TAll Tamr

  • Syrie : bombardements turcs sur des secteurs du nord-ouest de la province de Hassakeh

    Imprimer

    Depuis les premières heures du samedi 23 juillet 2022, les forces turques stationnées dans la zone de la "Source de paix", plus précisément à l'est de Ras Al-Ain, continuent de bombarder des villages et des zones sous le contrôle des FDS et du régime syrien au nord-ouest de Hassakeh. , a rapporté l'OSDH.

    Salva Yusuk.png

    Des bombardements turcs et de factions syriennes alliées de la Turquie ont frappé les villages d'Al-Dardar et d'Umm Al-Kif dans la campagne de Tel Tamr et les villages de Tel Al-Ward et d'Al-Aboush dans la campagne de Zirkan/Abu Rasin. Il y a des rapports faisant état de victimes civiles.

    On a également appris la mort de Salwa Yusuk (alias Ciyan Afrin - photo ci-contre), commandante adjointe des Forces démocratiques syriennes (FDS) et de 2 autres combattantes. Elles ont été tuées le 22 juillet lors d'une attaque turque près de Qamishli.

    Les bombardements intensifs ont provoqué l'exode des civils.

    Les bombardements directs turcs sur l'alimentation de la centrale électrique ont mis la centrale de Tel Tamr hors service.

  • Syrie : FDS (Kurdes) : Nous sommes prêts à nous coordonner avec Damas... et nous confronterons les Turcs à une guerre de longue haleine

    Imprimer

    Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont confirmé que leurs forces étaient pleinement préparées à faire face à toute éventuelle agression turque dans le nord-est de la Syrie, avec une guerre à long terme, soulignant qu'elles sont prêtes à se coordonner avec Damas pour repousser cette attaque si elle se produit.

    Une déclaration du Conseil militaire des Forces démocratiques syriennes (FDS - dominées par les Kurdes) a annoncé que ces forces étaient prêtes à se coordonner avec Damas pour repousser toute éventuelle attaque turque et protéger le territoire syrien face à ce qu'il a qualifié d'occupation.

    Le communiqué indique que le Conseil militaire des Forces démocratiques syriennes a tenu une réunion extraordinaire à laquelle ont participé les chefs des conseils et factions militaires "pour discuter des derniers développements dans les régions du nord et de l'est de la Syrie suite aux menaces turques d'une éventuelle invasion visant la région". ."

    Il a été rapporté que la réunion « a discuté de l'impact de toute nouvelle invasion turque sur la situation humanitaire dans les régions du nord et de l'est de la Syrie et des zones ciblées en particulier, car il a été souligné que toute agression ramènerait les Syriens à la case départ de la crise syrienne, et que les projets d'occupation, y compris les menaces récentes, ne sont qu'une introduction à la division de la Syrie.

    Cette réunion militaire des Forces démocratiques syriennes a également discuté de "l'impact de l'invasion turque sur la guerre contre l'Etat islamique, car le danger que l'Etat islamique profite des conditions créées par une agression (turque) a augmenté".

    Le communiqué indique que la réunion a affirmé que "les Forces démocratiques syriennes accordent la priorité à la désescalade et au respect des accords", et en même temps, "a souligné la volonté des FDS de protéger la région et ses habitants de toute attaque possible, insistant être prêtes à affronter l'agresseur par une guerre de longue durée."

    Les FDS ont également souligné qu'une éventuelle invasion turque affecterait la stabilité et l'unité des territoires syriens, et par conséquent, y faire face ne se limitera pas aux seules zones ciblées, mais élargira son champ d'application pour inclure d'autres zones dans les territoires syriens occupés."

    En outre, lors de cette réunion, un examen détaillé a été fait des "attaques turques qui ont ciblé au cours de la dernière période les zones de Tel Tamr, Zarkan, Manbij et al-Shahba. Les dirigeants des conseils militaires de ces zones ont expliqué les conditions récentes et leur impact sur la vie des civils et les moyens de les protéger. »

  • Сирия: Pоссийские военные укрепляются на севере Сирии

    Imprimer

    Российские военные провели воздушную разведку вокруг города Таль-Рифат и прилегающих районов на севере Сирии, чтобы укрепить свои позиции, сообщает турецкое агентство Anadolu.

    Сообщается также, что российские военные доставили на аэродром "Камышлы" ЗРК "Панцирь-С1".

