TAll Tamr

  • Syrie : Tensions dans le nord-est

    Imprimer

    Pendant des jours, les régions du nord-est de la Syrie et, en particulier, les villes de Hasakeh, Qamishli et al-Shahba, ont été témoins de tensions impliquant des groupes affiliés au gouvernement de Damas et les  Forces démocratiques syriennes (FDS), majoritairement kurdes. .

    Depuis le 31 janvier, de violentes manifestations ont éclaté dans la ville syrienne de Hasakeh, au cours desquelles un partisan de Bachar al-Assad, a été tué, tandis que 3 autres personnes étaient blessées. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance multi-ethnique et multi-religieuse, composée de majoritairement de Kurdes, mais aussi d'Arabes, de Turkmènes, d'Arméniens et de Tchétchènes, sont accusées d'avoir tiré sur la foule de manifestants.

    Comme le souligne le journal al-Arabiya, Hasakeh, une ville située près de la frontière avec la Turquie, continue d'être au centre d'un "siège mutuel" entre les forces d'Assad et les FDS. En fait, le gouvernement de Damas détient le contrôle d'une partie de la ville, y compris le centre et certains bâtiments gouvernementaux, tandis que  le reste de la ville est placé sous le contrôle de l'administration autonome du nord et de l'est de la Syrie. Cette dernière constitue une région autonome de facto, non reconnue par Damas, et considérée par les kurdes comme l'une des quatre parties du Kurdistan. Selon al-Arabiya,  l'administration autonome kurde accuse le régime d'essayer de créer une discorde entre Arabes et Kurdes à Hasakeh et Qamishli.

    Depuis 22 jours, les forces de sécurité intérieure kurdes (Asayish) assiègent les zones d'influence du régime à Hasakeh et Qamishli, bien qu'elles prétendent ne pas impliquer les civils dans ce blocus. De leur côté, les forces pro-gouvernementales assiègent plusieurs villes et villages contrôlés par les FDS dans la banlieue nord d'Alep, dans ce qu'on appelle la zone d'al-Shahba, où la quatrième division et les postes de contrôle militaires de Damas empêchent l'entrée de farine, carburant et médicaments, imposant d'énormes redevances à ceux qui souhaitaient y entrer.

    La province de Hasakeh a une importance stratégique, car elle est considérée comme le principal «grenier alimentaire» de la Syrie. Elle fournit des cultures agricoles définies comme stratégiques, telles que le coton, le blé, l'orge et les lentilles. La richesse de la région est également associée à la présence de champs pétrolifères, qui satisfont une grande partie des besoins syriens. Il s'agit notamment des champs d'al-Jabsa et de Rumailan, qui comprennent environ 1 322 puits, et une usine de production de gaz qui, avant la révolution de 2011, satisfaisait les besoins de la population syrienne. Malgré la présence d'un grand nombre de Kurdes syriens dans la province, ce sont les Arabes qui constituent la majorité de la population, tandis qu'une minorité de Syriaques habite plusieurs zones rurales, dont Tell Tamr.

    Bien que les forces d'Assad et les FDS vivent apparemment en paix depuis des années, Damas accuse les forces kurdes de continuer à "imposer un siège étouffant" et d'empêcher l'entrée de machines et de fournitures dans les régions du nord du pays. Les FDS, en revanche, accusent le régime d'avoir assiégé plusieurs zones à majorité kurde dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, et d'imposer des procédures et des tarifs pour l'entrée des marchandises. Pourtant, ce sont précisément ces groupes kurdes qui ont demandé l'aide d'Assad lorsque, le 9 octobre 2019, Ankara avait lancé l'opération «Source de la paix», visant à retirer les forces kurdes de la «zone de sécurité» à la frontière entre la Syrie et la Turquie.

    Les États-Unis s'inscrivent également dans ce contexte, considérant les SDF comme un allié important dans la lutte contre l'Etat islamique. À cet égard, selon ce qui a été rapporté par des sources syriennes, au cours des dernières semaines, Washington a envoyé du matériel militaire et du matériel logistique dans la région de Yaroubia, dans la banlieue est de Hasakeh. En outre, 10 véhicules de transport de troupes ont été transférés à Al-Malikiyah, une ville également située à la périphérie de Hasakeh, près de la frontière avec la Turquie, où une mobilisation militaire croissante est surveillée, probablement par crainte d'une nouvelle opération militaire d'Ankara. Pour Damas, la présence des forces américaines en Syrie est «illégale».

