Tehrik-i-Taliban (TTP)

  • Pakistan : Islamabad s'inquiète de la recrudescence de l'activité terroriste des talibans pakistanais

    Imprimer

    La victoire des talibans afghans en Afghanistan a dynamisé les mouvements jihadistes dans la région et fait craindre qu'une reprise de l'insurrection islamiste ne menace les investissements étrangers, en particulier ceux liés à l'initiative chinoise baptisée "Route de la Soie".

    Depuis la prise de Kaboul par les talibans, il y a eu une augmentation significative des attaques contre les forces de sécurité pakistanaises par le mouvement islamique radical  Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP).

    Le TTP est le groupe terroriste le plus redouté du Pakistan. Il a des liens idéologiques avec les talibans afghans. Il a déjà revendiqué des centaines d'attaques contre des cibles militaires et civiles mais ses actions se sont multipliées récemment contre les forces de sécurité pakistanaises.

    Le TTP a organisé 53 attaques du 1er janvier au 30 juin 2021, selon le "Pakistan Institute of Peace Studies" (PIPS), un groupe de réflexion d'Islamabad. Du 1er juillet au 15 septembre, le TTP est passé à 55 attaques impliquant des kamikazes, des engins explosifs en bordure de route, des tirs de snipers et des embuscades.

    Selon Muhammad Amir Rana, directeur du PIPS, la victoire des talibans afghans a enhardi les militants islamiques, y compris ceux du TTP, et leur a remonté le moral.

    Formé en décembre 2007 avec la fusion de plus petites formations militantes, le TTP s'effondrait sous une répression pakistanaise soutenue qui a forcé sa re-localisation en Afghanistan en 2014.

    Les choses ont été aggravées par la mort des dirigeants successifs du TTP lors d'attaques de drones américains et de divisions internes. Dernièrement, cependant, la victoire des talibans afghans a convaincu les différents groupes du TTP de mettre fin à leurs différences.

    Un rapport du Conseil de sécurité des Nations Unies en juin 2021 a estimé qu'il y avait entre 2 500 et 6 000 combattants du TTP du côté afghan de la frontière. En août, les talibans afghans ont libéré des milliers de prisonniers, principalement des militants, dont des dirigeants du TTP comme son ancien numéro deux, Maulvi Faqir Mohammad.

    "Le retour au Pakistan des militants et la libération de prisonniers ont augmenté la capacité et la force militaire du TTP, entravant les efforts pakistanais pour éradiquer le terrorisme à l'intérieur de ses frontières", a déclaré Rana

    Islamabad et Pékin ont tous deux tenu le TTP pour responsable d'un attentat-suicide le 14 juillet 2021 qui a tué neuf ingénieurs chinois travaillant sur un projet hydroélectrique dans le district de Kohistan au Pakistan. "Davantage de Chinois ou de projets chinois pourraient être attaqués afin d'augmenter la pression sur le gouvernement pakistanais", a rapporté le 18 septembre le Global Times, porte-parole du Parti communiste chinois, citant des experts chinois en matière de sécurité.

    La recrudescence du terrorisme a contraint la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre à annuler les tournées de cricket au Pakistan pour des raisons de sécurité. 

    Le Premier ministre Imran Khan a déclaré dans une interview le 24 septembre 2021 que le Pakistan était "extrêmement préoccupé" par les menaces terroristes en provenance d'Afghanistan, en particulier du TTP, et a tenu le groupe pour responsable de la plupart des attaques contre des citoyens chinois. "Le Pakistan travaillera avec les autorités afghanes pour mettre un terme au TTP et à d'autres actes de terrorisme en provenance d'Afghanistan", a-t-il déclaré.

    Le TTP a des sanctuaires le long de la frontière commune dans les provinces de Kunar et de Nangarhar, mais il est peu probable que les talibans afghans répondent aux demandes d'Islamabad de les débusquer et de rapatrier de force les combattants réticents à retourner au Pakistan.

