SOUDAN

  • Soudan : Arrestation de 41 terroristes et découverte de suffisamment de matériaux explosifs pour faire exploser Khartoum

    Imprimer

    Les autorités soudanaises ont annoncé, mercredi 16 septembre, que la cellule terroriste la plus dangereuse avait été arrêtée, ce qui avait permis la confiscation de la plus grande quantité d'explosifs jamais saisie dans la capitale, Khartoum.

    Le site Internet soudanais "Baj News" a cité le procureur général Taj Al-Sir Ali Al-Haber, qui a déclaré, lors d'une conférence de presse à Khartoum, que les Forces de soutien rapide avaient dressé 12 embuscades qui ont abouti à la capture de 41 terroristes et à la saisie de matières explosives dangereuses qui auraient pu faire exploser toute la capitale.

    Il a reconnu qu'il existait un phénomène de groupes terroristes dans le pays.

    De son côté, le porte-parole des Forces d'appui rapide, le général de brigade Jamal Jumaa, a confirmé l'arrestation d'une cellule en possession d'une grande quantité d'explosifs.

    Il a souligné que les explosifs comprenaient 850 feuilles de TNT, 3 594 bouchons anti-explosion, 13 bobines de ruban adhésif et quatre sacs de poudre de nitrate.

    Il a révélé qu'une partie des explosifs saisis avait été utilisée pour tenter de faire sauter le cortège du Premier ministre Abdullah Hamdok en mars dernier.

    Vidéo du matériel saisi

  • Israël signe des accords de paix avec les EAU et Bahreïn

    Imprimer

    A 20h30 heure d'Israël, 14h30 heure de Washington DC, la cérémonie de signature d'un traité historique sur la normalisation des relations entre Israël, d'une part, et deux pays du Golfe, les Emirats Arabes Unis et Bahreïn, d'autre part, s'est terminée à la Maison Blanche.

    Les accords ont été rédigés en trois langues - anglais, hébreu et arabe.

    Les Émirats arabes unis et Bahreïn sont devenus les troisième et quatrième États arabes à signer des accords avec Israël, après l'Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

    Les accords ont été signés par le président américain Donald Trump, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et les ministres des Affaires étrangères du Golfe Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan (EAU) et Dr Abdullatif bin Rashid Al-Zayan (Bahreïn).

    Le président Trump, dans son discours, a fait écho à sa déclaration avant la cérémonie de signature selon laquelle cinq autres pays arabes suivraient les Émirats arabes unis et Bahreïn, ainsi qu'un accord avec l'Autorité palestinienne.

    Benjamin Netanyahu a suivi le président américain, suivi du ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis, Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan. A noter que dans son discours, le chef du ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a remercié Benjamin Netanyahu pour son refus d'annexer.

    Après la signature de l'accord, les parties continueront à travailler sur les détails du mémorandum d'accord avec Bahreïn, qui a été annoncé vendredi dernier.

    Lors de la cérémonie de signature du traité historique, notamment lors du discours du cheikh Abdallah bin Zayed Al Nahyan (EAU) sur Ashdod et Ashkelon, plusieurs dizaines de roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza. L'un d'eux a explosé au centre d'Ashdod, plusieurs personnes ont été blessées.

    Des représentants d'Oman et du Soudan ont été remarqués parmi les invités. Ces pays devraient être les prochains à signer un accord avec Israël.

  • Soudan : Pour la première visite en 15 ans un chef de la diplomatie américaine visite Khartoum

    Imprimer

    Pompeo Mike.jpgMike Pompeo (photo) est arrivé mardi au Soudan pour la première visite en 15 ans d'un chef de la diplomatie américaine, dans le cadre d'une tournée régionale visant à convaincre d'autres pays arabes de normaliser leurs relations avec Israël dans le sillage des Emirats Arabe Unis.