    Parallèlement, le 1er février, le quotidien al-Araby al-Jadeed a rapporté qu'un avion-cargo russe avait atterri à l'aéroport de Qamishli, à la périphérie de Hasakeh, transportant 75 mercenaires de la société russe "Wagner" soutenue par Moscou, cela, dans un contexte de tension croissante entre Damas et l'administration autonome kurde. Selon des sources locales, les mercenaires ont ensuite été transférés vers la base aérienne russe de Khmeimim.

    Selon les dernières données de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 113 civils ont été tués en janvier. Parmi les victimes, il y a 36 enfants et 6 femmes.

  • Syrie : Bombardement turc d'une base russe à Hasakeh

    Imprimer

    L'artillerie turque a violemment bombardé une base russe dans le nord de la Syrie, causant d'importants dommages matériels. Les forces turques ont également frappé une centrale électrique près d'Ain Issa, coupant le courant de la ville et de sa périphérie.
     
    La chaîne Emirati Sky News a indiqué que le bombardement avait visé une base à proximité de la localité de Tal Tamr, près d'Aïn Issa, dans le nord de la Syrie, tandis que les avions de combat russes effectuaient de nombreux vols.
     
    A noter que l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a bien rapporté le bombardement turc sans toutefois indiqué que la base russe avait été prise pour cible. Selon les militants de l'opposition syrienne et les médias kurdes les forces turques et les factions rebelles syriennes pro-truques ont seulement pris pour cible la localité Tal Tamr au nord-ouest de la province de Hasakeh.
     
    La chaîne kurde "Hawar" a indiqué que l'armée turque avait pris pour cible les villages situés sur la route entre les sous-districts de Tel Tamr et de Zerkan, ajoutant que les bombardements les plus violents avaient affecté les villages de Dardara et Fakkah.

    Selon des sources du Conseil militaire syriaque (Mawtbo Fulḥoyo Suryoyo, MFS) stationné sur la ligne de front au nord de Tel Tamr, les forces turques bombardent le village de Dardara depuis mardi soir, forçant les civils à fuir vers les villages voisins.
     
    La source ajoute que les MFS ont rapidement répondu à l'attaque et ont réussi à empêcher l'Armée Nationale Syrienne (pro-turque) d'avancer dans le secteur.
     
    Le bombardement turc s'est étendu à la route entre Abu Rasayn (Zarkan) et Timar (Umm al-Keif). Aucune victime n'a été signalée.

    L'OSDH a confirmé que les frappes intensives de missiles frappaient les positions des Forces Démocratiques Syriennes, une coalition de groupes armés dominée par les Kurdes, dans le secteur de Tal Tamer et que ces bombardements se poursuivaient. C’est au cours d’un de ces tirs que l'un des obus a atterri près d'une base de l'armée russe dans le secteur de Mabaqer. Les hélicoptères russes ont aussitôt survolé le site.
     
    Cette nouvelle a coïncidé avec l'annonce du ministère turc de la Défense, mercredi 6 janvier, que ses forces avaient neutralisé sept combattants kurdes dans le nord de la Syrie. Des informations ont également fait état de l'expansion de la zone de bombardement turque dans le nord de la province de Hasakeh.
     
    Le ministère a déclaré dans un communiqué que les sept militants appartenant à "l'organisation PKK  (Parti des travailleurs du Kurdistan) et au YPG (Unités de protection du peuple" kurdes) avaient tenté d'infiltrer la zone de protection installée par l’armée turque dans le cadre de son opération "Source de paix", ajoutant que les soldats turcs avaient réussi à les neutraliser avant qu’ils atteignent leur objectif.










  • Syrie : L'armée syrienne et les forces turques s'affrontent dans le nord de la Syrie

    Imprimer

    La situation dans les provinces d'Alep et de Hasakeh, au nord de la Syrie, s'aggrave de nouveau, ce qui fait craindre une prochaine offensive des forces turques dans la région.