    "Les talibans afghans n'ont jamais soulevé d'objections ni tenté d'empêcher le TTP de mener des attaques à l'intérieur du Pakistan malgré des liens étroits avec les agences de renseignement pakistanaises", a déclaré Abdul Bari, un ancien responsable de la sécurité afghan qui a servi dans la province de Nangarhar. « De même, le TTP ne s'est jamais opposé à l'alliance des talibans afghans avec le Pakistan.

    Islamabad espère affaiblir le TTP en persuadant les militants islamiques de rentrer de Kunar et Nangarhar, où ils ont fui avec leurs familles pour échapper aux opérations militaires pakistanaises qui ont rasé leurs maisons en 2014.

    La semaine dernière, le président pakistanais Arif Alvi et son ministre des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi, ont déclaré que le gouvernement pardonnerait au groupe si ses membres déposaient les armes, abandonnaient leur idéologie militante et respectaient la constitution.

    Le TTP a rejeté l'ouverture d'amnistie d'Islamabad à moins qu'elle ne s'accompagne d'un engagement à imposer les lois islamiques dans tout le pays. "Des pardons sont généralement offerts à ceux qui commettent des crimes, mais nous sommes assez fiers de notre combat", a déclaré le TTP dans un communiqué.

    Iftikhar Firdous, un analyste de la sécurité basé à Peshawar, a déclaré que le TTP avait rejeté l'offre d'Islamabad parce qu'il bénéficiait de la protection des talibans afghans, et aussi "parce qu'il a toujours la capacité de mener des attaques dans différentes parties du pays".

    Bien que certains groupes plus petits semblent prêts à déposer les armes, Firdous ne s'attend pas à ce que quiconque dans le TTP s'assoie pour des négociations si leurs demandes ne sont pas acceptées, "aussi déraisonnables soient-elles".

    La plupart des observateurs s'accordent à dire que l'expulsion du TTP d'Afghanistan ne serait pas facile pour les talibans afghans.

    "Islamabad devrait savoir que le TTP, al-Qaida et d'autres groupes militants transnationaux font partie d'un réseau jihadiste plus large avec un programme mondial similaire, et ils ont aidé les talibans afghans à capturer la plupart des régions de l'Afghanistan", a déclaré Bari.

    "Si les talibans afghans tentaient d'écraser les sanctuaires du TTP sous la pression d'Islamabad, ils pourraient rejoindre l'État islamique-Khurasan (IS-K) qui mène des actions armées au gouvernement nouvellement formé des talibans à Kaboul."

     

  • Pakistan : Sept soldats pakistanais tués dans une attaque revendiquée par le Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP)

    Imprimer

    Sept soldats ont été tués dans une attaque revendiquée par les talibans pakistanais dans la région tribale du Nord-Waziristan, ont indiqué des sources militaires.

    L'attaque a été menée dans la région d'Asman Manza pendant la nuit.

    Le Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP) a revendiqué l'attaque. Déjà, le 13 septembre, un attentat-suicide du TTP dans le Sud-Waziristan avait coûté la vie à un soldat.

    Les régions tribales du nord-ouest du Pakistan ont longtemps servi de sanctuaires aux groupes islamiques radicaux.

    Pendant des années, l'armée a mené des opérations pour nettoyer la zone des militants et de nombreux combattants ont traversé l'Afghanistan ou se sont cachés dans le terrain montagneux.

    Les dernières attaques dans le nord et le sud du Waziristan surviennent un mois après que les talibans afghans ont renversé le gouvernement de Kaboul soutenu par l'Occident.

    Des responsables pakistanais ont rencontré des dirigeants talibans afghans ces dernières semaines, exigeant apparemment que le groupe islamiste pur et dur contrôle les militants du TTP et s'abstiennent de lui fournir un sanctuaire du côté de la frontière afghane.

  • Pakistan : Quatre morts dans un attentat suicide anti-chiite près de la frontière afghane

    Imprimer

    Un kamikaze à moto s'est fait exploser dimanche à Quetta, dans le sud-ouest du Pakistan, tuant au moins quatre paramilitaires pakistanais, dont des civils, a annoncé la police.
    E-fm2H5WQAALxV_.jpeg

    Le kamikaze a pris pour cible des membres des Frontier Corps dans le quartier de Mian Ghundi de la ville de Mastung, située près de la frontière afghane, au moment où des marchands issus de la communauté chiite Hazara étaient en train de vendre des légumes.

