Tatarstan

  • Russie : Les musulmans du Tatarstan demandent à ce que les vaccins russes soient conformes à la charia !

    Imprimer

    Le chef du Comité des normes halal de l'administration religieuse de la République russe du Tatarstan n'a pas exclu que les deux vaccins nationaux n'aient pas réussi le test halal.

    L'administration religieuse des musulmans de la République russe du Tatarstan a appelé les développeurs russes des vaccins «Spoutnik V» et «EpiVac Corona» contre le virus Corona, à divulguer les composants des deux vaccins afin de garantir leur conformité avec la charia.

    "Nous voulons nous assurer que les vaccins sont utiles pour les personnes, y compris les musulmans, et sont compatibles avec le halal", a déclaré Eric Zeganshin, chef du Comité des normes halal de l'administration religieuse du Tatarstan, cité par l'agence "Novosti".

    Zeganshin a expliqué que «si, par exemple, de la gélatine de porc est utilisée dans la production, même si ses effets ne se retrouvent pas dans le vaccin lui-même, cela affectera sa matière halal, car tout ce qui concerne le porc est interdit. 

    Il a ajouté que si les vaccins contiennent des composants interdits par l'Islam, le Conseil des érudits de l'administration religieuse des musulmans du Tatarstan se réunira pour décider si les croyants peuvent être vaccinés avec ces vaccins ou non, et la fatwa émise par eux sera efficace dans tous les pays de Russie.

    Zeganshin a souligné que 25 millions de musulmans vivent en Russie et que le Tatarstan est l'une des plus grandes régions islamiques du pays. Par conséquent, la demande de «certification halal» est due à «l'inquiétude pour les croyants».

    Il a ajouté que les musulmans des autres pays suivent le même principe et que ce mois-ci, un certain nombre de vaccins anti-Corona ont reçu un "certificat halal" en Indonésie et en Malaisie.

    Il y a 25 millions de musulmans vivant en Russie et le Tatarstan est l'une des plus grandes régions musulmanes du pays.

    Il est à noter que le cheikh Rawi Ainuddin, chef de l'administration religieuse des musulmans de Russie, a reçu le vaccin «Spoutnik V» plus tôt.

    Lien permanent Catégories : RUSSIE, Tatarstan 0 commentaire
  • Russie : Les Services de Sécurité russes ont arrêté une cellule terroriste du Hezb ut-tahrir al Islami au Kazan

    Imprimer

    Le Service fédéral de sécurité russe (FSB), en collaboration avec des unités du ministère de l'Intérieur et de Rosgvardia, a démantelé une cellule islamiste du Hizb ut-Tahrir al-Islami à Kazan, a rapporté le service de presse du Centre de relations publiques (DSP) du FSB.

    Cinq personnes ont été interpellées lors de cette opération spéciale. Elles sont accusées de vouloir créer un "califat mondial" et renverser le gouvernement par la violence.

    "Ils ont répandu leur idéologie terroriste parmi les résidents de la République du Tatarstan et recruté des musulmans dans leurs rangs", a déclaré le FSB.

    Lors des perquisitions, du matériel de propagande, des téléphones et des appareils électroniques ont été saisis au domicile des détenus.

     

     

  • Russie : La police abat un homme soupçonné d'avoir mené une attaque terroriste

    Imprimer

    Un policier de la région centrale du Tatarstan, en Russie, a abattu un homme qui avait agressé un autre policier au couteau. L'incident est considéré comme une tentative d'attentat terroriste, ont annoncé vendredi les autorités.

    L'assaillant, âgé de 16 ans (photo ci-dessus), avait poignardé un policier à trois reprises lors d'une attaque nocturne dans la ville de Kukmor, ont rapporté les enquêteurt. "L'autre policier a été contraint de tirer sur l'attaquant après avoir tiré des coups de semonce. L'attaquant est mort des suites de ses blessures avant l'arrivée du personnel médical", ont indiqué les enquêteurs.

    L'agence de presse russe Interfax a rapporté que le terroriste avait prévu de mettre le feu à un poste de police avant que la police n'intervienne. L'assaillant, un islamiste, a traité la police d '"infidèles" et crié "Allahu akbar" (en arabe pour "Allah est le plus grand") pendant l'attaque, selon les autorités locales.

