Tel Aviv

  • Israël : Des hackers iraniens affirment avoir attaqué les chemins de fer israéliens - "Le pire reste à venir", menacent ils

    Imprimer

    Un groupe de hackers iraniens, se faisant appeler "Cyber ​​Avengers", a publié sur la chaîne Telegram associée au Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI), une revendication de responsabilité pour les attaques contre le système ferroviaire en Israël, a rapporté Anadolu .
    La déclaration des pirates iraniens a été publiée le vendredi 31 juillet et a été programmée pour coïncider avec la fête musulmane de l'Aïd al-Adha (Fête du Sacrifice, Eid al-Adha),
    Un porte-parole de "Cyber ​​Avengers" a déclaré que le groupe avait attaqué des serveurs gérant 28 gares en Israël du 14 au 24 juillet, y compris Jérusalem, l'université de Tel Aviv et l'aéroport Ben Gourion.
    Le 19 juillet, une perturbation dans la circulation de trains avait effectivement été signalée sur la ligne côtière, sur le tronçon entre Tel Aviv et Nahariya; il n'y a pas eu d'autres messages similaires pendant cette période.
    On note surtout que l'attaque a été lancée le 14 juillet à 1h20 du matin, car c'est à cette même heure que dans la nuit du 3 janvier 2020 le chef de la Force iranienne al-Qods, le général Qasem Soleimani, avait été tué par un drone américain à la sortie de l'aéroport de Bagdad.
    Les pirates iraniens affirment que le 31 juillet, les gares israéliennes ont connu des perturbation en raison des dommages qu'ils avaient provoqués. Les autorités israéliennes ont démenti. Le trafic ferroviaire en Israël fonctionne tout à fait normalement, conformément aux horaires établis pour la période de quarantaine liée à l'épidémie de coronavirus. Le trafic ferroviaire est actuellement réduit en raison des mesures sanitaires. Quant au trafic ferroviaire à destination de la gare de l'aéroport de Ben Gourion, celui-ci a été réduit en raison de la faible fréquentation de passagers dans l'aéroport, toujours pour les mêmes raisons.
    Le groupe Cyber ​​Avengers souligne que bien que l'attaque des pirates informatiques du 24 juillet contre les infrastructures de transport israéliennes ait été suspendue, "le pire (pour les Israéliens) reste à venir". Les pirates iraniens menacent de planifier de nouvelles attaques qui pourraient conduire à "des collisions impliquant des dizaines de trains".

  • Israël/Gaza: Poursuite des échanges de tirs - chronologie des évènements du 5 mai

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Deuxième jour de la poursuite des attaques à la roquette sur le territoire israélien depuis la bande de Gaza. Les forces de défense israéliennes continuent de frapper les positions ennemies à Gaza.
    Un Israélien tué à Ashkelon
    Au matin du 5 mai, à la suite d’attaques à partir de Gaza, une personne est morte à Ashkelon. Une dizaine d’Israéliens ont été blessés par des éclats d’obus et de missiles. Des dizaines d’autres sont en état de choc.

    Dimanche 5 mai 2019 – Chronologie inversée

    20:45. The Israeli Air Force attacked a compound of Hamas internal security buildings. VIDEO
    The Israel Defense Forces Press Service reported that the Israeli Air Force had hit a group of buildings used by Hamas’ internal security system. The complex was located in the centre of the Rimal residential area in Gaza City.
    According to Israeli intelligence, the largest military facility in Gaza City has been used for operational and military purposes, including to conceal terrorist infrastructure.
    The army pointed out that Hamas used civilians as human shields in the centre of the civilian district as a military installation.



    20:12. Sources palestiniennes : L’armée de l’air israélienne a pris pour cible le chef de la sécurité du Hamas.

    Le service de presse des FDI a rendu compte d’une opération de l’armée de l’air israélienne dans le nord de la bande de Gaza. Le service de presse de l’armée a rapporté que la cible de l’attaque était « l’un des commandants du Hamas ».
    Dans le même temps, des sources palestiniennes rapportent que des frappes aériennes ont été menées près du domicile de Tufiq Abu Na’im, chef de la sécurité du Hamas dans la bande de Gaza.

    19:51. Le cabinet politico-militaire a ordonné aux FDI de poursuivre leurs attaques contre Gaza.
    La réunion du cabinet politico-militaire s’est poursuivie pendant plus de quatre heures et a porté sur l’évolution de la situation dans la bande de Gaza et le sud d’Israël.
    A l’issue de la réunion, une déclaration a été faite à la presse indiquant que  » le cabinet a ordonné aux Forces de défense israéliennes de continuer à frapper la bande de Gaza et d’être prêtes à continuer l’opération « .

    19:30. A Ashdod, une roquette a frappé un immeuble d’habitation, blessant grièvement un Israélien
    Radio Kan Beth a rapporté qu’un missile a touché un immeuble à Ashdod. Les ambulanciers paramédicaux ont signalé qu’un homme de 35 ans avait été blessé par des éclats d’obus.
    L’état du blessé est jugé critique.
    Les ambulanciers paramédicaux du service MADA ont signalé qu’ils avaient trouvé l’homme blessé allongé dans le hall de l’immeuble près de l’escalier. Il était couvert de débris et de fragments de fusée. L’homme était inconscient. Il n’a pas survécu.

    19:17. Les bombardements depuis Gaza se poursuivent : sirènes à Ashdod, Ashkelon et Gan-Javna
    Des roquettes continuent d’être tirées depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien. Les systèmes d’alerte pour les attaques à la roquette à Ashdod ont été mis en service plusieurs fois depuis 19h15.
    Des sirènes ont également été entendues à Gan Javnah, ainsi que dans les villes et villages situés à la frontière avec Gaza. Certains missiles ont été abattus par le système de défense antimissile Iron Dome.

    19:00. 11 Palestiniens ont été tués dimanche dans la riposte d’Israël aux roquettes

    18:34. A Kfar Saba, des abris publics contre les bombes ont été ouverts.
    Le bureau du maire de Kfar Saba a tenu une réunion sur la situation sécuritaire, qui a abouti à la décision d’ouvrir des abris publics contre les bombes dans la ville.
    Quelques heures plus tôt, la mairie de Netanyah avait ordonné l’ouverture d’abris antiaériens.
    Le bureau du maire de Kfar Saba souligne que la décision a été prise avant que le bureau arrière n’émette l’ordre d’ouverture.

    18:18. Les FDI ont attaqué des cibles dans le sud de la bande de Gaza
    Après 18 heures, le 5 mai, les Forces aériennes israéliennes ont frappé un bâtiment dans la zone d’Al-Zan, à l’est de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza.
    Le Centre d’information palestinien basé au Hamas rapporte qu’un véhicule aérien sans pilote a tiré un missile sur l’immeuble de grande hauteur al-Az, à l’est de la Banque islamique à Rafah.
    Aucune information sur les victimes n’a été reçue.

    18:01 Les hôpitaux du sud d’Israël se préparent à passer à l’état d’urgence
    Le vice-ministre de la Santé, Yaakov Litzman, a déclaré que les hôpitaux du sud d’Israël se préparaient à se mettre en état d’urgence
    Cela signifie que toutes les opérations non urgentes seront annulées si nécessaire. Les médecins et le personnel médical seront rappelés de vacances.

    18:00. Sirènes près de la frontière de Gaza
    Les tirs de roquettes et de mortiers depuis la bande de Gaza se poursuivent. Au cours des 10 à 15 dernières minutes, les sirènes Tseva Hadom, avertissant d’un bombardement, ont été entendues dans les zones de Sdot Negev et de Sha’ar a Negev.

    Plus tôt, il a été signalé que plus de 600 roquettes tirées par des militants de Gaza avaient explosé en territoire israélien les 4 et 5 mai.

    17:48. Hôpital de Barzilay : 131 victimes des bombardements ont reçu des soins
    La direction de l’hôpital Barzilay d’Ashkelon rapporte qu’à 17 h 30, 131 personnes avaient été traitées à la suite d’attaques à la roquette.
    La plupart des victimes ont eu besoin de soins médicaux en raison de blessures mineures ou pour état de choc.
    Trois des blessés ont été hospitalisés dans un état modéré. Trois autres sont dans un état grave. Environ 60 personnes ont été légèrement blessées. Plus de 60 personnes ont eu besoin de l’aide de médecins pour choc nerveux.
    Trois des blessés sont morts de leurs blessures.

    17:36. Deux nouveaux combattants palestiniens tués par une frappe israélienne à Al-Bureij (ministère de Gaza).
    Deux nouveaux combattants palestiniens ont été tués par une frappe israélienne, portant à sept le nombre de Palestiniens ayant péri dimanche dans les représailles aux tirs de roquettes provenant de la bande de Gaza, a indiqué le ministère de la Santé à Gaza.
    Mohammed Abou Armanah, 30 ans, et Mahmoud Abou Armanah, 27 ans, ont été tués dans le centre de l’enclave palestinienne sous blocus, a dit le ministère relevant du mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza. Le Jihad islamique, deuxième force dans le territoire palestinien, les a présentés comme des membres de sa branche armée. Trois civils ont été tués côté israélien par des tirs de roquettes de la bande de Gaza depuis samedi.

    17 h 30, près de la frontière de Gaza, un véhicule a été atteint par un missile anti-char Kornet.
    Des enquêtes préliminaires ont révélé qu’un véhicule Citroën, circulant sur la route 34 entre Yad Mordechai et la ville de Sderot, à partir de la bande de Gaza, a été atteint par un missile antichar Kornet.
    Le conducteur, un homme d’environ 60 ans, a été mortellement blessé par l’impact direct du missile sur le véhicule. Les médecins de l’hôpital Barzilay à Ashkelon ont confirmé sa mort.
    Après l’attaque, la circulation sur le tronçon spécifié de la route 34 a été interdite.
    Une attaque similaire au moyen du complexe antichar Kornet avait été menée par des militants de Gaza le 12 novembre 2018, lorsqu’un autobus israélien avait été atteint près du mémorial militaire de Black Arrow à un moment de tension à la frontière avec Gaza. Un soldat avait été grièvement blessé par l’explosion du missile. Une cinquantaine de soldats venaient à peine de sortir du bus lorsqu’il a été atteint.
    Le 7 avril 2011, un autobus de passagers avait déjà été touché par une fusée Kornet entre le kibboutz Nahal Oz et le carrefour de Saada, tuant une personne.
    Il n’est pas clair quel missile anti-char Kornet a été utilisé – le modèle de fabrication russe ou ses « copies » iraniennes.

