Tir de roquettes sur Israël

  • Gaza/Israël : Poursuite des tirs entre Tsahal et le Jihad islamique

    Imprimer

    Vidéo live (langue arabe):


    41 personnes dont quinze enfants et quatre femmes ont été tuées dans la bande de Gaza depuis le début des affrontements entre Israël et le groupe Jihad islamique, a annoncé dimanche le ministère de la Santé de Gaza. Le ministère a ajouté que les frappes israéliennes avaient également fait 311 blessés.

    La mort d'enfants - résultat d'un tir raté palestinien
    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a présenté des vidéos montrant que le soir du 6 août, Jebalia a été par erreur tiré sur des militants du Jihad islamique, et non par l'armée israélienne. 
    Tsahal souligne que le soir du 6 août, l'armée israélienne n'a pas frappé de cibles à Jabalia (la partie nord de la bande de Gaza). Selon les renseignements militaires israéliens, l'attaque à la roquette a été menée par des militants des Brigades Al-Qods (la branche armée du Jihad islamique). Une vingtaine de roquettes ont été tirées simultanément depuis la partie ouest de la bande de Gaza. L'un des missiles a changé de trajectoire et est tombé dans la périphérie nord de Jabalia, touchant un quartier résidentiel et tuant quatre enfants. 
    Tsahal ajoute qu'environ une roquette sur cinq tirée par le Jihad islamique depuis Gaza vers le territoire israélien tombe sur le territoire du secteur sans traverser la frontière.

    Auparavant, le chef du département national d'information et de sensibilisation, Lior Khayat, avait publié un commentaire sur l'incident de Jebalia. "Contrairement aux affirmations que les Palestiniens répandent, il faut préciser que nous avons des vidéos qui, sans laisser l'ombre d'un doute, prouvent que l'attaque israélienne n'en était pas la cause. Ces dernières heures, les forces de sécurité israéliennes n'ont pas bombardé Jebalia. tir de roquette par le Jihad islamique. Suite à la publication de la nouvelle dans les médias palestiniens et internationaux, une enquête approfondie a été menée, qui a clairement montré que la cause n'était pas une attaque israélienne, mais un tir de roquette depuis la bande de Gaza qui est tombé au centre de Jabalia », a déclaré Hayat.

    Eliminations ciblées des membres du Jihad islamique
    Depuis le début de son opération vendredi, Israël assure viser des sites appartenant au Jihad islamique, dont environ 15 combattants ont été tués, selon l'armée israélienne. Samedi soir, vers 21H, l'armée de l'air de Tsahal a éliminé les cinq membres d'un groupe de membres du Jihad islamique qui s'apprêtaient à lancer des missiles en direction du territoire israélien. L'attaque a été lancée dans la région de Jabalia dans la bande de Gaza. Un peu plus tard, vers 22H50, le service de presse de Tsahal a rapporté qu'à Rafah, la maison du commandant de la brigade sud du Jihad islamique, Khaled Mansour, avait été attaquée. Selon des informations publiées, Mansour se trouvait dans la maison avec son assistant Ahmad al-Madlal. 

    Khaled Mansour.jpegKhalid Mansour (photo)
    Né en 1976 à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Il a rejoint le Jihad islamique dans sa jeunesse. Il a servi dans le "Département des moudjahidines des forces islamiques".
    Depuis 2006, il était le commandant des Brigades Al-Qods (la branche militaire du Jihad islamique) dans le sud de la bande de Gaza.
    Il était considéré comme un homme d'Akram al-Ajuri, qui est le chef d'état-major des Brigades Al-Qods et les dirige depuis l'étranger.
    Il est responsable de nombreuses attaques terroristes et opérations militaires contre des civils en Israël et contre Tsahal.
    Il a dirigé la création de l'infrastructure militaire du Jihad islamique dans le sud de la bande de Gaza et supervisé le développement et la production de missiles.

