Tizi Goro (village)

  • Niger : Dix-huit civils tués dans une attaque dans  l'ouest du pays

    Imprimer

    Dix-huit civils ont été tués lorsque leur véhicule de transport a été attaqué dans  l'ouest du Niger fréquemment ciblé par des militants islamistes, a annoncé mardi 22 février 2022 le gouvernement.

    Le ministre de l'Intérieur, Alkassoum Indatou, a attribué l'attaque de dimanche dans la région de Tillaberi, près de la frontière avec le Mali, à "des bandits armés, à bord de plusieurs motos, qui n'ont pas encore été identifiés".

    Il a déclaré dans un communiqué que 13 des victimes étaient du village de Foney Ganda et cinq du village de Tizegorou.

    Les responsables locaux ont imputé une série de massacres de civils depuis l'année dernière au jihadistes del'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), ou a des groupes affiliés à Al-Qaïda qui sévissent dans les pays sahéliens du Niger, du Mali et du Burkina Faso.

  • Niger : 10 morts dans l'attaque d'une mosquée perpétrée dans l'ouest du pays

    Imprimer

    Le ministère de la Défense du Niger a annoncé qu'au moins 10 personnes avaient été tuées dans une attaque armée perpétrée contre une mosquée dans l'ouest du pays.

    L'attaque a eu lieu lundi 11 octobre, dans le village de Tizi Goro, dans une zone d'intersection entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso, selon un communiqué rendu public mercredi 12 octobre, par le ministère de la Défense.

    "Des assaillants à moto ont pris pour cible des fidèles d'une mosquée située dans le district de Bani Bangou de la région de Tillabéri", indique la même source.

    Depuis le début de cette année, plus de cinq-cents personnes ont été tuées et des milliers d'autres déplacées en raison des violences, selon les données officielles.

    Suite à cette dernière attaque, les autorités locales ont rétabli mercredi, l'interdiction des motos dans plusieurs endroits de la région de Tillabéri.

    L'interdiction des motos -imposée par les autorités pour la première fois l'année dernière pour lutter contre les attaques armées- avait été levée, début septembre, après que les forces gouvernementales aient réussi à contrôler, relativement, la situation sécuritaire.

    Les motos -utilisés par les groupes armés pour attaquer les civils et l'armée- sont le principal moyen de transport pour les habitants de Tillabéri. Ces derniers ont, en effet, exprimé leur préoccupation quant à la restauration de l'interdiction et à son impact sur leur vie quotidienne.

    La région de Tillabéri fait face à une crise alimentaire majeure, avec près de 600 000 personnes souffrant d'insécurité alimentaire, en raison de la crise sécuritaire et des attaques fréquentes de groupes armés qui prennent pour cible les agriculteurs et les civils, selon les Nations Unies.
    Banibangou-Niger-01.jpeg