TALIBAN

  • Afghanistan : Un haut commandant taliban et ses 150 combattants rejoignent le Front National de la Résistance (FNR) au Badakhshan

    Imprimer

    Alors qu'on assiste à une escalade des conflits au Badakhshan, des sources locales rapportent qu'un haut commandant taliban et ses 150 combattants ont rejoint le Front National de la Résistance (FNR).

    Samedi 24 septembre 2022, des sources locales ont identifié ce commandant sous le. nom d'Abdul Hamid Mujahid. Il était affilié à Mawlavi Safiullah, le commandant taliban de la sécurité de la province de Baghlan.

    Selon les sources, Mujahid était le responsable du renseignement et de la sécurité des talibans au Badakhshan. Il se serait séparé des talibans en raison de graves conflits internes dans cette province. Il se bat maintenant contre les talibans dans certaines parties du Badakhshan telles que les secteurs de Shewa et Yaftal.

    Les sources affirment en outre que Mujahid a emporté avec lui des armes et des munitions.

    Le commandant Hamid Mujahid est connu pour son rôle dans la chute du district de Yaftal du Badakhshan et de la ville de Faizabad sous le compte des talibans.

    Affrontements entre Talibans et FNR epuis la semaine dernière
    Depuis la semaine dernière, les affrontements entre les forces du Front de résistance nationale et les talibans ont commencé dans certains secteurs de la province du Badakhshan.

    Vendredi soir 23 septembre 2022, dans le village de Palangdara, une zone frontalière entre la ville de Faizabad et le district de Yiftal Bala, neuf talibans et deux forces du Front de Résistance Nationale ont perdu la vie.  Des affrontements entre les talibans et les forces du Front de résistance nationale ont également été signalés dans les districts d'Iftal, Raghistan, Kohistan et Karan Manjan de la province du Badakhshan.

    Samedi matin 24 septembre, deux talibans ont encore été tués et trois autres blessés dans le district de Kohistan.

    Il n'y a aucune communication à ce sujet de la part des talibans.

    Kaboul
    On a appris, le 24 septembre 2022 que le commandant de la 8e zone de sécurité des talibans à Kaboul a été tué. Maulvi Nasim, commandant du 8e district de sécurité des talibans à Kaboul, a été tué par des hommes armés dans le village de Mezvi du district d'Andar de la province de Ghazni samedi matin. L'attentat a été revendiqué par le Front National Azadegan. Ajoutons que Molvi Nasim était originaire du village de Mezvi et s'y était rendu pour rencontrer les membres de sa famille.

     
     
  • Afghanistan : Un commandant ouzbek des talibans tué à Takhar

    Imprimer

    Qari Safi.jpegDes sources locales à Takhar ont rapporté à Aamaj News qu'un commandant ouzbek des talibans nommé Qari Safi (photo) connu sous le nom de Mahaz avait été tué dans cette province.

    Les sources ont indiqué que le membre des talibans avait été tué à la suite d'une attaque d'hommes armés contre la vieille ville du district de Dashti Qala, dans la province de Takhar.

    Elles ont précisé que Qari Safi avait été fait prisonnier par les hommes armés et tortur. Il est décédé après avoir été transféré à l'hôpital.

    Il est à noter que Qari Mahaz était membre des services de renseignement des talibans au Panjshir et qu'il a été tué après s'être rendu chez lui dans le district de Dasht-e-Qala.

    Les talibans n'ont pas réagi pour l'instant.

  • Афганистан: Исламское государство вербует узбеков для борьбы в Афганистане

    Imprimer

    В последнее время обращение к мужчинам в Центральной Азии на узбекском языке стало более распространенным.

    "Эмиграция в Хорасан открыта", - говорится в одном из сообщений в Telegram. Хорасанский халифат" "расширяется и растет по милости Божьей".

    Послание от 15 августа 2022 года обещает, что те, кто сражается и умирает за провинцию Исламское государство Хорасан (ИГХП), как называет себя афганское отделение исламистской группировки, будут вознаграждены в загробной жизни.
     
    На сопроводительной фотографии изображены несколько вооруженных мужчин, наложенных на карту Центральной Азии. Надпись написана как на узбекском латинском алфавите, так и на узбекской кириллице, которой до сих пор пользуются пожилые люди.