    17:22. Les FDI attaquent des cibles à Gaza : le Palais du Gouverneur attaqué
    Vers 17 heures le 5 mai, vers 17 heures, les FDI ont tiré au moins deux roquettes sur le « Palais du Gouverneur » dans l’ouest de la ville de Gaza, selon le Centre d’information palestinien basé au Hamas.
    Les FDI font état de frappes contre des cibles dans le nord de Gaza et du bâtiment de contre-espionnage du Hamas dans la région de Rimal.
    Le PIC rapporte que des bateaux israéliens ont tiré plusieurs missiles sur une cible dans la région Soudan, à l’ouest de Beit Lahiya.

    16:59. La gestion arrière a mis à jour les instructions à l’intention des conducteurs et les passagers.
    Après la mort d’un Israélien de 60 ans près du kibboutz de Yad Mordechai, tué dans sa voiture, l’Autorité arrière a mis à jour les instructions pour les conducteurs et les passagers.
    Selon les instructions de l’Autorité arrière, les vitres du véhicule ne doivent pas être fermées pendant le trajet, ce qui augmente les chances d’entendre les sirènes.
    Pendant l’alarme, vous devez sortir de la voiture et vous allonger sur le sol, en vous couvrant la tête avec vos mains.
    L’armée explique qu’en restant dans leur voiture, le conducteur et ses passagers prennent un risque, car les fragments de la fusée pourraient endommager le réservoir d’essence, ce qui pourrait conduire à un incendie. Il y a aussi une menace d’éclats de verre dans la voiture, et la voiture elle-même n’est pas un abri fiable contre les fragments de missiles.

    16:54. Nom de l’Israélien tué par la chute d’un missile dans la zone industrielle d’Ashkelon
    Il s’agit de Ziyad al-Hamamadh, un habitant d’un village bédouin du Néguev âgé de 50 ans, tué par la chute d’un missile dans une usine de la zone industrielle d’Ashkelon.

    16:41. Ouverture des abris publics à Nétanyah
    La mairie de Netanya a tenu une réunion sur la situation en matière de sécurité, qui a abouti à la décision d’ouvrir des abris publics contre les bombardements dans la ville.
    Le bureau du maire a souligné que la décision a été prise avant qu’un ordre dans le même sens soit reçu du bureau arrière.

    16:15. Dans le district d’Eshkol, un homme a été grièvement blessé par un tir de roquette.
    Un homme de 25 ans, blessé par de multiples éclats d’obus, a été transporté à l’hôpital Soroca par hélicoptère du service ambulancier « Magen David Adom » depuis la frontière avec Gaza.
    L’homme a été blessé par un un missile dans le district d’Eshkol.
    L’état du blessé est évalué par les médecins comme étant grave et instable.
    Selon Radio Kan Beth, le blessé est un travailleur thaïlandais.

    16:06. Le trafic ferroviaire entre Kiryat-Gatom et Be’er-Sheva a repris.
    Les forces de sécurité ont autorisé la reprise de la circulation des trains entre Kiryat Gatom et Be’er-Sheva.
    Notez que les trains pour Be’er-Sheva ne passent que par Lod, Kiryat Gat, Lehavim et Rahat.
    Sur ordre des forces de sécurité, la voie passant par Ashkelon, Sderot, Netivot et Ofakim reste fermée.

    15:37. Des missiles continuent d’être tirés depuis Gaza. Sirènes d’alarme à Hof Ashkelon, Ofakim, Sha’ar a Negev
    Après 15 heures le 5 mai, les sirènes Tseva Hadom avertissant des tirs de roquettes ont été entendues dans les districts de Hof Ashkelon et Sha’ar al-Negev, ainsi que dans la ville d’Ofakim.
    Des missiles ont effectivement été tirés. Aucun blessé ni dommage n’a été signalé.

    15:29. FDI : Un financier du Hamas et un autre du Djihad islamique éliminés
    Le service de presse des Forces de défense israéliennes rapporte qu’Ahmad Khudari (né en 1985), propriétaire de la société d’échange Hamad Lalasrafa/Alufak, déclarée organisation terroriste par les autorités israéliennes en juin 2018, a été éliminé à la suite d’une frappe contre son véhicule dans la bande de Gaza. La société possède, entre autres, un réseau de bureaux de change à Gaza.
    Selon les renseignements israéliens, Hudari est responsable de transferts de fonds importants de l’Iran vers des entités de la bande de Gaza.
    Khudari comptait parmi ses clients le Hamas, le Djihad islamique et d’autres organisations terroristes.
    Le Hamas a confirmé le nom de la victime : Hamid Ahmad Abdul Khudari (34 ans).
    Vidéo de la frappe contre le véhicule du financier du Hamas:

    15:02. Réunion du cabinet politico-militaire
    A Tel-Aviv, Le cabinet politico-militaire s’est réuni à Tel-Aviv pour examiner l’évolution de la situation dans la bande de Gaza et dans le sud d’Israël.
    La réunion a commencé avec une heure et demie de retard, pour permettre au Premier Ministre Benjamin Netanyahou de recevoir les derniers rapports sur les affrontements.
    Le Premier Ministre aurait l’intention de soumettre à l’approbation du Cabinet de nouvelles propositions d’action contre les terroristes à Gaza .

    14:30. Nouvelles sirènes dans et autour d’Ashkelon

    14:26. L’hôpital de Barzilay annonce deux morts suite à un bombardement.
    L’hôpital de Barzilay a annoncé la mort de deux personnes à la suite d’un bombardement.
    L’hôpital semble avoir enregistré la mort d’un homme d’une quarantaine d’années, qui a été grièvement blessé par un missile tombé dans la zone industrielle d’Ashkelon, et la mort d’un homme d’une soixantaine d’années, qui a été gravement blessé par un missile heurtant sa voiture sur la route 34.

    14:19. Sirènes à Sha’ar a Néguev, Eshkol et Sderot
    Après 14 heures, les sirènes « Tseva Hadom » (Enfer de Tseva), avertissant des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, ont été entendues à Sderot, ainsi que dans les zones de Cha’ar al-Negev et Eshkol.

    14:06. Une fusée est tombée sur la route 25 à l’entrée de Be’er Sheva.
    Une des roquettes tirées en direction de Be’er-Sheva est tombée sur la route 25 à l’entrée de la direction d’Ofakim. Personne n’a été blessé ou endommagé au cours de l’incident.
    Les escadrons de déminage, les agents et la police de la circulation sont sur place pour diriger la circulation.

    13:57. Un homme a été emmené à l’hôpital de Barzilay avec de graves blessures par balles. Le blessé est décédé
    Le service d’ambulance Magen David Adom a emmené à l’hôpital de Barzilay un homme d’environ 60 ans qui a été grièvement blessé par un missile tombant dans la zone de Sha’ar al-Negev.
    Les médecins estiment que l’état de la victime est critique.
    Selon MADA, le missile a explosé à côté d’une voiture sur la route 34. Le conducteur a été grièvement blessé.
    Plus tard, les médecins ont déclaré que la victime était morte.

    13:53. FDI : Quelque 260 cibles ont été attaquées à Gaza
    Le service de presse des FDI rapporte que les 4 et 5 mai, environ 260 cibles du Hamas, du Jihad islamique et du FDLP ont été frappées.
    Selon le rapport officiel, les attaques ont visé des infrastructures souterraines et des dépôts d’armes, y compris ceux cachés dans des zones résidentielles.
    Les usines d’armement et les sites de lancement de missiles ont également été visés.

    13:49. Une nouvelle alarme s’est déclenchée à la frontière avec Gaza
    Les sirènes d’alarme « Tseva Adom » ont à nouveau retenti dans les colonies à la frontière avec Gaza.

    13:37. Un missile a touché une maison à Be’er Sheva, aucune victime signalée.
    L’une des roquettes tirées depuis Gaza après 13 heures a touché un immeuble à Be’er Sheva. Aucun blessé n’a été signalé.
    Selon des données préliminaires, un missile a été abattu au-dessus de Be’er-Sheva par le système BMD Iron Dome.

    13:30. Le maire de Rehovot a ordonné l’ouverture de refuges
    La municipalité de Rehovot a ordonné l’ouverture des refuges publics. Selon le maire de la ville, Rahamim Malul, cette décision a été prise dans le contexte de l’aggravation de la situation sécuritaire.
    Selon la municipalité, des voitures de patrouille de la police et des forces de sécurité se trouvent à proximité des établissements d’enseignement.
    Auparavant, une décision similaire avait été prise par la municipalité de Rishon LeZion.

    13:25. Un hélicoptère des FDI frappe une cible dans le nord de la bande de Gaza
    Peu après l’attaque à la roquette contre Ashkelon, un hélicoptère des FDI a frappé une cible dans le nord de la bande de Gaza, selon le service de presse de l’armée. Il semble que l’hélicoptère ait pris pour cible les responsables du bombardement.
    Le Centre d’information palestinien du Hamas rapporte que le raid aérien a frappé une cible à Beit Lahiya.

    13:23. La municipalité d’Ashkelon a demandé aux citoyens de ne pas venir aux funérailles de Moshe Agadi, la personne décédée au cours de la nuit
    La municipalité d’Ashkelon a appelé les habitants de la ville à ne pas assister aux funérailles de Moshe Agadi, 58 ans, tué par des tirs de roquettes sur Ashkelon.
    Le service arrière rappelle l’interdiction des manifestations de plus de 300 personnes.

