SYRIE

  • Syrie : Répartition des bases US et russes dans le nord-est syrien

    Imprimer

    En bleu : Bases russes - en rose : bases américaines :

    Bases US et russes.jpeg

  • Syrie : Bombardements israéliens sur la région de Damas

    Imprimer

    La défense aérienne syrienne est entrée en action à 22H16 dans le ciel de Damas pour tenter de repousser une attaque de l'armée de l'air israélienne. L'aviation israélienne a frappé des cibles militaires  iraniennes au sud de Damas. L'attaque a été menée par des F-16 qui ont tiré leurs missiles des hauteurs du Golan sur la zone de l'aéroport international de Damas et le village de Gizlania. L'armée syrienne a riposté, utilisant les systèmes de défense aérienne Pantsir-S et Buk-M2 fournis par la Russie pour repousser l'attaque.

    Le raid israélien pourrait être en représailles à l'attaque du navire Helios Ray appartenant à une société israélienne ds le Golfe d'Oman. Israël a attaqué l'Iran d'être responsable de cette attaque à l'aide de mines magnétiques. 

    Dans la soirée du 28 février, une réunion d'urgence avait eu lieu avec la participation du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du ministre de la Défense Beni Gantz et du chef d'état-major général Aviv Kohavi et d'autres hauts responsables de la sécurité.

    Plus tôt, une source israélienne de haut niveau avait déclaré que l'État juif ne pouvait pas laisser sans réponse l'attaque contre le navire israélien. L'attaque, attribuée au Corps des gardiens de la révolution islamique, est considérée en Israël comme un franchissement de la «ligne rouge» par l'Iran.

     Cinq explosions ont été entendues, dont une dans la direction de l'aéroport international de Damas et de ses environs. La force al-Quds, la force spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran est installée dans cette région. La zone sud de Damas, qui s'étend de la région d'Aqraba à l'aéroport international de Damas en passant par Sayyida Zainab, est sous le contrôle de la force al-Quds et de la milice libanaise Hezbollah. 

    Une cible située dans le secteur du sanctuaire chiite de  Sayyida Zainab situé dans la banlieue de Damas et gardé par des milices pro-iraniennes aurait également été pris pour cible. L'Observatoire Syrien pour les Droits de l'Homme (OSDH) a confirmé que l'armée de l'air israélienne avait attaqué des militants pro-iraniens et des cibles du Hezbollah dans la région de Sayyida Zainab, au sud de Damas.

    Le vol Istanbul-Amman de Turkish Airlines a fait demi-tour en raison des tensions dans le ciel syrien.
    EvV0DhQWQAAYDnU.png

  • Syrie : Une frappe de missiles cible des trafiquants de pétrole dans une région sous contrôle turc

    Imprimer

    Tard, dans la soirée du 27 février, une frappe de missiles a ciblé des raffineries de fortune et des réservoirs de stockage utilisés par des trafiquants de pétrole syriens dans la partie du nord d'Alep occupée par la Turquie.

    Plusieurs missiles ont frappé les installations et l'équipement des trafiquants, qui sont situés dans le village de Mazaalah au sud-ouest de la ville de Jarabulus, à la frontière avec la Turquie. Aucune victime n'a été rapportée.

    Des militants de l'opposition ont déclaré que les missiles avaient été lancés depuis la périphérie de la ville d'Alep, contrôlée par le gouvernement. Les militants ont également partagé des photos en ligne montrant les restes de l'un des missiles, un missile balistique tactique OTR-21 Tochka de fabrication soviétique. L'armée arabe syrienne exploite un nombre indéterminé de systèmes Tochka.

    L'OTR-21 Tochka a une autonomie de 70 à 185 km selon la variante et une erreur circulaire probable, CEP, de moins de 70 m. La variante utilisée dans la frappe contre les trafiquants de pétrole à Mazaalah était probablement armée d'une ogive à fragmentation.

    Les trafiquants dans les zones occupées par la Turquie vendent du carburant puisé illégalement par les Forces Démocratiques Syriennes à partir des champs pétrolifères du nord-est de la Syrie.

    Ce n'est pas la première fois qu'une frappe de missile prend pour cible les trafiquants de pétrole. Au cours de l'année dernière, plusieurs frappes de missiles et des drones munis d'explosifs ont touché les installations et l'équipement des trafiquants de pétrole dans les zones occupées par la Turquie. L'attaque la plus récente, qui a eu lieu le 9 février, a également été lancée depuis Alep.

    OTR-21-Tochka-678x1024.jpg

     

  • Syrie : Des dizaines de frappes aériennes russes pilonnent les positions de Daech en Syrie centrale

    Imprimer

    Dimanche 28 février, des avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) ont ciblé des positions de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie. Plus de 40 frappes aériennes ont été menées, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Les frappes aériennes russes ont touché des repaires de l'Etat islamique dans le triangle Hama-Alep-Raqqa, principalement sur la route entre la ville d'Ithriyah à l'est de Hama et al-Tabqah au sud de Raqqa, ainsi que le secteur de Shulah où quatre raids ont été effectués dans la soirée du 28 février. On ignore si les frappes ont occasionné des pertes humaines.

    L'intervention de l'armée de l'air russe a été exécutée en soutien à l'Armée arabe syrienne (AAS), qui mène des opérations de ratissage dans la région depuis quelques semaines.

    Plus tôt cette semaine, l'AAS a découvert dix caches et dépôts de munitions des cellules de l'Etat islamique à Jabal Bishri, situé entre Raqqa et Deir Ezzor.

    L'armée de l'air russe soutient les opérations de l'armée syrienne dans la région centrale depuis près d'un an. Les récentes opérations ont infligé de lourdes pertes à l'Etat islamique et obligent le groupe islamiste radical à réduire le nombre de ses militants dans la région.