    Venu directement d'Israël, une première historique car les deux pays sont toujours techniquement en guerre, il doit rencontrer le Premier ministre Abdallah Hamdok et le général Abdel Fattah al-Burhane, qui préside le Conseil souverain à la tête du pays, "pour exprimer son soutien à un approfondissement des relations Israël-Soudan", selon le Département d'Etat.

    Hamdok Abdallah.jpgPas de normalisation avec Israël avant la fin de la transition à Khartoum prévue en 2022, annonce Hamdok
    Le Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok, a affirmé mardi au secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, en visite à Khartoum, qu'il n'y aurait pas de normalisation avec Israël avant la fin de la transition au Soudan prévue en 2022.

    "La phase de transition au Soudan est dirigée par une large coalition avec un agenda spécifique visant à achever le processus de transition et à instaurer la paix et la stabilité dans le pays, jusqu'aux élections libres (en 2022). Le gouvernement de transition n'a pas de mandat au-delà de ces tâches pour décider de la normalisation avec Israël", a déclaré M. Hamdok, cité par le porte-parole du gouvernement.

  • Russie : Un "Africom russe" pour rivaliser avec l'Africom américain

    Imprimer

    Alors que le paysage libyen reste caractérisé par l'instabilité, certaines sources suggèrent que la Russie vise à étendre sa sphère d'influence à l'ensemble du continent africain, en créant une force qui pourrait concurrencer le commandement africain de l'armée américaine (AFRICOM).
    La révélation a été faite par le journal al-Arab du 5 août, à un moment où les forces positionnées sur les fronts de bataille libyens semblent attendre de nouveaux renforts et des ordres pour lancer la bataille de la ville occidentale de Syrte et celle de la base de Joufra.
    Dans ce contexte, Moscou a été accusée à plusieurs reprises, principalement par les États-Unis, d'envoyer des armes et des munitions pour soutenir l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, ainsi que des mercenaires appartenant à la société militaire privée Wagner.
    Déjà en 2015, selon les diplomates occidentaux, Moscou avait déjà établi une base en Egypte occidentale pour fournir un soutien technique et réparer plus facilement les équipements. En 2018, des conseillers militaires ont été envoyés pour soutenir les forces de l'armée du Haftar à Benghazi. Cependant, selon les informations d'al-Arab, se basant un rapport allemand, le rôle de la Russie dépasserait les frontières libyennes. L'objectif du pays serait notamment de créer des bases militaires dans le reste de l'Afrique et, selon les experts militaires, cela pourrait conduire à la formation d'un "Africom russe" capable de rivaliser avec les forces américaines déjà présentes sur le continent.
    À cet égard, le rapport allemand indique que la Russie a obtenu des permis pour établir des bases militaires dans six pays africains, dont l'Égypte et le Soudan, ce qui montre la volonté de Moscou de protéger son rôle en Libye. La Russie, en particulier, créerait ainsi une "ceinture de bases" qui la préserverait de toute offensive, car attaquer un pays avec une telle présence serait risqué pour quiconque. Une telle stratégie, souligne le journal, est la même que celle employée en Syrie et démontre la validité de l'idée de la Turquie, selon laquelle la présence russe en Libye vise, en réalité, à obtenir davantage de concessions de Damas.
    Selon un rapport secret du ministère allemand des affaires étrangères, la Russie a conclu des accords de coopération militaire avec 21 pays africains depuis 2015, dont l'Égypte, la République centrafricaine, l'Érythrée, Madagascar, le Mozambique et le Soudan. Avant cette année-là, Moscou entretenait des relations similaires avec seulement quatre États sur le continent africain. Dans ce cadre, la Russie a ensuite secrètement et parfois formellement formé les forces de ces pays, dont 180 soldats en République centrafricaine et une vingtaine de soldats par an au Mali. En parallèle, le Nigeria a signé un accord pour l'achat de 12 hélicoptères militaires, tandis que le Cameroun, l'Afrique du Sud et l'Erythrée font partie des pays qui ont exprimé le souhait d'acheter des avions, des chars et des armes lourdes à la Russie.
    En outre, la République centrafricaine, en proie à des années de guerre civile, a signé un accord de coopération militaire avec la Russie, en vertu duquel des conseillers militaires russes seront officiellement présents dans la capitale pour former leurs unités de sécurité à faire face aux menaces des groupes armés et des extrémistes. Cependant, selon certains analystes, l'objectif de Moscou est non seulement d'agir militairement de manière directe, mais aussi de renforcer sa présence économique, à un moment où l'Afrique est devenue un terrain de jeu vital pour plusieurs pays tels que la Chine, la Turquie, l'Iran, les États-Unis et la France.
    Pour sa part, Washington, par le biais du commandement de l'AFRICOM, n'a pas caché son inquiétude quant au rôle croissant de Moscou en Libye, ce qui laisse supposer que ce qui s'est passé en Syrie se reproduira également dans ce pays d'Afrique du Nord. C'est la raison pour laquelle les forces américaines ont étroitement surveillé les mouvements de la compagnie Wagner et ont signalé l'envoi d'avions russes à la base de Joufra, dont des MiG-29 et des Su-24. Enfin, le 25 juillet, Washington a déclaré que, grâce aux images satellites, il était possible de constater la présence d'équipements de défense aérienne russes en Libye, dont le SA-22, qui est exploité par le groupe Wagner ou des forces affiliées. Pour les États-Unis, le type et la taille de ces armements montrent l'intention de développer des "capacités de combat offensif". La Russie, cependant, a toujours nié les déclarations de l'armée américaine.
    Face à ce scénario, comme le souligne al-Arab, le conflit libyen mettra à l'épreuve l'efficacité des stratégies des grandes puissances, en particulier les États-Unis et la Russie, et l'issue du conflit entraînera un renforcement ou une limitation de l'expansion russe en Afrique.