    Trois paramilitaires ont été tués sur le coup et un quatrième a succombé un peu plus tard à ses blessures, a précisé à l'AFP un haut responsable de la police, Azhar Akram. Dix-sept autres ont été blessés ainsi que deux civils, a-t-il ajouté. Trois d'entre eux se trouvent actuellement dans un état critique. Un porte-parole de la section antiterroriste de la police pakistanaise a confirmé l'attaque.
    E-fm2IGWQAAYTBf.jpeg

    Les chiites Hazaras, minoritaires dans un pays majoritairement sunnite, sont régulièrement victimes d'attentats commis par des islamistes sunnites, qui les considèrent comme hérétiques. Les paramilitaires chargés de surveiller et contrôler la frontière afghano-pakistanaise essuient depuis plusieurs années des attaques dans cette région du Balouchistan où sévissent des militants séparatistes réclamant davantage d'autonomie.

    A noter que les forces de sécurité s'attendent à une multiplication de ces attaques depuis que de nombreux militants sunnites radicaux pakistanais ont pris le large lors que les talibans afghans ont libéré les prisonniers détenus dans les prisons afghanes. 

    Trafic de matériel sensible d'Afghanistan vers le Pakistan
    Plusieurs camions tentant de faire passer en contrebande du matériel militaire et d'autres objets de valeur vers le Pakistan ont été interceptés. L'interception a eu lieu à Angur Adda, province de Paktika, près de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan. Les articles comprenaient du matériel militaire, des portes blindées, du fer, des pierres, des articles électroniques.
    E-g3Xy4WUActP2S.jpeg

  • Pakistan L'émir des talibans pakistanais renouvelle son allégeance aux talibans afghans

    Imprimer

    Mehsud Nur Wali.jpegNoor Wali Mehsud (photo), l'émir du Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP), a renouvelé son serment d'allégeance à l'Émirat islamique d'Afghanistan des Taliban. M. Mehsud célèbre également la "victoire historique et bénie" des talibans dans une déclaration d'une page publiée sur les médias sociaux et le site Web du TTP.

    Mehsud décrit la vicoir des talibans face au gouvernement afghan soutenu par les États-Unis comme une "victoire" pour "l'ensemble de l'oumma musulmane" (ou communauté mondiale des musulmans), ajoutant que "l'avenir de l'ensemble de l'oumma islamique en dépend". Il "renouvelle" l'"allégeance" du TTP à l'émirat islamique" d'Afghanistan, promettant que ses hommes "n'épargneront aucun sacrifice pour la stabilité et le développement" de l'émirat restauré.

    Mehsud félicite spécifiquement l'"émir des fidèles" des talibans, Haibatullah Akhundzada, ainsi que ses adjoints, en nommant Sirajuddin Haqqani (émir adjoint de l'émirat islamique), Muhammad Yaqub Sahib (autre adjoint) et le chef du bureau politique, Mullah Baradar.

    L'émir du TTP cite la "grande et exemplaire persévérance" de l'Émirat islamique, affirmant que cela a conduit à une victoire. "En conséquence, pendant vingt ans, loué soit Allah, nous avons vaincu le grand tyran des temps modernes [les États-Unis] et ses esclaves et couronné toute la Oumma islamique et surtout le peuple afghan moudjahid et ghazi", écrit Mehsud.

    Le TTP est étroitement affilié à Al-Qaïda et dispose d'une importante empreinte en Afghanistan. Le groupe mène de fréquentes attaques terroristes au Pakistan.

    Rappelons qu'en début de semaine, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, avait, à l'occasion de sa première conférence de presse, promis "à tous les pays du monde qu'aucune menace ne sera posée à aucun pays à partir de l'Afghanistan". Les talibans ont longtemps répété cette affirmation, alors même que le TTP et d'autres groupes terroristes internationaux continuent d'utiliser le sol afghan comme sanctuaire pour planifier leurs attaques dans leurs pays d'origine ou d'autres pays.

