Tobrouk

  • Libye : Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj démissionnera fin octobre

    Imprimer

    Le Premier ministre et chef du conseil présidentiel de Tripoli, Fayez al-Sarraj , a annoncé dans la soirée du 16 septembre qu'il remettrait son mandat à une "nouvelle autorité" d'ici la fin octobre.

    Dans un discours adressé à la population libyenne, à l'occasion de l'anniversaire de la mort d'Omar al-Mukhtar, un "héros national" qui a dirigé la résistance anticoloniale contre les Italiens dans les années 1920, le premier ministre du gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de gouvernement de National Accord (GNA) a révélé son intention de démissionner du poste de premier ministre. La démission sera vraisemblablement présentée à la fin des pourparlers qui conduiront à la formation d'un nouvel exécutif et à la nomination d'un nouveau Premier ministre. Cependant, al-Sarraj a également déclaré qu'il craignait la phase suivante, dans laquelle une nouvelle «autorité exécutive» devra être désignée pour conduire le gouvernement libyen vers la transition. À cet égard, le Premier ministre du GNA a exhorté le "comité de dialogue", organe qui, sous l'égide des Nations Unies, il sera chargé de former le nouveau gouvernement, d'accélérer les procédures et d'honorer ses engagements et sa «responsabilité historique», afin d'assurer une transition «pacifique et sans heurts». Dans le même temps, al-Sarraj s'est félicité des consultations et des réunions entre les délégués des deux parties en guerre, promu par l'ONU, cil vise à unifier les institutions avant la tenue d'élections législatives et présidentielles,

    Al-Sarraj a ensuite déclaré que, depuis la signature des accords de Skhirat le 17 décembre 2015, il s'était engagé à obtenir le plus grand consensus possible des différentes composantes libyennes. "Nous nous sommes uniquement préoccupés de travailler à l'unification des institutions de l'État afin qu'elles puissent fournir leurs services de manière appropriée aux citoyens", a déclaré le Premier ministre. Ce dernier a ensuite souligné que le «climat politique et social» est toujours caractérisé par des divergences et des «polarisations», ce qui rend difficile la recherche d'une solution politique qui préserve le tissu social, de plus en plus en «risque de rupture». À cet égard, le Premier ministre a accusé les partis libyens «obstinés» d’exacerber davantage ces phénomènes de «déploiement» et d’avoir opté pour la guerre. «Le gouvernement a fait tout son possible pour éviter le spectre de la guerre, mais en vain », a déclaré al-Sarraj, ajoutant que, lorsque la capitale Tripoli a été attaquée, il est devenu nécessaire de se battre. Par conséquent, le conflit a été soutenu «de l'extérieur» avec fermeté, comme déterminé à gagner.

    Avec l'aide de la Turquie, le Gouvernement d'Accord National a réussi à assurer le contrôle plusieurs régions de l'ouest de la Libye, à faire face à l'offensive contre la capitale Tripoli, lancée le 4 avril 2019 par l'Armée nationale libyenne (ANL). , dirigée par le général Khalifa Haftar. Cependant, ces derniers mois, la capitale a connu des affrontements internes et externes et, en particulier, des divergences politiques et des manifestations contre la corruption et la médiocrité des services. Par conséquent, comme l'ont révélé des responsables tripolitains, en annonçant sa démission, al-Sarraj viserait à alléger la pression exercée contre lui, jusqu'à ce qu'il quitte complètement la scène une fois les pourparlers de Genève terminés. En plus des nouvelles élections, on s'attend à ce que les parties belligérantes soient appelées à s'entendre sur une nouvelle structure du Conseil présidentiel, unissant les membres des deux groupes, le Gouvernement d'Accord National et la Chambre des députés (HoR), réfugiée en Cyrénaïque (gouvernement de Tobrouk). Cette décision devrait être bien accueillie par les soutiens régionaux de Haftar, notamment l'Égypte et les Émirats arabes unis.

