Tetouan

  • Maroc : Démantèlement d'une cellule affiliée à l'Etat islamique

    Imprimer

    La police marocaine a annoncé vendredi 4 décembre l'arrestation de trois hommes suspectés de "projets terroristes" à Tetouan, dans le nord du pays, en lien avec le groupe Etat islamique (EI).

    Les trois Marocains âgés de 21 à 38 ans avaient enregistré une "vidéo où ils prêtent allégeance au prétendu émir de l'Etat islamique (...) et précisent les principaux objectifs de leurs plans terroristes", indique sans plus de détails le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) dans un communiqué. Les suspects avaient déjà mené "plusieurs visites exploratoires pour identifier les cibles" qu'ils comptaient attaquer, selon ce communiqué. Des perquisitions ont permis de saisir des produits chimiques destinés à la fabrication d'engins explosifs, des "produits liquides suspects", un étendard de l'Etat islamique et plusieurs armes blanches, selon la même source. L'un des suspects a des "liens familiaux avec un combattant dans les rangs de l'Etat islamique sur la scène syro-irakienne", précise le BCIJ.

    Les autorités marocaines annoncent régulièrement le démantèlement de cellules dont les membres sont soupçonnés d'être radicalisés, avec 79 arrestations en 2019 pour des affaires de "terrorisme", selon un bilan officiel.

    Largement épargné ces dernières années par les violences liées aux groupes jihadistes, le Maroc a été marqué fin 2018 par une attaque contre deux touristes scandinaves, décapitées au nom de l'EI dans les montagnes du Haut-Atlas (sud). Les auteurs ont été condamnés à la peine de mort, non appliquée au Maroc depuis 1993. Fin octobre, un gardien de prison a été séquestré et tué par un détenu suspecté d'avoir préparé des attentats suicide avec une cellule affiliée à l'EI.