SUEDE

  • Suède : Emeutes de musulmans à Malmö après la destruction d'un Coran par le feu

    Imprimer

    2020:08:28.jpg

    Des émeutes ont éclaté vendredi 28 août à Malmö, en Suède quelques heures après que le chef d'un parti danois d'extrême droite, connu pour ses provocations anti-musulmanes, ait été interdit d'entrée sur le territoire suédois alors qu'il y prévoyait une manifestation.

    "Environ 300 personnes se trouvent sur la chaussée", a indiqué peu avant minuit la police locale sur son site internet. D'après les médias locaux, les premiers incidents ont éclaté en début de soirée dans la troisième ville de Suède, connue pour avoir une importante population musulmane, à tel point que beaucoup la décrivent comme une "enclave islamiste". Les incidents ont dégénéré en émeutes vers 21H00 locales. Des manifestants ont notamment lancé des objets contre les forces de l'ordre et mis le feu à des débris, des actions en lien "avec le fait qu'un Coran ait brûlé dans la région plus tôt dans la journée", selon Rickard Lundqvist, porte-parole de la police, cité par le journal suédois Expressen.

    Rasmus Paludan.jpegCes incidents interviennent alors que Rasmus Paludan (photo), chef de file du parti "Stram Kurs" (Ligne Dure), devait se rendre vendredi à Malmö (sud), pour y organiser une manifestation anti-musulmane où il appelait entre autre à brûler les Corans. "Nous soupçonnons que (Rasmus Paludan) va commettre une infraction en Suède. Il y a également un risque que son comportement constitue (...) une menace aux intérêts fondamentaux de la société", a expliqué à l'AFP Calle Persson, porte-parole de la police de Malmö. L'intéressé a été interdit de territoire suédois pour deux ans. Des sympathisants de Rasmus Paludan s'étaient toutefois rassemblés au cours de la journée, durant laquelle trois personnes ont été arrêtées, soupçonnées d'incitation à la haine raciale, d'après les médias suédois.

    Selon la police, le Danois avait préalablement déposé une demande d'autorisation, qui lui a été refusée au motif que "ni sa sécurité, ni celle des passants ou des contre-manifestants" n'auraient pu être garanties. Il a malgré tout tenté de rejoindre la ville suédoise, mais a été arrêté à Lernacken, près de Malmö. "Le fait qu'il ait bafoué l'interdiction de se rendre en Suède" constitue en soi un motif d'expulsion, a détaillé M. Persson.

    De son côté, Rasmus Paludan a réagi sur Facebook : "Renvoyé depuis la Suède avec interdiction d'entrée de 2 ans. Cependant, les violeurs et les meurtriers sont toujours les bienvenus !", un message suivi de trois émoticônes pleurant de rire.

    Rasmus Paludan, un avocat et youtubeur, organise régulièrement des manifestations rassemblant une poignée de personnes pour exprimer son opposition à l'immigration et à ce qu'il considère être une islamisation de la société. En 2019, il avait brûlé un Coran entouré de bacon.


  • Suède: un Ouzbek qui a tenté d’écraser la foule avec sa voiture à Östersund appréhendé

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) svSvenska (Suédois)

    La police de la ville suédoise d’Östersund a arrêté un homme d’origine d’Ouzbékistan qui envisageait de commettre un acte terroriste, a déclaré le bureau du procureur. L’incident au eu lieu mercredi 14 août.
    « L’homme a été arrêté hier dans le centre de la ville d’Östersund. Il est soupçonné d’avoir préparé un meurtre. Aujourd’hui, l’affaire a été renvoyée au ministère public pour des affaires liées à la sécurité et a été requalifiée. Le détenu est soupçonné d’avoir préparé une attaque terroriste », peut-on lire dans le communiqué.
    L’homme, dont le nom et l’âge ne sont pas rapportés, a été arrêté mercredi soir. Selon la publication Aftonbladet, il a tenté d’écraser avec son automobile une foule de passants, mais s’est écrasé sur un parterre de fleurs. On a trouvé dans sa voiture des objets qui ont éveillé les soupçons des policiers. La police n’a pas encore confirmé officiellement cette information.
    La police de sécurité suédoise (SEPO) a participé à l’enquête. Aftonbladet a indiqué, en citant des sources, que le lien du détenu avec Rahmat Akilov (photo ci-dessus) faisait l’objet d’une enquête. Akilov est ce terrorise qui a volontairement projeté son véhicule contre la foule au centre-ville de Stockholm en avril 2017, tuant cinq personnes.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le jeudi 15 août 2019