    Ces dernières semaines, l'armée turque et ses alliés, les rebelles syriens pro-turcs, ont intensifié les frappes contre les positions des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes et même contre les positions proches de l'armée syrienne le long de la ligne de contact dans le nord-est de la Syrie. Dans la soirée du 6 décembre, des frappes turques ont pris pour cible une position de l'armée syrienne près de Tall Tamr, détruisant un véhicule BMP et tuant ou blessant plusieurs soldats syriens.

    Pendant ce temps, des unités des FDS ont attaqué une position de l'armée turque près de Bab al-Khayr. Selon des sources pro-kurdes, 2 soldats turcs auraient été tués ou blessés lors de l'attaque.

  • Syrie : Nouvelle offensive turque contre les Kurdes

    Imprimer

    L'armée turque a repris son offensive contre les positions des unités d'autodéfense kurdes (YPG) dans la province de Hasakeh au nord de la Syrie. Le ministère turc de la Défense rapporte 14 militants kurdes "neutralisés".

    L'agence de presse syrienne SANA rapporte que l'armée turque et ses "mercenaires terroristes" se sont emparés de terres agricoles dans la zone de la ville de Ras al-Ain dans la province de Hasakeh. La ville, habitée principalement par des Kurdes, est également connue sous le nom kurde de Serekaniye et est située à proximité de la frontière turque.

    Le 13 novembre, deux soldats turcs avaient été tués près de la ville d'al-Tamr dans la province de Hasakeh. Selon des informations en provenance de Syrie, ils ont été tués par l'explosion d'une mine placée sous la route.

    A noter que l'intensification des hostilités initiée par les Turcs en Syrie coïncide dans le temps avec la réalisation d'un armistice au Haut-Karabakh. La Turquie a activement soutenu l'Azerbaïdjan dans son offensive contre l'Arménie.

  • Syrie : Russie-Turquie: les patrouilles conjointes sur l'autostrade M4 à Edleb suspendues

    Imprimer

    La Russie et la Turquie ont suspendu les patrouilles militaires conjointes menées le long de la route internationale M4, qui relie Alep et Lattaquié, en raison de l'augmentation des attaques de combattants armés dans la province d'Edleb, au nord-ouest de la Syrie. C'est ce que le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé jeudi 13 août, précisant que des patrouilles conjointes étaient organisées sur la M4 depuis le 5 mars 2020, lorsque Moscou et Ankara avaient signé une trêve dans le gouvernorat d'Edleb. L'objectif de la Turquie était de créer une zone démilitarisée, une "zone de sécurité", à environ 30 km de la frontière syro-turque.

    Les patrouilles, bien qu'elles aient réussi à mener plusieurs opérations, ont souvent été gênées non seulement par des groupes rebelles locaux, mais aussi par l'organisation jihadiste, d'idéologie salafiste, Hayat Tahrir al-Sham (HTS), affiliée à al-Qaïda et impliquée. dans la guerre civile syrienne. Le groupe a tenté à plusieurs reprises de parvenir à un accord avec les forces du régime pour créer un passage dans le Nord-Ouest pour permettre des échanges commerciaux. L'objectif était d'alléger les difficultés économiques rencontrées par les militants du groupe et d'éviter un démantèlement de l'organisation, ce qui n'allait pas manquer de représenter un avantage pour la Turquie.

    Les récentes attaques des "extrémistes" ont cependant réussi à provoquer la suspension des patrouilles russo-turques, selon ce qui a été annoncé par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. «Les terroristes ont multiplié les bombardements contre les troupes gouvernementales et les localités voisines, sans cesser leurs provocations dans le« couloir de sécurité »le long de l'autoroute M4. Par conséquent, les patrouilles conjointes ont été suspendues », a-t-elle déclaré le 13 août lors d'une conférence de presse. Les deux armées ont effectué 24 patrouilles conjointes le long de la route internationale M4, qui relie l'est et l'ouest de la Syrie. La dernière a eu lieu à hauteur de Trumbah et Ayn Al Havron mercredi 12 août, selon les déclarations du ministère turc de la Défense. Auparavant, deux patrouilles avaient déjà été interrompues en raison de problèmes de sécurité.