    La situation de grave instabilité en Libye a commencé le 15 février 2011, date qui a marqué le début de la révolution et de la guerre civile. En octobre de cette même année, le pays d'Afrique du Nord a également assisté à la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi, mais depuis lors, il n'a jamais pu faire une transition vers la démocratie.Il y a deux côtés opposés. D'une part, le gouvernement de Tripoli, né avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l'ONU. De l'autre, le gouvernement de Tobrouk, avec le général Khalifa Haftar. Le gouvernement de Tobrouk reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Égypte, de la Russie et de la France. En particulier, le Caire, Riyad et Abu Dhabi soutiennent militairement et économiquement les forces de l'armée de Haftar. Le Qatar, l'Italie et la Turquie soutiennent en revanche le gouvernement internationalement reconnu. La Turquie a envoyé un contingent militaire et de nombreux mercenaires syriens pour défendre les positions du GNA contre les offensives de l'Armée Nationale Libyenne.

  • Libye: les pourparlers au Maroc et en Suisse sont terminés - Quels sont les résultats ?

    Imprimer

    Les pourparlers entre les membres du Gouvernement d'Accord National (GNA) de Tripoli et les représentants de la Chambre des députés (HoR) réfugiés à Tobrouk, sont terminés. Les participants ont annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord sur les critères et les mécanismes d'attribution de postes à des «positions souveraines». Parallèlement, la ville suisse de Montreux a également hébergé une réunion sur la crise libyenne.

    Le cycle des réunions au Maroc a commencé le 6 septembre dans la ville marocaine de Bouznika. Il avait pour but de "stabiliser le cessez-le-feu et d'ouvrir des négociations pour résoudre les différends entre les factions libyennes". Les participants sont des membres du Haut Conseil d'État du gouvernement de Tripoli (G, et des membres de la Chambre des Députés (HoR) installée à Tobrouk et liée à l'Armée nationale libyenne (ANL) et à son chef Khalifa Haftar.

    En marge de la dernière journée de pourparlers, le 10 septembre, une déclaration officielle commune a été publiée , dans laquelle les participants ont indiqué qu'ils étaient parvenus à un accord sur l'attribution des postes souverains, conformément à l'article 15 de l'accord de Skhirat, et a confirmé son soutien aux résultats obtenus lors de la conférence de Berlin du 19 janvier 2020 et, en particulier, à une solution politique à la crise libyenne, selon les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies. En outre, il a été déclaré que les entretiens de Bouznika étaient caractérisés par une atmosphère "fraternelle et amicale", ainsi que par le consentement et la compréhension mutuels. «Ce cycle sera le début du processus vers une solution politique qui doit mettre fin au statut actuel et garantir une vie meilleure aux générations futures », a déclaré un membre du parlement de Tobrouk.

    Enfin, les membres des deux délégations ont appelé l’ONU et la communauté internationale à soutenir les efforts du Royaume du Maroc visant à créer les conditions nécessaires pour parvenir à une solution politique en Libye. Rabat a été félicité pour le soutien offert au peuple libyen dans la réalisation de ses aspirations et la construction d'un État démocratique civilisé, bénéficiant de la paix, de la sécurité et de la stabilité. À cet égard, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a félicité les parties libyennes pour leurs efforts au cours des pourparlers, soulignant comment les deux institutions participantes, considérées comme la base de toute autre forme de consensus, ont obtenu des résultats tangibles.

    Le point central des pourparlers de Bouznika était représenté par l'article 15 de l'Accord de Skhirat et la nomination de nouvelles personnalités à des «positions souveraines». Parmi ceux-ci, le gouverneur de la Banque centrale de Libye, le président de la Cour des comptes, le chef de l'Autorité de contrôle administratif, le chef de l'Autorité anti-corruption, les présidents et membres de la Haute Commission électorale, le président de la Cour suprême et le procureur général. Selon les dispositions de l'article 15, la Chambre des Députés (HoR) devrait consulter le Haut Conseil d'État pendant 30 jours, afin de parvenir à un consensus sur la nomination des postes susmentionnés, ce qui nécessite l'approbation des deux tiers des membres du Parlement.

    Parallèlement à la réunion au Maroc, la ville suisse de Montreux a accueilli, du 7 au 9 septembre, une réunion, en présence de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL). La réunion se tenait sous l'égide du Centre pour le dialogue humanitaire. La réunion s'est conclue par un accord sur une feuille de route à suivre pour parvenir à une solution politique en Libye.

