Téhéran

  • Iran : Deux explosions ont secoué le quartier général de la milice Basij

    Imprimer

    Selon le site Iran International , dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 juillet, au moins deux explosions ont résonné dans le sud-est de Téhéran, où se trouve le quartier général de la milice Basij, qui fait partie du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Vidéo.

    Dans une vidéo qui a fait surface sur les réseaux sociaux, on peut voir du feu et de la fumée au-dessus du bâtiment du siège.

    La responsabilité des explosions a été revendiquée par les Mujahiddin Khalq, un groupe d'opposition opérant en Iran même. Les autorités iraniennes le considèrent comme un groupe terroriste.

  • Iran : Des manifestations anti-gouvernementales ont eu lieu à Téhéran et dans d'autres villes

    Imprimer

    Dimanche 12 juin 2022, des manifestations anti-gouvernementales ont eu lieu dans différentes villes iraniennes. La plus importante d'entre elles a eu lieu à Téhéran, où les participants ont scandé : "Notre ennemi, ce ne sont pas les États-Unis, mais le gouvernement". Vidéo.

    Dans la capitale, entrepreneurs et commerçants sont descendus dans la rue. Selon les médias officiels, plusieurs dizaines de personnes ont protesté contre l'intention du gouvernement d'introduire de nouvelles règles fiscales et de renforcer le contrôle des ventes dans le cadre de la lutte contre l'évasion fiscale.

    Des vidéos inédites sur les réseaux sociaux ont montré des centaines de personnes participant à la manifestation. Le journaliste iranien Babak Tagvai a écrit que la forte dépréciation de la monnaie nationale était la raison du mouvement de protestation. 

    A Ahvaz, des fonctionnaires, qui n'ont pas été payés depuis plusieurs mois, ont pris part à la manifestation.

    Des manifestations ont également eu lieu à Keredzh, Shiraz et au Kurdistan.

    Lien permanent Catégories : IRAN, Téhéran 0 commentaire
  • Iran : Six morts lors de manifestations

    Imprimer

    Le nombre de morts lors des manifestations en Iran est passé à six. Des manifestations, outre Téhéran, ont lieu dans les provinces du Khouzistan, d'Ispahan, du Lorestan, de Cheharmehal et de Bakhtiaria.

    Les protestations ont été provoquées par une forte hausse des prix des denrées alimentaires de base : pain, huile végétale, lait, viande de poulet ont augmenté de 300 %. Cependant, les appels au renversement du régime des ayatollahs se sont ajoutés assez rapidement aux slogans économiques. Les manifestants scandent "mort au dictateur !"

    Le destinataire de ces malédictions, l'ayatollah Ali Khamenei, a admis il y a quelques jours que des manifestations avaient lieu en Iran, et a reconnu certaines des revendications comme justifiées. Dans le même temps, il a appelé les travailleurs à s'unir et à ne pas se laisser diriger par des ennemis extérieurs qui sèment la discorde.

  • Iran : Manifestations à Téhéran aux cris de "mort au dictateur"

    Imprimer

    Lundi 26 juillet, une manifestation antigouvernementale a eu lieu à Téhéran sous le prétexte de la sécheresse dans le sud-ouest du pays.

    Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent une colonne de centaines de personnes circulant le long de l'avenue de la République islamique, scandant : "Mort au dictateur !"

    Selon l'agence FarsNews une cinquantaine de personnes ont participé à la manifestation, et qu'elle avait été provoquée par une panne de courant dans le centre commercial. Le site Internet de la BBC en persan a également rapporté que la raison de la manifestation était une panne de courant.

    Cependant, des manifestations ont lieu dans le pays pour le 11e jour consécutif.

     

    Lien permanent Catégories : IRAN, Problème de l'eau, Téhéran 0 commentaire
  • Iran : Une forte explosion secoue Téhéran

    Imprimer

    Les autorités ont ouvert une enquête samedi 10 juillet 2021 après une explosion nocturne survenue dans un parc de Téhéran sans faire de dégâts ni de victimes, rapportent plusieurs médias iraniens.

    L'explosion s'est produite à 00h52 au parc Mellat, dans le Nord de la capitale, selon Hamidréza Goudarzi, gouverneur adjoint de Téhéran. 

    "L'origine de l'explosion fait l'objet d'une enquête. (L'explosion) n'a causé aucun dégât matériel ni aucune perte humaine", a déclaré M. Goudarzi, cité par le site internet de la télévision d'Etat. De même source, M. Goudarzi, interrogé sur l'hypothèse d'un "attentat terroriste", a simplement répondu que les résultats de l'enquête seraient rendus publics "après qu'on sera certain" de ce qui s'est passé.