    Le terroriste était originaire du territoire de l'Altaï. Il vivait à Neftekamsk (Bachkirie). En juillet, sa famille avait déménagé à Kukmor. Il a terminé la 9e année, avait un certificat d'enseignement général de base. On lui avait proposé de poursuivre ses études dans les collèges de la région de Kukmor ou des régions voisines, mais il a refusé, disant qu'il avait d'autres plans », a déclaré Alsu Mukhametova, chef du service de presse du ministère de l'Éducation du Tatarstan.

    L'administration spirituelle des musulmans du Tatarstan a fait remarquer que le jeune homme ne fréquentait pas les mosquées locales.

    Lien permanent Catégories : Kukmor (Tatarstan), RUSSIE, Tatarstan 0 commentaire
  • L'Etat islamique fait l'éloge posthume d'un membre important du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO) tué en Irak

    Imprimer
    Ouzbékistan 
    MIO
    L'Etat islamique fait l'éloge posthume d'un membre important du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO) tué en IrakAbdul-Hakim-al-Tatari.png
    Dans la dernière parution de son bulletin Al Naba, l'Etat islamique a fait l'éloge d'un combattant tatare russe mort en combattant à Baiji, en Irak, quelques jours seulement après son arrivée sur le champ de bataille.
    Avant de rejoindre l'État islamique, ce jihadistes avait fait une longue carrière au sein du Mouvement Islamique d'Ouzbékistan (MIO.  
    Un Tatar âgé de 53 ans 
    Selon le bulletin, Abdul Hakim al Tatari était âgé de 53 ans, ayant femme et enfants. Il avait rejoint le MIO il y a près de 15 ans après avoir quitté la Russie. On ne sait pas de quelle région de Russie il était originaire, cependant, sa kunya suggère qu'il était d'ethnie Tatar.
    La plupart des Tatars de Russie vivent au Tatarstan et au Bachkortostan. 
    Selon Al Naba, al-Tatari
    aurait combattu aux côtés du MIO dans les zones tribales pakistanaises avant de rejoindre l'État islamique en 2015 avec une grande partie du groupe. 
    L'émir du MIO, Usman Ghazi, avait fait allégeance à Abou Bakr al Baghdadi et  rejoint le groupe jihadiste Wilayat Khorasan, appartenant à l'Etat islamique. Peu après avoir rejoint l'État islamique, les partisans de Ghazi s'étaient joints à d'autres combattants de l'État islamique dans la province de Zabul, en Afghanistan, s'affrontant aux Talibans. Beaucoup de membres de l'Etat islamique, parmi lesquels Ghazi, ont été tués au cours d'affrontements avec les talibans. Mais des dissidents du MIO sont toujours en Afghanistan et se battent aux côtés des Talibans et d'al-Qaïda.
    A noter que le chef du Parti Islamique du Turkistan critique le califat "illégitime" de l'Etat islamique et la faction du Mouvement Islamique d'Ouzbékistan qui a rejoint l'EI. 
    Peu de temps après avoir rejoint Wilayat Khorasan, Al Tatari a gagné la Syrie avec sa femme, ses enfants et d'autres membres du groupe. Pour gagner la Syrie, le groupe est passé par le Waziristan, au Pakistan, en Afghanistan, puis de nouveau au Pakistan avant d'entrer en Iran et en Turquie.
    De Turquie, Tatari est entré en Syrie après un voyage de deux mois. 
    Le groupe a payé environ 2 000 $ par personne pour faire le voyage et payer les documents nécessaires.
    Le groupe aurait changé de véhicules près de 50 fois et marché pendant des dizaines de kilomètres. 
    Selon Al Naba, Al Tatari a demandé à être transféré en Irak quatre jours après son arrivée en Syrie et a rejoint les jihadistes combattant dans la ville de Baiji. C'est là qu'il a été tué au combat.
    Le bulletin ne donne pas la date exacte de sa mort, mais la ville a été reprise par l'armée irakienne et diverses milices soutenues par l'Iran en octobre 2015. 
    Al Naba a déjà publié la nécrologie de plusieurs militants morts en Irak ou en Syrie. Par exemple, Abou Omar al Turkistani, ancien commandant du Jihad islamique, tué par la frappe d'un drone américain en Syrie après avoir rejoint une unité d'Asie centrale affiliée à al-Qaïda à Edleb.