    Les cellules de l'Etat islamique sont principalement présentes dans le désert de Homs, qui s'étend entre l'est de Homs et l'ouest de Deir Ezzor. L'année dernière, ils ont commencé à s'implanter hors de cette région. Le groupe islamiste a mené des dizaines d'attaques dans le triangle Hama-Alep-Raqqa. 

     

  • Syrie : Des hommes armés attaquent les postes de contrôle du régime à Al-Sanamayn, province de Daraa

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a fait état de plusieurs attaques menées par des inconnus armés aux premières heures de samedi matin 27 février. Les attaques ont visé des postes  militaires des forces du régime et des services de sécurité dans la ville d'Al-Sanamayn dans le nord de la province de Daraa . On ignore s'il y a eu des victimes. 

    D'autres hommes armés ont ouvert le feu sur un civil, travaillant comme chauffeur entre la Syrie et le Liban, dans la ville de Ghasam, dans l'est de la province de Daraa. Le chauffeur a survécu.

    Chaos sécuritaire dans la province de Daraa
    Depuis le début du chaos sécuritaire à Daraa, début juin 2019,  l'OSDH a documenté plus de 937 attaques et tentatives d'assassinat par balles ou mines en bords de route, ou encore par l'explosion de motos et  voitures piégées. Ces attaques et assassinats ont coûté la vie à 606 personnes :
    - 172 civils, dont 12 femmes et 16 enfants
    - 270 soldats du régime, loyalistes et collaborateurs des services de sécurité du régime
    - 114 rebelles ralliés au régime et servant dans les rangs des services de sécurité du régime, y compris d'anciens commandants rebelles
    - 23 miliciens syriens affiliés au Hezbollah libanais et aux forces iraniennes
    - 25 membres du  5e Corps d'assaut créé par la Russie.

  • Syrie : Des rebelles syriens pro-turcs prétendent ramener la sécurité dans les zones contrôlées par la Turquie

    Imprimer

    Le ministère de la Défense du soi-disant gouvernement intérimaire syrien a lancé le 27 février une vaste opération de sécurité contre les «terroristes» et les «criminels» dans les zones occupées par la Turquie dans le nord et le nord-est de la Syrie.فصائل-الجيش-الوطني-السوري-750x430.jpgDans un communiqué, le ministère a déclaré que l'Armée nationale syrienne (ANS)(photo ci-dessus) ciblerait «les cellules terroristes, les gangs criminels et les restes de groupes terroristes» pendant l'opération.

    «Le slogan de l'ANS dans cette opération est d'éradiquer le terrorisme, d'étendre la sécurité et la stabilité, de préserver les droits de l'homme et d'adhérer aux dispositions du droit international», indique le communiqué.

    Le ministère de la Défense a affirmé que l'opération avait été lancée à la suite d'une réunion entre le gouvernement intérimaire et les commandants de l'ANS.

    Cependant, des problèmes sont rapidement apparus en raison du manque de réelle coordination. Le Jabhat al-Shamiya (Front du Levant)(photo ci-dessous), l'une des factions les plus importantes de l'ANS, a empêché toute force participant à l'opération d'entrer dans ses zones. Une autre faction de l'ANS, Ahrar al-Sharqiyah, a pris une position similaire.
    فصائل-موالية-لتركيا-الجبهة-الشامية.jpgL'opération, qui semble être un échec complet, a été vivement critiquée par les militants de l'opposition. L'ANS a mené plusieurs opérations similaires au cours des dernières années, qui ont toutes échoué.

    Les zones occupées par la Turquie dans le nord et le nord-est de la Syrie ont subi une série d'attentats à la bombe au cours des trois dernières années. Des centaines de personnes ont été tuées ou blessées.

    La nouvelle opération est davantage un coup de propagande. Selon certains militants, les membres de l'ANS  faciliteraient eux-mêmes les attentats à la bombe et les activités criminelles dans les zones occupées par la Turquie en échange de pots-de-vin.photo_2021-02-27_11-45-14-2-768x580.jpg

  • Syrie : L'armée syrienne découvre plusieurs repaires et dépôts de munitions de l'Etat islamique à Deir ezZor

    Imprimer

    L'Armée Arabe Syrienne (AAS) et ses alliés ont découvert de nombreuses caches et dépôts de munitions des cellules de l'Etat islamique dans l'ouest et le nord-ouest de la province de Deir Ezzor, ont rapporté des sources pro-gouvernementales le 26 février.
    154837286_3581500338625976_141167381778145819_n.jpg

    L'AAS et ses alliés mènent depuis quelques mois des opérations de ratissage autour du principal bastion de l'Etat islamique au centre de la Syrie, le désert de Homs.

    Selon des sources pro-gouvernementales, l'AAS a récemment étendu ses opérations de ratissage dans l'ouest et le nord-ouest de la province de Deir Ezzor. L'armée a atteint les régions de Jabal Bishri et d'al-Harbiat pour la première fois depuis longtemps.

    Dans le Jabal Bishri, les unités de l'AAS ont découvert et détruit trois caches, six dépôts de munitions et une antenne médicale de l'Etat islamique. Des armes, du matériel médical et plusieurs cartes d'identité de combattants du régime tués récemment par le groupe terroriste ont été retrouvés sur place.
    Cartes de soldats turs aux mains de Daech.jpg

    Les forces aérospatiales russes soutiennent activement les opérations de l'AAS à Djebel Bishri. La semaine dernière, une série de frappes aériennes russes a éliminé des dizaines de jihadistes dans la région.

    Les opérations de l'AAS dans la région centrale ont réussi à faire pression sur l'Etat islamique. Le groupe islamiste radical semble avoir renoncé à ses opérations dans la région au cours des dernières semaines.