    40 membres du Jihad islamique arrêtés en Cisjordanie
    Les forces israéliennes ont également annoncé avoir arrêté en deux jours environ 40 membres de l'organisation en Cisjordanie.
    Le Jihad islamique revendique avoir  tiré des roquettes vers le territoire israélien. La plupart ont été interceptées par le bouclier antimissile israélien "Iron Dome". 28 personnes ont été blessées en Israël depuis le début des affrontements, selon les services de secours. Deux personnes ont été légèrement blessées par des éclats d'obus, 19 autres ont été légèrement blessées sur le chemin des abris et sept autres ont eu besoin d'une aide médicale pour se remettre d'un état de choc nerveux.

    Un second groupe de tireurs de missiles du JIhad islamique éliminés
    Les Forces de défense israéliennes ont annoncé l'élimination par le tir d'un drone d'un autre groupe de lanceurs de missiles du Jihad islamique qui ont lancé des roquettes sur le territoire israélien depuis la bande de Gaza. Le tir contre la cible a été enregistré dans la région de Beit Lahia (nord de la bande de Gaza).  Le nombre de militants tués est inconnu.

    Médiation égyptienne
    Samedi 6 août, Al-Arabiya a rapporté que l'Égypte avait proposé à Israël et au Jihad islamique de déclarer une trêve de plusieurs heures, tout en exigeant une cessation complète des hostilités de la part des dirigeants israéliens.

    Selon des sources palestiniennes, le Jihad islamique a rejeté la proposition, affirmant que "le moment est venu pour Israël de répondre de ses crimes". Le Caire a été informé que "la résistance palestinienne pourrait continuer indéfiniment".

    L'Egypte obtient un cessez-le-feu de la part d'Israël  à Gaza à partir de 19H, le soir du 7 août
    Reuters rapporte que les représentants égyptiens sont parvenus à un accord sur un cessez-le-feu dans la bande de Gaza à partir de 22h00 le 7 août (19h00 GMT).

    À en juger par les informations disponibles, cela a été convenu avec les dirigeants du Jihad islamique  et du Hamas, ce dernier ne participant pas aux affontements.

    La chaîne de télévision qatarie Al Jazeera parle, elle, d'un cessez-le-feu à partir de 20h00. L'annonce correspondante doit être annoncée officiellement après 17h00.

    Israël aurait accepté un cessez-le-feu. Selon Al Jazeera, les autorités israéliennes auraient également accepté de "relâcher le blocus" de la bande de Gaza et d'assurer l'approvisionnement en carburant diesel de la bande de Gaza.

    Au moment de la publication de ce rapport, ni les autorités israéliennes, ni le Hamas, ni le Jihad islamique n'ont confirmé un tel accord.

    En tout cas, cela ne signifie pas que le soir du 7 août, l'opération anti-terroriste « À l'aube » menée à Gaza par les Forces de défense israéliennes prendra fin. C'est un cessez-le-feu humanitaire. Après la pause, l'opération peut être poursuivie si aucun accord n'est trouvé sur un cessez-le-feu à long terme.

    Il convient de noter qu' apparemment, après l'accord fondamental sur la question d'un cessez-le-feu humanitaire, les militants du Jihad islamique ont tenté d'établir une sorte de record en tirant environ 130 roquettes en dix minutes, y compris en direction de Beer Sheva et de Tel-Aviv, sans causer de dommages sérieux.

    Le secrétaire général du Jihad islamique en Iran
    Al-Arabiya rapporte également que le secrétaire général du Jihad islamique, Ziyad al-Nahla, est actuellement en visite en Iran. Il a rencontré le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), le général Hossein Salami, et a discuté avec lui de "l'agression israélienne". Dans le même temps, al-Nakhla a souligné que sa visite n'était pas une urgence, notant qu'il s'agissait « d'une visite ordinaire en Iran, qui nous est amicale ».

    Le chef du CGRI annonce l'unité des forces du "jihad antisioniste"
    Le général de division Hossein Salami, commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique, a tenu une réunion à Téhéran avec le secrétaire général du Jihad islamique Ziyad al-Nakhla. Le chef militaire iranien a affirmé que l'Iran soutiendrait le groupe jusqu'au bout.

    "Aujourd'hui, toutes les forces du jihad antisioniste travaillent ensemble au nom de la libération de Jérusalem et de l'affirmation des droits des Palestiniens. Nous sommes avec vous sur ce chemin jusqu'au bout. Les Palestiniens doivent savoir qu'ils ne sont pas seuls », a déclaré le général iranien.

