Sukhnah

  • Syrie : Offensive à grande échelle de l'Etat islamique contre des points de contrôle du régime à l'est de Homs

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a rapporté que l'Etat islamique a mené une attaque à grande échelle contre des points de contrôle du régime et des points proches de la troisième station et du champ pétrolier d'Al-Hail dans l'est de la province de Homs samedi 23 juillet 2022 à l'aube. Des soldats du régime ont été tués et blessés. Les blessés ont été transportés à l'hôpital national de Palmyre.

    Selon l'OSDH, l'Etat islamique a attaqué les positions du régime dans le désert d'Al-Hammad, dans le triangle frontalier Syrie-Jordanie-Irak.

    Samedi matin, des avions de combat russes ont effectué près de 30 frappes aériennes, ciblant les positions de l'Etat islamique dans le désert syrien. Les frappes aériennes russes ont eu lieu dans le désert de Resafah, au sud-ouest de Raqqah, et les environs d'une zone archéologique à l'extrême nord-est de Hama. Aucune victime n'a été signalée.

    Le 20 juillet, l'OSDH a rapporté la mort d'un membre des milices irakiennes du harakat Al-Nujabaa et la blessure de plusieurs autres lorsque leur véhicule 4×4 a été attaqué par des hommes armés non identifiés qui seraient membres de l'Etat islamique, dans la zone entre Al-Kom et le village de Tabiya dans l'est de la province de Homs. Les blessés ont été transportés à la clinique de Sukhna.

  • Syrie : 11 soldats syriens tués dans l'explosion de leur bus à Raqqa

    Imprimer

    L'agence de presse syrienne "SANA" a fait état de la mort de 11 soldats et de deux civils, ainsi que de blessés, à la suite d'un attentat terroriste visant leur bus à Raqqa.

    Une source militaire a déclaré : « Vers 6 h 30 ce matin), un bus Pullman a été victime d'une attaque terroriste sur la route Raqqa-Homs dans la région d'Al-Jira, qui a entraîné la mort de onze soldats et de deux civils. 3 autres soldats ont été blessés."

    Le nombre de morts est susceptible de s'alourdir, compte tenu de la présence de blessés graves.

    L'attaque a eu lieu sur la route reliant Al-Zamla à Jabal Al-Bishri dans la province de Raqqa".

    Il y a trois jours, 5 cadavres de membres d'une milice soutenue par la Russie sont arrivés à l'hôpital national de Palmyre, après avoir été pris pour cible par l'Etat islamique alors que leur voiture passait près de la jonction du village d'Ark Atiyah, près de Sukhna dans la région désertique de Badia.

    Trois membres de l'Etat islamique dont un commandant se sont évadés des prisons des FDS
    Au cours des dernières heures, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que les Forces démocratiques syriennes avaient mobilisé leurs combattants depuis l'aube du dimanche 19 juin dans les environs de la prison centrale située au nord de la ville de Raqqa, l'ancien fief de l'Etat islamique.

    L'OSDH, citant des sources anonymes, a déclaré que l'alerte avait été déclenchée suite à des informations confirmées sur l'évasion de trois membres de Daech, dont un commandant, de la prison centrale, où sont détenus de nombreux anciens membres de l'Etat islamique.

    L'OSDH a ajouté que l'évasion s'était produite à l'aube du dimanche et que des coups de feu avaient été entendus à proximité de la prison centrale, suivis de l'arrivée d'ambulances dans la zone de la prison.

     

  • Syrie : l'Etat islamique frappe des milices affiliées à Téhéran

    Imprimer

    Des cellules de l'État islamique ont mené une attaque à grande échelle à l'est du gouvernorat de Homs, dans le centre-sud de la Syrie, faisant des morts et des blessés. Des groupes armés pro-iraniens soutenus par le Corps des Gardiens de laRévolution Islamique d'Iran (CGRI) ont été pris pour cible.

    L'attaque a été menée le matin du 7 février à l'aide d'armes lourdes moyennes, notamment des canons de calibre 106, des obus de mortier, des missiles Kornet et des mitrailleuses montées sur des véhicules à quatre roues. 