    Les talibans afghans ont libéré des milliers de prisonniers lorsqu'ils ont envahi le pays, parmi lesquels de nombreux membres du TTP. 

     

  • Afghanistan : Evolution sécuritaire - mise à jour au fur et à mesure des évènements

    Imprimer

    Tout ça pour ça !
    En vingt ans de guerre entre les forces internationales et les talibans, les pertes sont les suivantes :
    Militaires américains  : 2 448
    Contractuels américains : 3 846
    Alliés des Etats-Unis : 1 144.
    Travailleurs humanitaires : 444
    Journalistes : 72
    Militaires et policiers afghans : 66 000
    Civils afghans : 47 245
    Talibans et autres insurgés :  51 191
    (Chiffres jusqu'en avril 2021 : projet Brown University Costs of War.)

    Parmi les alliés des Etats-Unis, on compte 90 Français tués, tandis que 400 autres ont été blessés :

    E88JrA9XEAgMKAI.jpegE82mkQtXIAQgboo.jpeg
    Le 18 août 2008, il y a presque 13 ans, 10 soldats français tombaient dans l'embuscade d'Uzbeen. Parmi les 10 soldats décédés, se trouvaient 8 soldats du 8è RPIMA. Les deux autres sont un légionnaire et un soldat du Régiment de marche du Tchad (RMT). Ils ont vendu chèrement leur peau, tuant une quarantaine de talibans.
    E86H8GcXEAcb8mA.jpeg

    Aujourd'hui, nous pensons à leurs familles…

    Chaos à l'aéroport de Kaboul - les vols commerciaux suspendus

    L'aéroport de Kaboul est plongé dans le chaos alors que des milliers de personnes tentent de fuir. La rumeurs s'était propagée selon laquelle les pays occidentaux n'imposaient plus de visas aux réfugiés afghans et beaucoup ont voulu saisir leur chance. Malheureusement, ils  se sont vite rendus compte que ces mêmes pays allaient les abandonner, n'évacuant pratiquement que les ressortissants occidentaux.

    En effet, Les vols civils au départ de l'aéroport de Kaboul ont été suspendus indéfiniment, l'espace aérien au-dessus de l'Afghanistan étant fermé.

    United Airlines, British Airways et Virgin Atlantic ont déclaré qu'elles n'utilisaient plus l'espace aérien du pays.

    Une porte-parole de United a déclaré que le changement affectait plusieurs des vols de la compagnie aérienne entre les États-Unis et l'Inde.

    Le site Web de suivi des vols FlightRadar24 a montré peu de vols commerciaux au-dessus de l'Afghanistan à 03h00 GMT le 16 août, mais de nombreux avions survolaient le Pakistan et l'Iran voisins.

    En juillet, la Federal Aviation Administration des États-Unis a imposé des restrictions de vol au-dessus de l'Afghanistan pour les compagnies aériennes américaines et d'autres opérateurs américains.

    Dès que la nouvelle de la présence des talibans à la périphérie de Kaboul a éclaté, la question de la mise en sécurité du personnel des ambassades étrangères a commencé à se poser. La rapidité avec laquelle Kaboul est tombée a pris tout le monde de court, et notamment les services de renseignement occidentaux. Du coup, les plans d'évacuation n'étaient pas prêts pour une intervention aussi urgente.

    Il a fallu à la va-vite s'organiser pour transférer les diplomates et le personnel des ambassades à l'aéroport international de Kaboul.

    Le personnel des missions diplomatiques américaine, française, allemande, saoudienne et d'autres missions diplomatiques a pu être transféré à l'aéroport et quitter définitivement l'Afghanistan, sans être inquiété par les talibans. Mais de nombreux étrangers n'ont pu atteindre l'aéroport, la plupart de ses accès étant bloqués par les talibans ou des bandits se faisant passer pour des talibans.
    E83Vd9HXsAc3J_o.jpeg

    Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a approuvé  l'envoi de 1 000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan, pour un total de 6 000 soldats américains qui seront bientôt dans le pays. Actuellement, il y a environ 3 000 soldats américains en Afghanistan.

