller à la sécurité du président Touadéra ajoutant que « c’est un point stratégique très important ».

    La reprise de Niem est une nouvelle victoire de l'armée centrafricaine dans la guerre qu’elle mène depuis plus de quatre mois contre les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

    Celle-ci avait lancé il y a quatre mois, une offensive pour renverser le président Faustin-Archange Touadéra, réélu à l'issue de la présidentielle du 27 décembre 2020.

    Les forces gouvernementales appuyées par leurs alliés ont repoussé ces assauts et ont repris plusieurs villes centrafricaines qui étaient sous contrôle de la coalition rebelle.

    Le 17 décembre dernier, les six groupes armés les plus puissants qui occupaient les deux-tiers de la Centrafrique en guerre civile depuis huit ans se sont alliés au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), et annoncé le 19 décembre, huit jours avant les élections présidentielle et législatives, une offensive dans le but d'empêcher la réélection du président Touadéra.

  • République Centrafricaine : François Bozizé prend la tête d'un mouvement rebelle

    Imprimer

    L'ancien président centrafricain François Bozizé a été choisi par six groupes armés pour conduire la rébellion contre le président nouvellement réélu, Faustin Archange Touadéra, a-t-on appris de sources concordantes, lundi 22 mars 2021.

    « Les six groupes armés de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) ont décidé de mieux coordonner leurs actions. Et pour une meilleure coordination nous avons estimé qu’il nous faut un coordinateur général », a indiqué, lundi, le porte-parole de la CPC, Serge Bozanga.

    « Nous avons alors porté notre choix sur le général Bozize, qui est un militaire plein d’expérience. Nous avons porté notre doléance auprès de ce leader qui a favorablement répondu à notre appel. Après une longue réflexion, il a accepté de démissionner de son poste de président du Kwa Na Kwa (KNK) pour se consacrer à notre cause commune. Il a estimé qu’il ne pourrait pas gérer son parti politique et en même temps cordonner des actions militaires », a souligné le porte-parole.

    D’après Bozize qui cherche à renverser le président Faustin Archange Touadéra, il fallait saisir cette occasion.

    « Ayant pris connaissance de l’appel solennel lancé à mon endroit par les six signataires de l’accord de Kamba-Kota (dans la préfecture de l’Ouham, dans le nord-ouest de la RCA), me demandant de prendre la tête de la CPC en tant que coordonnateur général, j’ai donné une suite favorable à leur demande », a déclaré lundi François Bozize.

    « Répondant à leur appel, je mesure l’importance de la confiance qui m’est faite et la portée de la mission qu’ils m’ont confiée » a ajouté l’ancien président centrafricain.

    Selon François Bozize, « la CPC est engagée à réaliser les vœux du peuple centrafricain que sont : la sécurité, la paix, la cohésion sociale et le retour de la démocratie véritable en RCA ».

    Il faut noter que c’est le 16 décembre 2020 que plusieurs groupes armés anti-balaka et ex-Séleka se sont unis à Kamba-Kota pour dénoncer l’accord de Khartoum, insuffisamment appliqué selon eux.

    Ils avaient menacé dans un communiqué d’utiliser « tous les moyens » si le gouvernement centrafricain ne consent pas à organiser des concertations à ce sujet avant l’organisation de la présidentielle et des législatives, du 27 décembre.

    La CPC avait estimé que gouvernement centrafricain était incapable à faire appliquer l’accord signé en février 2019 censé ramener la paix dans le pays.

  • République centrafricaine : Les rebelles acceptent l'accord de cessez-le-feu des chefs d'État des Grands Lacs

    Imprimer

    La Coalition des patriotes pour le changement (PCC), un groupe rebelle de la République centrafricaine (RCA), a accepté unilatéralement d'interrompre les combats suite à un appel des chefs d'État de la région des Grands Lacs et du Tchad.

    Abakar Sabome, le porte-parole de la PCC, a annoncé mardi l'accord de cessez-le-feu.
    « Les chefs d'État et de gouvernement ont appelé les forces rebelles à déclarer un cessez-le-feu unilatéral immédiat, à libérer la périphérie de Bangui et à revenir à leurs positions initiales », affirme le communiqué final à l'issue de la réunion tenue vendredi à Luanda entre les chefs d’Etat des Grands Lacs.

    La PCC par l'intermédiaire de Sabome peu de temps après la publication du communiqué, a salué l'initiative angolaise, ajoutant que le groupe était satisfait de la forme mais en désaccord avec le fond.

    « Oui à un cessez-le-feu unilatéral compte tenu du respect que nous avons envers vous, chefs d’État de l’Afrique, en qui nous avons tant de respect et de confiance. Nous nous soumettons totalement à ce cessez-le-feu unilatéral compte tenu du respect que nous avons pour vous. »

    « Mais ce cessez-le-feu, il faut qu'on nous dise de quoi il s'agit. Combien de temps durera-t-il ? Et qu'est-ce qui va suivre ? a demandé le porte-parole de la PCC.

