Socotra island

  • Yémen: le parti al-Islah, qui représente les Frères Musulmans, renforce l'influence de la Turquie et du Qatar au Yémen

    Imprimer

    Le gouverneur de Shabwa, Muhammad Saleh bin Adiou, a conclu un accord pour la création d'un port sur la côte de la mer d'Oman. Cette décision est considérée comme une tentative des Frères musulmans d'ouvrir une nouvelle base pour le Qatar et la Turquie.

    L'accord a été signé le 8 novembre par le gouverneur de Shabwa et une société non gouvernementale, la General Trading Company (GTC), chargée de mener à bien la première phase du projet pour la création du port de commerce de Qana, dans le quartier de Radoum. L'accord prévoit tout d'abord la fourniture de réservoirs flottants pour les dérivés pétroliers, puis, dans un second temps, la construction d'amarrages et de 8 réservoirs pour le stockage du pétrole brut, d'une capacité totale de 60 000 tonnes. Pour le Gouverneur Adiou, il s'agit d'un projet visant à renforcer les capacités d'investissement dans la région et à promouvoir ses activités économiques et commerciales. Le GTC, a-t-il été précisé, sera responsable des activités de construction et de gestion dans les premiers stades, tandis que l'État yéménite s'occupera ensuite du nouveau port.

    Selon les rapports al-Arab, le projet Adiou est considéré, en réalité, comme une tentative des Frères musulmans, représentés par le parti al-Islah, de créer un débouché sur la mer d'Oman qui pourrait faciliter la communication et faciliter l'influence du Qatar et de Turquie au Yémen. De cette manière, Doha et Ankara pourraient envoyer de l'aide et des fournitures par voie maritime, directement, comme cela se produit sur les côtes occidentales du Yémen, où les rebelles chiites houthis, selon al-Arab, exploitent certains ports de la région pour recevoir des armes et de l'aide. de l'Iran, tout en contournant les contrôles imposés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

    Un autre objectif des Frères musulmans est de contrôler les zones stratégiques yéménites, de la province riche en pétrole de Ma'arib vers le port d'Abyan ou encore de la province de Shabwa vers le port d'Aden. Le plan prévoit donc le contrôle des territoires riches en pétrole et en gaz et l'ouverture de canaux pour leur transport vers les marchés internationaux. Dans ce contexte, le gouverneur Adiou, selon al-Arab, est un instrument aux mains du groupe islamiste, ainsi qu'un "représentant des intérêts turcs" à Shabwa. À cet égard, le même journal a souvent souligné comment Ankara tente de s'infiltrer de plus en plus dans le paysage yéménite, compte tenu des avantages que les Turcs pourraient tirer du contrôle des routes commerciales dans la mer Rouge et la mer d'Arabie.

    Shabwa est considéré comme l'un des gouvernorats les plus importants du Yémen, compte tenu de la richesse pétrolière dont il dispose. Pour cette raison, il a souvent le théâtre d'affrontements, comme ceux qui ont eu lieu en août 2019, dans le contexte de tensions entre les forces séparatistes du Conseil de transition sud (CTS) et l'armée affiliée au gouvernement légitime du président Rabbo Mansour Hadi. . Pour le moment, l'Arabie saoudite continue d'agir en tant que médiateur pour mettre fin aux pressions sécessionnistes et achever la mise en œuvre de l'accord de Riyad, signé le 5 novembre 2019 dans le but de mettre fin aux tensions provoquées par les ambitions sécessionnistes dans les régions du sud du Yémen.

    Dans ce contexte, lors d'une réunion gouvernementale le 8 novembre, le Conseil de transition sud a accusé les Frères musulmans, membres du gouvernement de Rabbo Mansour Hadi, d'être responsables du non-paiement des salaires des soldats des forces sécessionnistes du Sud, comme l'exige l'accord. de Riyad, exacerbant les conditions économiques déjà fragiles de la population locale.

    Dernier point mais non des moindres, selon le CTS, le Qatar et la Turquie, comme l'Iran, jouent un rôle négatif au Yémen, sabotant les efforts du Royaume saoudien, pas seulement par des manœuvres. économique et politique, mais également en provoquant une escalade militaire.