    Leur mission principale est la sécurité de l'aéroport international de Kaboul, qui est le point d'entrée pour les troupes et le point de sortie pour le personnel de l'ambassade américaine et les Afghans qui quittent le pays.

    Selon des sources talibanes, un accord a été conclu avec les États-Unis  selon lequel les forces américaines prendraient en charge la sécurité de l'aéroport de Kaboul tandis que les talibans resteront à l'extérieur de l'aéroport et ce, jusqu'à la date fixée.

    L'armée américaine aura la capacité maximale de déplacer environ 5 000 personnes par jour hors de l'aéroport international de Kaboul, bien qu'elle ne soit pas encore en mesure de déplacer ce nombre, a déclaré le responsable. Ils atteindront cette capacité « en quelques jours ».

    A l'aéroport même, la situation est vite devenue chaotique, des centaines de personnes ont envahi le tarmac de l'unique piste et tentaient de prendre d'assaut les avions, même lorsque ceux-ci faisaient mouvement pour décoller. Pour garantir l'évacuation en toute sécurité de leurs citoyens, les forces américaines ont du tirer en l'air pour repousser la foule. Vidéo. - Autre vidéo.

    Des vidéos ont montré la chute de personnes ayant tenté de s'accrocher à différentes parties d'un avion au moment où celui)ci décollait. 

    "La foule était hors de contrôle", a déclaré le responsable à Reuters par téléphone. "Le tir n'a été fait que pour désamorcer le chaos." Selon l'armée américaine, sept personnes ont trouvé la mort dans le chaos qui régnait à l'aéroport.

    Plusieurs incidents à l'aéroport
    Il y a eu des incidents de sécurité à l'aéroport ou à proximité, a déclaré le responsable. Dans la journée du lundi 16 août, des Marines ont du ouvrir le feu et tuer deux hommes armés à l'aéroport international de Kaboul. Ces hommes armés, au nombre d'au moins deux, s'étaient approchés des troupes américaines de manière menaçante.
    E87bQMqWEAIvXkL.jpeg

    Les Marines ont également du intervenir pour protéger des femmes afghanes menacées par les Afghans près de l'aéroport.
    Les forces turques sont également sur place et participent aux efforts de sécurisation de l'aéroport. Le responsable n'a pas pu dire si les forces turques avaient été engagées dans des échanges de tirs.
    6D_eRS_K.jpegE86x4guX0AoSxgB.jpegIncident à la frontière ouzbèke : un avion militaire afghan abattu par la défense aérienne ouzbeke
    Un avion militaire afghan a été abattu par la défense- aérienne ouzbeke et s'est écrasé à Surkhandarya après avoir traversé la frontière avec l'Ouzbékistan, a déclaré lundi le ministère ouzbek de la Défense. L'avion abattu est un A-29 "Super Tucano" livré par les Etats-Unis à l'armée afghane. Apparemment, les pilotes tentaient de fuir vers l'Ouzbekistan, mais ils ne se sont pas identifiés correctement. Au moins un des membres de l'équipage a survécu et est soigné par des médecins militaires ouzbeks.
    E86m17zWQAMVk9W.jpeg

    Lendemain de la chute de Kaboul
    Les talibans sont partout. On les voit à bord des chars et des HumVees de fabrication américaine et autres véhicules militaires dans les rues de Kaboul relativement désertes. Les  talibans semblent vouloir que la vie revienne à la normale au plus tôt. 
    E848N_gWYAArcc-.jpeg

    Les talibans se dépêchent de mettre en place une nouvelle administration. A Kaboul, le mollah Shirin, un ancien proche collaborateur du mollah Omar, a été nommé gouverneur de Kaboul. Shirin a été chef de la commission militaire des talibans et garde du mollah Omar.

    Les talibans semblent avoir mis en place leur propre service 911 à Kaboul.
    Ils ont publié des numéros de téléphone que les habitants de Kaboul peuvent appeler en cas de menace ou d'urgence.
    E82u5L1WUAYXNM9.jpegDes chefs talibans locaux à Kaboul ont rencontré des sikhs et des hindous afghans dans le district de Gurdwara à Kaboul .
    Les talibans les ont assurés qu'ils seront en sécurité et leur ont demandé de ne pas quitter l'Afghanistan.