    В публикации Anadolu говорится о том, что армия РФ пытается "помешать террористическим группировкам, поддерживаемым Ираном, усилить свое влияние в Таль-Рифате".

    В этом контексте турецкое агентство утверждает, что российские военные в конце мая не допустили встречи между представителями курдского командования и иранцами, применив для этого РСЗО "Град".

    Anadolu пишет об увеличении численности российских военнослужащих в сирийских районах Айн-Иса, Таль-Тамр, Манбидж, Айн эль-Араб и Камышлы.

    6 мая израильский сайт Debka сообщал, что российские подразделения, дислоцированные в Сирии, якобы собираются на авиабазах "Хмеймим", "Камышлы", "Дир аз-Зур" и Т4, "готовые к переброске некоторых из них на украинский фронт". Со ссылкой на неназванные военные источники Debka утверждал, что "русские передают ключевые базы иранской Революционной гвардии и "Хизбалле"". Данная публикация сайта Debka не была подтверждена никакими источниками в Израиле или в Сирии.

  • Syrie : L'armée russe se renforce dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée russe a effectué une reconnaissance aérienne autour de la ville de Tal Rifaat et des zones environnantes dans le nord de la Syrie pour renforcer sa position, selon l'agence de presse turque Anadolu.

    Il est également rapporté que l'armée russe a installé un système de défense aérienne Pantsir-S1 sur l'aérodrome de Qamishli.

    Selon l'agence turque Anadolu, l'armée russe essaie "d'empêcher les milices soutenus par l'Iran d'accroître leur influence à Tal Rifaat".

    L'agence turque affirme que l'armée russe a empêché fin mai une rencontre entre des représentants du commandement kurde et les Iraniens, en tirant des missiles Grad sur le secteur où devait se dérouler la rencontre.

    Anadolu a constaté une augmentation du nombre de soldats russes dans les régions syriennes d'Ain Isa, Tal Tamr, Manbij, Ain al-Arab (Kobane en Kurde) et Qamishli.

    Le 6 mai, le site Internet israélien Debka avait rapporté que des unités russes stationnées en Syrie auraient été rassemblées sur les bases aériennes de Hmeimim, Qamishli, Deir ezZor et T4, dans l'éventualité d'un transfert sur le front ukrainien ». Citant des sources militaires anonymes, Debka a affirmé que "les Russes remettraient les bases clés aux Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) et au Hezbollah". Cette information, publiée sur le site Web de Debka, s'est révélée fausse.

  • Syrie : 2 soldats syriens et 2 membres des Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes) tués dans des combats à Hasaké

    Imprimer

    Mardi 1er mars 2022, des affrontements inhabituels ont éclaté entre des membres de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et une unité des Forces Démocratiques Syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis près de la ville de Tell Tamer dans le nord de la province de Hasaké

    Un responsable de l'AAS a déclaré à l'agence de presse arabe syrienne que les membres du service, qui occupaient un poste à la périphérie du village de Ghuzlia, ont été attaqués par des combattants des FDS après avoir intercepté un convoi américain.

    "Des miliciens des FDS ont attaqué ledit poste avec des mitrailleuses et des obus de mortier", a déclaré l'agence de presse officielle citant le responsable.

    De son côté, le Conseil militaire Tell Tamer des FDS a affirmé que ses combattants avaient répondu à une « attaque provocatrice » de l'AAS dans la périphérie de Ghuzlia.

    Les affrontements, qui se sont terminés après quelques heures, ont coûté la vie à deux militaires de l'AAS, dont un officier, et à deux combattants des FDS.

    L'AAS et la police militaire russe ont établi un réseau de postes à Tell Tamer et dans ses environs en octobre 2019 pour renforcer un cessez-le-feu convenu entre les FDS et les forces turques, qui menaient à l'époque une opération militaire à grande échelle dans le nord-est de la Syrie.

    Au cours des derniers mois, l'AAS et les partisans locaux du gouvernement ont intercepté des convois de la coalition dirigée par les États-Unis près de Tell Tamer. C'est peut-être ce qui a motivé l'attaque des FDS contre le poste de Ghuzlia de l'AAS.

    Il y a eu beaucoup de tensions entre les FDS et les forces gouvernementales à Hasaké. Il y a moins d'une semaine, les FDS soutenus par les États-Unis ont occupé un bâtiment du gouvernement de Damas dans la ville de Qamishli, au nord de Tell Tamer. Malgré ces tensions, les chances d'une confrontation entre les deux restent minimes, à moins que la guerre en Ukraine n'accroisse les tensions entre les contingents américain et russe.

