TCHETCHENIE

  • Tchétchénie : Le mufti de Tchétchénie qualifie le président français de terroriste et d'ennemi de tous les musulmans

    Imprimer

    Le  mufti de la république Salakh-Khadzhi Mezhiev, conseiller du chef de la Tchétchénie, a publié un communiqué condamnant les actions à la mémoire du professeur de français assassiné, au cours desquelles des caricatures du prophète Mahomet ont été montrées sur des bâtiments gouvernementaux.

    Dans sa déclaration, Mezhiev a qualifié le président français Emmanuel Macron de terroriste numéro 1 et ennemi de tous les musulmans.

    Rappelons que le 16 octobre, le professeur d'histoire Samuel Pati a été décapité dans la cour du collège. Le tueur est un jeune de 18 ans originaire de Moscou, Abdula Anzorov, qui a grandi dans une famille tchétchène qui a déménagé de Russie en France. Le motif du crime était que Pati, ayant parlé à ses disciples de la liberté d'expression, leur montra des caricatures du prophète Mahomet.

    Le crime a provoqué un choc en France. Le président Macron a déclaré qu'il s'agissait de la terreur des islamistes et a déclaré qu'il lutterait contre le séparatisme musulman. Il a refusé de condamner la publication des caricatures. L'enseignant a reçu à titre posthume la Légion d'honneur.

    Pour le dirigeant tchétchène, Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
    Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a violemment critiqué mardi la défense par le président français Emmanuel Macron des caricatures du prophète Mahomet, estimant qu'il pousse les musulmans "vers le terrorisme". Comparant M. Macron lui-même à un "terroriste", l'autoritaire dirigeant tchétchène a reproché au président français de "qualifier des actions qui sont offensantes pour près de deux milliards de musulmans du monde de +liberté d'expression+" et de vouloir "changer leur religion".

    "Je ne sais pas dans quel état se trouvait Macron lorsqu'il a fait cette déclaration, mais les conséquences d'une telle réaction peuvent être très tragiques", a poursuivi M. Kadyrov dans un long message sur sa chaîne Telegram. "Le président français lui-même devient désormais comme un terroriste. Soutenant les provocations, il appelle secrètement les musulmans à commettre des crimes", a-t-il ajouté. "Vous forcez les gens au terrorisme, poussez les gens vers lui, vous ne leur laissez pas le choix et vous créez toutes les conditions pour nourrir les idées extrémistes dans l'esprit des jeunes", a-t-il encore dit. Sommant M. Macron d'"arrêter les provocations et les attaques contre la foi avant qu'il ne soit trop tard", M. Kadyrov l'a qualifié de "chef de file et inspirateur du terrorisme" en France.

    Ramzan Kadyrov, critiqué pour les violations des droits humains dans la république russe à majorité musulmane qu'il dirige, a en outre semblé défendre l'auteur de l'assassinat du professeur français en estimant que ce dernier "se dirigeait sans relâche vers un tel sort" en "provoquant avec défi ses élèves". Lors de la publication des caricatures dans l'hebdomadaire français Charlie Hebdo en 2015, plusieurs centaines de millie

  • Tchétchénie : Deux membres de la sécurité tués lors d'une opération spéciale à Grozny

    Imprimer

    Deux membres des forces de l'ordre ont été tués lors d'une opération spéciale à Grozny , selon le centre d'information du Comité national antiterroriste ( NAC ).
    La veille, un groupe de militants armés avait été découvert dans le district d'Oktyabrsky et un régime de KTO (régime juridique approprié) a été mis en place.
    Les autorités de sécurité, ainsi que les forces spéciales Rosgvardia et la police ont alors encerclé la maison où se trouvaient les terroristes. Les deux morts appartenaient à la Rovsgvardia.
    "Les forces du quartier général opérationnel ont bloqué les bandits dans une maison privée. À la suggestion des forces de l'ordre de se rendre aux autorités, les bandits ont ouvert le feu avec des armes automatiques. Pendant la fusillade, quatre bandits ont été neutralisés", indique le communiqué.
    Le chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a déclaré que les criminels tués venaient de l'étranger et planifiaient des attaques dans la région.
    Le 11 octobre, deux militants avaient été liquidés en Tchétchénie lors d'une opération antiterroriste dans la région de Sernovodsk. Fin août, trois militants de l'Etat étaient blessés.
    Comme l'a rapporté le directeur du FSB , Alexander Bortnikov à la mi-juin, près de 160 attaques terroristes ont été déjouées en Russie au cours des dix dernières années, 43 en 2019 et plus de 20 cette année.