    Autoroute M-4
    L'autoroute M4 est considérée comme une voie de communication très importante pour le nord de la Syrie, parallèle à la frontière avec la Turquie. La M4 s'étend de la frontière avec l'Irak à la ville côtière de Lattaquié dans le nord-est de la Syrie, en passant par Qamishli, Tell Tamer, Ain Issa, Manbij, mais aussi Alep et Edleb. L'artère avait été fermée à la suite de l'opération lancée par la Turquie le 9 octobre, connue sous le nom de "Source de la paix", contre les Forces démocratiques syriennes (FDS)n une coalition de miliciens majoritairement kurdes. C'est étalement une route commerciale qui améliorerait les échanges économiques de la Syrie. La M4 représente enfin une voie d'approvisionnement pour les forces kurdes.

    Pendant ce temps, le conflit syrien en cours, qui a éclaté le 15 mars 2011, est maintenant entré dans sa dixième année. L'armée du régime syrien est assistée par Moscou, tandis que de l'autre côté il y a les rebelles, qui reçoivent le soutien de la Turquie. La trêve du 5 mars a été pratiquement respectée ces derniers mois, à l'exception des violations sporadiques principalement commises par les forces gouvernementales syriennes et des attaques contre des patrouilles conjointes russo-turques sur la route internationale M4. Cependant, le cessez-le-feu a été accueilli avec scepticisme par les résidents, qui ont vu d'innombrables initiatives échouer ces dernières années, et craignent de voir bientôt de nouvelles offensives et une escalade reprendre.

    Le Réseau syrien des droits de l'homme a rapporté le 2 août qu'il avait documenté la mort d'environ 120 civils au total en juillet à la suite d' attaques et d'offensives menées par toutes les parties impliquées dans le conflit. Parmi les victimes, rapporte le Réseau, il y avait aussi 26 enfants et 11 femmes. À ce bilan, il faut également ajouter 13 civils qui sont morts des suites de la torture, perpétrée par les forces d'Assad ainsi que par les forces d'opposition et par les Forces démocratiques syriennes (FDS).

  • Syrie: Affrontement entre des soldats américains et russes

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Comme l’a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme, le 25 décembre, dans l’est de la Syrie, des soldats américains et russes se sont affrontés. L’incident a eu lieu dans la ville de Tall Tamr, située dans la province de Hasakeh.
    Selon la SOHR, une patrouille américaine accompagnée d’un interprète était arrivée dans la localité pour obtenir des renseignements de la population sur les relations entre les Kurdes et le clan Sharabi. Cependant, les habitants ont injurié les Américains, les accusant de trahison – la ville était contrôlée par les Américains avant la décision du président américain Donald Trump de retirer les forces U.S.
    A un moment, des militaires russes qui patrouillaient la ville sont arrivés sur place et une dispute a commencé entre les soldats des deux armées, qui s’est transformée en bagarre sans qu’aucune arme n’ait été utilisée.
    Il convient de noter que depuis le retrait américain, la localité est passée sous le contrôle du régime de Bachar Assad. Une grande partie de la population de Tall Tamr est chrétienne et elle se sentait en sécurité sous contrôle américano-kurde. Les habitants craignent aujourd’hui qu’un nettoyage ethnique aurait forcément lieu si les unités turques ou leurs supplétifs entraient dans la ville.

  • Syrie: Combats entre rebelles syriens pro-turcs et des Chrétiens syriaques

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    De violents combats entre des miliciens chrétiens du Conseil militaire syriaque soutenus par les FDS, la coalition arabo-kurde, et des groupes de rebelles syriens soutenus par la Turquie.
    L'armée syrienne était apparemment présente à Dirbesiye, Ras al-Ain et Tal Tamr mais elle se serait retirée du secteur attaqué par les rebelles pro-turcs. La raison serait que les soldats syriens ne disposaient pas de suffisamment de munitions et de soutien logistique pour maintenir leur position sur les lignes de contact.
    La petite population chrétienne qui avait réussi à survivre à Daech fuit maintenant ses maisons dans la région de Khabur près de Tal Tamr en raison des attaques de rebelles pro-turcs (TFSA).
    La ville de Tal Tamr a été le premier point de refuge pour les résidents déplacés de Ras al-Ain et son hôpital est très important pour la région. Tal Tamr se trouve en dehors de ce que l'on appelle la " zone de sécurité " de 32 km de profondeur.

    en fuite.jpeg