Tera

  • Tchad : Trois soldats tchadiens arrêtés pour viols à Tera, au Niger

    Imprimer

    Le gouvernement tchadien a annoncé, samedi, l'arrestation des soldats tchadiens accusés de viols au Niger.

    "Le ministre des Affaires étrangères, de l'intégration africaine et des Tchadiens de l'extérieur suit avec une très grande attention les faits de viol et d'abus sexuels dont ont été auteurs certains soldats du 8ème contingent tchadien basé à Téra au Niger", a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères du Tchad.

    "Les auteurs sont déjà arrêtés et subiront les sanctions qui s'imposent en la circonstance", a précisé la même source.

    Toutefois, a averti le communiqué, "c'est un cas isolé qui ne doit pas être exploité pour ternir l'image du contingent tchadien, et d'une manière générale, celle de l'armée tchadienne qui a démontré à suffisance sa discipline sur les différents terrains d'opération".

    La Commission nationale nigérienne des droits humains (CNDH) a accusé des soldats tchadiens déployés au sein de la force G5 Sahel de viols dans la ville nigérienne de Téra, près de la frontière avec le Burkina Faso.

    Ces accusations font suite à "une mission d’investigation et d’établissement des faits sur des allégations de viols attribuées par les populations à certains éléments du contingent militaire tchadien, récemment installé dans le département de Téra dans le cadre du déploiement de la force conjointe du G5 Sahel pour la lutte contre le terrorisme dans la zone des trois frontières (Burkina, Mali, Niger)", précise la CNDH dans un communiqué.

    Appuyée d'un médecin légiste, la mission a rencontré "les femmes et les filles victimes de viols", leurs proches et des témoins, a indiqué la Commission dans son rapport.

    "Il ressort des entretiens et des premières analyses médico-légales, qu’il y a eu effectivement des actes de viol sur une fille mineure de 11 ans et deux femmes âgées de 23 ans et de 32 ans", indique le communiqué.

    Condamnant des "actes odieux", la commission nationale des droits humains a insisté " sur la nécessité de traduire les coupables devant la justice".

    Les soldats tchadiens mis en cause font partie du contingent tchadien de 1200 hommes récemment déployé entre les frontières du Burkina, du Mali et du Niger pour appuyer la force conjointe du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme.

    Ce n'est pas la première fois que des soldats tchadiens en mission à l'extérieur sont accusés de viol. En 2013 des soldats tchadiens ont, en effet, été accusés d'avoir commis des viols au Mali et en 2015 en Centrafrique.

    Mémorandum des faits

    Mémorandum de l'ONU.jpeg

     

    Lien permanent Catégories : Armée tchadienne, G-5 SAHEL, TCHAD, Tera 0 commentaire