Tessalit (camp militaire)

  • Mali : Deux militaires français du 1erRHP tués en opération dans le nord du Mali

    Imprimer

    (Attention E.B.)

    Deux militaires du 1er régiment de hussards parachutistes (RHP) de Tarbes appartenant à la force française Barkhane au Sahel ont été tués en opération samedi matin par l'explosion d'un engin explosif improvisé au passage de leur véhicule blindé, lors d'une opération dans la région de Tessalit dans le nord du Mali. Un troisième soldat a été blessé par l'explosion et se trouve dans un état stable mais son pronostic vital demeure réservé.

    C'est le Groupe de "soutien à l'islam et aux musulmans" (JNIM, affilié à al-Qaïda), qui a posé l'engin explosif qui a conduit à la mort des deux soldats français.

    L'un des deux soldats décédés est le 1CL Arnaud Volpe (photo) du #1RHP. Le second n'est connu que sous ses initiales à la demande de la famille. Il s'agit du brigadier-chef S.T .

    1er Régiment de Hussards parachutistes (1er RHP)
    Le 1er RHP avait déjà perdu un des siens, le 1ère classe Tojohasina Razafintsalama tué dans l'explosion d'un véhicule suicide, le 23 juillet.

    Un tiers des Français morts au combat tués par des IED
    Un tiers des 48 morts de Serval et Barkhane ont péri par les engins explosifs (IED, véhicules suicides, mines), ce qui en fait la première cause de mortalité dans les rangs français. Après les VABSAN, ce sont manifestement les VBL qui font désormais l'objet de ciblages.

    Arnaud Volpe
    Volpe.jpeg



  • Mali : Tirs d'obus contre un camp des forces onusiennes, françaises et maliennes

    Imprimer

    Un camp militaire abritant des forces onusiennes, françaises et maliennes a essuyé plusieurs tirs d'obus mardi 7 juillet dans le nord-est du Mali en proie aux violences et au jihadisme, a-t-on appris auprès de la mission de l'ONU dans le pays.
    Les obus, au nombre de 16 selon des informations préliminaires, sont tombés en dehors du camp de Tessalit dans la région de Kidal proche de la frontière algérienne, et n'ont pas fait de blessés ni de dégâts, a indiqué le porte-parole de la mission (Minusma), Olivier Salgado.
    Lundi 6 juillet, un véhicule de la Minusma circulant en convoi a heurté une mine dans Kidal. Trois Casques bleus avaient été blessés, dont un sérieusement, selon la mission onusienne. Une attaque au mortier contre le camp de Tessalit avait fait 18 blessés parmi les Casques bleus et deux parmi les civils en janvier 2020.
    Le camp militaire de Tessalit
    Le camp de Tessalit abrite des forces de la Minusma, de l'opération antijihadiste française Barkhane et des soldats maliens.
    Kidal
    Kidal, à 1.500 km au nord-est de Bamako, est un fief touareg. C'est du nord du Mali qu'est partie en 2012 une rébellion d'indépendantistes, de salafistes et de jihadistes qui marque le début de l'actuel conflit. Les rebelles indépendantistes ont depuis signé un accord de paix. Mais les jihadistes ont étendu leurs attaques au centre du pays, au Burkina Faso et au Niger voisins. Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.