    La cible était un camp appartenant à la Brigade Fatemiyoun, une milice chiite afghane formée en 2014 pour combattre en Syrie et soutenue par les gardes iraniens. Le camp est situé sur la route reliant les villes de Palmyre et Sukhna et a été touché par les versants nord et est pendant environ une heure et demie. Le bilan est de 8 membres de la brigade pro-iranienne tués et de "nombreux" blessés, qui ont été transférés à l'hôpital de Palmyre, placé sous le contrôle de milices liées à Téhéran. 

    Les jours précédents l'attaque du 7 février, la même brigade Fatemiyoun avait lancé une opération militaire contre les cellules de l'Etat islamique encore actives dans les zones à l'est de Homs et surtout dans les zones désertiques de Palmyre et le long des montagnes d'al-'Amour. L'opération a été menée non seulement par des groupes armés pro-iraniens, mais aussi par des avions de guerre russes, toujours engagés dans la lutte contre l'État islamique dans la région désertique de Badia,  dans le sud-est du gouvernorat de Hama, au sud et à l'ouest du gouvernorat de Raqqa, à l'est du gouvernorat de Homs et dans la région de Deir Ezzor. L'objectif des raids sont toujours et encore les grottes et les caches utilisées par les jihadistes de l'Etat islamique.

    La fin du califat islamique en Syrie remonte au 23 mars 2019, date à laquelle les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont officiellement annoncé la conquête de la dernière enclave sous contrôle de l'Etat islamique, Baghouz, dans l'est de la Syrie. Cependant, comme le soulignent également les  rapports nationaux sur le terrorisme 2020, développé par le département d'État américain, l'État islamique, tant en Syrie qu'en Irak, continue de conserver une "présence active", et mène une "insurrection de bas niveau". Au premier semestre 2020, il y a eu une augmentation du nombre d'attaques perpétrées par l'organisation islamique dans les deux pays. En Syrie, en 2020, les attaques, bombardements et embuscades ont principalement concerné la région ouest de l'Euphrate, la vallée de Deir Ezzor, ainsi que Raqqa, Homs et Souheida, ainsi que les zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes.

    Dans le même temps, le rapport national sur le terrorisme inclut la Syrie parmi les États parrains du terrorisme, une désignation acquise en 1979, et souligne comment le gouvernement de Damas continue de fournir des armes et un soutien à divers groupes terroristes, dont le Hezbollah, permettant leur réarmement également à partir de l'Iran. Le régime syrien, selon le Département d'État, a continué d'entretenir des liens étroits avec Téhéran et le Hezbollah en 2020. Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) reste présent et actif en Syrie, avec l'autorisation du président Bachar al-Assad, qui dépend de plus en plus d'acteurs extérieurs pour protéger ses territoires des ennemis étrangers. Enfin, des groupes pro-iraniens basés en Irak continuent de se rendre en Syrie pour épauler l'armée de Damas.

    Enfin et surtout, le gouvernement syrien, tout comme le gouvernement turc, est accusé de ne pas avoir renoncé à manipuler   les organisations terroristes, telles qu'Al-Qaïda et Etat islamique, comme il l'a fait dans le passé, pour éventuellement les utiliser contre leurs adversaires, les Forces Démocratiques Syriennes et la coalition internationale qui occupent de facto le nord est du pays, bien que le gouvernement de Damas s'affirme lui-même être victime du terrorisme islamique. 

  • Syrie : Des avions de guerre russes frappent une position de Daech dans le centre - Rumeurs d'opérations au sol

    Imprimer

    Dimanche 2 janvier 2022, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a visé la vaste région centrale de la Syrie où l'Etat islamique est toujours présent et actif.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 15 frappes aériennes ont visé des caches de l'Etat islamique dans l'est de la province de Homs, l'ouest de Deir Ezzor ainsi que dans le triangle Hama-Alep-Raqqa.

    La veille, au moins 25 frappes aériennes russes ont visé des positions de l'Etat islamique près de la ville d'Ithriyah dans l'est de la province de Hama et à proximité de la ville de Tabqa dans le sud de la province de Raqqa.

    Un rapport du journal londonien Asharq al-Awsat a révélé que les récentes frappes aériennes russes sur le centre de la Syrie faisaient partie d'une opération à grande échelle en cours contre les djihadistes de l'Etat islamique dans la région. Les forces russes seront censées diriger l'opération.

    Le 5 e corps de l' armée arabe syrienne (AAS) et la brigade palestinienne al-Qods ont déployé d'importants renforts dans l'est de la province de Homs pour soutenir l'opération. La Russie a également déployé plusieurs hélicoptères d'attaque sur la base aérienne de Palmyre.