    Lien permanent Catégories : AFRICOM, AFRIQUE DU SUD, CAMEROUN, ÉGYPTE, ERYTHREE, Haftar Khalifa, Jufra, LIBYE, MADAGASCAR, MALI, MOZAMBIQUE, NIGERIA, Politique de la Russie en Libye, Relations Egypte-Russie, Relations Erythrée-Russie, Relations Madagascar-Russie, Relations Mali-Russie, Relations Mozambique-Russie, Relations Nigeria-russie, Relations République Centre Africaine - Russie, Relations Russie-Egypte, Relations Russie-Erythrée, Relations Russie-Libye, Relations Russie-Madagascar, Relations Russie-Mali, Relations Russie-Mozambique, Relations Russie-Nigeria, Relations Russie-République Centre Africaine, Relations Russie-Soudan, Relations Soudan-Russie, REPUBLIQUE CENTRE AFRICAINE, RUSSIE, SOUDAN, Syrte, Wagner (groupe de mercenaires russes), Wagner (groupe) en Libye 0 commentaire
  • Soudan : la charia abolie

    Imprimer

    Le Soudan a interdit les mutilations génitales féminines, les interdits sur la conversion de l'islam et la consommation d'alcool pour les non-musulmans, dans une démarche qui vise à démanteler la loi coranique (charia) après près de quatre décennies de politiques islamistes strictes sous le régime de l'ancien président Omar Béchir. Le nouvel exécutif de transition soudanais, présidé par le Premier ministre, Abdalla Hamdok, semble avoir accéléré le rythme des réformes pour répondre aux demandes des militants pro-démocratie qui réclamaient un changement plus rapide.
    Les lois qui viennent d'être annoncées impliquent que la minorité non musulmane du Soudan ne sera plus criminalisée pour la consommation d'alcool dans des lieux privés, a affirmé le ministre de la Justice, Nasreddin Abdelbari, à la télévision d'Etat. Pour les musulmans, cependant, l'interdiction restera en vigueur. La peine de mort sera également supprimée pour les musulmans qui se convertissent à une autre religion et les mutilations génitales féminines seront criminalisées. En bref, la réforme abrogera la charia, la législation basée sur le Coran introduite en 1983. Cependant, c'est avec le coup d'État de 1989 de l'ancien président Al-Bachir que le Soudan est devenu le premier État islamique sunnite au monde.
    Les militants tentent depuis un certain temps d'obtenir une interdiction des mutilations génitales féminines. Une enquête soutenue par l'ONU en 2014 a estimé que 87 % des femmes et des filles soudanaises âgées de 15 à 49 ans étaient soumises à cette pratique. Toutefois, toute personne reconnue coupable de mutilation génitale sera désormais condamnée à une peine maximale de trois ans d'emprisonnement. "Les mutilations génitales féminines dégradent la dignité des femmes", a déclaré le ministère de la Justice dans sa déclaration.
    Si beaucoup ont accueilli avec satisfaction l'adoption tant attendue de la loi, certains groupes de défense des droits de l'homme avertissent que cette pratique est profondément ancrée dans la société et que l'application de sanctions pourrait ne pas suffire à résoudre le problème. Néanmoins, cette initiative, à la fois symbolique et efficace, a suscité l'espoir d'une plus grande protection des libertés individuelles dans un pays qui s'achemine, après un certain temps, vers des élections démocratiques en 2022. Une autre nouveauté pour les femmes soudanaises sera qu'elles n'auront plus besoin de la permission des membres masculins de leur famille pour voyager avec leurs enfants ou qu'elles pourront librement décider de porter un pantalon en public. Les nouvelles règles "garantiront la liberté religieuse et l'égalité des citoyens, ce qui est un élément nécessaire pour un pays qui fonde désormais son action sur l'État de droit", a souligné le ministre Abdelbari.
    Les espoirs d'une transition démocratique et d'une stabilisation interne ont été réalisés au Soudan le 17 juillet 2019, avec la formation d'un nouveau gouvernement, de composition mixte, créé dans le but de mettre fin aux conflits en cours et de répondre aux demandes des citoyens, avides d'une percée politique après des années de régime autoritaire. Le nouveau Premier ministre du Soudan, Abdalla Hamdok, a prêté serment le 21 août 2019 en tant que chef du gouvernement de transition, promettant de rétablir la stabilité au niveau national, de résoudre la crise économique et d'assurer une paix durable. Depuis son entrée en fonction, le Premier ministre a cherché à donner la priorité à la résolution des conflits dans les régions les plus critiques du pays, s'engageant à mener à bien les négociations pour la signature d'un accord de paix stable et durable.

     

  • Frontlive-Chrono du 15 janvier 2020 - site consacré aux évènements du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel

    Imprimer

    Soudan: Echec d’une tentative de coup d’État

    L’armée soudanaise a réprimé une tentative de coup d’État des services de sécurité le mardi 14 janvier au matin. L’armée a repris le contrôle de toutes les installations du Service de renseignement général entré en rebellion. Le fonctionnement de l’aéroport de Khartoum, temporairement interrompu en raison des événements dans le pays, a repris, rapporte Oriental…

  • Frontlive-Chrono – Lundi 24 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono du lundi 24 juin 2019

    • Arabie saoudite : Les Houthis ont attaqué l’aéroport d’Abah – un civil syrien tué – Abonnés
    • Belgique : arrestation d’un homme suspecté de préparer un attentat contre l’ambassade des USA – Abonnés
    • Belgique : Une « revenante » de Daech libérée par le tribunal de Bruges – Abonnés
    • Burkina Faso : 15 morts dans deux attaques de jihadistes dans le nord – Abonnés
    • Etats-Unis – Iran: Donald Trump annonce des sanctions « dures » visant le Guide suprême – Abonnés
    • Yémen : 30 000 soldats soudanais combattent au Yémen : Officiel – Abonnés