    Rappelons qu'Israël a également été condamné par des pays qui entretiennent des liens avec lui, notamment les Émirats arabes unis, avec lesquels l'État hébreu entretient des relations particulièrement étroites.

    Bombardements de part et d'autre, dimanche 7 août
    Le nombre de roquettes tirées par les Brigades al-Qods, la branche armée du Jihad islamique palestinien, depuis le début de l' opération israélienne "l'Aube"  le 5 août a dépassé 780. 180 sont tombées à l'intérieur de la bande de Gaza. Les systèmes "Iron Dome" auraient abattu 97% des roquettes tirées vers Israël.

    Les zones frontalières ont à nouveau été visées par des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza. Les sirènes d'alarme "Zeva adom" ont été entenduse au poste de contrôle "Kisufim" et dans le village d'Ein a-Shlosha. 

    Peu après les tirs contre les zones frontalières, le centre d'information palestinienne (CIP) annonce que l'armée israélienne a tiré sur un « groupe de citoyens » dans la région d'Az-Zana, à l'est de Khan Yunis, dans la partie sud de la bande de Gaza, près de la frontière avec Israël. Deux "citoyens" ont été blessés, annonce le CIP.

    Bombardements des localités israéliennes
    Dans l'après-midi, le Jihad islamiuqe a tiré des missiles sur Ashkelon, Ashdod, Sderot et les régions Palmachim (nord d'Ashdod) et Rishon Lezion, ainsi que le Néguev occidental et Beer Sheva.

  • Israël/Gaza : Le Jihad islamique réplique aux bombardements israéliens - Tsahal frappe à nouveau Gaza

    Imprimer

    Le Jihad islamique a répliqué au bombardement israélien en tirant plus de cent roquettes en direction du territoire israélien depuis la bande de Gaza.

    La direction du Jihad islamique a fait une déclaration selon laquelle "la confrontation ne se limitera pas à la seule bande de Gaza".

    Le vendredi 5 août, vers 16 h 45, les Forces de défense israéliennes ont annoncé le lancement d'une opération anti-terroriste contre le Jihad islamique. 

    Vers 21h00, le Jihad islamique a commencé le bombardement du territoire israélien depuis la bande de Gaza. Le système d'alerte précoce pour les attaques à la roquette a fonctionné dans les colonies bordant la bande de Gaza, ainsi que dans le sud et le centre du pays.

    Réponse de Tsahal : Deux dépôts de munitions et un lance-roquettes du Jihad islamique attaqués par l'armée israélienne
    Vers 21h00, l'armée de l'air de Tsahal a attaqué deux dépôts de munitions et un lance-roquettes du Jihad islamique dans la bande de Gaza. Plus tôt, il a été rapporté que les Forces de Défense Israéliennes (FDS)  avaient attaqué et détruit un lanceur à Khan Younés. 

    Le Hamas annonce qu'il participera à la confrontation
    Les dirigeants du Mouvement de la résistance islamique (Hamas) ont accusé Israël d'être responsable de l'escalade du conflit et annoncé qu'avec d'autres "factions", il s'opposerait à Israël dans cette confrontation armée.

    Le chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyya, a blâmé Israël pour "l'escalade de la violence" dans la région. Il a ajouté que le Hamas négociait activement « au niveau international et régional » sur une éventuelle réaction aux actions d'Israël.

  • Gaza/Israël : tirs de roquettes sur le territoire hébreu et réplique israélienne

    Imprimer

    Dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet, deux roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza vers Ashkelon.

    Une roquette a été abattue par le système de défense antimissile Iron Dome. La deuxième roquette est tombée dans une zone dégagée au nord d'Ashkelon, a indiqué le service de presse de Tsahal.

    Aucune victime n'a été signalée.

    Vers 4h45 du matin, sur le territoire du moshav Ahuzim, le signal d'alarme "Zeva adom" a retenti dans le conseil régional de Lakish. Selon le service de presse de Tsahal, le lancement de deux missiles de Gaza vers le territoire israélien a été enregistré.