    Сообщение было распространено организацией Xuroson Ovozi ("Голос Хорасана", названной в честь средневекового мусульманского государства, охватывавшего часть Афганистана и Центральной Азии), которая активизировала свои усилия по вербовке в Узбекистане после того, как весной возглавила трансграничное нападение из Афганистана.

    Сейчас Ксуросон Овози сотрудничает с пропагандистским подразделением ИСКП - "Аль-Азаим Медиа". Она выпускает оригинальные и переведенные печатные, аудио- и видеоматериалы на узбекском языке, подобно тому, как "Аль-Азаим Таджики" выпускает материалы на таджикском языке.

    Среди целей "Исламского государства Хорасан" не только талибы, которые в значительной степени исключили узбеков и таджиков из своего правительства, но и правительства постсоветской Центральной Азии за рекой Амударья. Действительно, Ксуросон Овози часто обращает внимание на президента Узбекистана Шавката Мирзиёева и бывшего министра иностранных дел Абдулазиза Камилова. Аль-Азаим Таджики делает то же самое с президентом Таджикистана Эмомали Рахмоном.

    Это внимание к лидерам Центральной Азии стало более важным после того, как год назад талибы взяли под контроль Афганистан. В настоящее время Узбекистан является тем, кого талибы считают своим ближайшим другом в Центральной Азии. На конференции в конце июля в Ташкенте собрались лидеры движения "Талибан" и региональные чиновники, чтобы обсудить вопросы безопасности, развития и виды инвестиций в инфраструктуру, которыми прямо угрожало "Исламское государство".

    Еще один узбекский канал в Telegram, связанный с ИСКП, - Tawhid News, который критикует Узбекистан за то, что он платит талибам за защиту. Другие сторонники ИСКП оспаривают тот факт, что талибы выдают себя за мусульман.

    Несколько дней спустя Ксуросон Овози добавил, используя арабское слово, обозначающее глобальное сообщество мусульман: "Поймите, умме нужны львы!". Сообщение сопровождалось изображением боевика "Исламского государства" с ножом в руках. В более раннем аудиообращении канал призвал мусульман Центральной Азии "встать в ряды халифата (на священной земле Хорасан) и вести джихад против Узбекистана, Талибана и их западных хозяев!".

    Ксуросон Овози часто обличает дипломатические отношения Талибана, чтобы разжечь гнев.

    В апреле, вскоре после ракетной атаки, в сообщении было заявлено, что "наш джихад против Талибана и узбекского правительства муртадов [вероотступников] будет продолжаться", обвиняя узбекское правительство в том, что оно является марионеткой, "выполняющей волю США и России по уничтожению ислама".

    Усилия по набору персонала представляются хорошо организованными. Ксуросон Овози выделил аккаунты в Telegram, чтобы отвечать на вопросы о вербовке и направлять заинтересованных лиц для связи с вербовщиком ИСКП, ответственным за отбор, подготовку и содействие поездке кандидатов в джихадисты в Афганистан.

    Ксуросон Овози, несомненно, извлек уроки из других пропагандистских усилий ИСКП, быстро переходя на новые каналы Telegram, когда темы блокируются, и подстраивая свои сообщения в соответствии с циклом новостей. 

    Группа рассматривает Узбекистан как благодатную почву для вербовки, критикуя правительство Ташкента как неисламское, а режим Талибана как пуштунское националистическое движение, подрывающее интересы глобальной исламской семьи.

    Согласно этой интерпретации, мусульмане Центральной Азии обязаны бороться с Талибаном и своими собственными светскими правительствами.

    Будучи союзным крылом "Аль-Азаим Медиа", "Ксуросон овози" теперь не только может обратиться к узбекоязычным экстремистам, но и стать мультипликатором силы с каналами "Аль-Азаим" на таджикском и персидском языках. Он быстро завоевал аудиторию, поскольку его сообщения получили поддержку "Аль-Азайм". Это вызывает доверие к нему и быстро увеличивает его аудиторию.

    Поскольку ИСКП демонстрирует свою готовность и намерение нацелиться на Узбекистан, Ксуросон Овози станет ключевой фигурой в привлечении сочувствующих в страну.

  • Afghanistan : L'État islamique recrute des Ouzbeks pour combattre en Afghanistan

    Imprimer

    Un appel en langue ouzbèke aux hommes d'Asie centrale est récemment devenu plus fréquent .

    "L'émigration vers le Khorasan est ouverte", a déclaré un l thread sur Telegram. Le "califat du Khorasan" "s'étend et grandit par la grâce de Dieu".