    Selon les rapports de la chef par intérim de la Mission de la MANUL, Stephanie Williams , les participants ont convenu de tenir des élections présidentielles et parlementaires dans une période ne dépassant pas 18 mois, de modifier le Conseil présidentiel et d'établir un gouvernement représentatif, capable de fournir des services aux citoyens et de mettre en œuvre des décisions, comme la loi d'amnistie générale adoptée par le Parlement de Tobrouk en 2015. Williams a ensuite accueilli favorablement la proposition des participants de déplacer le siège de l'Autorité exécutive et de la Chambre des députés (HoR) de Tobrouk à Syrte , après avoir pris les mesures de sécurité nécessaires. Selon ce qui a été déclaré par les participants à la réunion, les propositions susmentionnées constituent la phase préliminaire d'une solution à la crise libyenne. Pour sa part, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye a salué les << bonnes intentions et le dévouement >> des participants libyens, qui en ont profité pour mettre de côté leurs divergences, dans le but de préparer les bases. pour une solution intra-libyenne, et accélérer la reprise du dialogue politique libyen dirigé par l'ONU.

    La situation de grave instabilité en Libye a commencé le 15 février 2011, date qui a marqué le début de la révolution et de la guerre civile. Il y a deux côtés opposés. D'une part, le gouvernement de Tripoli, né des accords de Skhirat du 17 décembre 2015, dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l'ONU. De l'autre, la Chambre des Députés (HoR) siégeant à Tobrouk, et soutenue par le général Khalifa Haftar. Le gouvernement de Tobrouk reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Égypte, de la Russie et de la France. Le Caire, Riyad et Abu Dhabi soutiennent militairement et économiquement les forces de l'Armée Nationale Libyenne de Haftar. Le Qatar, l'Italie et la Turquie soutiennent en revanche le gouvernement de Tripoli.

  • Libye : l'Egypte prête à envoyer ses soldats

    Imprimer

    Le Parlement égyptien a approuvé à l'unanimité, lundi 20 juillet, la disposition autorisant le déploiement de troupes en dehors des frontières nationales. Ce vote intervient après que le président, Abdel Fattah al-Sissi, ait menacé de prendre des mesures militaires contre les forces du Gouvernement d'Accord national (GNA) de Tripoli, soutenu par la Turquie.
    "Le Parlement a approuvé à l'unanimité le déploiement des forces armées égyptiennes dans des missions de combat en dehors des frontières nationales pour défendre la sécurité de notre pays contre les milices armées et les éléments terroristes étrangers", a déclaré l'organe législatif du Caire dans une note. Le déploiement des troupes aura lieu sur le "front occidental", une référence claire à la frontière avec la Libye. Selon le journal Al-Jazeera, cette initiative risque d'entraîner une confrontation directe entre l'Égypte et la Turquie.
    La chef de la mission de soutien des Nations unies en Libye, Stephanie Williams, peu avant l'annonce égyptienne, avait appelé toutes les parties impliquées dans le conflit à un cessez-le-feu immédiat "pour épargner les 125 000 habitants libyens en danger et mettre fin aux violations flagrantes de l'embargo sur les armes". Les commentaires du représentant de l'ONU sont arrivés immédiatement après la rencontre avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune, qui a proposé de lancer une initiative de paix avec la médiation de l'Algérie et de la Tunisie.
    Dans l'intervalle, la Turquie, lors d'une réunion trilatérale à Ankara le lundi 20 juillet entre les ministres libyen, turc et maltais, a appelé à une cessation "immédiate" du soutien au général Khalifa Haftar, chef de l'Armée Nationale Libyenne (ANL) et a exhorté les parties à accroître la coopération régionale afin de contribuer à la stabilité et à la paix en Méditerranée. "Il est essentiel que toute aide et tout soutien apportés au coup d'État de Haftar, qui entrave la paix, la tranquillité, la sécurité et l'intégrité territoriale de la Libye, prennent fin immédiatement", a déclaré le ministre turc de la défense, Hulusi Akar, à la fin de la conférence. "Les partisans de Haftar devraient cesser de soutenir un projet irréaliste et erroné", a déclaré le ministre de l'Intérieur du gouvernement de Tripoli, Fathi Bashaga.
    Depuis le 6 juin, l'Égypte appelle l'armée du gouvernement de Tripoli et son allié turc à mettre fin aux combats, exhortant les parties impliquées dans le conflit à retirer les forces étrangères de Libye. Plusieurs pays arabes et européens, comme la France, ont salué l'initiative égyptienne, mais la Turquie et les forces de Tripoli elles-mêmes ont ignoré la soi-disant "Initiative du Caire". Cela a conduit le président égyptien al-Sissi, le 20 juin, à ordonner à ses forces aériennes de se préparer à une éventuelle opération militaire à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Égypte. Pour le GNA, de telles déclarations devaient être considérées comme une "déclaration de guerre".
    Le dimanche 19 juillet, le quotidien égyptien Al-Ahram a rapporté que le vote au Parlement visait à donner à al-Sissi le pouvoir d'"intervenir militairement en Libye pour aider à défendre son voisin occidental contre l'agression turque". Le 13 juillet déjà, le Parlement de Tobrouk (HoR), la seule autorité élue du pays, avait accordé à l'Égypte l'autorisation d'entrer en Libye en cas de menace imminente pour la sécurité libyenne et égyptienne. Le 15 juillet, l'armée du GNA a révélé avoir découvert une cargaison de fournitures militaires en provenance d'Égypte et à destination de la ville de Tobrouk. Enfin, le 16 juillet, al-Sissi a organisé une réunion au Caire avec plus de 50 anciens de tribus libyennes et des dignitaires affiliés à l'ANL pour exposer les futures actions de l'armée égyptienne en soutien aux forces de Haftar. A cette occasion, le président a déclaré qu'il n'hésiterait pas face aux menaces permanentes qui pèsent sur la sécurité intérieure et nord-africaine et s'est dit prêt à armer les tribus libyennes de manière à permettre la mise en place d'une "armée nationale capable de faire face aux forces tripolitaines".