    Sabome a en outre laissé entendre que le groupe réagirait de manière très sévère si le gouvernement centrafricain ne respectait pas les termes de l'accord.

    « Le cessez-le-feu sera respecté pendant deux, trois, quatre jours, etc. mais nous resterions sur nos gardes et si le gouvernement ne le respecte pas et tente d'attaquer nos positions, nous réagirons de manière très sévère », a-t-il déclaré.

    Concernant l'encerclement de Bangui, la capitale nationale de la RCA, il a noté qu '« il faut plutôt souligner que Bangui ne doit pas être attaqué car nos hommes sont déjà à Bangu i ».
    Le gouvernement du président Faustin Archange Touadera n'a pas encore répondu à l'appel des chefs d'Etat, mais des proches du gouvernement ont manifesté dans les rues pour demander au gouvernement de ne pas accepter le cessez-le-feu.

    « Tout cessez-le-feu maintenant à un moment où les rebelles de la PCC sont dos au mur ne ferait que leur donner amplement l'occasion de se réarmer et de revoir leur stratégie», a déclaré un manifestant.
    .
    « La promptitude avec laquelle ils ont accueilli l'appel au cessez-le-feu est une indication du fait qu'ils étaient vraiment complètement mis en déroute», a déclaré le manifestant.

     

  • Centrafrique : la Minusca reprend le contrôle de Bangassou

    Imprimer

    La mission des Nations Unies en République centrafricaine (Minusca) a annoncé avoir repris le contrôle de l'ensemble de la ville de Bangassou (sud-est) dans un communiqué rendu public samedi soir 16 janvier 2021. La ville avait été attaquée par des rebelles, le 3 janvier.
     
    « La ville de Bangassou est sous contrôle total de la Minusca, suite à l’ultimatum lancé vendredi par la Force de la Mission aux groupes armés. Les rebelles ont abandonné les positions qu’ils occupaient et fui la ville dans la nuit de vendredi à samedi », a déclaré le 16 janvier, le porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca), Vladimir Monteiro.
     
    Il a précisé que c’est au milieu de la semaine que des Casques bleus supplémentaires en provenance de Bria sont arrivés à Bangassou pour renforcer le dispositif en place et lancer une opération destinée à restaurer l’ordre et l’autorité effective de l’Etat dans la ville, et protéger la population civile.
     
    « Les Casques bleus ont intensifié les patrouilles dans la ville et contrôlent à présent tous les principaux axes. La base des FACA (Forces armées centrafricaines) et la brigade de gendarmerie sont également sous contrôle de la Force ».
     
    Les habitants qui avaient fui Bangassou suite aux attaques lancées le 3 janvier par des groupes rebelles contre la ville, ont commencé à revenir dans la ville, selon le Minusca.
     
    Dans un tweet dimanche matin, le Premier ministre de la RCA, Ngrebada Firmin, a souligné qu’il y a eu des incidents de « pillage de Bangassou par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) avant leur retrait » de la ville, dans la nuit de vendredi à samedi.
     
    « Le gouvernement est résolu à mettre fin aux pillages de nos richesses et les biens de notre peuple », a-t-il souligné.
     
    Le 19 décembre, une coalition de groupes armés avait lancé une offensive pour perturber les élections présidentielle et législatives et promis de «marcher sur Bangui».
     
    Dans la nuit de mardi à mercredi, les rebelles qui étaient jusque-là tenus à distance de la capitale par les Casques bleus de l'ONU et les forces armées de Centrafrique (FACA), avaient tenté de prendre le contrôle de Bangui, mais ils ont été repoussés.
     
    Le pouvoir traque les insurgés
    L’ancien chef d’état-major des armées centrafricaines, le général à la retraite, Ludovic Ngaïféi a été arrêté à son domicile par des militaires lourdement armés de même que le père et le frère de Stève Yambete, un proche de l'ancien président François Bozizé, arrêtés, eux aussi chez eux, a-t-on appris de l’avocat du Général et de sources familiales, dimanche.
     
    « Mon frère n’a pas été arrêté mais enlevé dans la nuit de vendredi aux environs de minuit. Des militaires lourdement armés sont entrés avec fracas chez lui. Ils l’ont emmené au Camp de Roux. Je demande que sa vie et son intégrité soient protégées. Mon frère n’est pas un rebelle. S’il voulait faire la rébellion, il serait rentré en brousse », a indiqué  Elie Ouefio, frère du Général Ludovic Ngaïféi.
     
    Selon Karim Doundembi, avocat du Général Ludovic, son client a été arrêté et conduit à la Section de recherches et d’investigation (SRI) où il a été auditionné samedi en journée.
     