  • Syrie : affrontements entre les FDS (kurdes) et les forces pro-turques, au moins 6 victimes

    Imprimer

    Les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis se sont heurtées à des militants soutenus par la Turquie à Tal Tamr, dans le nord-est de la Syrie, dans la matinée du mercredi 22 décembre. Au moins quatre civils et deux combattants ont été tués.

    Aram Hanna, porte-parole des FDS, a révélé au journal que les violences avaient commencé la nuit précédente, expliquant que les forces turques, ainsi que des milices locales pro-turques, avaient participé aux affrontements. « La campagne occidentale de [Tal Tamr] a été ciblée hier soir. Ce matin, les régions du Nord, les villages de Tal Juma', Um Al-Keif et Tal Taweel ont été bombardés », a déclaré Hanna, ajoutant que des affrontements au sol dans les mêmes villes avaient également commencé dans la matinée du 22. Les FDS n'ont signalé aucune victime, a ajouté le porte-parole. On ne sait pas quelles forces soutenues par la Turquie participaient aux combats, mais la zone est contrôlée par l'Armée nationale syrienne (ANS), qui sont des forces pro-turques composées d'anciens éléments de l'opposition syrienne. Dans ce contexte, Il est important de souligner que Tal Tamr est un sous-district de la province d'Al-Hasakeh, et est placé sous le contrôle des SDF. Cependant, il y a des affrontements fréquents avec les combattants pro-turcs, qui contrôlent le territoire environnant.

    En octobre 2019, l'ANS, avec le soutien de l'armée turque, avait pris le contrôle de vastes zones dans le nord-est de la Syrie, notamment Ras Al-Ayn et Tall Abyad. L'opération militaire, baptisée Opération "Source de Paix" par la Turquie, avait provoqué le déplacement de plus de 275 000 civils. 

    Tal Tamr est soumis à des bombardements relativement fréquents par l'ANS, malgré un cessez-le-feu chaotique entre la Turquie et les FDS. La Turquie considère les FDS comme une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe séparatiste kurde considéré comme terroriste par la Turquie,  l'Union européenne et les États-Unis. 

    Les Forces démocratiques syriennes sont une alliance multi-ethnique et multi-confessionnelle, composée de Kurdes, d'Arabes, de Turkmènes, d'Arméniens et de Tchétchènes. La principale branche armée, ainsi que la force prépondérante, est représentée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG). 

    Depuis leur formation le 10 octobre 2015, les FDS ont joué un rôle fondamental dans la lutte contre l'État islamique en Syrie, contribuant à la libération progressive des bastions occupés par les djihadistes. Leurs opérations ont été majoritairement soutenues par les États-Unis, qui fournissent des armes et une couverture aérienne. La Turquie, pour sa part, s'oppose à la présence des FDS dans la zone frontalière syro-turque. 




  • Syrie : Des rebelles syriens pro-turcs tirent sur des hélicoptères russes dans le nord-est de la Syrie

    Imprimer

    Dimanche 26 septembre, dans l'après-midi, des militants syriens pro-turcs dans le nord-est de la Syrie ont ouvert le feu sur deux hélicoptères militaires russes qui effectuaient une patrouille dans la région.

    Selon l'agence de presse Hawar, affiliée aux Forces démocratiques syriennes (FDS), l'incident s'est produit près de la ville de Tell Tamr, dans le nord de la province de Hassakeh. Les hélicoptères ont riposté puis se sont retirés dans les zones tenues par les FDS. La police militaire russe et l'Armée Arabe Ayrienne (AAS) maintiennent plusieurs positions autour de la ville.

    L'incident était probablement une réponse aux récentes frappes aériennes russes sur la zone d'Afrin, occupée par les Turcs, qui ont coûté la vie à 11 militants syriens pro-turcs.

    Quelques heures après l'incident, des avions de combat russes ont visé une position des forces turques près du village d'al-Dardarah au nord de Tell Tamr. L'AAS a également bombardé la périphérie du village occupé par les Turcs.

    La situation devrait encore dégénérer dans les prochaines heures. Les forces aérospatiales russes ne laisseront probablement pas l'incident impuni.

    L'attaque contre des hélicoptères militaires turcs est une violation flagrante de l'accord de désescalade russo-turc de 2019 sur le nord-est de la Syrie. En vertu de l'accord, les forces russes sont chargées de surveiller le cessez-le-feu dans la région.