talibans pakistanais

  • Pakistan : attaques des talibans pakistanais dans la capitale et dans le Nord-Ouest

    Imprimer

    Les talibans pakistanais ont attaqué la police pakistanaise lors de multiples attaques menées dans la nuit du 17 au 18 janvier 2022, dans la capitale, Islamabad, et dans le nord-ouest du pays. Dans la fusillade, 3 policiers et 3 assaillants sont morts.

    La première attaque a eu lieu le 17 janvier à Islamabad, faisant craindre que les insurgés ne soient présents dans l'une des villes les plus sûres du pays. Au cours de l'incident, un officier et 2 agresseurs sont morts. Par la suite, selon les autorités, 2 policiers ont été tués dans des attaques menées dans les districts de Dir et du Nord Waziristan dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, qui borde l'Afghanistan. Le porte-parole des talibans pakistanais, également connu sous le nom de Tehrik-e-Taliban Pakistan, Mohammad Khurasani, a revendiqué la responsabilité du groupe sur Twitter, affirmant que l'un des combattants était mort dans l'attaque dans le district nord-ouest de Bajur.

    Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Sheikh Rashid Ahmed, a assisté aux funérailles du policier tué à Islamabad. Ahmed a déclaré que les deux militants tués impliqués dans l'attaque ont été identifiés. Bien que les militants ciblent souvent les forces de sécurité au Pakistan, la capitale du pays a été largement épargnée ces dernières années. Les talibans pakistanais, encouragés depuis que les talibans afghans ont pris le pouvoir en Afghanistan, ont averti qu'ils pourraient mener d'autres attaques contre les forces de sécurité pakistanaises dans un proche avenir.

    Ces événements sont survenus après qu'un chef de l'organisation talibane pakistanaise, Khalid Balti, nommé Mohammad Khurasani, a été tué le 10 janvier 2022 dans la province orientale de Nangarhar, en Afghanistan. Originaire de la région nord du Gilgit-Baltistan, Balti a été commandant opérationnel du TTP ces dernières années. En 2007, il rejoint le groupe Tehreek Nifaz Shariat-i-Muhammadi dans le district de Swat et noue des liens étroits avec le mollah Fazlullah, ancien chef du TTP. Balti entretenait des relations étroites avec les membres du TTP à tous les niveaux et a joué un rôle essentiel dans la campagne de propagande du groupe. Selon des responsables d'Islamabad, Balti utilisait une planque dans la ville de Miramshah, dans la province de Khyber Pakthunkhwa, et s'est enfui en Afghanistan à la suite de l'opération Zarb-i-Azab, menée entre 2014 et 2017. En 2014, il était à la tête du comité des médias du TTP et a revendiqué la responsabilité de l'attaque de 2014 contre l'école publique de l'armée à Peshawar. En 2015, il a été arrêté à Nangarhar par les forces afghanes. Il a été incarcéré dans les prisons de Bagram et de Pul-i-Charkhi. Balti, et d'autres militants du TTP, ont ensuite été libérés en août 2021, lors de l'offensive militaire des talibans afghans.

    Les talibans pakistanais sont une émanation du groupe taliban afghan formé à partir de groupes talibans présents et opérant au Pakistan, qui se sont rencontrés en 2007 et sont fidèles à la direction des talibans afghans. L'objectif du TTP est d'introduire la charia au Pakistan et de renverser le gouvernement d'Islamabad en attaquant l'armée et les autorités. Comme les talibans afghans, le TTP promeut également une ligne conservatrice de l'islam et son idéologie est proche de celle d'Al-Qaïda.

     Le  9 novembre 2021, le gouvernement pakistanais et les talibans pakistanais avaient conclu un accord de cessez-le-feu pour poursuivre les pourparlers entre les parties. Cependant, le  9 décembre 2021, le TTP a annoncé la fin du cessez-le-feu accusant l'exécutif de ne pas respecter la trêve et de ne pas avoir libéré 102 de ses combattants.

  • Pakistan : Accord sur un cessez-le-feu global entre les talibans pakistanais et le gouvernement

    Imprimer

    Le gouvernement pakistanais a annoncé, lundi 8 novembre 2021, qu'il était parvenu à un accord sur un « cessez-le-feu global » avec le mouvement taliban local.

    Le ministre pakistanais de l'Information, Chaudhry Fouad Hussain, a déclaré lors d'une conférence de presse à Islamabad que les deux parties étaient parvenues à une trêve et à un cessez-le-feu complet, et que la période de trêve pourrait être prolongée à l'avenir.

    Le mouvement comprend un certain nombre de groupes militants, qui combattent le gouvernement pakistanais depuis 2007.

    Hussain a souligné que le Premier ministre Imran Khan avait révélé le mois dernier que son gouvernement avait entamé des négociations avec le "mouvement taliban pakistanais", ajoutant que ces négociations allaient dans la bonne direction et se poursuivaient avec les talibans pakistanais conformément à la constitution du pays. et la loi.

    Il a souligné que le gouvernement avait pris en compte la question de la souveraineté de l'État, de la sécurité nationale, de la paix dans les régions concernées et de la stabilité sociale et économique lors de ses négociations avec les talibans pakistanais, notant que le gouvernement de transition en Afghanistan avait joué un rôle de médiateur entre le gouvernement et le gouvernement pakistanais et le mouvement taliban pakistanais à cet égard.

    Les attaques des talibans pakistanais ont fait des milliers de morts et de blessés parmi les civils et militaires pakistanais au fil des ans, mais une opération militaire menée par l'armée pakistanaise en 2014, avait gravement affaibli le groupe et l'avait expulsé de son bastion au Nord-Waziristan.

    On estime que le mouvement compte entre 4 000 et 5 000 combattants, dont beaucoup sont basés de l'autre côté de la frontière en Afghanistan.

    Une série d'incidents s'était produite à la frontière depuis que les talibans afghans ont pris le contrôle de Kaboul en août dernier.