    Le message du 15 août 2022 promet que ceux qui se battent et meurent pour la province de Khorasan de l'État islamique (ISKP), comme se surnomme la branche afghane du groupe islamiste, seront récompensés dans l'au-delà.
     
    Une photo d'accompagnement montre plusieurs hommes armés en surimpression sur une carte de l'Asie centrale. La légende est écrite à la fois en alphabet latin ouzbek et en cyrillique ouzbek encore utilisé par les personnes âgées.

    Le poste a été distribué par Xuroson Ovozi (Voix du Khorasan, du nom d'un État musulman médiéval s'étendant sur certaines parties de l'Afghanistan et de l'Asie centrale), qui a intensifié ses efforts de recrutement en Ouzbékistan depuis qu'il a mené une attaque trans-frontalière depuis l'Afghanistan au printemps.

    Xuroson Ovozi s'associe désormais à l'organe de propagande de l'ISKP, Al-Azaim Media. Il produit à la fois des documents imprimés, audio et vidéo originaux et traduits en langue ouzbèke, un peu comme le fait Al-Azaim Tajiki en tadjik.

    Les cibles notables de l'Etat islamique Khorasan incluent non seulement les talibans, qui ont largement exclu les Ouzbeks et les Tadjiks de leur gouvernement, mais aussi les gouvernements de l'Asie centrale post-soviétique de l'autre côté du fleuve Amu Darya. En effet, Xuroson Ovozi se concentre souvent sur le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev et l'ancien ministre des Affaires étrangères Abdulaziz Kamilov. Al-Azaim Tajiki fait de même avec le président tadjik Emomali Rahmon.

    Cette attention portée aux dirigeants d'Asie centrale est devenue plus importante depuis que les talibans ont pris le contrôle de l'Afghanistan il y a un an. De nos jours, l'Ouzbékistan est ce que les talibans considèrent comme leur plus proche ami en Asie centrale. Lors d'une conférence fin juillet, Tachkent a accueilli des dirigeants talibans et des responsables régionaux pour parler de sécurité, de développement et des types d'investissements dans les infrastructures que l'État islamique a explicitement menacées.

    Une autre chaîne ouzbèke sur Telegram affiliée à l'ISKP est Tawhid News qui critique l'Ouzbékistan affirmant que ce pays payait les talibans pour leur protection. D'autres partisans de l'ISKP contestent le fait que les talibans se fassent passer pour des musulmans.

    Quelques jours plus tard, Xuroson Ovozi a ajouté, en utilisant le mot arabe pour la communauté mondiale des musulmans : "Comprenez, la oumma a besoin de lions !" Le message était accompagné d'une photo d'un combattant de l'État islamique tenant un couteau. Dans un précédent message audio, la chaîne exhortait les musulmans d'Asie centrale à "venir dans les rangs du califat (sur la terre sacrée du Khorasan) et à mener le djihad contre l'Ouzbékistan, les talibans et leurs maîtres occidentaux!"

    Xuroson Ovozi dénonce fréquemment les relations diplomatiques des talibans pour attiser la colère.

    En avril, peu de temps après l'attaque à la roquette, un message déclarait que "notre jihad contre les talibans et le gouvernement murtad [apostat] ouzbek se poursuivra", accusant le gouvernement ouzbek d'être des marionnettes "accomplissant la volonté des États-Unis et de la Russie de détruire l'islam".

    Les efforts de recrutement semblent bien organisés. Xuroson Ovozi a désigné des comptes Telegram pour répondre aux questions sur l'enrôlement et pour diriger les personnes intéressées à contacter le recruteur ISKP chargé de sélectionner, préparer et faciliter les voyages des candidats jihadistes en Afghanistan.

    Xuroson Ovozi a sans aucun doute appris des autres efforts de propagande de l'ISKP, passant rapidement à de nouveaux canaux Telegram lorsque les threads sont bloqués et personnalisant ses messages pour s'aligner sur le cycle de l'actualité. 

    Le groupe considère l'Ouzbékistan comme un terrain fertile pour le recrutement, critiquant le gouvernement de Tachkent comme non islamique et le régime taliban comme un mouvement nationaliste pachtoune sapant les intérêts de la famille islamique mondiale (Oumma).

    Pour Xuroson Ovozi, les musulmans d'Asie centrale ont le devoir de combattre les talibans et leurs propres gouvernements laïcs.

    En tant qu'aile alliée d'Al-Azaim Media, Xuroson Ovozi est désormais non seulement positionnée pour atteindre les islamistes radicaux de langue ouzbèke, mais aussi pour devenir un multiplicateur de force avec les chaînes en tadjik et en persan d'Al-Azaim. Il a rapidement généré du trafic d'audience car ses messages sont boostés par Al-Azaim. Cela lui donne de la crédibilité et augmente rapidement son audience.

    Alors que l'ISKP démontre sa volonté et son intention de cibler l'Ouzbékistan, Xuroson Ovozi est un acteur clé pour atteindre cet objectif. Il n'est pas impiqué dans l'exécution d'attentats, mais en tant que source fiable de propagande et d'instructions en langue ouzbèke, il est un acteur fondamental dans la radicalisation des ressortissants ouzbeks.

  • Afghanistan : L'unique chef taliban chiite hazara tué par les talibans alors qu'il tentait de fuir en Iran

    Imprimer

    Maulvi Mahdi.jpegMaulvi Mahdi (photo) était le seul chef taliban d'ethnie hazara et de religion chiite originaire de la province de Bamyane. Il était justement présenté par les talibans comme un exemple de la tolérance des talibans envers les hazaras

    Mais alors qu'il avait combattu avec les talibans, il s'était soudain retourné contre eux et établi sa place forte dans la région voisine de Balkhab.

    La région de Balkhab est l'un des districts de la province de Sar-i-pul. Ce district est différent des autres districts de la province pour deux raisons; Des terres extrêmement complexes, montagneuses et infranchissables et un tissu social majoritairement homogène. Les habitants de cette région sont majoritairement chiites, ce qui comprend des Sadates et des Hazaras. Un petit nombre de Tadjiks vivent également dans ce district.

    Lors du premier tour du règne des talibans sur l'Afghanistan, ce district a été épargné par la domination talibane et est devenu l'un des noyaux de la première résistance aux talibans. A l'époque de la République, il était également considéré comme une place forte imprenable, et les talibans, malgré de nombreux efforts, n'avaient pas réussi à le contrôler.  Le territoire complexe et montagneux a constitué une forteresse solide et impénétrable pour ce district contre les forces d'invasion extérieures. Le tissu social majoritairement homogène de ce district n'a pas été sans influence à cet égard. Balkhab est le seul district Hazara de la province de Sar-i-pul. Il est donc très important pour les Hazaras d'Afghanistan. Les chiites Sadates sont également présents dans ce district mais la rivalité entre Sadates et Hazaras a constitué un problème chronique dans ce district. 

    Maulvi Mahdi avait rejoint les rangs des talibans et prêté allégeance à ce groupe. Alors que les talibans n'étaient pas présents à Balkhab, Maulvi Mahdi a voulu profiter de leur absence du district pour établir une forteresse contre les talibans pour la défense des droits légitimes des Hazaras. 

    En représailles, les talibans ont démis Mehdi Mujahid en début d'année 2022 du poste de chef des renseignements dans la province de Bamiyan (Centre), en majeure partie peuplée de Hazaras. Il avait été nommé en août 2021 quand les islamistes avaient pris le pouvoir à Kaboul. La nomination du chef trentenaire avait été perçue comme un geste des talibans - majoritairement pachtounes - envers les Hazaras chiites.

    Lorsque Maulvi Mahdi s'est retourné contre les talibans, ceux-di l'ont accusé de ne pas chercher à mener une guerre de libération, mais de poursuivre un objectif de profit personnel. Le confit, selon eux, aurait eu pour réelle motivation la mainmise sur les ressources naturelles et minérales de Balkhab, en particulier l'extraction du charbon dont les Pakistanais étaient très friands.
    FWzFDpTWAAYyOye.jpeg

    Les talibans ont dépêché des forces dans ce district où Maulvi Mahdi s'était replié avec plusieurs combattants restés fidèles. L'offensive des talibans contre les partisans de Maulvi Mahdi a débuté fin juin 2022. Il s'est soldé par la défaite de Maulvi Mahdi. Le conflit a fait fuir de nombreux habitants de la région dans les montages environnantes, dans des conditions difficiles, car selon leur habitude, les talibans n'ont pas fait grand cas de la population civile.