    « Une procédure judiciaire a été ouverte mais aucune charge n’a été retenue contre lui. Sûrement lundi, nous serons mieux fixés sur sa situation », a-t-il précisé.
     
    Pour rappel, c’est le 14 mars 2020 que le Général de division Ludovic Ngaïféi avait été limogé de l’armée par un décret présidentiel, puis placé en position hors cadre et remis à la Fonction publique de la Centrafrique pour emploi.
     
    Après son limogeage de l’armée, le Général Ludovic a écrit un livre intitulé : « Quand la souffrance du peuple m’interpelle à plus d’un titre » où il a expliqué que la situation actuelle que traverse son pays est due à l’inaction du régime en place.
     
    « De mon humble avis ce serait indécent d’aller battre campagne et faire des promesses non tenues déjà faites il y a bientôt cinq ans devant une population qui n’a que ses yeux pour pleurer et le ventre vide depuis longtemps : pitié, un peu de sens de l’humanisme », a souligné le Général Ludovic dans son ouvrage.
     
    Dans la même nuit de vendredi, des forces de sécurité intérieure ont aussi procédé à l’arrestation du père et du frère de Stève Yambete, un ancien lieutenant de l’armée centrafricaine et un proche de François Bozizé.
     
    « Mon mari et mon fils ont été interpellés dans notre domicile et conduits à une destination inconnue. Je ne comprends pas cet acharnement contre ma famille, peut-être à cause de nos liens avec Bozize », a indiqué Yambete Alice.

    Un général français affirme que la Russie et la France "travaillent pour le même objectif"
    Le général Jean-Pierre Perrin, commandant des forces françaises au Gabon, a condamné vendredi les violences en cours en République centrafricaine, notamment de l’aventure militaire » de François Bozizé, qui n’a « aucun avenir », ont rapporté des médias français.
     
    Perrin s'est rendu mercredi en Centrafrique où il a rencontré notamment le président Faustin- Archange Touadéra, précise Radio France Internationale (RFI).
     
    Le général Jean-Pierre Perrin s’est adressé à la presse vendredi 15 janvier, selon la même source.
     
    Il a rappelé que la Centrafrique est engagée dans un processus électoral soutenu par les différents partenaires dont la France, rapporte le média français.
     
    Répondant à la question de l’engagement de la France en Centrafrique, Perrin a déclaré : « Nous ne sommes pas dans la même situation qu’en 2013. En 2013, nous nous sommes engagés, c’était Sangaris. Vous savez ce que Sangaris a réussi à faire et a fait. Aujourd’hui, nous ne sommes pas dans la même situation qu’en 2013, observe-t-il. On a quand même 11 000 hommes et un peu plus de la Minusca, Vous avez des partenaires bilatéraux de la Centrafrique, vous avez les Faca [Forces armées centrafricaines]. On n’est pas dans les mêmes conditions. »
     
    « Donc, chacun apporte sa contribution en complémentarité les uns des autres, en coordination chaque fois que c’est possible. Et la situation n’est pas la même. Par ailleurs, il n’y a pas que le côté militaire. La France est quand même le premier partenaire bilatéral de la Centrafrique en termes d’investissements pour le développement. 
     
    Le général Perrin a aussi précisé avoir rencontré le général russe Oleg Polguev, assurant que la Russie et la France en Centrafrique sont ensemble, travaillant pour le même objectif.
     

  • République Centrafricaine : Trois groupes rebelles lancent une offensive contre la capitale

    Imprimer
    Les combats ont repris en République centrafricaine (RCA) à l'approche des élections présidentielles. Les forces de maintien de la paix de l'ONU ont été déployées dans la partie occidentale du pays, tandis que le président de la RCA Faustin-Archange Touadéra est gardé par des contractuels militaires privés russes.
     
    Samedi 19 décembre, trois grands groupes rebelles ont annoncé la formation d'une coalition avant les prochaines élections du 27 décembre. Pour l'instant, la nouvelle coalition se compose de «la Coalition 3R», «Anti-Balaka Ngaison», et des groupes MPC, qui gardent le contrôle sur de vastes zones du pays.
     
    Les groupes rebelles ont décidé de «regrouper tous les mouvements en une seule entité, appelée Coalition des patriotes pour le changement ou PCC, sous un commandement unifié».
     
    Tous les groupes d'opposition ont été invités à rejoindre la Coalition. Le PCC a appelé ses membres à respecter l'intégrité des civils, des forces des Nations Unies et des groupes humanitaires.
     
    Cependant, les revendications du PCC n'ont pas empêché les tensions dans l'ouest du pays, dans la région de Bangui, la capitale de la RCA. Le gouvernement a accusé l'ancien président François Bozizé d'avoir tenté un coup d'État.
     