    Les deux roquettes ont explosé dans une zone dégagée. Personne n'a été blessé et aucun dégât n'a été causé.

    Représailles israéliennes
    L'armée de l'air de Tsahal a répliqué en attaquant des cibles du Hamas dans la partie centrale de la bande de Gaza, a rapporté le service de presse des Forces de défense israéliennes.

    Selon des informations publiées, une entreprise souterraine de production de composants de missiles a été prise pour cible. "La frappe va considérablement compliquer le processus d'armement du Hamas et de renforcement de son potentiel de combat", a déclaré le service de presse de l'armée dans un communiqué. Une autre usine de fabrication d'armes a ensuite été attaquée.

    Selon l'agence palestinienne Safa, les avions de Tsahal ont tiré 10 roquettes sur un objectif dans la zone d'al-Baidar dans la partie centrale du secteur, proche de la mer. Une cible dans le camp de réfugiés d'al-Nuseirat a également été touchée. L'agence Safa rapporte que des missiles de défense aérienne ont été tirés sur les avions.

    A noter que le bombardement du territoire israélien depuis Gaza a été effectué peu de temps après que le président américain Joe Biden ait quitté Israël .

  • Gaza/Israël : Echange de tirs 

    Imprimer

    Dans l'après-midi du vendredi 17 juin, près du poste de contrôle d'Erez, à la frontière nord de la bande de Gaza, l'armée israélienne a effectué des tirs d'avertissement pour tenter de repousser les habitants du secteur qui tentaient de s'approcher d'un ballon d'observation des Forces de Défense Israéliennes (FDI) qui avaient atterri de leur côté de la frontière.

    La direction du Hamas a déclaré que le ballon était entre les mains de ses militants et remis aux "ingénieurs". Le ballon était muni de six caméras avec une vue à 360 degrés, dont trois avec des imageurs thermiques, ainsi qu'une caméra anti-buée.

    Le service de presse de Tsahal précise que le ballon n'a pas été abattu. Il s'agit d'une erreur technique. Il n'y a aucun risque de fuite d'informations, affirme l'armée. Une enquête a commencé.

    Selon des informations provenant de Gaza, l'armée israélienne a également tiré sur un poste d'observation de militants du Hamas près de Beit Hanoun.

    Tôt, samedi matin, une roquette a été tirée de Gaza vers Ashkelon et a été interceptée par le système de défense aérienne Iron Dome, informe Tsahal. En réponse, l'armée israélienne a frappé un site de fabrication d'armes et 3 autres postes militaires du Hamas à Gaza. 

    Aucune victime n'a été signalée lors de cet incident.

  • Israël : Deux roquettes tirées de Gaza vendredi soir 22 avril 2022

    Imprimer

    Selon des informations, des militants palestiniens de la bande de Gaza ont tiré deux missiles sur Israël vendredi soir 22 avril 2022. Le bouclier antimissile israélien Iron Dome n'a pas été activé.

    Les rapports ont ajouté qu'un missile a atterri à l'intérieur d'une colonie adjacente à la bande de Gaza, et un autre à l'intérieur de la bande de Gaza, blessant légèrement un Palestinien.

    Les sirènes d'alarme ont été activées  mais seulement dans des zones limitées. Israël discute actuellement d'une éventuelle réaction à l'attaque à la roquette.

    Jeudi, une roquette avait été tirée de Gaza vers le territoire israélien, atterrissant dans la cour d'une maison de la colonie de Sderot.

    En réponse, l'armée israélienne a attaqué (un site dans la bande de Gaza), et pendant l'attaque, des balles d'armes lourdes ont été tirées (depuis la bande de Gaza), ce qui a déclenché les sirènes. Quatre roquettes n'ont pas été tirées, comme initialement annoncé. L'incident fera l'objet d'une enquête.

    Le porte-parole de l'armée israélienne a déclaré que bien que les quatre roquettes n'aient pas été lancées depuis la bande de Gaza, le Dôme de fer pour intercepter les projectiles a tiré plus de 15 roquettes interceptrices.