    On signale cependant quelques incidents. A Kaboul, les talibans ont envahi les maisons d'au moins deux femmes journalistes, ce lundi 16 août. L'une a réussi à s'échapper, l'autre est inaccessible pour l'instant.
    A Jalalabad, des talibans ont attaqué le bureau du Hizb-e-Islami et dégradé des affiches d'Hekmatyar. Ils ont également pris les armes des gardes du bureau, selon un dirigeant du Hizb-e-Islami. On ne sait pas si ces talibans ont agi sur ordre de leur organisation ou s'ils étaient tout simplement hors de contrôle de leurs dirigeants.
    Malgré les déclarations apaisantes des dirigeants talibans, il faut s'attendre à une répression dans les prochains jours. En effet, les talibans auront bientôt accès aux fichiers du QG des services de renseignement afghans, le NDS, s'ils ne l'ont pas déjà fait. Cela signifie que de nombreux informateurs pourraient être compromis, traqués et exécutés.  Les talibans n'aiment pas les espions.

    Polémique aux Etats-Unis 
    Mis en question, le renseignement américain a déclaré avoir prédit avec précision la prise de contrôle rapide de l'Afghanistan par les talibans, mais regrette que l'administration Biden ait ignoré ses rapports.
    « L'évaluation de la communauté du renseignement a toujours été précise ; ils l'ont simplement ignorée", a déclaré un responsable à ABC News, parlant de l'administration Biden.

    Fils Massoud.jpegLe fils du commandant Massoud appelle à la résistance
    Ahmad Massoud (photo ci-contre), fils du commandant Ahmed Shah Massoud assassiné en 2001 par al-Qaïda, a appelé, lundi 16 août 2021, ses compatriotes à le rejoindre pour résister aux talibans qui sont en train de prendre le pouvoir en Afghanistan, tout en pressant les "amis de la liberté" étrangers d'aider son pays.

    Le fils du héros de la résistance anti-soviétique qui lutta ensuite contre les talibans, affirme vouloir faire "sien" le combat de son père pour la liberté, alors que "la tyrannie triomphe en Afghanistan".

    "Mes compagnons d'armes et moi allons donner notre sang, avec tous les Afghans libres qui refusent la servitude et que j'appelle à me rejoindre dans notre bastion du Panjshir, qui est la dernière région libre de notre pays à l'agonie", lance-t-il à l'adresse des Afghans "de toutes régions et de toutes tribus".

    Il estime que "malgré la débâcle totale", "tout n'est pas perdu". "Nous sommes, Afghans, dans la situation de l'Europe en 1940", écrit-il, dans ce texte citant Winston Churchill et le général Charles de Gaulle, pour plaider la cause de la résistance auprès des occidentaux notamment : "Je m'adresse à vous tous, en France, en Europe, en Amérique, dans le monde arabe, ailleurs, qui nous avez tant aidés dans notre combat pour la liberté, contre les Soviétiques jadis, contre les Talibans il y a vingt ans : allez-vous, chers amis de la liberté, nous aider une nouvelle fois comme par le passé ? Notre confiance en vous, malgré la trahison de certains, est grande".

    "Soyez, amis de la liberté, le plus nombreux possible à nos côtés.", déclare-t-il dans cet appel à soutenir la résistance adressé aux Afghans restés dans le pays, comme à ceux de l'étranger et aux occidentaux. 