    Selon un journaliste de la télévision d'Etat s'étant rendu sur place, la détonation aurait été causée par une "bombe assourdissante" ayant explosé dans un coin du parc "sans bâtiments ni installations". Les pompiers de Téhéran ont indiqué avoir envoyé plusieurs équipes sur les lieux mais que celles-ci n'avaient trouvé trace d'aucun feu ni d'aucun débris.

    Le park Mellat est situé a proximité du siège de la radio-télévision publique iranienne (IRIB).

    Lien permanent Catégories : IRAN, Téhéran 0 commentaire
  • Iran : Les Européens abandonnent leur projet de résolution à l'AIEA

    Imprimer

    Les Européens ont finalement décidé de ne pas soumettre la résolution contre l'Iran qu'ils avaient annoncé au Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques.

    Appuyé par les Etats-Unis, ce texte de l'Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne condamnait la décision de Téhéran de suspendre certaines inspections de son programme nucléaire. Il ne sera pas soumis au vote, ont indiqué à l'AFP plusieurs diplomates basés à Vienne, tandis que l'AIEA annonçait une conférence de presse de son directeur général, Rafael Grossi, à 12H00 heure locale (11H00 GMT).

    "Nous laissons du temps à la diplomatie. Des initiatives ont été lancées par M.Grossi" et l'Iran a fait preuve d'"un peu" de bonne volonté, a expliqué une de ces sources, sans souhaiter donner plus de détails à ce stade.

    Le journal iranian ultraconservateur Vatan-é Emrouz a écrit mardi, sans citer de source, que le président Hassan Rohani avait donné l'ordre de suspendre la production d'uranium métal dans l'usine d'Ispahan (centre). Le gouvernement n'a pas démenti ces informations.

    L'Iran avait annoncé en février avoir débuté la production d'uranium métal pour alimenter son réacteur de recherche à Téhéran, dépassant ainsi les limites fixées par l'accord nucléaire de 2015. Le sujet est sensible car cette matière peut être utilisée dans la fabrication d'armes nucléaires, même si la République islamique a toujours nié vouloir se doter de la bombe.

    Le "plan d'action global commun" (PAGC), communément désigné par son acronyme anglophone JCPOA, ne tient plus qu'à un fil depuis le retrait américain en 2018 à l'initiative de Donald Trump, et le rétablissement des sanctions. Le nouvel hôte de la Maison Blanche, Joe Biden, a promis de revenir dans son giron "si" l'Iran respectait à nouveau le contrat. Mais à l'inverse Téhéran, qui exige au préalable une levée des mesures punitives qui asphyxient son économie, a franchi ces dernières semaines un nouveau cran dans son désengagement du JCPOA (passage à un niveau d'enrichissement d'uranium de 20%, production d'uranium métal et limitation des inspections).

    Saïd Khatibzadeh.jpgTéhéran salue une avancée diplomatique
    L'Iran a salué jeudi la décision des Européens d'abandonner un projet de résolution à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui critiquait la République islamique pour son programme nucléaire.

    "L'évolution d'aujourd'hui peut maintenir ouverte la voie de la diplomatie amorcée par l'Iran et l'AIEA", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Saïd Khatibzadeh (photo), dans un communiqué.

  • Iran : Un "kamikaze" arrêté à Téhéran, selon la police

    Imprimer

    Un homme portant des explosifs a été arrêté la semaine passée près de la capitale iranienne, a affirmé mercredi 24 février 2021 le chef de la police de Téhéran.

    L'individu, un Iranien, "avait sur lui un pistolet et des explosifs" au moment de son arrestation à un péage à l'extérieur de la ville, a affirmé le général Hossein Rahimi, selon Iribnews, le site internet de la télévision d'Etat. Selon M. Rahimi, la personne qualifiée de "kamikaze", dont l'identité n'a pas été divulguée, se trouvait à bord d'un taxi et son chauffeur la trouvant suspecte, avait signalé sa présence à la police.

    Un policier a réussi à s'approcher du suspect et à "désactiver" les explosifs qu'il avait sur lui, selon cette même source. L'individu a été arrêté. Le suspect a été manipulé par des "opposants" à la République islamique et devait "s'en prendre à plusieurs sites à Téhéran", a affirmé le général, sans donner plus de détails sur les affiliations politiques de la personne ou les lieux visés. L'Iran a été visé par plusieurs attentats suicide au cours des dernières années, en majorité revendiquées par des groupes sunnites extrémistes.

    Lien permanent Catégories : IRAN, Téhéran 0 commentaire