    • GB: Le ministère de l’Intérieur britannique bouclé après une attaque au couteau qui pourrait être terroriste – Login
    • Libye : Une personne tuée au cours de nouvelles frappes aériennes sur l’aéroport de Mitiga (Tripoli) – Login
    • Libye : l’armée de l’air du maréchal Haftar a frappé l’aéroport international de Zouara – Login
    • Suède: un Ouzbek qui a tenté d’écraser la foule avec sa voiture à Östersund appréhendé – Login
    • Syrie: l’accord avec Ankara sera mis en oeuvre « par étape », indique le Pentagone – Login
    • Syrie: les forces prorégime cherchent à encercler la ville clé de Khan Cheikhoun – Login

    Contact:
    Mail: ptolemee@belliard74.com
    https://twitter.com/ptolemee74


  • La Suède expulse un prêcheur musulman irakien

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois)

    La Suède va expulser trois ressortissants étrangers, dont un imam irakien et son fils, soupçonnés de jouer un rôle de premier plan au sein de la mouvance islamiste, a annoncé mercredi l’Office suédois des migrations cité par plusieurs médias.
    Abou Raad, l’imam de la mosquée de Gävle (est), avait été arrêté fin avril par des agents en civil de la Säpo, chargée du contre-terrorisme. Il en avait été de même pour son fils.
    Selon la radio publique Sveriges Radio, la troisième personne est un imam d’Umeå (nord).
    Une demande d’expulsion a ensuite été transmise à l’Office des migrations qui y a donné mardi une suite favorable et a confirmé l’information mercredi.
    De son vrai nom Riyad Abdulkarim Jassim, le prêcheur irakien, âgé de 53 ans, est depuis plusieurs années dans le viseur des autorités en raison de son influence supposée sur les milieux salafistes.
    En 2014, il avait fait paraître sur sa page Facebook un message saluant la conquête de Mossoul, dans le nord de l’Irak, par le groupe Etat islamique (EI), selon le quotidien Expressen.
    Son expulsion a été prononcée en vertu d’une loi permettant la reconduite des ressortissants étrangers à la frontière s’ils représentent une menace « pour la sécurité du pays » ou sont jugés susceptibles de « commettre un acte terroriste ou d’y participer ».
    La décision peut faire l’objet d’un pourvoi en appel et, si elle est cassée, les autorités peuvent soumettre les personnes concernées à un contrôle judiciaire strict.
    Selon les médias suédois, Abou Raad et sa famille ont fui l’Irak en 1991. Après un séjour en Arabie saoudite, lui et son fils ont obtenu un titre de résidence en Suède en 1998, mais se sont toujours vu refuser la nationalité suédoise.
    La Säpo, qui s’exprime généralement peu sur le sujet, s’alarmait mardi dans un communiqué de la montée de l’extrémisme religieux dans ce royaume scandinave.
    « Le nombre des individus évoluant dans les milieux extrémistes prônant la violence est passé de plusieurs centaines à plusieurs milliers ces dernières années », assure-t-elle.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 12 juin 2019

    • Arabie saoudite: 26 civils blessés dans une attaque des rebelles yéménites contre un aéroport – Abonnés
    • Cameroun: 37 morts après des attaques de Boko Haram – Abonnés
    • La Suède expulse un prêcheur musulman irakien – Free access
    • Syrie: la défense antiaérienne tire sur des « missiles » israéliens – Abonnés
    • Syrie : Des sources pro-gouvernementales annoncent un nouveau cessez-le-feu dans le nord de Hama – Abonnés