    13:09. Le Hamas a annoncé le bombardement de Dimona et Be’er-Sheva

    13:00. Un missile a touché un immeuble à Ashkelon – un mort
    Vers 13 heures, l’organisation publique israélienne ZAKA, une association d’équipes de secours volontaires, a signalé qu’un missile avait frappé un bâtiment à Ashkelon, dans la partie sud de la ville.
    Selon le service d’ambulance Magen David Adom, trois personnes ont été blessées dans la zone industrielle d’Ashkelon. Deux des victimes étaient dans un état extrêmement grave, et une autre a subi des blessures modérées.
    Selon MADA, des hommes âgés d’environ 20 et 40 ans ont été grièvement blessés. Un homme d’environ 50 ans a subi des blessures modérées.
    Plus tard, les médecins ont découvert qu’une victime, un homme de 22 ans, était décédée.

    13:00. Situation particulière pour les territoires situés à quarante kilomètres de la frontière avec Gaza
    Le Premier ministre et ministre de la Défense, Benjamin Netanyahu, a annoncé un régime de statut spécial pour l’arrière. Il s’agit d’une zone située à 40 kilomètres de la frontière de la bande de Gaza.
    Le régime du statut spécial est en place pour 48 heures.
    « Après avoir conclu que la probabilité d’une attaque contre la population civile est élevée, le premier ministre a signé un document pour annoncer l’imposition d’une situation spéciale à l’arrière
    Le régime du statut spécial à l’arrière confère aux forces militaires et de sécurité le pouvoir de maintenir l’ordre et la sécurité des résidents locaux.
    La dernière fois qu’un régime de statut spécial a été introduit à l’arrière, c’était lors de l’Opération « Enduring rock » en 2014.
    Le régime du statut spécial est en place pour 48 heures.
    « Après avoir conclu que la probabilité d’une attaque contre la population civile est élevée, le premier ministre a signé un document pour annoncer l’imposition d’une situation spéciale à l’arrière
    Le régime du statut spécial à l’arrière confère aux forces militaires et de sécurité le pouvoir de maintenir l’ordre et la sécurité des résidents locaux.
    La dernière fois qu’un régime de statut spécial a été introduit à l’arrière, c’était lors de l’Opération Roche incassable en 2014.

    12:50. Sirènes « Enfer de Tseva » à Ashkelon, Ashdod, Yavna et Rehovot
    Vers 12h50, deux autres déclenchements d’alarme, avertissant des tirs de roquettes depuis Gaza, ont été entendus à Ashkelon.
    Vers 12h55, les sirènes ont retenti à nouveau à deux fois à Ashkelon et dans les villages du Père Aza.
    Vers 13 heures, les sirènes ont retenti à Ashdod, Yavna et Rehovot.

    12:30. Des activistes palestiniens ont tiré sur Ashkelon depuis Gaza
    Les sirènes « Enfer de Tseva » ont été entendues de nouveau à Ashkelon. Le Hamas prétend avoir tiré sur la ville.
    Une roquette a touché une maison dans la région de Hof Ashkelon. Des dommages ont été causés. Aucune victime n’a été signalée.
    A peu près au même moment, des sirènes ont été entendues à Sderot et Sdot Néguev, Yad Mordechai, Nativ al-Asara, Zikim et Karmia.

    12:19. Sirènes d’alarme dans la région d’Eshkol
    Les sirènes Tseva Hadom du conseil local d’Eshkol, près de la frontière avec la bande de Gaza, ont retenti pour avertir d’éventuelles attaques de roquettes.

    11:59. FDI : Attaque d’un dépôt d’armes du Djihad islamique dans le sud de Gaza
    Le service de presse des FDI rapporte que dans le sud de la bande de Gaza, l’armée de l’air israélienne a frappé un dépôt d’armes et de munitions du Djihad islamique.

    11h41. Nétanyahou : « J’ai ordonné de poursuivre les attaques contre la bande de Gaza. »
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a déclaré lors de l’ouverture de la réunion hebdomadaire du gouvernement qu’il avait ordonné de nouvelles attaques contre des cibles terroristes à Gaza.
    « Nous avons également ordonné le renforcement des unités d’infanterie, de chars et d’artillerie le long de la frontière avec la bande de Gaza. Le Hamas va payer un prix élevé non seulement pour ses actions, mais aussi pour celles du Djihad islamique « , a déclaré M. Netanyahou.
    Il a appelé les citoyens à se conformer aux ordres de sécurité. « Nos actions visent à rétablir le calme et la sécurité « , a ajouté le Premier ministre.
    Une réunion du cabinet politico-militaire aura lieu ultérieurement.

    11h15 Sami Gemayel : Le Hezbollah a remplacé l’armée libanaise à la frontière libano-israélienne
    Le chef du Parti phalangiste libanais, Sami Gemayel, a déclaré que la milice chiite Hezbollah avait largement remplacé les autorités libanaises. Son influence sur les questions de politique étrangère et de sécurité est particulièrement forte.
    « Le Liban a rejoint l’axe Iran-Bashar al-Assad. De nombreux partis ont accepté d’élire un candidat du Hezbollah comme président et ont convenu que les armes du groupe ne seraient pas remises en question. Les autres membres de la coalition se borneront à s’occuper de l’électricité, des ordures et de l’économie « , a-t-il dit.
    Gemayel a qualifié les phalangistes de seul parti d’opposition véritable. « Notre principal problème est que le Hezbollah a pris en charge la sécurité des frontières, en remplacement de l’armée. Aucun État souverain n’a délégué cette question à un groupe armé « , a déclaré l’homme politique.

    11:13 Les sirènes d’alerte retentissent à Sdot Néguev et Shaar a Néguev
    Après 11 heures le 5 mai, les sirènes d’alerte de Sdot Néguev et Shaar a Néguev ont été déclenchées sur le territoire des conseils locaux, avertissant d’éventuelles attaques de roquettes.

    10:20. Hamas : les tirs d’artillerie israéliens visent l’est de la ville de Gaza
    Le Centre d’information palestinien du Hamas rapporte que vers 10 heures du matin le 5 mai, l’artillerie israélienne a tiré au moins 20 projectiles sur des cibles à l’est de la ville de Gaza.
    Le rapport n’indique pas clairement quels types de dommages ont été causés et s’il y a eu des victimes.

    10:00. Les forces de défense israéliennes ont tiré sur des cibles sur la côte nord de la bande de Gaza.
    Vers 10 heures du matin le 5 mai, le « Centre d’information palestinien » du Hamas a rapporté que des bateaux de la marine israélienne ont tiré au moins cinq projectiles sur des cibles dans la zone des oasis, sur la côte ouest de Beit Lahiya.
    Les informations sur les dommages causés sont en cours de clarification.

    09:50. Les FDI ont publié des photographies de maisons de dirigeants palestiniens, qui ont servi de dépôts d’armes.
    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a publié des photos de maisons dans des zones résidentielles de la bande de Gaza qui ont servi de dépôts d’armes et de munitions. Les bâtiments ont été utilisés par des familles du Hamas et des dirigeants du Djihad islamique, a noté l’armée.
    En particulier, ces maisons ont été attaquées par les airs à Rafah et Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza et dans la ville de Gaza dans la région de Shati.
    L’armée n’a pas fourni plus de détails sur ces attaques. En général, les FDI avisent les résidents locaux et leur donnent le temps d’évacuer avant que les cibles ne soient ciblées dans les zones résidentielles.

    Selon le service de presse de l’armée, les FDI ont attaqué 220 cibles dans la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures.
    Au cours de la même période, au moins 430 roquettes et mortiers ont été tirés depuis Gaza. Environ 100 missiles ont été abattus par le système Iron Dome BMD.

    09:30. FDI : Un groupe militant a été attaqué dans le nord de la bande de Gaza
    Vers 21 h 30 le 5 mai, le bureau de presse des FDI a signalé que les Forces de défense israéliennes avaient attaqué un groupe de militants dans le nord de la bande de Gaza.
    Peu après, les FDI ont annoncé qu’elles avaient tiré sur un « poste de police maritime » dans l’ouest de la ville de Gaza.

    09:30. Dimanche matin, le 5 mai, le général de brigade Ronen Manelis, chef du bureau de presse des FDI, a déclaré que la 7e brigade de chars était en cours de transfert vers la frontière de la bande de Gaza.
    Le chef du service de presse de l’armée a ajouté que l’armée se prépare à plusieurs jours de combats. « Nous ne parlons pas d’un cessez-le-feu et nous n’avons connaissance d’aucune négociation à ce sujet « , a ajouté Ronen Manelis.

    09:00.  La mairie de Rishon Lezion (proche de Tel Aviv) décide d’ouvrir les abris
    Le maire de la ville, Raz Kinstlich, a déclaré que la décision avait été prise en raison de la situation actuelle en matière de sécurité et de l’extension éventuelle de la portée des attaques à la roquette. « Cette étape vise à améliorer la préparation et à assurer la sécurité des habitants de la ville », a déclaré le maire.

    08:00. Au nom du commandement conjoint de la bande de Gaza, un avertissement a été lancé concernant l’intention d’étendre la zone de bombardement du territoire israélien si les attaques des FDI ne cessent pas dans les prochaines heures. Les terroristes menacent de commencer à bombarder des zones situées à plus de 40 km de la frontière de la bande de Gaza.

    08:00. Le « Centre d’information palestinien » du Hamas rapporte qu’un véhicule aérien israélien sans pilote a tiré une roquette sur une moto dans la région de Falloujah, dans le nord de la bande de Gaza. Le motocycliste a été blessé par le bombardement. L’attaque aérienne a eu lieu peu après des tirs de roquettes en direction de Sderot et de la région de Cha’ar al-Negev. Les FDI semblent avoir attaqué un militant impliqué dans ces attaques.

    07:30. Plusieurs roquettes ont été tirées depuis le nord de la bande de Gaza en direction du territoire israélien. Des sirènes ont été entendues dans la ville de Sderot et dans le quartier de Cha’ar al-Negev. Il semble que le système BMD du Iron Dome ait été activé. Peu après, les FDI ont atteint une cible dans le nord de Gaza. Le Hamas affirme que les FDI ont attaqué un « motocycliste ».

    07:00. Le Ministère de la santé de Gaza a annoncé que sept personnes avaient été tuées et 45 blessées avaient été transportées à l’hôpital au cours des dernières 24 heures à la suite des attaques des FDI contre des cibles dans la bande de Gaza. Auparavant, une femme enceinte de 37 ans et sa fille de 14 mois avaient été tuées. Les autres victimes seraient de jeunes hommes. Le Hamas et le Djihad islamique ne confirment pas qu’ils sont des militants.

    07:00. Information selon laquelle une roquette a heurté un immeuble d’habitation à Ashkelon, entraînant la mort de Moshe Agadi, 58 ans, père de quatre enfants.

    430 roquettes tirées de Gaza, dont 180 dans la nuit du 4 au 5 mai
    07:00. Selon les chiffres officiels, depuis le 4 mai, quelque 430 roquettes et obus de mortier ont été tirés par des militants de la bande de Gaza sur Israël. Le système de défense antimissile Iron Dome a intercepté une centaine de roquettes. Ce n’est que de 22 h 30 le 4 mai à 18 h 30 le 5 mai que 180 tirs de roquettes ont été enregistrés depuis Gaza. Des douzaines de missiles ont été interceptés, selon les FDI.

    Au total, les FDI ont attaqué quelque 200 cibles dans la bande de Gaza pendant une heure. Une soixantaine de cibles ont été attaquées du jour au lendemain. Les FDI continuent de frapper des cibles à Gaza. Les frappes visaient le Hamas, le Djihad islamique et l’Organisation de libération de la Palestine.

    La liste des cibles attaquées à Gaza comprend des quartiers généraux de groupes terroristes, des bases militaires et des dépôts d’armes, des usines d’armement, des lance-roquettes et des groupes militants individuels.

    En particulier, l’usine d’armement de Jebaliyah et le complexe militaire militant de la région de Rafah, près de la centrale à béton, ont été détruits.

    A l’ouest de Khan Younis, le complexe militaire du Djihad islamique et son quartier général dans la mosquée du camp de réfugiés de Shati ont été attaqués. Un camp d’entraînement militant y a également été attaqué.

    Un camp d’entraînement du Hamas a également été attaqué à Shati. Une base militante du Hamas a été attaquée dans la région de Rimal. Un dépôt d’armes situé dans la maison d’un militant du Hamas à Gaza a été touché. Des avant-postes militaires du Hamas ont été attaqués à Jabaliya, dans le nord du secteur.

    En outre, dans la nuit du 5 mai, les forces navales israéliennes ont attaqué des bateaux du Hamas et du Djihad islamique au large des côtes de Gaza. Des bâtiments appartenant à la marine du Hamas ont été attaqués près de Khan Younis.

    07:00. La direction de l’hôpital Barzilay d’Ashkelon rapporte qu’au cours des dernières 24 heures, plus de 80 citoyens touchés par des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza ont été traités. La plupart des victimes avaient besoin de soins médicaux pour des blessures mineures ou pour les aider à sortir d’un état de choc.

    Dans la nuit du 5 mai, un homme d’Ashkelon, âgé d’environ 60 ans, a été grièvement blessé par un missile. L’ambulance Magen David Adom a conduit la victime à l’hôpital de Barzilay, mais les médecins n’ont pas pu lui sauver la vie.

    Une femme âgée (environ 80 ans) de Kiryat Gat se trouve à l’hôpital de Barzilay avec de très graves blessures au visage. De plus, un homme d’Ashkelon âgé de 50 ans, qui a subi des blessures modérées, est toujours hospitalisé.

    Au total, 15 victimes continuent d’être soignées à l’hôpital de Barzilay le 5 mai au matin. Les autres ont été déchargés après avoir reçu des soins.

    06:00. Peu après un nouveau bombardement de Kiryat Ghat et des zones adjacentes à la bande de Gaza, les FDI ont attaqué des cibles dans la partie nord du secteur. Le « Centre d’information palestinien » du Hamas rapporte que deux cibles dans la région de Beit Hanoun ont été attaquées. Il semble que la cible de l’attaque était des points de missiles terroristes. Le PIC rapporte également que des avions israéliens ont attaqué la cible à l’est du camp de Maghazi, près de la frontière orientale du secteur.

    05:30. Une sirène a retenti à Kiryat Gat et dans les conseils régionaux de Laheesh, Shafir, Yoaw, Hof Ashkelon et Sha’ar al-Negev.

    04:30. Les Brigades de Quds (l’aile militante du Djihad islamique) ont publié un rapport sur la mort de deux de leurs propres militants dans la bande de Gaza. Ils appartenaient à brigade  » roquette « .

    02:15. Une roquette a frappé un bâtiment à Ashkelon, blessant un homme d’une soixantaine d’années. L’ambulance du Magen David Adom a transporté la victime dans un état grave à l’hôpital de la ville de Barzilay, où il est mort après quelque temps.

    00:20. Le « Centre d’information palestinien » du Hamas a indiqué que des frappes aériennes israéliennes avaient été lancées contre des cibles dans le nord et le sud de la bande de Gaza. En particulier, selon le PIC, la cible a été attaquée près du nouveau port de Khan Younis. En outre, un immeuble d’habitation à Khan Younis a été touché.

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel des 25 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 25 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois


     

    FRANÇAIS

    • Afghanistan: 13 civils, dont 10 enfants, tués dans un bombardement aérien – Abonnés
    • Israël: Une roquette tirée de Gaza frappe une maison au nord de Tel Aviv, sept Israéliens blessés – Abonnés
    • Yémen : violents combats à Hodeida malgré le cessez-le-feu – Abonnés
    • Yémen : cinq commandos britanniques en mission secrète blessés dans le nord du pays – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Afghanistan: 13 civilians, including 10 children, killed in an aerial bombardment – Subscribers
    • Israel: Gaza rocket hits house north of Tel Aviv, seven Israelis injured – Subscribers
    • Yemen: Heavy weapons fire rocks Hodeidah as U.N. pushes to clinch troop pullout – Subscribers
    • Yemen: Five British commandos on secret mission wounded in northern Yemen – Subscribers

    العربية (ARABIC)

    إسرائيلإصابات ودمار جراء سقوط صاروخ من غزة شمال تل أبيب

    DEUTSCH

    • Afghanistan: 13 Zivilisten, darunter 10 Kinder, bei einem Luftangriff getötet – Abonnenten
    • Israel: Sieben Verletzte bei Raketenangriff auf Israel: Netanjahu kündigt Gegenschlag an – Abonnenten
    • Jemen: Heftige Kämpfe in Hodeida trotz Waffenstillstand – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Afganistán: Al menos 13 civiles muertos, 10 de ellos niños, en un bombardeo – Suscriptores
    • Israel: Cohete disparado desde Gaza impacta sobre una casa al norte de Tel Aviv – siete israelíes heridos – Suscriptores
    • Yemen: Violentos combates en Hodeida a pesar del alto el fuego – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Afghanistan: 13 civili, tra cui 10 bambini, uccisi in un bombardamento aereo – Abbonati
    • Israele: casa colpita da razzo vicino Tel Aviv, 7 feriti. Netanyahu taglia visita negli Usa – Abbonati
    • Yemen: ribelli Houthi rompono la tregua a Hodeida – Abbonati
    • Yemen: cinque commandos britannici in missione segreta feriti nel nord del paese – Abbonati

     

    日本語

    • アフガンで空爆 また民間人13人死亡、うち10人は子ども – 購読者
    • イスラエルの住宅にロケット弾着弾、7人負傷 訪米中の首相は帰国へ – 購読者

     

    POLSKI

    • Afganistan: w wyniku strajku lotniczego w USA zginęło 10 dzieci – Subskrybenci
    • Izrael: Siedmiu Izraelczyków zostało dotkniętych ostrzałem rakietowym ze Strefy Gazy na północ od Tel Awiwu – Subskrybenci
    • Jemen: Brutalne starcia Jemenu w Hodejdah pomimo zawieszenia broni – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Afeganistão Pelo menos 13 civis mortos, 10 deles crianças, num bombardeamento – Assinantes
    • Israel: Foguete disparado de Gaza atinge casa ao norte de Tel Aviv, sete israelenses feridos – Assinantes
    • Iémen: Combates violentos em Hodeida apesar do cessar-fogo – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Афганистан: В результате авиаудара США погибли 10 детей — Подписчики
    • Израил: Очередной обстрел центра Израиля из Газы, ракета упала в районе а-Шарон — Подписчики
    • Йемен Насильственные столкновения в Ходейде, несмотря на прекращение огня — Подписчики

     


    ptolemee@belliard74.com


     

     

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 15 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 15 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois

     

    FRANÇAIS

    • Algérie: Nouvelle journée de manifestation – Evènements minute par minute – Abonnés
    • La France a rapatrié vendredi de Syrie cinq enfants de jihadistes – Abonnés
    • Gaza/Israël: L’armée de l’air israélienne frappe la bande de Gaza en réponse à l’attaque de Tel Aviv – Abonnés
    • Nouvelle Zélande: Attaques dans deux mosquées de Christchurch – 49 morts – Abonnés
    • Syrie: Les Forces Démocratiques Syriennes consolident leur étau autour du réduit de l’Etat islamique – Abonnés

     

    ENGISH

    • Algeria: New day of protest – Follow the events minute by minute – Subscribers
    • France repatriated several children of jihadists from Syria on Friday – Subscribers
    • Gaza/Israel: Israeli Air Force hits Gaza Strip in response to Tel Aviv attack – Subscribers
    • New Zealand: Attacks on two mosques in Christchurch – 49 dead – Subscribers
    • Syrian Democratic Forces consolidate their grip on the reduction of the Islamic state – Subscribers

     

    العربية (ARABIC)

    فرنسا تستعيد 5 من “أطفال داعش
    نيوزيلندا.. 49 قتيلاً و48 جريحاً بهجوم على مسجدين
    غزة / إسرائيل: غارات اسرائيلية على غزة ردا على صواريخ استهدفت “تل ابيب