     

  • La guerre des installations #pétrolières en #Libye

    Imprimer

    La guerre des #installations #pétrolières #libyennes risque de s’étendre à l’ensemble de la #Libye et provoquer une hausse des #prix du #pétrole.

    Lire la suite

  • L'armée du général Khalifa Haftar - fidèle au gouvernement de Tobrouk - s'empare de puits de pétrole - 22 mai 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 22 mai   2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le vendredi 20 mai sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à :ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • La Libye peut-elle éclater ? - 5 avril 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 5 avril   2016
    Jean René Belliard a publié, lundi 4 avril sa nouvelle newsletter accessible aux abonnés. Ci-dessous, la liste des thèmes abordés dans la newsletter :

    - Irak : Série d'attentats en Irak - De nombreux morts
    - Israël - Cisjordanie - Gaza : Derniers incidents
    - Liban : Situation tendue dans le camp palestinien d'Aïn el-Héloué
    - Liban : Le Hezbollah attaque une base de l'EI dans le jurd de Ras Baalbeck
    - Libye : Le gouvernement d'unité nationale ordonne le gel des comptes bancaires de tous les ministères
    - Libye : La Libye peut-elle éclater ?
    - Syrie : Le porte-parole du Front al- Nosra et vingt jihadistes tués dans une frappe aérienne
    - Syrie : Les forces spéciales iraniennes opèrent en Syrie
    - Syrie : Combats entre l'armée syrienne et les Jihadistes de l'EI dans la province de Homs
    - Syrie : Contre-offensive du régime au sud d'Alep
    - Turquie : Huit rebelles kurdes tués dimanche 3 avril dans le sud est de la Turquie
    - Yémen : Le président Hadi se sépare de son premier ministre
    - L'Afrique menacée : Nouvelle tuerie de Boko Haram au nord du Cameroun
    - L'Afrique menacée : Togo : L'Union Musulmane du Togo entame une campagne contre la radicalisation

    Pour vous abonner, demander des informations à
    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Le chaos en Libye : une menace pour la région - 27 janvier 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 27 janvier 2016
    Jean René Belliard publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 27 janvier 2016 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
    Pour vous abonner, demander des informations à
    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite