Tal Menashe

  • Cisjordanie : Arrestation d'un Palestinien soupçonné du meurtre d'une Franco-Israélienne

    Imprimer

    Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi 24 décembre l'arrestation d'un Palestinien après le meurtre brutal en début de semaine d'une Franco-Israélienne près d'une colonie de Cisjordanie occupée.
     
    Le corps d'Esther Horgen (photo), 52 ans, mère de six enfants, avait été retrouvé lundi, portant des marques de coups, dans une forêt près de la petite colonie israélienne de Tal Menashe, dans le nord de la Cisjordanie occupée.
     
    A l'issue de l'enquête menée par différents services de sécurité israéliens, un homme "soupçonné d'être impliqué dans le meurtre d'Esther Horgen (...) a été arrêté" jeudi, selon un communiqué du Shin Beth, service de sécurité intérieure israélien. Il s'agit d'un "Palestinien de la région de Jénine", dans le nord de la Cisjordanie, dont l'interrogatoire par le Shin Beth se poursuivait. Les autorités israéliennes privilégient pour expliquer son geste la piste nationaliste, dans le contexte du conflit israélo-palestinien
     
    "Comme d'habitude, nous avons utilisé tous les moyens à la disposition des forces de sécurité pour retrouver rapidement et arrêter un suspect dans le meurtre d'Esther Horgen", a écrit jeudi sur Twitter le ministre israélien de la Défense Benny Gantz. "L'armée et les forces de sécurité retrouveront tous les terroristes et éradiqueront le terrorisme quel que soit l'endroit et le moment où il relève la tête", a-t-il ajouté.
     
    L'armée israélienne a annoncé mardi l'envoi de renforts en Cisjordanie en raison d'une montée des tensions après le meurtre d'Esther Horgen.
     
    Les autorités israéliennes ont ouvert une enquête après des indications selon lesquelles la quinquagénaire avait été battue à mort, après être sortie dimanche faire un jogging dans une forêt non loin de son domicile. 
     
    Des centaines de personnes ont assisté mardi aux funérailles de cette Franco-Israélienne, née Brigitte Attelan et qui avait grandi à Fontenay-aux-Roses (sud de Paris) avant de partir pour Israël il y a une trentaine d'années.
     
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait promis lundi qu'Israël "règlerait ses comptes" avec son meurtrier. 
     
    Le meurtre a également été condamné par le ministère français des Affaires étrangères qui a dénoncé un "crime odieux". "La France condamne avec la plus grande fermeté le meurtre d'une ressortissante française en Cisjordanie", avait indiqué le ministère en début de semaine.
     

  • Cisjordanie : Renforts militaires israéliens après le meurtre d'une Franco-Israélienne

    Imprimer

    Plusieurs incidents survenus en Cisjordanie cette semaine semblent laisser prévoir des tensions de plus grande ampleur entre Israéliens et Palestiniens. 

    C'est pour cette raison que l'armée israélienne a annoncé mardi 22 décembre avoir déployé des renforts en Cisjordanie, notamment après le meurtre d'une Franco-Israélienne. 
     
    "Il a été décidé de renforcer la division de Judée et Samarie (nom donné par Israël à la Cisjordanie) afin d'améliorer la défense des communautés et des routes", a indiqué l'armée israélienne, sans préciser le nombre de soldats déployés.
     
    Ces renforts ont été annoncés au lendemain de la découverte de la dépouille d'Esther Horgen (photo), 52 ans, une Franco-Israélienne mère de six enfants, dans une forêt près de la petite colonie israélienne de Tal Menashe. Interrogé pour savoir si ces renforts étaient liés à ce décès, un porte-parole de l'armée a répondu par l'affirmative et a évoqué aussi "d'autres" événements sécuritaires sans détailler.
     
    Plus de 450.000 Israéliens vivent aujourd'hui dans les colonies, jugées illégales par le droit international, en Cisjordanie, un territoire occupé depuis 1967 par Israël et peuplé de 2,8 millions de Palestiniens. Des heurts interviennent fréquemment entre Palestiniens et colons israéliens près de Naplouse (nord) et de Hébron (sud).
     
    Des centaines de personnes ont assisté mardi aux funérailles de cette Franco-Israélienne, née Brigitte Attelan et qui a grandi à Fontenay-aux-Roses (sud de Paris) avant de partir pour la Terre sainte il y a une trentaine d'années. Après une cérémonie à son domicile de Tal Menashe, la foule s'est rendue au cimetière pour la mise en terre.
     
    "Esther Horgen a été cruellement assassinée alors qu'elle était sortie faire un footing près de chez elle. Les forces de sécurité vont arrêter le meurtrier aussitôt que possible et nous règlerons nos comptes avec lui", a déclaré lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. "La France condamne avec la plus grande fermeté le meurtre d'une ressortissante française en Cisjordanie", a indiqué le ministère français des Affaires étrangères, appelant à ce que "toute la lumière" soit faite sur "ce crime odieux, dont les auteurs devront être traduits en justice". 
     
    Esther Horgen était issue "d'un judaïsme pluraliste, certes très pratiquant, mais très ouvert", a déclaré à l'AFP Anne Baer, une amie d'enfance, émue par un mot écrit il y a quelques années par la disparue: "Les personnes les plus heureuses sont celles qui ont l'esprit tranquille, pas celles qui sont nanties".

  • Cisjordanie : Une Franco-israélienne retrouvée morte près d'une colonie en Cisjordanie

    Imprimer

    La police israélienne a diligenté lundi 21 décembre une enquête sur le décès mystérieux d'une Franco-israélienne retrouvée morte, le crâne fracassé, dans la nuit près d'une colonie israélienne en Cisjordanie, le ministre de la Défense Benny Gantz évoquant un "meurtre horrible".
     
    La dépouille d'Esther Horgen, mère de six enfants et âgée de 52 ans, a été retrouvée avec des marques de coups dans une forêt près de la petite colonie de Tal Menashe, dans le nord de la Cisjordanie, selon les autorités. Des sources diplomatiques ont indiqué à l'AFP que Esther Horgen avait la nationalité israélienne et française.
     
    La police israélienne a lancé une enquête sur cette mort suspecte que Benny Gantz a qualifié de "meurtre horrible". "Les forces de sécurité travaillent déjà pour mettre la main sur le meurtrier", a souligné M. Gantz sur Twitter. Contacté par l'AFP, un porte-parole de l'armée israélienne a précisé que l'enquête était bien menée par la police israélienne et non les militaires. Il semble que des arrestations aient déjà eu lieu.
     
    Informations à suivre dès confirmation de notre correspondant..