    DEUTSCH

    • Frankreich erholt dschihadistische Kinder aus syrischen Lagern – Abonnenten
    • Gaza/Israel: Israelische Luftwaffe trifft Gaza-Streifen als Reaktion auf den Angriff auf Tel Aviv – Abonnenten
    • Neuseeland: 49 Tote nach Schüssen in Moscheen: „Rechtsextremer Terrorist“ soll Angriff verübt haben – Abonnenten
    • Syrische Demokratische Kräfte festigen ihren Einfluss auf die Reduzierung des islamischen Staates – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Francia repatrió el viernes a cinco hijos de yihadistas de Siria – Suscriptores
    • Gaza/Israel: La Fuerza Aérea de Israel golpea la Franja de Gaza en respuesta al ataque de Tel Aviv – Suscriptores
    • Nueva Zelanda: Al menos 49 muertos en ataques contra mezquitas en Christchurch – Suscriptores
    • Siria: Las fuerzas democráticas sirias consolidan su control sobre la reducción del Estado islámico – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • La Francia ha rimpatriato venerdì cinque bambini di jihadisti dalla Siria – Abbonati
    • Gaza/Israele: l’aviazione israeliana colpisce la Striscia di Gaza in risposta all’attacco di Tel Aviv – Abbonati
    • Nuova Zelanda:, Attacco in due moschee in Christchurch -almeno 49 morti – Abbonati
    • Siria: le forze democratiche siriane consolidano il loro controllo sulla riduzione dello Stato islamico – Abbonati

     

    NEDERLANDS

    • Frankrijk haalt kinderen van jihadisten terug uit Syrische kampen – Abonnees
    • Gaza/Israël: Israëlische luchtmacht raakt Gazastrook in reactie op aanval Tel Aviv – Abonnees
    • Nieuw-Zeeland: 49 doden en 48 gewonden bij terreuraanslag op moskeeën in Christchurch – Abonnees
    • Syrische democratische krachten consolideren hun greep op de inkrimping van de islamitische staat – Abonnees

     

    PORTUGUÊS

    • França repatriou cinco crianças de jihadistas da Síria na sexta-feira – Assinantes
    • Gaza/Israel: Força Aérea Israelense atinge a Faixa de Gaza em resposta ao ataque de Tel Aviv – Assinantes
    • Nova Zelândia: Ataque contra mesquitas em Christchurch – 49 mortos – Assinantes
    • Síria: Forças Democráticas Sírias consolidam seu controle sobre a redução do Estado Islâmico – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Алжир: Новый день протеста — проследите за событиями поминутно — Подписчики
    • Франция репатриировала нескольких детей джихадистов из Сирии в пятницу — Подписчики
    • Газа/Израиль: ВВС ЦАХАЛа наносят удары по сектору Газы в ответ на ракетный обстрел Тель-Авива — Подписчики
    • Новая Зеландия: Теракты в мечетях Новой Зеландии: около 50 убитых, задержаны четверо подозреваемых  Подписчики
    • Сирийские демократические силы укрепляют свои позиции в борьбе за сокращение исламского государства — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com

  • Au lendemain de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu pr Donald Trump

    Imprimer
    Israël-Cisjordanie-Gaza 
    Trump
    Les principaux extraits de l'annonce du président américain sur Jérusalem
    Donald Trump pendant son annonce
        
    Voici les principaux points de l'allocution du président américain Donald Trump, mercredi 6 décembre, confirmant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël. 
    "Les vieux défis nécessitent une nouvelle approche", a prévenu le président américain avant de faire cette annonce historique: "Il est temps d'officiellement reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël". 
    "Ce n'est rien de moins qu'une reconnaissance de la réalité", a-t-il ajouté. 
    "Après plus de deux décennies de dérogations" à une loi américaine de 1995 imposant le déplacement de l'ambassade, "nous ne sommes pas plus près d'un accord de paix entre Israël et les Palestiniens", a-t-il argumenté, en référence à une loi américaine de 1995 imposant le déplacement de l'ambassade. 
    Une clause permet cependant aux présidents de repousser son application pour six mois. Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama l'ont systématiquement actionnée. 
    "Ce serait une folie de penser que répéter la même formule permettrait maintenant de produire un résultat meilleur ou différent", a-t-il martelé, alors qu'il devait cependant lui aussi signer la dérogation, la nouvelle ambassade n'étant pas encore construite.
    Déménagement de l'ambassade
    "J'ordonne au département d'État de préparer le départ de l'ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem", a annoncé le président républicain debout à son pupitre, devant un portrait du premier président américain George Washington. 
    "Cela va lancer un processus de recrutement d'architectes, d'ingénieurs et d'urbanistes pour que la nouvelle ambassade, lorsqu'elle sera finie, soit un magnifique hommage à la paix", a-t-il développé en évoquant sa construction dans la ville sainte.
    Il a également indiqué qu'il enverrait le vice-président Mike Pence dans la région dans les jours à venir. 
    Capitale du peule juif
    "Il y a 70 ans les Etats-Unis, sous le président Truman, ont reconnu l'Etat d'Israël. Depuis, Israël a établi sa capitale dans la ville de Jérusalem - la capitale choisie par le peuple juif dans les temps anciens. De nos jours, Jérusalem est le siège du gouvernement israélien moderne. C'est le siège du Parlement israélien, la Knesset, et de la Cour suprême israélienne", a expliqué le président américain. 
    "Jérusalem est aujourd'hui, et doit le rester, un endroit où les Juifs vont prier au mur des Lamentations, où les chrétiens suivent le Chemin de croix, et où les musulmans vont prier à la mosquée al-Aqsa", sur l'esplanade des Mosquées, a-t-il ajouté.
    "J'ai jugé que l'heure était venue de reconnaître officiellement Jérusalem comme étant la capitale d'Israël. (...) Alors que les présidents précédents avaient fait cette promesse de campagne, ils ont échoué à l'honorer. Aujourd'hui, je l'honore", a-t-il également dit. 
     Solution à deux Etats
    "Les Etats-Unis restent déterminés à aider à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties", a-t-il ajouté. "J'ai l'intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider à sceller un tel accord", a martelé le milliardaire républicain. Il a notamment assuré que, si les deux parties se mettaient d'accord sur cette question, les Etats-Unis soutiendraient une "solution à deux Etats". 
    Le président américain a également assuré que les Etats-Unis soutenaient une "solution à deux Etats", si les deux parties "se mettaient d'accord" sur cette question. 
    "En attendant, j'appelle toutes les parties à maintenir le statu quo sur les lieux sacrés de Jérusalem, dont le mont du Temple, aussi connu comme Haram Al-Sharif", une autre appellation donnée à l'esplanade des Mosquées, a-t-il conclu.   
    Il a également appelé les différentes parties au calme "Aujourd'hui nous appelons au calme, à la modération, et à ce que les voix de la tolérance l'emportent sur les pourvoyeurs de haine". 
    Donald Trump présente la loi signée pour le déplacement de l'ambassade U.S. à Jérusalem 

    Vidéo de l'annonce faite par le président américain sur Jérusalem : 
    Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo 
       