  • https://www.frontlive-chrono des vendredi 16 et samedi 17 novembre 2018

    Imprimer

    Vendredi 16 novembre 2018


     

    Samedi 17 novembre 2018


    • Arabie saoudite: La CIA accuse MBS d’être derrière le meurtre de Khashoggi

     

     

     

     

  • Frontlive-Chrono – Dimanche 19 et lundi 20 août 2018

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    • L’Arabie saoudite visée par un tir de missile des rebelles yéménites – Log in (19:09)
    • Belgique: On annonce la mort du jihadiste anversois Hicham Chaib – Log in (21:07)
    • Espagne : la police considère « terroriste » une attaque au couteau dans un commissariat – Log in (15:35)
    • Iran : Total s’est officiellement désengagé d’Iran – Log in (12:00)
    • Nigeria : une dizaine de morts dans des attaques de Boko Haram durant le weekend – Log in (14:30)
    • Syrie : Résumé des dernières activités militaires – Log in (19:40)
    • Tchétchénie : série d’attaques revendiquées par l’EI contre la police – Log in (18:51)
  • Frontlive-Chrono du 19 mai 2018

    Imprimer

    Articles parus sur Frontlive-Chrono le 19 mai 2018

    • Afghanistan: 11 morts dans un attentat contre un match de cricket – Abonnés
    • Arabie saoudite: Prince Mohammad Ben Salmane – Libre
    • L’Egypte érige une cloture autour du territoire de Rafah – Abonnés
    • Indonésie: Psychose du terrorisme : de fausses informations affirment que Daech a pénétré la société Uber Gojek – Abonnés
    • Indonésie: Le patron de Daech en Indonésie devrait être condamné à mort – Abonnés
    • Niger : Au moins 18 morts dans l’attaque d’un village près la frontière malienne – Abonnés
    • Russie: 4 rebelles, un policier tués lors d’une attaque contre une église en Tchétchénie – Abonnés
    • Syrie : Les forces françaises déploient 6 batteries d’artillerie dans des zones contrôlées par les Forces Démocratiques Syriennes – Abonnés

  • Irak : 300 femmes et enfants étrangers de l'EI transférés à Bagdad avant expulsion vers leur pays

    Imprimer
    Irak 
    femmesjihadistes
    300 femmes et enfants étrangers de l'EI transférés à Bagdad avant expulsion vers leur pays    
    Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul, ancienne "capitale" irakienne de l'Etat islamique (Daech), ont été transférés du nord de l'Irak vers Bagdad, "en vue de leur expulsion vers leur pays", a indiqué lundi 20 novembre à l'AFP un responsable.
    "Il s'agit de la deuxième vague et il y en aura encore deux ou trois autres", a précisé à l'AFP Noureddine Qablan, vice-président du Conseil provincial de Ninive. "Au total, plus de 1.200 membres de familles de jihadistes étrangers seront transférés" depuis le centre de rétention de Tel Keif, au nord de Mossoul, vers un centre de rétention de la capitale, a-t-il ajouté.
    Un haut responsable de la sécurité irakienne avait indiqué mi-septembre, à l'arrivée de ces familles à Tel Keif, qu'il s'agissait de 509 femmes et 813 enfants appartenant à 13 nationalités d'Europe, d'Asie et d'Amérique. Une source au sein du gouvernement irakien avait précisé à l'AFP qu'environ 300 femmes étaient de nationalité turque. Selon l'ONG Norwegian Refugee Council (NRC), qui réclame "un accès humanitaire à ces femmes et ces enfants", ils sont surtout originaires de Turquie, d'Azerbaïdjan, de Russie et du Tadjikistan.
    L'avenir des jihadistes capturés ainsi que de leurs familles fait l'objet de débats dans les pays d'origine.
    Les jihadistes français prisonniers en Irak seront jugés en Irak, a par exemple récemment affirmé le ministre français des Affaires étrangères, ajoutant que les enfants seraient traités "au cas par cas".
    En Syrie voisine toutefois, des responsables russes sont venus récupérer mi-novembre 13 femmes et 29 enfants tchétchènes dans la ville de Raqqa, ancienne "capitale" syrienne de l'EI reprise au groupe jihadiste en octobre.

    Jean René Belliard

  • Syrie : Les Kurdes ont remis à la Russie des familles des jihadistes tchétchènes

    Imprimer
    Syrie 
    Les Kurdes ont remis à la Russie des familles des jihadistes tchétchènes
    (De notre correspondant en Russie, Leonid R.)
    Les autorités kurdes du nord de la Syrie ont remis aux représentants de la Fédération de Russie des femmes et des enfants de jihadistes tchétchènes de l'État islamique.
    Ils avaient été capturés pendant les combats de Raqqa. 
    Au total, 13 femmes et 29 enfants ont été remis à la Russie. Ce sont tous des citoyens de la Fédération de Russie.
    Selon les Kurdes, aucun d'entre eux n'a pris part aux hostilités. 
    Des milliers de citoyens de pays européens, y compris des Russes, se sont battus dans les rangs de Daech.
    L'écrasante majorité des jihadistes originaires de la Fédération de Russie sont originaires du Caucase du Nord. Beaucoup de dirigeants du groupe islamiste étaient originaires du Caucase 
    Rappelons qu'un nombre important d'étrangers a été capturé par l'armée irakienne au cours des combats pour Mossoul. On estime à 1400 le nombre de femmes et d'enfants des jihadistes de Daech détenus par les forces irakiennes.
    Ils sont gardés dans un camp situé au sud de Mossoul. 
    La majorité des personnes détenues dans ce camp sont originaires de Turquie.
    Cependant,il y a parmi elles  un nombre important de citoyens d'États de l'ex-URSS : Russes, Azerbaïdjanais, Kirghizes, Ouzbèkes. 

    Jean René Belliard

    ptolemee@belliard74.com