     

     

     

  • Jérusalem : Nouveaux heurts sur l'Esplanade des Mosquées

    Imprimer

    Des nouveaux heurts entre policiers israéliens et manifestants palestiniens ont éclaté vendredi matin 22 avril 2022 sur l'esplanade des Mosquées de Jérusalem, lieu au cœur de tensions qui ont débordé ces derniers jours jusque dans la bande de Gaza.
    2055979.jpeg

    Tôt vendredi matin, le forces de police israéliennes sont entrées sur l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme sous son nom de Mont du Temple. Les Palestiniens présents sur place ont alors  lancé des pierres dans leur direction.

    Selon la police israélienne, peu après la prière du matin, qui a eu lieu à 4 heures, des "émeutiers masqués et arborant des drapeaux du Hamas" palestinien, ont ont commencé à lancer des pierres et des pétards sur la police. Les membres de la police des frontières n'ont pas utilisé d'équipement spécial jusqu'à la fin de la prière, mais plus tard, lorsque les manifestants se sont approchés de la zone du mur occidental, ils ont commencé à rétablir l'ordre.

    Les émeutes se sont poursuivies pendant de nombreuses heures. La police a arrêté environ 480 contrevenants à l'ordre, mais la plupart des détenus ont été rapidement libérés.

    Plus de 150 Palestiniens ont été blessés dans les affrontements avec des blessures légères à modérées, selon la Croix-Rouge. Un policier a également été blessé. La situation restait tendue sur l'esplanade en ce troisième vendredi de ramadan - qui coïncide avec la fin des célébrations de Pessah, la pâque juive. Palestiniens et forces de l'ordre israéliennes ont échangé des jets de pierres et des tirs de balles en caoutchouc.

    Le 21 avril, Tsahal a bloqué les territoires palestiniens. Mais près de la mosquée Al-Aqsa, les émeutes sont organisées principalement par des habitants des quartiers arabes de Jérusalem, le blocus de l'AP n'affecte pas leur activité.

    Après les émeutes, 150 000 musulmans ont participé à la prière de masse sur l'esplanade des Mosquées
    Jusqu'à 150 000 musulmans ont participé le vendredi 22 avril à une prière de masse près de la mosquée Al-Aqsa. Des participants brandissaient des drapeaux du Hamas scandant : "Juifs, rappelez-vous, l'armée de Mahomet est de retour".
    2055973.jpeg

    Statu quo ? 
    Des affrontements sur le Mont du Temple à Jérusalem ont lieu tout au long du mois de Ramadan qui se termine le 1er mai). Le vendredi, entre les prières du matin et de l'après-midi, ces affrontements sont généralement les plus violents.

    La présence sur le site pendant le ramadan de nombreux juifs - autorisés à visiter le lieu sous certaines conditions et à des heures précises sans y prier, d'après le statu quo en vigueur - et le déploiement sur place de forces policières ont été largement perçus par des Palestiniens et plusieurs pays de la région comme un geste de "provocation".

    Plusieurs ministres arabes réunis dans la capitale jordanienne ont ainsi condamné "les attaques et les violations israéliennes contre les fidèles de la mosquée Al-Aqsa", sur l'esplanade des Mosquées, site administré par la Jordanie, mais dont l'accès est contrôlé par l'Etat hébreu. 

    "Israël préserve et continuera de préserver le statu quo sur le Mont du Temple" mais "nous n'accepterons en aucun cas des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza", a déclaré jeudi le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid. Celui-ci venait de rencontrer la secrétaire d'Etat américaine adjointe pour les affaires du Proche-Orient, Yaël Lempert, et l'émissaire chargé des relations israélo-palestiniennes, Hady Amr.

    Les deux responsables américains se sont ensuite entretenus jeudi soir avec les dirigeants de l'Autorité palestinienne. "Le président (Abbas) a demandé l'intervention urgence de l'administration américaine afin de mettre fin une fois pour toutes à l'escalade israélienne dans les Territoires palestiniens", a déclaré après la rencontre Hussein al-Cheikh, un ténor de l'Autorité palestinienne.

    Attentats et roquettes 
    En mars-avril 2022, des terroristes palestiniens ont perpétré 15 attentats, tuant 15 personnes (13 citoyens israéliens et deux citoyens ukrainiens).