    Jerusalem 
    Les réactions à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l'Etat juif
    Les réactions n'ont pas tardé. Plusieurs pays, comme les Philippines, la Tchéquie et la Hongrie ont annoncé qu'ils allaient suivre l'exemple des Etats-Unis et déplacer leur ambassade à Jérusalem, répondant ainsi à l'appel du premier ministre israélien de suivre l'exemple des Etats-Unis en reconnaissant Jérusalem comme capitale d'Israël et en y transférant leurs ambassades. Aucun pays n'a pour l'instant son ambassade en Israël à Jérusalem. 
    Le premier ministre israélien salue un "jour historique" après l'annonce de Trump sur Jérusalem
    "Ceci est un jour historique", a dit M. Netanyahu. Jérusalem "est la capitale du peuple juif depuis 3.000 ans, c'est la capitale d'Israël depuis presque 70 ans".
    "Le peuple juif et l'Etat juif seront à jamais reconnaissants", a-t-il dit dans un enregistrement vidéo diffusé immédiatement après la déclaration de M. Trump.
    Cette décision "est un important pas vers la paix", a ajouté le Premier ministre.
    M. Netanyahu a aussi affirmé que la décision du président américain ne changerait rien en ce qui concerne les lieux saints des trois grandes religions monothéistes à Jérusalem, affirmant l'engagement israélien à maintenir le "statu quo".
    "Je veux aussi qu'il soit bien clair: il n'y aura aucun changement d'aucune sorte au statu quo sur les lieux saints", a-t-il assuré. "Israël veillera à toujours faire respecter la liberté de culte des juifs, des chrétiens et des musulmans".  
    M. Netanyahu tentait ainsi de dissiper les inquiétudes, notamment des musulmans, de voir Israël exercer son contrôle sur les lieux saints à la faveur de l'annonce de M. Trump.
    Jérusalem abrite des lieux sacrés pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, dont le troisième lieu saint de l'islam, l'esplanade des Mosquées.
     "Je partage l'engagement du président Trump d'oeuvrer à la paix entre Israël et tous ses voisins, y compris les Palestiniens", a-t-il dit.  
    Réaction très négative de  l'Autorité Palestinienne
    Le président palestinien Mahmoud Abbas a réagi en affirmant que les Etats-Unis ne pouvaient plus jouer leur rôle historique de médiateur de paix avec les Israéliens, après l'annonce par le président Donald Trump de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.
    "Par ces décisions déplorables, les Etats-Unis sapent délibérément tous les efforts de paix et proclament qu'ils abandonnent le rôle de sponsor du processus de paix qu'ils ont joué au cours des dernières décennies", a dit M. Abbas à la télévision palestinienne.
    Selon lui, l'annonce de M. Trump "ne changera rien à la situation de la ville de Jérusalem, la capitale éternelle de l'Etat de Palestine".
    Les dirigeants palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, occupée puis annexée par Israël en 1967, comme la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.
    La communauté internationale n'a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et considère Jérusalem-Est comme un territoire occupé. Israël proclame tout Jérusalem, Ouest et Est, comme sa capitale "éternelle et indivisible".
    Le processus de paix israélo-palestinien est au point mort depuis plus de trois ans et la question de Jérusalem est l'une des principales pierres d'achoppement.
    De son côté, le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, a déclaré que M. Trump avait "détruit" la solution dite à deux Etats en annonçant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.
    "Malheureusement, le président Trump vient tout juste de détruire la perspective de deux Etats", palestinien et israélien, a-t-il dit à des journalistes. M. Trump a aussi "disqualifié les Etats-Unis d'Amérique de tout rôle dans un quelconque processus de paix".
    La décision de Donald Trump "ouvre les portes de l'enfer", affirme le Hamas 
    Dans la bande de Gaza, le mouvement islamiste palestinien Hamas, considéré par Israël et les Etats-Unis comme une organisation "terroriste", a affirmé que la décision de M. Trump ouvrait "les portes de l'enfer pour les intérêts américains dans la région".
    Ismaïl Radouane, un haut responsable du Hamas s'exprimant devant des journalistes, a appelé les pays arabes et musulmans à "couper les liens économiques et politiques" avec les ambassades américaines, et à expulser les ambassadeurs américains.    
    Le Jihad islamique décrète la fin des "accords d'Oslo" 
    L'Attaché de presse du « Jihad islamique » dans la bande de Gaza, Shahad Daoud, a exhorté l'ONU à annuler les accords d'Oslo et tous les accords qui régissaient jusqu'à présent les relations entre Israël et l'Autorité palestinienne.   
    La décision US aura des "répercussions catastrophiques", prévient le Hezbollah
    Le bloc parlementaire du Hezbollah a mis en garde jeudi contre des "répercussions catastrophiques" après la reconnaissance officielle de Jérusalem comme capitale d'Israël par le président Donald Trump.
    "La décision américaine aura des répercussions catastrophiques qui menaceront la stabilité et la sécurité", a mis en garde le bloc, à l'issue de sa réunion hebdomadaire.
    Al-Akhbar, quotidien libanais proche du Hezbollah, avait donné le ton dès jeudi matin en titrant "Mort à l'Amérique".  
    "Aujourd'hui en Palestine, il y a une résistance capable, autonome, qui possède des milliers de roquettes qui peuvent frapper Tel Aviv", avertit le journal. 
    Nasrallah, le chef du Hezbollah, dénonce une "nouvelle déclaration Balfour"
    Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a dénoncé jeudi 7 décembre la reconnaissance officielle de Jérusalem comme capitale d'Israël par le président Donald Trump, estimant qu'il s'agit d'une seconde "nouvelle déclaration Balfour".
    "Nous sommes en présence d'une nouvelle déclaration Balfour, alors que nous avons commémoré le centenaire de la déclaration en question, il y a moins d'un an", a dénoncé le leader chiite, lors d'un discours télévisé retransmis en direct.
    La déclaration Balfour avait préfiguré la création de l'État d'Israël. Pour les Palestiniens, cette déclaration a porté en germe la nakba (catastrophe) que représente pour eux la proclamation de l'État hébreu en 1948, marquée par la fuite ou l'expulsion de 750 000 d'entre eux et suivie par 70 ans de conflit israélo-palestinien.
    "Une fois que nous aurons réalisé les dangers des répercussions de la décision (de Trump), nous allons agir et ne pas écouter les voix qui diront que ce qui s'est passé est insignifiant", a affirmé le chef du Hezbollah. Pour lui, les Etats-Unis "ne respectent ni les lois internationales, ni les conventions, ni les textes qu'ils ont eux-mêmes signés. Ils font fi de ce que les Etats arabes, européens, la Russie, le Canada, ou les autres pays leur disent." "Il n'y a plus d'obstacles devant le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu", a-t-il regretté.
    Sans Jérusalem, il n'y a plus de cause palestinienne, avertit Hassan Nasrallah :
    "Jérusalem est au cœur de la cause palestinienne. Si on exclut Jérusalem de cette cause, il n'en restera plus rien", a prévenu le leader chiite. "Aujourd'hui, Trump dit à la nation arabe : +Il n'y a plus de cause palestinienne+. Il dit qu'il n'y a que des individus palestiniens à qui il faut trouver un lieu de résidence", a dénoncé le chef du Hezbollah. "Quelle est la place de Jérusalem pour les Américains dans le processus de paix ? Aujourd'hui, ils ont rayé Jérusalem de l'équation", a-t-il ajouté.  
    Pour Nasrallah, la déclaration de Trump représente une insulte contre les musulmans et les chrétiens du monde.
    "La plupart des Etats refusent la décision de Trump. (...) Ils estiment qu'elle est une insulte à plus d'un milliard de musulmans de par le monde et à des centaines de millions de chrétiens. Ces derniers estiment que leur ville sacrée a été bradée, au profit d'un Etat sioniste artificiel, hypothéquant ainsi leur histoire et leur passé". "Nous sommes en présence d'un Etat (américain) qui ne respecte pas les lois internationales, mais qui fait la guerre à des peuples en les accusant de violer le droit international. Nous sommes en présence d'une administration américaine qui ne respecte pas ses engagements", a également dénoncé Hassan Nasrallah.
     
    Intifada 
    Le Hamas appelle à une nouvelle intifada
    Le mouvement islamiste Hamas a appelé jeudi 7 décembre à un nouveau soulèvement populaire palestinien après la décision du président américain.
    "On ne peut faire face à la politique sioniste soutenue par les Etats-Unis qu'en lançant une nouvelle intifada", a déclaré le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans un discours prononcé depuis la bande de Gaza.
    Incidents à la frontière entre Israël et Gaza : 2 Palestiniens blessés
    Deux Palestiniens ont été blessés, jeudi 7 décembre, dont l'un grièvement, lors d'affrontements entre des dizaines de jeunes palestiniens et l'armée israélienne, aux frontières de la Bande de Gaza.
    Achraf al-Qodra, porte-parole du ministère palestinien de la Santé, a déclaré, dans un communiqué qu'un jeune Palestinien avait été gravement blessé au ventre.
    Il a également relevé qu'un deuxième palestinien avait été atteint de blessures moyennement graves au niveau du pied, par les balles réelles tirées par l'armée israélienne contre les manifestants, à l'est de la ville de Khan Younes dans le sud de la Bande de Gaza.
    Des accrochages se sont déclenchés aux frontières est de la ville de Khan Younès, lors d'une manifestation contre la décision du président américain Donald Trump relative à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et le transfert de l'ambassade américaine de Tel Aviv vers Jérusalem.
    Les différents acteurs et factions palestiniens avaient appelé, mercredi 6 décembre, dans un communiqué conjoint, à manifester massivement dans les différentes villes de la Cisjordanie, contre la décision américaine.
    "Jour de la colère" à Jérusalem, Ramallah, Hébron, Bethléhem et de nombreuses autres localités palestiniennes  
    (De notre correspondant en Israël, Nathan R.)
    Jeudi 7 décembre, des manifestations ont eu lieu à Hébron, à Jérusalem, à Naplouse et dans d'autres localités de l'Autorité palestinienne (AP).
    Des sources palestiniennes rapportent que les affrontements avec les forces de sécurité israéliennes ont fait plus d'une centaine de victimes. 
    Plusieurs centaines de jeunes Palestiniens se sont rassemblés près de la porte de Naplouse à Jérusalem. Ils ont lancé des pierres et des bouteilles d'eau sur les soldats et la policiers israéliens et ont scandé des slogans anti-israéliens et anti-américains. Le service de presse de la police a signalé l'interpellation de trois personnes.
    À 17h00, la station de radio "Kan Bet" a rapporté que la situation près de la vieille ville était sous contrôle. 
    Des affrontements avec des soldats israéliens ont eu lieu à Shuaffat. Les forces de sécurité ont été forcées d'utiliser des moyens spéciaux pour disperser les manifestations.
    Selon des sources palestiniennes, un enfant de cinq ans a été blessé à la tête par une balle en caoutchouc. 
    Sur la place Shahid à Naplouse, un rassemblement a eu lieu, au cours duquel le gouverneur de la ville Akram Rajub a pris la parole pour demander à la population de
    protéger Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa. 
    Selon Safa, à Hébron, les militaires ont utilisé des balles en caoutchouc, des grenades paralysantes et du gaz lacrymogène contre les manifestants qui leur jetaient des pierres.
    Plusieurs manifestants ont du recevoir une assistance médicale dans le cadre d'un «empoisonnement au gaz lacrymogène», ou des abrasions diverses obtenues lors d'une bagarre avec des gardes-frontières et des soldats. 
    Des affrontements entre militaires et Palestiniens ont également eu lieu dans la région d'Hébron, dans le district de Bab-az-Zavia. 
    À Ramallah, les participants à la marche de protestation ont condamné l'Égypte et l'Arabie saoudite, qui, à leur avis, ne défendaient pas suffisamment les intérêts du peuple palestinien face à la Maison-Blanche. Lors du rassemblement on a même entendu des slogans selon lesquels "la déclaration de Trump sur Jérusalem" était le résultat de "la collusion des Américains avec les responsables arabes."
    Près du village d'Al Bira, les Palestiniens ont brûlé des pneus, jeté des pierres sur les voitures et bloqué les routes. 
    Pour faire face à l'extension des émeutes dans les localités palestiniennes, les Forces de Défense Israéliennes (FDI) ont décidé, jeudi 7 décembre, d'augmenter leurs effectifs de plusieurs bataillons Cisjordanie. De plus, le nombre de policiers et de gardes-frontières à Jérusalem a été fortement renforcé à la veille de la prière du vendredi sur l'esplanade des Mosquées.
    Fermeture du checkpoint israélien Gilboa
    (De notre correspondant en Israël, Nathan R.)
    Le service de presse du ministère de la Défense a signalé que, en raison des émeutes qui ont éclaté dans la zone du poste de contrôle de Gilboa, l'activité du point de contrôle a été suspendue. 
    La décision de rouvrir le poste de contrôle sera prise par les forces de sécurité, en fonction de la situation. 
    Selon le ministère de la Défense, plusieurs dizaines d'Arabes ont jeté des pierres sur les militaires assurant le travail du checkpoint.  
    Témoin de la tension ambiante, les habitants d'Ashdod et Ashkelon inquiétés par le passage du mur du son d'un avion militaire  
    (De notre correspondant en Israël, Nathan R.
    Jeudi 7 décembre, les habitants d'Ashdod et d'Ashkelon ont rapporté un bruit similaire à une explosion alors que les sirènes d'alarme pour prévenir des attaques de missiles n'avaient pas retenti.   Le service de presse de Tsahal a indiqué que l'armée n'avait pas d'informations sur des incidents sécuritaires dans la région.
    La police n'a pas noté d'incidents dans le sud d'Israël non plus. 
    Il pourrait en fait s'agir du passage du mur du son par un avion militaire, mais compte-tenu de la tension ambiante qui règne dans le pays, les nerfs sont à fleur de peau.  
    Les sirènes d'alarme "Tzeva Adom" retentissent pour de bon près de la frontière avec Gaza
    Entre 18H13 et 18H14 les sirènes d'alarme "Enfer de Tzeva" ont retenti dans les colonies situées près de la frontière de la bande de Gaza pour mettre en garde contre un éventuel bombardement de missiles ou de mortiers. 
    L'alarme a retenti sur le territoire des conseils locaux Hof Ashkelon et Shaar HaNegev. 
    Les résidents locaux ont indiqué avoir entendu une ou deux explosions sans pouvoir préciser si les explosions ont eu lieu dans la bande de Gaza ou le territoire israélien. Le service de presse de Tsahal a confirmé avoir enregistré le lancement de deux missiles depuis le territoire de Gaza en direction d'Israël. Les soldats et la police  passaient en début de soirée le territoire au peigne fin à la recherche de l'endroit où ont pu tomber les missiles. 
     
