Tarmiyah

  • Irak : La coalition de milices chiites pro-iraniennes s'affrontent à des éléments de Daech au nord de Bagdad

    Imprimer

    Le Hashd al-Chaabi, une coalition de groupes chiites para-militaires irakiens pro-iraniens,  en coopération avec la 59e brigade de la sixième division de l'armée irakienne, affrontent les cellules de l'Etat islamique dans le district de Tarmiya, au nord de Bagdad. Vidéo des combats.

    L'un des principaux dirigeants de l'Etat islamique dans la région aurait été tué au cours des affrontements.

    L'opération conjointe serait une réponse à la récente attaque terroriste dans le nord de Bagdad. Le 31 juillet, l'explosion d'une bombe avait tué au moins deux personnes et blessé neuf autres. L'engin piégé avait explosé près d'un marché populaire du district de Tarmiya.

    Les jihadistes de l'Etat islamique ont multiplié leurs attaques dans diverses régions ces derniers temps.

    Le 9 août, des militants de l'Etat islamique ont attaqué un poste de contrôle de l'armée irakienne dans la ville de Makhmour, dans le gouvernorat d'Erbil.

    L'attaque aurait été déjouée et l'armée irakienne a réussi à faire exploser la moto du kamikaze avant qu'elle n'atteigne le poste de contrôle situé non loin du centre-ville.

    L'Etat islamique constitue toujours une menace pour la sécurité de l'Irak, car ses cellules dormantes restent nombreuses dans le pays.

     

     

  • Irak : Sept morts dans des combats entre l'Etat islamique et forces de l'ordre

    Imprimer

    Au moins sept combattants ont été tués dans des affrontements, samedi 20 février, au nord de Bagdad entre des membres de l'Etat islamique (Daech) et les forces de sécurité lors d'un raid contre l'organisation islamiste radicale.

    "Nous avons reçu des informations selon lesquelles l'Etat islamique tenait une réunion dans une maison pour planifier des attaques et des attentats suicide dans la capitale Bagdad", a déclaré à des journalistes le général Ahmad Salem, chef du commandement des opérations de Bagdad.

    Une force conjointe des forces de la 54e BDE, 6e Division de l'armée irakienne, et de combattants tribaux loyalistes a attaqué, sur la base de renseignements, un repaire de jihadistes situé à Basateen al-Tabi, district de Tarmiyah, dans les plaines de Tarmiyah, selon un communiqué de l'armée. Les affrontements qui ont suivi ont tué cinq jihadistes et deux membres des tribus loyalistes. Après un ratissage des lieux, le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi est arrivé sur place et a rencontré de hauts commandants militaires.

    Le raid est intervenu près d'un mois après que deux kamikazes aient tué plus de 30 personnes sur une place bondée de Bagdad, l'attaque la plus sanglante  dans la capitale irakienne en trois ans. Les kamikazes s'étaient infiltrés à Bagdad depuis le nord et l'Etat islamique avait revendiqué l'attaque. Quelques jours plus tard, plus de 10 combattants du Hashd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires chiites intégrés à l'Etat, étaient tués dans une embuscade de l'Etat islamique, également au nord de la capitale.

    Depuis, les forces de sécurité ont intensifié leurs efforts pour traquer au nord de Bagdad les cellules dormantes de l'Etat islamique. Le Premier ministre a annoncé le 28 janvier l'élimination d'Abou Yasser al-Issaoui, présenté comme le dirigeant en Irak du groupe jihadiste. Début février, les forces de sécurité ont tué un autre chef de l'Etat islamique qui, selon elles, avait aidé à transporter les deux kamikazes à Bagdad.

    Par ailleurs, On a appris, samedi 20 février, qu'un membre important du Kataëb Hezbollah avait été tué par l'explosion d'une bombe artisanale dans la province de Babel. La milice Kataëb Hezbollah, affilie à l'Iran, est très présente dans le gouvernorat de Babel. 

    Fin 2017, l'Irak avait annoncé sa "victoire" face à l'Etat islamique après avoir chassé les jihadistes de tous les bastions urbains du pays. Dans leur guerre de trois ans contre les jihadistes, les forces irakiennes ont reçu l'aide cruciale de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Les attaques de l'Etat islamique dans les zones urbaines ont considérablement diminué depuis lors, mais les troupes irakiennes continuent de combattre des cellules dormantes dans les zones montagneuses et désertiques.