Solenzo

  • Burkina Faso : 39 "terroristes" neutralisés et deux soldats tués dans le Nord-ouest

    Imprimer

    Au moins 39 "terroristes" ont été neutralisés et deux soldats burkinabè tués dans des "actions offensives" menées par les forces de défense et de sécurité burkinabè, dans la région de la Boucle du Mouhoun (Nord-ouest) entre jeudi 26 et vendredi 27 mai 2022, a annoncé samedi soir, l'armée dans un communiqué.

    Le communiqué indique que les Forces armées burkinabè, en coordination avec les forces de sécurité intérieure, ont conduit plusieurs actions offensives dans le but de mettre hors d’état de nuire les "groupes terroristes" qui sévissent dans les environs de Nouna et de Solenzo dans la région de la Boucle du Mouhoun.
    Carte.jpeg

    Ces actions, qui ont combiné actions terrestres et interventions aériennes, ont notamment permis "de neutraliser au moins 9 terroristes" dans la journée du 26 mai 2022 dans les environs de Bourasso (Province de la Kossi, région de la Boucle du Mouhoun).

    Le 27 mai 2022, un accrochage est intervenu entre une unité en reconnaissance offensive et un groupe d’individus armés à hauteur de la même localité, selon la même source.

    "La vigoureuse riposte des éléments a mis hors de combat au moins 30 terroristes", a précisé le communiqué ajoutant que plusieurs matériels de combat ont également été récupérés.

    Du côté de l'armée burkinabè, on déplore la mort de deux soldats et de 17 autres blessés évacués et pris en charge.

    Depuis 2015, plusieurs localités du Burkina Faso sont en proie à des attaques terroristes ayant fait plus de 2000 morts civils et militaires et plus de 1,8 million de déplacés internes, selon les autorités.

  • Burkina Faso : une quarantaine de personnes tuées dans des attaques armées

    Imprimer

    Au moins 43 personnes dont des civils et des volontaires pour la défense de la patrie (VDP, supplétifs de l’armée burkinabè), ont été tuées samedi 14 MAI 2022, dans trois attaques attribuées aux groupes armés terroristes dans les provinces de l’Oudalan (Sahel) et la Kompienga (Est), a-t-on appris dimanche 15 MAI, de sources concordantes.

    Samedi, 5 supplétifs de l’armée et un civil ont été tués dans une embuscade entre la localité de Salmossi et de Markoye dans la province de l’Oudalan (Sahel) a rapporté la plateforme de suivi des attaques terroristes "Sahel Sécurity".

    Cette attaque a été rapportée également par la presse locale, dont le média en ligne "Infowakat.net" qui a ajouté qu’une deuxième attaque s’était déroulée le même jour dans la localité de Guessel faisant 8 morts dans les rangs des supplétifs
    de l’armée et 12 morts parmi les civils.
    Carte.jpeg

    Une troisième attaque contre un convoi de civils escorté par les supplétifs a été enregistrée dans la localité Namouyouri dans la province de la Kompienga (Est) à la frontière avec le Benin, indique "Sahel Security".

    "L'heure est grave dans la Kompienga. 17 personnes dont trois supplétifs de l’armée et une femme, ont été tuées après une attaque qui a visé une partie de la population de Tambarga (Madjoari) alors qu'elle se rendait à Namouyouri pour cueillir des mangues pour se nourrir", a écrit Bassirou Badjo ressortissant de la localité et par ailleurs travailleur de l’action sociale.

    Dans la nuit de samedi à dimanche, une attaque simultanée a visé la gendarmerie et la police de Faramana dans la province des Hauts-Bassins (Ouest) à la frontière avec le Mali, avec pour bilan deux gendarmes blessés, un véhicule incendié et des dégâts importants, selon les médias locaux.
    Carte.jpeg

    Enfin, on vient d'apprendre qu'u moins 10 civils avaient été tués et blessés, dans la nuit du samedi à dimanche, entre Balavé et Bandingué, Banwa, lorsqu'un véhicule de commerçants, chargé de marchandises, s'est renversé après avoir essuyé des tirs d'hommes armés. Ils revenaient du marché de Tansila pour Solenzo.
    FSy8lrEWIAItzRj.png

    Aucune de ces attaques n’a été revendiquée.

    Depuis 2015, les attaques terroristes ont fait plus de 2000 morts civils et militaires et plus de 1,8 million de déplacés internes, selon les autorités.