    puissancesregionales 
    Les puissances régionales vont en profiter pour se poser en champion de la lutte pour la libération de la Palestine
    Turquie 
    Pour la Turquie, "la décision de Donald Trump est irresponsable".  
    "Nous condamnons la déclaration irresponsable de l'administration américaine (...) cette décision est contraire au droit international et aux résolutions de l'ONU", a réagi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu sur Twitter.
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé jeudi 7 décembre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par son homologue américain, estimant que cette décision plongeait la région "dans un cercle de feu".
    "Prendre une telle décision met le monde, et spécialement la région, dans un cercle de feu", a déclaré M. Erdogan à la presse à Ankara avant de s'envoler pour la Grèce où il doit effectuer une visite officielle.
    "Ô Trump, que fais-tu ? Quelle est cette approche ? Les responsables politiques doivent œuvrer pour la réconciliation et non pas pour le chaos", a-t-il ajouté.
    M. Erdogan avait averti mercredi que lareconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par Washington "ferait le jeu des groupes terroristes".
    "J'adresse d'ici un appel au monde entier: gardez-vous de prendre toute mesure qui viserait à modifier le statut juridique" de Jérusalem, avait aussi déclaré M. Erdogan à l'issue d'un entretien à Ankara avec le roi Abdallah II de Jordanie.
    "Personne n'a le droit de jouer avec le destin de milliards de personnes pour satisfaire ses envies personnelles", avait mis en garde le dirigeant turc, affirmant que Jérusalem était"la prunelle des yeux de tous les musulmans".
    La présidence turque avait annoncé plus tôt que M. Erdogan avait invité les dirigeants des pays musulmans pour un sommet à Istanbul le 13 décembre axé sur la question de Jérusalem. Le sommet doit réunir des dirigeants des 57 pays membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) dont la Turquie est la présidente en exercice.
    Dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères a averti que la décision américaine aurait "des conséquences négatives sur la paix et la stabilité de la région" et risquait de "détruire complètement les bases pour la paix".
    "Nous appelons l'administration américaine a reconsidérer sa décision erronée, qui pourrait aboutir à des résultats très négatifs", a-t-il ajouté.
    A noter que la Turquie et Israël avaient normalisé leurs relations en 2016, après une crise diplomatique déclenchée en 2010 par un raid israélien contre un navire d'une ONG en direction de la bande de Gaza, qui avait fait dix morts parmi les activistes turcs.
    Les deux parties ont intensifié leur coopération depuis, notamment dans le domaine de l'énergie, mais M. Erdogan, défenseur de la cause palestinienne, a continué à critiquer régulièrement la politique israélienne.
    Pakistan
    Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a exprimé sa "forte opposition et condamnation" de la décision de Donald Trump concernant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu.
    "Le Pakistan partage la condamnation  internationale et est profondément inquiet des implications de cette décision sur la paix et la sécurité internationale, particulièrement au Moyen orient. Le Pakistan demande au Conseil de Sécurité de l'ONU de prendre conscience de cette situation et de prendre les mesures conformes à la Charte des Nations Unies."   
    Iran :
    L'Iran a condamné la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.
    Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé dans un communiqué une "provocation et une décision insensée de la part des Etats-Unis (...) qui va provoquer une nouvelle Intifada et pousser à des comportements plus radicaux et à davantage de colère et de violence".
    La décision de M. Trump est une "violation claire des résolutions internationales", a-t-il ajouté en estimant que Jérusalem était "une partie intégrante de la Palestine".
    "L'Iran condamne cette démarche avec force et exhorte la communauté internationale, les pays influents et en particulier les pays musulmans à empêcher l'application de cette décision des Etats-Unis, qui ne bénéficie qu'au régime sioniste, afin de préserver la stabilité de la région", a poursuivi le ministère.
    Egypte
    Le ministère égyptien des Affaires étrangères a condamné la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d'Israël et le déplacement de son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. 
    Dans une déclaration publiée peu de temps après le discours du président américain à Washington, le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré que de telles décisions unilatérales violaient les résolutions internationales. 
    "L'Egypte est extrêmement préoccupée par l'impact éventuel de la décision de Trump sur la stabilité de la région", a ajouté le ministère, ajoutant que la décision américaine enflamme le monde arabe et musulman considérant le statut spirituel, culturel et historique de Jérusalem. 
    La déclaration indique que la décision de Trump ne changera pas le statut légal de Jérusalem en tant que ville occupée, se référant à un certain nombre de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU concernant cette question, notamment la résolution No.242 / 1967 exigeant qu'Israël se retire des territoires occupés.
    en 1967, y compris Jérusalem. 
    Le ministère a également fait référence à la résolution n ° 478/1980 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui rejette la décision du gouvernement israélien d'annexer Jérusalem et de déclarer la ville comme capitale officielle. 
    La déclaration mentionne également la résolution No.2334 / 2016, qui stipule que le Conseil ne reconnaît pas les changements apportés aux frontières d'Israël après 1967, autres que ceux convenus par les deux parties à travers des négociations. 
    La déclaration indique que la décision des Etats-Unis aura un impact "hautement négatif" sur le processus de paix israélo-palestinien, étant donné que le statut de Jérusalem est une question à traiter dans les dernières étapes du processus de paix, avec son destin à
    être déterminé par les parties concernées. 
    Le ministère a également mis en garde contre le danger que représente le mouvement de Trump pour les efforts actuels visant à reprendre les pourparlers de paix entre les Israéliens et les Palestiniens afin de créer un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. 
    Arabie saoudite
    La position de l'Arabie saoudite est la plus délicate. Riyad n'a rien pu faire moins que de regretter la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Le Palais royai la juge "injustifiée et irresponsable" dans un communiqué du cité par les médias d'Etat.
    "Le royaume exprime de profonds regrets après la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Il a déjà mis en garde contre les graves conséquences que peut avoir cette décision injustifiée et irresponsable", a souligné le communiqué.
    Le roi Salmane d'Arabie saoudite avait déjà mis en garde mercredi 6 décembre contre les conséquences d'une telle décision parlant d'un "pas dangereux" susceptible de provoquer la colère des musulmans à travers le monde.
    Avant l'annonce du président américain, les relations entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis s'étaient nettement réchauffées depuis l'élection de M. Trump qui a effectué son premier déplacement à l'étranger à Riyad en mai dernier. En dépit des relations traditionnellement solides entre les pays, Riyad voyait d'un mauvais œil la politique moyen-orientale de l'ancien président Barack Obama perçue comme favorable à l'Iran, le rival chiite de l'Arabie saoudite. Israël et l'Arabie saoudite n'ont pas de relations diplomatiques.
     