    On n'avait plus de nouvelles de Maulvi Mahdi et ses hommes depuis quelque temps, mais, mercredi 17 août 2022, le ministère de la Défense a affirmé que des forces frontalières avaient identifié Mehdi Mujahid dans la province de Herat (Nord-Ouest), près de l'Iran "où il voulait fuir", et l'avaient "puni pour ses actes".

    Il était seul et "voulait entrer illégalement en Iran", a précisé à l'AFP le responsable provincial de l'information, Naeemul Haq Haqqani, ajoutant qu'il avait été "tué après un accrochage". Toutefois, des photos circulaient sur les réseaux sociaux montrant Mehdi Mujahid, visiblement vivant, détenu et encadré par deux talibans, laissant entendre que le chef rebelle aurait été exécuté ensuite. Naeemul Haq Haqqani a rejeté ces informations. "Les rumeurs selon lesquelles cette personne a été capturée vivante sont des mensonges", a-t-il déclaré.

    Conséquences de la guerre pour la population de Balkhab :
    Maulvi Mahdi ayant été vaincu, l'armée talibane contrôle désormais le bastion hazara de Balkhab. Il faut s'attendre à ce que les habitants chiites de Balkhab soient exposés à des atrocités de la part des talibans. 

    C'est précisément pour éviter ces conséquences désastreuses pour les Hazaras que les dirigeants de cette communauté n'ont pas bougé le petit doigt pour soutenir, au moins par la parole, Maulvi Mahdi. Il faut dire que la plupart des dirigeants connus des Hazaras se sont installés à l'étranger depuis que les talibans ont pris le contrôle de l'Afghanistan. Ils ne parlent ni de guerre avec les talibans ni de paix avec eux. On peut ajouter qu'ils n'étaient pas favorables à ce conflit pour des raisons politiques car si Maulvi Mahdi était sorti vainqueur de la bataille, celui-ci aurait comblé le vide des dirigeants politiques au sein de la communauté Hazara.

    Conséquences du confit pour les talibans : 
    Maintenant que les talibans sont sortis vainqueurs, il n'y a plus de commandant Hazara pour faire croire à un mouvement incluant d'autres religions. Plus rien ne peut camoufle  le visage ethnique des talibans. Tout le monde comprendra que les talibans sont un groupe de personnes qui travaillent sous le couvert de la religion pour consolider et assurer la suprématie du peuple Pachtoun sur les autres peuples. La religion est un outil entre les mains des talibans pour consolider leur domination ethnique. Tout ce qui n'est pas pachtoun sera attaqué et massacré.

    L'attaque armée des forces talibanes sur Balkhab a une fois de plus révélé l'agressivité et la violence de ce groupe. L'attaque de Balkhab a montré que les talibans ne sont pas enclins à la négociation. S'ils s'assoient parfois autour de la table de négociation avec un adversaire, ils ne veulent rien d'autre que de la soumission et de l'obéissance de la part de cet adversaire. 

    Il faut avoir à l'esprit que les hazaras d'Afghanistan ont été persécutés pendant des décennies, en particulier par les talibans au moment de leur premier passage au pouvoir (1996-2001). Ils continuent aussi à être la cible d'attaques du groupe jihadiste État islamique, qui les qualifie d'hérétiques. 

    Bien entendu, les pays voisins, notamment l'Iran, ne vont pas rester silencieux si la répression talibane s'abat sur le peuple hazara. Cela va rendre plus difficile l'établissement de bonnes relations entre l'Iran et les talibans. 

     

     

  • Afghanistan : Le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri tué à Kaboul

    Imprimer

    Zawahiri.jpgLe chef du groupe terroriste islamique al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a été tué en Afghanistan à la fin de la semaine dernière par les forces américaines. L'information a été confirmée par le président américain.

    Al-Zawahiri a été tué par deux missiles de précision tirés par un drone. L'opération de la CIA n'a porté préjudice à aucun citoyen non impliqué dans des activités terroristes.

    Un responsable de l'administration américaine a déclaré aux journalistes sous couvert d'anonymat qu'al-Zawahiri avait été tué à 21 h 48, heure de l'Est des États-Unis, le samedi 30 juillet, alors qu'il se trouvait dans une maison sécurisée à Kaboul, qui a été frappée par deux missiles RX9 "Ninja Missile". Ce missile, qui est né d'une version du missile Hellfire, est équipé de 6 énormes couteaux et pèse environ 100 livres, ce qui lui permet de toucher la cible avec précision sans blesser ceux qui l'entourent. L'absence d'explosifs permet au missile de limiter le nombre de victimes co-latérales. Un haut responsable des renseignements a également déclaré qu'une équipe au sol de la CIA et une reconnaissance aérienne menée après l'attaque ont confirmé la mort d'al-Zawahri. RX9 %22Ninja Missile%22.jpeg

    La maison (photo en titre) dans laquelle al-Zawahiri résidait avec sa famille se trouvait dans le district de Shirpur, dans le centre de Kaboul,  et appartenait à Sirajuddin Haqqani, le ministre de l'Intérieur du régime taliban.
    Shirpur district.jpeg

    Le président américain Joe Biden, s'exprimant à la Maison Blanche, a déclaré : "Il a laissé une traînée de meurtres et de violence contre des citoyens américains, des militaires américains, des diplomates américains et des intérêts américains. Maintenant, justice a été rendue et ce chef terroriste est parti... Lorsque j'ai mis fin à notre mission militaire en Afghanistan il y a près d'un an, j'ai pris la décision qu'après 20 ans de guerre, les États-Unis n'avaient plus besoin de milliers de soldats sur le sol afghan pour protéger les Américains des terroristes qui cherchent à nous nuire. Et j'ai fait la promesse au peuple américain que nous continuerions à mener des opérations antiterroristes efficaces en Afghanistan et au-delà. C'est ce que nous avons fait."

    Un haut responsable de l'administration américaine a souligné qu'Ayman al-Zawahiri représentait une menace immédiate pour les citoyens américains et pour la sécurité et les intérêts du pays.

    Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a commenté la notification officielle de l'élimination du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri à Kaboul. Blinken a accusé les talibans d'abriter al-Zawahiri et de le loger dans une maison sécurisée dans la capitale afghane. "Ils ont accueilli et hébergé le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri à Kaboul, en violation flagrante de l'accord conclu à Doha", a déclaré M. Blinken dans un communiqué, notant que la promesse des talibans de ne pas permettre aux terroristes d'utiliser le territoire afghan avait été rompue. "Ils ont également trahi le peuple afghan et son désir de reconnaissance par la communauté internationale et de normalisation des relations avec elle", a souligné le chef du département d'État américain. Dans le même temps, M. Blinken a souligné que les États-Unis continueraient à fournir une aide humanitaire au peuple afghan.

    Les talibans ont confirmé les informations des autorités américaines selon lesquelles, dans la nuit du 30 au 31 juillet, les Américains ont effectué une frappe aérienne sur une maison du centre de Kaboul. Le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, a écrit sur Twitter : "Le deuxième jour du premier mois de l'actuelle année 1444 de l'Hégire, des drones américains ont mené un raid aérien sur un immeuble résidentiel à Kaboul." Mujahid a déclaré que les Talibans condamnaient ces actions des Américains. Dans le même temps, les talibans n'ont pas commenté la déclaration des autorités américaines selon laquelle la frappe aérienne sur la cible à Kaboul a permis de liquider le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zauahiri.

    L'adjoint d'Ayman al-Zawahiri, Abou al-Khair al-Masri, avait été liquidé à Edleb en Syrie en 2017 par une frappe de drone.

    Ayman al-Zawahiri
    Le Dr Ayman al-Zawahiri était le chef de l'organisation extrémiste égyptienne du Jihad islamique. Il était appelé par les membres du parti : "Docteur, Maître, Abu Muhammad, Abu Fatima, Muhammad Ibrahim, Abu Abdallah, Abu al-Muiz, Noor, Eustaz, Abu Mohammed Noor al-Din, Abdel Muaz. Il parlait couramment non seulement l'arabe mais aussi le français.

    Il est né le 19 juin 1951 en Égypte dans une famille de scientifiques et de travailleurs médicaux respectés. À 15 ans, il est arrêté pour la première fois pour son implication dans l'organisation islamiste radicale des Frères musulmans, alors interdite en Égypte. Libéré à 17 ans, il entre à l'école de médecine militaire de l'université du Caire. En 1973, il est devenu un chirurgien qualifié. Il écrit plusieurs livres. L'un d'entre eux critiquait les activités des Frères musulmans.

    La vie d'Al-Zawahiri a changé brusquement dans les années 1980. D'un vénérable médecin, il est devenu un combattant pour la libération nationale du peuple afghan. Pendant plusieurs années, il a combattu l'armée soviétique sur le territoire de ce pays.

    À la fin des années 80, après le retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan, al-Zawahiri retourne en Égypte où il dirige l'organisation terroriste islamique "Jihad islamique" (il participe à l'organisation du "Jihad islamique" dans le territoire de  l'Autorité palestinienne). Al-Zawahiri a été condamné à mort par contumace par un tribunal égyptien pour avoir organisé des tentatives d'assassinat contre des personnalités politiques égyptiennes et une attaque terroriste contre l'ambassade égyptienne à Islamabad.

    Al-Zawahiri a rencontré Oussama ben Laden, apparemment alors qu'il était encore en Afghanistan. Au début des années 1990, il a établi avec Ben Laden un lien permanent qui n'a jamais été rompu. En 1998, le Jihad islamique égyptien est effectivement devenu la branche égyptienne d'Al-Qaïda.

    Ayman al-Zawahiri et son proche associé Muhammad Ataef ont ensuite rejoint les unités de combat d'Al-Qaida en Afghanistan, à la tête des unités indépendantes de l'organisation. Ils étaient alors considérés comme les commandants les plus influents de Ben Laden. Al-Zawahiri est également soupçonné d'avoir été le médecin personnel de Ben Laden.

    Le gouvernement américain considèrait al-Zawahiri comme le cerveau des attaques de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie.

    Les attaques américaines de la fin 2001 (suite aux attentats du 11 septembre) ont provoqué la mort d'Ataef, ainsi que de la femme et les trois filles d'al-Zawahiri. 

    La capture ou l'élimination d'al-Zawahiri a été revendiquée plus d'une fois. Par exemple, le 3 octobre 2002, l'agence Afghan Islamic Press a rapporté qu'al-Zauahiri avait été tué lors d'une opération spéciale de l'armée américaine en Afghanistan. Le 28 juin 2003, la télévision Al-Arabiya a rapporté que les forces de sécurité iraniennes l'avaient arrêté en Iran. Le 18 mars 2004, des sources pakistanaises ont à nouveau rapporté qu'al-Zawahiri avait été capturé ou tué lors d'une opération au Waziristan, au Pakistan. Ces informations n'ont pas été confirmées par la suite, et al-Zawahiri est apparu vivant et en bonne santé sur les chaînes de télévision arabes.

    Comment al-Zawahiri a-t-il été repéré par la CIA ?
    Le chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, s'est sans doute senti en sécurité après que les talibans aient pris le contrôle de l'Afghanistan. Il « apparaissait régulièrement à découvert sur son balcon », estimant que le danger était passé. Erreur : Les États-Unis recherchaient toujours les planificateurs des attentats du 11 septembre 2001, et le nom d'Ayman al-Zawahiri était toujours en haut de la liste des personnes recherchées.

    Les Américains ont eu du mal à repérer al-Zawahiri jusqu'à ce qu'ils apprennent que le chef dal-Qaïda et sa famille avaient trouvé refuge à Kaboul, profitant du fait que l'Afghanistan était tombé entre les mains des talibans, son fidèle allié. 

    Ayman al-Zawahiri a été identifié à plusieurs reprises alors qu'il se tenait sur son balcon, la maison a été étudiée et le moment soigneusement choisi pour "minimiser les risques pour les civils". Les responsables de la défense et du renseignement ont finalisé le plan en juin, et il a été présenté à Biden. à la Maison Blanche le 1er juillet. La décision a été prise le 25 juillet.

    Un responsable américain a laissé entendre que les services de renseignement pakistanais auraient contribué à la dissimulation d'Ayman Al-Zawahiri, sans parler de complicité, tandis que des éléments du mouvement "Haqqani", dont leur chef avait fourni la maison, ont pris des mesures pour dissimuler sa présence et assurer sa protection.

     

     

     

     

  • Afghanistan : Deux hommes armés tués près d'une "jirga" devant légitimer le régime taliban

    Imprimer

    Deux hommes armés ont été abattus jeudi à Kaboul par des talibans, près du lieu où se déroulait un grand conseil loya jirga) réunissant des milliers d'érudits religieux et d'aînés tribaux, qui devraient légitimer le régime fondamentaliste islamiste au pouvoir en Afghanistan. (Vidéo).

    Selon des responsables talibans, les deux hommes ont commencé à tirer depuis le toit d'un immeuble près du lieu du rassemblement, avant d'être "rapidement éliminés par les moudjahidines" (les "combattants" du régime taliban).

    Composé uniquement d'hommes et convoqué par les talibans, ce conseil est décrit comme une "jirga", une assemblée traditionnelle d'anciens au sein de laquelle les divergences doivent normalement être réglées par consensus.

    Les médias n'ont pas eu le droit d'y accéder, mais certains discours ont été retransmis à la radio d'État, la plupart appelant à l'unité derrière le régime taliban au pouvoir depuis août 2021.

    "L'obéissance est le principe le plus important" du régime, a ainsi déclaré à l'ouverture du conseil Habibullah Haqqani, qui le préside. "Nous devons obéir à tous nos dirigeants dans toutes les affaires, sincèrement et véritablement", a-t-il dit. 

    Des responsables américains et talibans devaient discuter jeudi au Qatar d'un mécanisme pour débloquer des fonds afghans, Washington cherchant à s'assurer qu'ils sont utilisés à des fins humanitaires.
    Les talibans ont peiné à se muer en administration civile, eux qui étaient depuis 20 ans une rébellion combattant les forces américaines et leurs alliés, qui ont quitté le pays juste après la prise de Kaboul par les talibans, fin août 2021.

    Depuis leur retour au pouvoir, l'Afghanistan est plongé dans une profonde crise économique et humanitaire, la communauté internationale ayant fermé les vannes de l'aide financière qui portait le budget du pays à bout de bras depuis deux décennies.

    Femmes exclues
    Une source talibane a affirmé à l'AFP que les participants à la "jirga" - prévue sur trois jours - seraient autorisés à critiquer le pouvoir en place et que des sujets épineux, tels que l'éducation des filles, objet de débat au sein même du mouvement, seraient au programme.

    Les femmes ne sont pas autorisées à y assister. Le vice-Premier ministre, Abdul Salam Hanafi, a estimé mercredi que cela n'était pas nécessaire, car elles seront représentées par des parents masculins. "Lorsque leurs fils sont dans le rassemblement, cela signifie qu'elles sont également impliquées", a-t-il dit.

    La décision d'exclure les femmes a été prise par les "oulémas" (érudits religieux), a justifié Zabihullah Mujahid, le porte-parole des talibans, lors d'une conférence de presse en fin de journée. "Nous prenons en considération leurs besoins ou leurs réflexions et observations", a-t-il ajouté.

    Pour la militante des droits des femmes Razia Barakzai, cette exclusion relève d'une "logique intolérable". "Les femmes devraient faire partie des décisions qui les concernent (...) La vie a été enlevée aux femmes afghanes", a-t-elle déclaré à l'AFP.

    Les talibans assurent avoir le soutien d'une très large majorité de la population, qui ne s'est pas révoltée contre eux en masse depuis leur retour au pouvoir. Ils sont revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir, entre 1996 et 2001, restreignant très fortement les droits des femmes.

    Filles privées d'école
    Les talibans ont largement exclu les femmes des emplois publics, ont restreint leur droit à se déplacer et ont interdit l'accès des filles au collège et au lycée. Les femmes se sont aussi vu imposer le port du voile intégral, couvrant le visage, pour toute sortie en public.

    Interrogé au sujet de l'accès à l'éducation pour les adolescentes, Zabihullah Mujahid a assuré que les érudits religieux donneraient leur avis, mais que ce serait ensuite "aux dirigeants (des talibans) de décider".

    A la tribune du conseil, un influent imam a déclaré que quiconque tenterait de renverser le régime devrait être décapité. "Ce drapeau (taliban) n'a pas été hissé facilement, et il ne sera pas abaissé facilement", a déclaré Mujib ur Rahman Ansari, l'imam de la mosquée Gazargah à Herat (ouest). "Tous les érudits religieux d'Afghanistan devraient convenir (...) que quiconque commet le moindre acte contre notre gouvernement islamique devrait être décapité et éliminé", a-t-il dit.

    Plus de 3.000 personnes venant de toutes les régions du pays participent au conseil, soit le plus grand rassemblement de personnalités influentes depuis le retour au pouvoir des talibans.

    Les médias afghans spéculent aussi sur l'éventuelle présence du chef suprême des talibans et du pays, Hibatullah Akhundzada, lequel n'a jamais été filmé ou photographié en public depuis leur arrivée au pouvoir.

    Seuls des enregistrements audio de M. Akhundzada, qui vit reclus à Kandahar, le centre spirituel des talibans, ont été rendus public, sans qu'ils aient pu être authentifiés de source indépendante.