    Il a été rejoint au Panjshir par Amrullah Saleh, vice-président d'Afghanistan avant la prise de pouvoir des talibans. Sur la photo Ahmad Massoud, Amrullah Saleh et quelques autres commandants discutant des moyens d'organiser la résistance aux talibans.
    E86OhoJWUAAMMPo.jpeg

    Mulawi Faqir Muhammad.jpegBaitullah Mehsud.jpegDes islamistes pakistanais libérés par les talibans
    780 combattants talibans pakistanais - TTP -, y compris des commandants clés, ont été libérés des prison afghanes par les talibans, en particulier de la prison de Bagram et de celle de Pul-e-Charkhi.
    Des membres du "Tehrek-e-Taliban Pakistan" (TTP) pakistanais et les membres de la tribu Mamund se sont rendus dans la province afghane de Kunar pour acclamer le chef adjoint et fondateur du TTP, Muhammad (photo de gauche), libéré de Kaboul par les talibans afghans avec un autre dirigeant du TTP, Emir Baitullah Mehsud (photo de droite).
    Mulawi Faqir Muhammad est un aîné tribal influent en dehors du fait d'être un haut dirigeant du TTP. Il a affirmé Faqir publiquement avoir des liens étroits avec le chef d'Al-Qaïda Ayman al Zawahiri
    Rappelons que "Tehrek-e-Taliban Pakistan" (TTP ) a annoncé le 7 août 2021 avoir fusionné avec un groupe affilié à al-Qaeda, autrefois dirigé par Ustad Aslam. C'est le neuvième groupe djihadiste à rejoindre le TTP depuis juillet 2020".
    "La fusion du groupe Ustad Aslam avec le TTP a permis à ce dernier de bénéficier des experts les plus qualifiés en matière de terrorisme urbain. Ils sont maintenant sous les ordres du TTP". 

    Les islamistes à travers le monde crient "victoire"
    Les nombreux groupes affiliés ou proches d'al-Qaïda ont crié "victoire" dès qu'a été connue la nouvelle de la chute de Kaboul aux mains des talibans.
    Le provocateur islamiste Idriss Sihamedi a explosé de joie en apprenant la victoire des Talibans.
    Shamedi.jpeg

    ikx_F3Ct.jpegLe fondateur de l'association BarakaCity (photo ci-contre), dissoute en France,  se réjouit du retour des talibans. 

    A Gaza, le groupe djihadiste Jaysh al-Ummah, pro-al-Qaida, a distribué des bonbons pour célébrer la conquête de Kaboul par les talibans.

    A noter que le Hamas et les talibans entretiennent également des liens étroits.
    Ci-dessous, une photo de la réunion qui a eu lieu en mai 2021 entre le Hamas et les dirigeants talibans.
    Taliban-Hamas.jpeg

    En Syrie, le groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda mais qui s'en était officiellement écarté pour acquérir une respectabilité internationale, a félicité les talibans pour leur victoire en Afghanistan.
    E81gKy3XMAIOxM5.png

    Le Mufti général du Sultanat d'Oman a également fait une déclaration pour féliciter le peuple frère musulman afghan pour la nette conquête et la chère victoire sur les Américains. 

    Qui reconnaîtra le régime des talibans ?
    La Chine a été le premier pays à faire part de sa décision. Elle s'est dit prête à développer des "relations amicales" avec les talibans afghans

     
  • Pakistan : troubles au Baloutchistan, un attentat et un enlèvement

    Imprimer

    Le gouvernement de la province pakistanaise du Baloutchistan a annoncé qu'au moins 2 policiers avaient été tués et 21 personnes, dont 12 officiers, blessées à la suite d'une explosion le dimanche 8 août 2021 dans la capitale provinciale, Quetta. Le même jour, le Département de lutte contre le terrorisme du Baloutchistan a annoncé avoir tué 5 personnes impliquées dans l' enlèvement et la mort du chef du Parti nationaliste Awami, Malik Ubaidullah Kasi, dans la ville de Pishin.

    L'attentat de Quetta visait un fourgon de police sur la place Tanzeem, près de l'hôtel Serena. L'explosion a été provoquée par une bombe placée sur une moto. Au moment de l'explosion, il y avait plusieurs policiers dans le fourgon. L'explosion a également blessé des passants. Pour le moment, l'attaque n'a pas encore été revendiquée. Les agences de sécurité ont isolé la zone de l'attaque et lancé une chasse à l'homme pour arrêter l'auteur.