    Cette nouvelle escalade des tensions a entraîné aussi des tirs de roquettes par des groupes armés palestiniens depuis la bande de Gaza vers Israël et des frappes israéliennes en représailles sur cette enclave palestinienne de 2,3 millions d'habitants  contrôlée par le Hamas islamiste.

    Six roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, dont quatre ont été interceptées par le bouclier antimissile israélien, une s'est abîmé sur Gaza et la dernière s'est abattue sur la localité israélienne de Sdérot sans faire de blessés, a indiqué l'armée israélienne. Ces tirs de roquettes de la bande de Gaza sont les plus importants depuis la guerre meurtrière de 11 jours ayant opposé en mai 2021 le Hamas à Israël après des semaines de tensions à Jérusalem.

    Décès d'un participant à des affrontements avec l'armée israélienne près de Jénine
    Vendredi 22 avril, l'hôpital Ibn Sina de Jénine a signalé que Lutfi Ibrahim Labadi, 20 ans, d'Al-Yamun, était décédé des suites de ses blessures.

    Il y a quelques jours, selon l'agence Maan , Labadi a été blessé lors d'affrontements avec l'armée israélienne à Al-Yamun, où se déroulait une opération anti-terroriste.

    Les Forces de défense israéliennes (FDI) et le Service général de sécurité (SHABAK) poursuivent une opération antiterroriste à grande échelle "Brise-lames" en Judée-Samarie, dont le but est d'arrêter les tentatives d'attentats terroristes.

     

  • Israël touché par des tirs de roquettes depuis Gaza - Le Jihad islamique menace Israël

    Imprimer

    Lundi 18 avril à 20h22 dans les localités du district d'Eshkol, les alarmes ont retenti pour prévenir de possibles attaques à la roquette. Les habitants de la région frontalière ont en effet entendu plusieurs explosions.

    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a rapporté que le lancement d'une roquette depuis la bande de Gaza avait été enregistré. La roquette a été abattue par le système de défense antimissile Iron Dome.

    Selon des sources palestiniennes, le groupe militant qui a lancé la roquette était situé à l'est de Khan Yunes.

    Le conseil local d'Eshkol a rapporté qu'après le bombardement, aucun ordre spécial n'avait été émis par Tsahal à la population civile.

    Le service de secours Magen David Adom a indiqué qu'après le bombardement, le centre d'appel des ambulances n'avait pas reçu d'appel des habitants d'Eshkol.

    Il s'agit de la première attaque à la roquette contre Israël depuis la bande de Gaza en sept mois.

    Le Premier ministre Naftali Bennett avec le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef d'état-major des FDI Aviv Kochavi ont discuté de la situation sécuritaire, ainsi que de la réponse possible d'Israël à l'attaque à la roquette sur Eshkol.

    Israël/Gaza : « Nous ne pouvons pas compter sur la communauté internationale pour protéger Al-Aqsa », déclare le Jihad islamique.
    Le groupe palestinien Jihad islamique a publié une déclaration au nom du secrétaire général Ziyad al-Nahal disant que les menaces d'Israël de resserrer le blocus de Gaza ne feront pas taire ce qui se passe à Jérusalem et en Cisjordanie. Cette déclaration a été publiée à peu près au moment où des roquettes étaient lancées depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien.

    Ziyad al-Nakhala, cité par PaNet , a souligné que son mouvement comprenait que la protection d'Al-Aqsa ne peut être invoquée par la communauté internationale et les régimes arabes qui ont trahi les intérêts du peuple palestinien. Par conséquent, le Jihad islamique appelle le peuple palestinien à résister et à défendre Al-Aqsa.

    Ynet a écrit que des sources dans la bande de Gaza ont blâmé le Jihad islamique pour l'attaque .

    Le 4 avril, les médias israéliens ont rapporté, citant des sources palestiniennes, qu'en réponse à l'élimination de trois militants du Jihad islamique à Jénine, le groupe avait l'intention de lancer des attaques à la roquette sur le territoire israélien depuis la bande de Gaza. Mais le groupe n'a pas obtenu l'approbation de la direction du Hamas, qui a déclaré qu'à ce stade, il n'était pas intéressé à aggraver le conflit avec Israël.