    Environ 9 000 militants de la nouvelle coalition ont commencé à s'emparer de villes clés près de Bangui. Selon des sources humanitaires et onusiennes, des groupes armés se sont emparés de plusieurs villages le long des routes, menaçant de blocus la capitale (photos). Les rebelles lourdement armés seraient sous le commandement de l'ancien président centrafricain François Bozizé.

    EpuJ68hW4AQTJM3.jpeg

    EpuJ7hkXcAA-_BN.jpeg

     
    Après de violents affrontements, les rebelles peuls, principalement présents dans le nord du pays, auraient capturé la ville d'Ucole aux Forces armées centrafricaines (FACA). Des militants peuls ont attaqué la ville d'Ucole le 19 décembre au matin, forçant les soldats des FACA à battre en retraite après de violents combats.
     
    Pendant ce temps, les sources locales ont rapporté que des milices armées avaient pris la ville de Gallo dans le nord-ouest du pays samedi soir. La ville, qui se trouve près de la frontière camerounaise, a été prise sous le contrôle des rebelles sans résistance.
     
    Les groupes rebelles mènent actuellement leur offensive sur d'autres villes du nord-ouest de la RCA. Les unités de police et de l'armée préfèrent ne pas opposer de résistance et se retirent vers la capitale.
     
    Le 18 décembre, la mission de l'ONU en RCA, la MINUSCA, a déclaré que ses forces de casque bleu étaient en «alerte maximale». Des casques bleus de l'ONU ont été déployés dans les villes de Bosemptele et Bossembele, à la suite d'une offensive des milices 3R, du Mouvement patriotique pour l'Afrique centrale (MPC) et «anti-Balaka». La MINUSCA compte 11 500 soldats de la paix en RCA.
     
    Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé toutes les parties à «cesser d'urgence les actions hostiles» en RCA pour empêcher les groupes armés de perturber les élections.
     
    «La mission souligne que ces attaques coordonnées dans des zones bien identifiées impliquent une tentative délibérée de perturber les élections», indique le communiqué de la MINUSCA.
     
    Cependant, il semble que les Casques bleus de l'ONU n'arrivent pas à maintenir l'ordre en RCA par leurs propres forces.
     
    Les vidéos de la région révèlent que les forces de maintien de la paix de l'ONU sont accompagnées de contractuels militaires sans aucun signe distinctif. On pense que ce sont des PMC russes.
     
    Les PMC russes assurent la sécurité du président de la RCA lors de ses visites sur le terrain, du contrôle de la sécurité autour de la capitale Bangui et de ses territoires périphériques.
     
    Le 1er décembre, des PMC russes ont été repérés en train d'assurer la sécurité de Faustin-Archange Touadéra et de nombreux autres responsables de la RCA lors d'un défilé militaire en l'honneur de la fête de la République qui s'est tenu à Bangui.
     
    Moscou soutient activement l'administration actuelle de la RCA à la fois militaire et politique. Le 19 décembre, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhail Bogdanov a eu une conversation téléphonique avec le ministre des Affaires étrangères de la RCA, Sylvie Baipo Temon.
     
    "La partie russe a confirmé sa position inébranlable en faveur de l'indépendance, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la RCA, ainsi que les efforts de son gouvernement pour assurer la sécurité et la stabilité de la république", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.
     
    Affrontement entre Chrétiens et Musulmans
    La RCA est plongé dans un conflit civil  depuis 2013, lorsque le président de l'époque, François Bozizé, a été évincé par la Séléka, une coalition rebelle largement issue de la minorité musulmane. Le coup d'État a déclenché un bain de sang entre la Séléka et les soi-disant forces d'autodéfense «anti-Balaka», principalement chrétiennes et animistes. À ce jour, l'affrontement entre le syndicat musulman «Séléka» et les unités de la milice chrétienne «Anti-Balaka» se poursuit.
     
    En 2016, la direction du pays était dirigée par l'ancien Premier ministre Faustin-Arcange Touadera, qui a souligné sa position neutre à la fois envers la «Séléka» et les «anti-Balaka».
     
    Début 2018, la Russie a répondu à la demande d'assistance militaro-technique des autorités centrafricaines. Sous la coordination de l'ONU, Moscou a envoyé un lot d'armes et de munitions en RCA. Il a également envoyé des instructeurs militaires pour former le personnel militaire local.
     
    Les «instructeurs» russes se trouvent principalement à proximité de gisements minéraux, notamment d'or, de diamants et d'uranium, dont la République africaine est riche. Apportant un soutien important aux autorités locales, la Russie poursuit à la fois ses intérêts économiques et une nouvelle stratégie de présence en Afrique centrale.

    be9a2447107db74162a43e83879c6b28546202d0.jpg