    Quant au cas de Malik Ubaidullah Kasi, l'homme politique kidnappé contre rançon à Quetta, dans le district de Kuchal, en juin dernier, son corps a été retrouvé le 5 août dernier près d'un camp de réfugiés afghans à Pishin. La police a investi la planque des auteurs et trouvé des mitrailleuses, des grenades à main et des pistolets. Cinq des ravisseurs ont été tués dans une fusillade avec la police. Selon l'Associated Press, Kasi est le premier homme politique à avoir été kidnappé contre rançon au Baloutchistan, où les enlèvements sont fréquents.

    Le Baloutchistan, situé à la frontière avec l'Iran et l'Afghanistan, est la plus grande province du Pakistan, ainsi que la moins peuplée et la moins développée. Son territoire est riche en ressources naturelles et les habitants se plaignent de ne pas recevoir une partie des richesses provenant du gaz et des minéraux exploités. Divers groupes armés sont actifs sur le territoire du Baloutchistan. Parmi ceux-ci, il y a les groupes séparatistes de l'ethnie baloutche qui, depuis des années, mènent des insurrections dans la région. On trouve également des groupes islamistes radicaux et des talibans pakistanais. Ces dernières années, les séparatistes baloutches se sont distingués par des attaques contre le projet de corridor économique sino-pakistanais (CPEC),

    À la lumière de ces attaques, Islamabad a envoyé des renforts dans la province pour contrer la violence et l'armée a intensifié sa lutte contre les différents groupes armés opérant dans la région, sans pour autant parvenir à stopper les attaques terroristes. Le  21 avril 2021, par exemple, Quetta a été le théâtre d'un attentat contre un hôtel qui accueillait l'ambassadeur de Chine dans le pays, Nong Rong, et qui a fait 5 morts et 12 blessés. L'attaque a été revendiquée par l'organisation talibane pakistanaise, connue sous le nom de Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP). Mais pour le gouvernement pakistanais, l'attentat perpétré à la voiture piégée est l'œuvre d'une  « main étrangère » . 
    750px-Balochistan_in_Pakistan_claims_hatched.svg_-800x450_center_center.png

  • Pakistan : Un Chinois blessé par des tirs

    Imprimer

    Un ressortissant chinois a été blessé lors d'un incident de tir à Karachi au Pakistan mercredi 28 juillet 2021, selon des sources chinoises à Islamabad. Deux hommes armés à moto ont fait feu sur une voiture transportant deux Chinois travaillant dans une usine locale, dont l'un a été blessé à un bras par plusieurs balles. 

    «Il est dans un état stable et par chance n'a pas été touché à un organe vital», a déclaré à l'AFP Javed Akbar Riaz, chef de la police du district sud de Karachi.

    «La Chine suit attentivement ce dossier, qui fait encore l'objet d'investigations», a réagi Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. «Cet incident est un cas isolé», a-t-il ajouté. «Nous sommes absolument confiants que les autorités pakistanaises assureront la sécurité des ressortissants et des actifs chinois au Pakistan.»

    Vidéo

    Cette attaque survient exactement deux semaines après la mort de neuf Chinois dans un attentat contre un car qui transportait des ingénieurs, géomètres et personnels de maintenance mécanique travaillant à la construction du barrage de Dasu, dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest).

    Après avoir évoqué un accident, les autorités pakistanaises ont admis que des traces d'explosifs avaient été retrouvées sur place, mais sans pour l'instant fournir plus de détails.

    Pékin a été plus explicite, de récentes informations relayées par les médias d’État chinois accusant des militants ouïghours ou les talibans pakistanais d'être derrière cette attaque.

    La sécurité des employés chinois travaillant sur les différents projets d'infrastructure au Pakistan est depuis longtemps une préoccupation pour Pékin, qui a investi des milliards de dollars ces dernières années dans ce pays.

    Les projets financés par la Chine ont souvent créé un fort ressentiment au Pakistan, en particulier auprès des groupes séparatistes, qui estiment que la population locale n'en tire aucun bénéfice, la plupart des emplois revenant à de la main d’œuvre chinoise.

    En avril, le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais, avait revendiqué un attentat suicide contre un hôtel de luxe de Quetta (ouest), capitale de la province du Baloutchistan, dans lequel séjournait l'ambassadeur de Chine, qui n'avait pas été blessé.