    PaysMusulmans 
    Condamnation des autres pays musulmans
    Le sultanat d'Oman
    Le Sultanat d'Oman a réagi à la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale d'Israël. Le ministère des Affaires étrangères a publié la déclaration suivante :
    Le Sultanat exprime son profond regret devant la décision du président américain Donald Trump à propos de Jérusalem et souligne qu'une telle décision est inutile et que ces questions devraient être laissées aux parties palestiniennes et israéliennes pour négocier dans le cadre des négociations sur le statut final.
    "Le Sultanat appelle la communauté internationale à respecter les dispositions du droit international et à ne prendre aucune décision ou mesure contraire aux résolutions de la légitimité internationale, notamment la résolution 242 du Conseil de sécurité, qui affirme que les territoires occupés par Israël après juin 5, 1967 sont des territoires occupés. " 
    Malaisie
    Le Premier ministre malaisien Najib Razak a appelé jeudi 7 décembre les musulmans du monde entier à s'opposer à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.
    "J'appelle tous les musulmans du monde à faire entendre leur voix, à dire clairement que nous nous opposons fortement à toute reconnaissance de Jérusalem comme étant la capitale de toute éternité d'Israël", a-t-il dit au lendemain de l'annonce de Donald Trump.
    Irak  
    L'Irak demande aux USA de faire marche arrière sur Jérusalem.
    Le gouvernement irakien a demandé jeudi 7 décembre aux Etats-Unis de revenir sur leur décision de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël.
    "Nous mettons en garde contre les dangereuses répercussions de cette décision sur la stabilité de la région et du monde", déclare le gouvernement irakien dans un communiqué.
    "L'administration américaine doit revenir sur sa décision pour stopper toute escalade dangereuse susceptible d'alimenter l'extrémisme et de créer les conditions favorables au terrorisme", ajoute-t-il.
    Menaces des miliciens chiites irakiens contre les soldats US en Irak et de la CIA contre les milices iraniennes et pro-iraniennes 
    (De notre correspondant en Irak
    Les miliciens chiites irakiens promettent de se venger sur les soldats américains présents en Irak.
    La milice chiite pro-iranienne Harakat Al-Hezbollah alNujaba a déclaré qu'elle considérait comme légitime de mener une opération contre les soldats américains en Irak.
    La milice est forte d'environ 10.000 combattants.  
    « L'imbécile de Trump a déclaré Jérusalem capitale de l'entité sioniste. Cela nous donnera la motivation pour effacer l'entité sioniste de la face du Moyen-Orient, » a déclaré le chef de la milice, Akram al-Kaabi. 
    Quelques jours avant la déclaration de Donald Trump, le directeur de la CIA Mike Pompeo avait émis un avertissement aux dirigeants iraniens, et en particulier au commandant de la division « Al-Qods » , l'unité d'élite du Corps des gardiens de la révolution islamique (DGRI), le général Qassem Soleimani. 
    « Nous lui avons dit que nous considérerons l'Iran responsable des attentats contre des intérêts américains en Irak par les forces iraniennes et pro-iraniennes. Nous voulons que tout soit clair. »,  a dit le chef de la CIA. 
    Emirats Arabes Unis 
    Les Emirats arabes unis ont également exprimé leur désaccord par la voix de leur ministère des Affaires étrangères.
    "Le ministère a exprimé sa vive préoccupation concernant les répercussions de cette décision sur la stabilité de la région car elle attise l'émotion des peuples arabes et musulmans compte tenu du statut de Jérusalem dans l'esprit des Arabes et des musulmans", ajoute le communiqué.
    Algérie
    L'Algérie a condamné "avec force" la reconnaissance officielle de Jérusalem comme capitale d'Israël par le président Donald Trump mercredi, selon l'agence d'Etat algérienne APS, citant un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères.
    Cette "grave décision (...) constitue une violation flagrante des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité (de l'ONU) et de la légalité internationale", indique le ministère des Affaires étrangères.
    "C'est avec une très grande préoccupation que l'Algérie a pris connaissance de la décision de l'administration américaine de reconnaître El-Qods Echarif (Jérusalem la bénie) comme capitale d'Israël", poursuit-il dans son communiqué.
     
    peureux 
    Les pays qui réprouvent par crainte des conséquences sécuritaires ou commerciales   
    La décision de Donald Trump s'est attirée la réprobation, voire la condamnation, d'un grand nombre de pays, dont de nombreux membres de l'Union européenne. Les raisons invoquées sont les plus diverses mais la plupart de ces pays sont apeurés par les risques de déflagration au sein de la communauté musulmane, très importante dans chacun d'eux et aussi par crainte des conséquences sur le plan des relations commerciales avec les riches pays pétroliers.  
    Sur le plan diplomatique, les chancelleries vont devoir faire preuve de prouesses diplomatiques pour se sortir du bras de fer qui va désormais se jouer entre Israël qui choisira ses amis selon qu'ils déplacent leur ambassade ou non et les pays musulmans qui feront exactement de même mais dans l'autre sens. 
    Huit pays demandent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité
    Huit pays, dont quatre européens, deux sud-américains et deux africains, ont demandé mercredi 6 décembre une réunion d'urgence du Conseil de sécurité après la décision de Donald Trump de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël, selon des diplomates.
    "Les missions de Bolivie, d'Egypte, de France, d'Italie, du Sénégal, de Suède, du Royaume-Uni et d'Uruguay demandent à la présidence" japonaise du Conseil de sécurité "d'organiser une réunion d'urgence du Conseil, avec un exposé du secrétaire général, avant la fin de la semaine", indique un communiqué de la mission suédoise. Le Conseil de sécurité compte 15 membres.   
     
    manifestations 
    Premières manifestations à travers le monde 
    Turquie
    Des centaines de personnes ont manifesté mercredi 6 décembre, bruyamment mais pacifiquement, devant le consulat américain à Istanbul contre la décision du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.
    Environ 1.500 personnes se sont rassemblées près du Bosphore, à l'extérieur de l'enceinte diplomatique américaine très protégée. La police a bouclé la zone à l'aide de barricades, a indiqué un correspondant de l'AFP.
    Le slogan "Palestine libre" a été peint au mur du consulat et des manifestants ont jeté des bouteilles en plastique vers le bâtiment. Un bout de papier avec une représentation du drapeau d'Israël a également été brûlé.
    Agitant des drapeaux palestiniens et allumant des fusées éclairantes, les manifestants ont scandé "Américains assassins, partez du Moyen-Orient", "à bas l'Amérique!" et ont exhorté le groupe palestinien Hamas à "frapper Israël".
    Un regroupement similaire a eu lieu devant l'ambassade des Etats-Unis à Ankara, la capitale turque, où les manifestants ont brandi des photos du président turc Recep Tayyip Erdogan.
    Maroc
    L'ambassade américaine à Rabat a appelé ses ressortissants au Maroc à la vigilance après la décision de Trump relative à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et au transfert de son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.
    Un communiqué de l'ambassade, publié sur son site électronique, souligne que « la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël et la décision de transfert de son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, pourrait aboutir à des protestations susceptibles de passer à la violence ».
    L'ambassade américaine a appelé ses ressortissants, dans ce contexte, à la nécessité d'être vigilants et de préserver leur sécurité en suivant les instructions des autorités locales ».
    Elle les a également appelés à éviter de se rendre aux zones où ont lieu des manifestations et de s'approcher des rassemblements de protestation.
    Liban
    Une journée de grève a été observée dans les camps palestiniens d'Aïn el-Héloué et de Miyé-Miyé, au Liban-sud en signe de protestation contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître la ville de Jérusalem comme capitale d'Israël, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).  Les institutions et les écoles du camp ont fermé leurs portes.
    Manifestations également en Tunisie 
    Des milliers de personnes ont manifesté jeudi 7 décembre en Tunisie contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, et les parlementaires ont appelé à une mobilisation nationale vendredi.
    Dans le centre de Tunis, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, à l'appel de partis de gauche et groupes islamistes, aux cris de "Nous sommes tous Palestiniens", et "Trump soit maudit".
    Entre 100 et 200 manifestants, qui avaient tenté de se diriger vers l'ambassade américaine, en ont été empêchés par la police, selon un journaliste de l'AFP sur place. Plusieurs dizaines de minibus de police étaient déployés et toutes les routes alentours coupées.
    A Sfax (centre-est), deuxième ville de Tunisie, environ un millier de manifestants sont descendus dans la rue. "Avec notre âme, avec notre sang, nous nous sacrifions pour la Palestine", ont-ils scandé.
    Au Parlement, les députés ont voté un texte demandant aux "pouvoirs arabes et musulmans d'assumer leur responsabilité historique afin que la décision (américaine) ne soit pas mise à exécution".
    Ils ont appelé "tout le peuple à participer largement à la manifestation nationale" vendredi en Tunisie.
    La puissante centrale syndicale UGTT et le parti islamiste Ennahda, qui fait partie de la coalition gouvernementale, ont appelé à participer à cette manifestation.
    Les taxis ont prévu d'arborer un signe de solidarité tandis que le syndicat des journalistes a décidé de relancer "l'initiative de boycott des produits américains et sionistes".
    et en Jordanie 
    En Jordanie, des centaines de manifestants ont brûlé des photos du président Donald Trump et le drapeau américain près de l'ambassade des Etats-Unis à Amman. "Pas d'ambassade américaine sur le sol jordanien", ont-ils crié en scandant également "Mort à Israël". Des protestations sont également prévues vendredi dans le royaume après la prière musulmane hebdomadaire.

     

  • Déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem - en live à 19H

    Imprimer
    Israël-Cisjordanie-Gaza 
    Jerusalem
    Déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem - en attente   
    Nous attendons de connaître la déclaration exacte du président américain Donald Trump avant de publier les réactions, les commentaires et analyses à ce sujet.
    Le président américain Donald Trump, qui s'apprêtait mercredi à reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, a cependant estimé, peu avant son discours, qu'une décision sur ce sujet aurait du être prise "depuis longtemps".
    "Nous avons une annonce importante à faire (...) et je pense qu'elle aurait dû être faite depuis longtemps", a déclaré M. Trump. "Beaucoup de présidents ont dit qu'ils feraient quelque chose et ils n'ont rien fait", a-t-il ajouté, dans une allusion à la promesse de plusieurs de ses prédécesseurs de déplacer l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem.   
    La déclaration de Donald Trump devrait avoir lieu à 19H (heure française) - Pour la suivre en direct, cliquer sur ce lien ci-dessous :
    https://youtu.be/GIYjrQrieZY 
    Liste des pays et organisations qui ont mis en garde Donald Trump contre le transfert de l'ambassade U.S. à Jérusalem :
    *Jordanie *France *Turquie *Émirats arabes unis *Arabie saoudite *Égypte *Qatar *Palestine *Maroc *Koweït *Allemagne *Ligue arabe *Irak *al-Azhar
    Et cette liste ne cesse de s'allonger.   
    Message d'alerte
    Le consulat américain à Jérusalem publie un message d'alerte pour les citoyens américains avant l'annonce de Donald Trump concernant le déplacement de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem. Ce message est valable pour tous les touristes présents sur place.
     

     

  • Aririvée de Donald Trump au pouvoir - Premières conséquences sur les relations israélo-palestiniennes

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 23 janvier 2017
    Extrait de la 562ème newsletter publiée le 22 janvier 2017.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Avec l'entrée en fonction de l'administration Trump, nous devrions parler beaucoup plus du dossier israélo-palestinien, car la façon dont il sera traité par la nouvelle administration donnera une idée de la philosophie de sa politique étrangère : la force ou la diplomatie ?

    Lire la suite