    L'opération à venir ciblera principalement les cellules de l'Etat islamique qui s'abritent entre Palmyre et la ville d'al-Sukhnah à l'est, selon Asharq Al-Awsat.

  • Syrie : L'Etat islamique revendique 18 attaques dans le nord-est de la Syrie cette semaine.

    Imprimer

    L'Etat islamique a revendiqué 18 attaques dans le nord-est de la Syrie cette semaine.3 attaques ont eu lieu dans les provinces de Raqqa et Hassakeh, 11 à Deir Ez Zor et 1 non précisée.

    Le 8 novembre, les jihadistes de Daech ont tiré sur un convoi dans la ville de Hassakeh et ont attaqué QG des Forces Démocratiques Syriennes à Shuhayl, Busayrah, Mashikh et Tayyana avec des armes légères et des grenades.

    L'armée de l'air russe mène des dizaines de frappes contre les positions de Daech en réponse à des attaques à l'est des provinces de Homs et Hama
    Tôt le vendredi 12 novembre, les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont lancé une attaque à grande échelle contre les forces pro-gouvernementales dans l'est des provinces de Homs et Hama.

    Les jihadiste ont attaqué des positions des Forces de défense nationale près de la ville antique de Palmyre et de la ville de Soukhnah dans l'est de la province de Homs ainsi qu'à la périphérie de la ville de Salamiyah dans l'est de la province de Hama.

    Les jihadistes ont utilisé des armes lourdes, y compris des roquettes, lors de leur attaque. 

    L'attaque a provoqué une violente riposte de la part des Forces aérospatiales russes (VKS). Les avions de combat russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes sur des positions de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    "Trois avions de combat se sont relayés pour cibler les zones de l'État islamique dans le désert d'Ithriyah et le triangle Alep-Hama-Raqqa, en plus du désert de Palmyre dans l'est de la province de Homs", a déclaré l'OSDH.

    On ignore si les jihadistes de l'Etat islamique ont réussi à prendre une position ou à infliger des pertes aux forces gouvernementales lors de leur attaque à grande échelle.

    L'Etat islamique tente vainement d'étendre son influence dans le centre de la Syrie depuis un certain temps maintenant. Les forces gouvernementales syriennes, avec le soutien du VKS, continuent de garder le contrôle de tous les centres urbains et les routes principales de la région.

  • Syrie : L'armée de l'air russe a tué au moins 55 membres de Daech en une semaine

    Imprimer

    Les avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué plus de 200 frappes aériennes contre des positions de l'Etat islamique dans la région centrale de la Syrie au cours de la première semaine d'octobre, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le 8 octobre.

    Selon l'OSDH, les frappes aériennes russes ont visé des positions de Daech à la périphérie d'Ithriyah, Resafa et d'autres zones du triangle Hama-Alep-Raqqa, la périphérie de Soukhnah et Palmyre dans la partie orientale de la province de Homs. et plusieurs zones à l'ouest de Deir Ezzor.

    « En l'espace d'une semaine, ces frappes aériennes ont coûté la vie à 17 combattants de l'organisation [EI] et en ont blessé pas moins de 27 autres », a déclaré le groupe dans son rapport.

    Les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont récemment intensifié leurs attaques. Les terroristes ont tué un officier de l'armée syrienne et plusieurs combattants pro-gouvernementaux au cours de la semaine dernière.

    Les avions de combat russes opèrent 24 heures sur 24 au-dessus du centre de la Syrie afin de soutenir les opérations de ratissage menées par les forces gouvernementales dans la région.

    Malgré de lourdes pertes au cours de la dernière année à la suite de frappes aériennes et d'opérations au sol, les cellules de l'Etat islamique continuent d'être actives dans la région centrale. 

  • Syrie : Après la mort d'un officier russe, les avions russes attaquent des militants de Daech

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte qu'après la mort d'un militaire russe dans l'explosion d'un IED dans la province désertique de Homs, des avions russes ont lancé une série de frappes sur des positions de l'État islamique.

    Au total, selon l'OSDH, au cours des seules dernières 24 heures, les avions russes ont effectué plus de 60 raids aériens dans les régions de Shulah, Resafa, Atriya, Sukhna et Jebel Al-Bishri.