    Et pour être complet, rappelons que les Emirats Arabes Unis, qui soutiennent le CTS, ont réussi à s'implanter, sans doute durablement, sur l'île de Socotra.

  • Yémen : Des bases israéliennes secrètes au Yémen pour surveiller les mouvements de l'Iran et de la Chine

    Imprimer

    L'écrivain israélien Richard Silverstein souligne dans le blog «Tikkun Ulam» qu'Israël est en train d'établir des bases de renseignement secrètes dans le Golfe après l'Érythrée, ce qui lui permettra de surveiller le trafic maritime entre la Chine et l'Iran.

    Dans le blog "Tikkun Ulam", l'écrivain israélien Richard Silverstein parle des bases militaires qu'Israël est en train d'établir secrètement dans le Golfe après le processus de normalisation, et de son projet d'établir une base secrète sur l'île yéménite de Socotra, ce qui lui permettra de surveiller les mouvements commerciaux entre l'Iran et la Chine. Ce qui suit est la traduction de l'article Dans son intégralité:

    Depuis 2016, Israël a secrètement établi une base de renseignement électronique avancée en Érythrée pour surveiller le détroit stratégique de Bab al-Mandab, à travers lequel la plupart des expéditions de pétrole du Golfe transitent vers des clients du monde entier.

    La base israélienne située sur la plus haute montagne du pays, Empa Suwera, à l'extérieur de la capitale Asmara, surveille les activités du mouvement «Ansar Ullah» le bras armé des chiites Houthis au Yémen, qui lutte contre les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite. De plus, il sert également de centre de commandement et de contrôle pour les attaques de la Gulf Air Force au Yémen. C'est un moyen de garantir que l'Égypte ne menacera jamais les intérêts israéliens dans la partie sud de la mer Rouge, en particulier ses transports. La base permet également à Israël de surveiller la contrebande d'armes au Soudan pour le compte du Hamas. Enfin, il sert de base avancée pour surveiller la navigation iranienne et les efforts de l'Iran pour pénétrer en Érythrée, après avoir été expulsé du Soudan après le renversement de son dictateur Omar el-Béchir.

    L'article israélien sur le lien ci-dessus ( https://nziv.net/20766/ ) fait référence à une deuxième base israélienne secrète prévue dans le Golfe. Après la récente normalisation des relations entre "Israël" et les Emirats Arabes Unis, Israël cherche désormais à établir une base sur l'île yéménite de Socotra.

    Comme en Érythrée, Socotra est montagneuse et fournit des emplacements idéaux pour localiser les installations SIGINT. Bien que la chaîne d'îles soit sous souveraineté yéménite, les Émirats arabes unis ont pris le contrôle de la région et y maintiennent une présence militaire.

    Entre autres, la base permettra à "Israël" de surveiller les transports entre l'Iran et la Chine. Après la signature d'un accord militaro-commercial d'une valeur de 400 milliards de dollars pour une période de 25 ans entre Pékin et Téhéran, la Chine devrait fournir à l'Iran une logistique, une technologie de pointe et des systèmes d'armes, dont beaucoup traverseront ces eaux. La base est donc un excellent emplacement pour surveiller le trafic maritime.

    Socotra sera la deuxième plus grande base de renseignement pour «Israël» dans la région et un autre exemple de sa tentative de projeter sa puissance dans la région.

  • Somalie : lutte d'influence entre Emirats arabes unis d'un côté, Turquie et Qatar de l'autre

    Imprimer

    Après une période de gel diplomatique, les Emirats Arabes Unis tentent de se rapprocher de la Somalie, proposant de rouvrir l'hôpital Sheikh Zayed , fermé il y a deux ans. Le geste humanitaire d'Abu Dhabi est cependant lié à un coût que Mogadiscio ne semble pas disposé à payer. Selon Al Monitor, le vendredi 10 juillet, en échange de la restauration de l'hôpital, les Emirats Arabes Unis ont demandé à la Somalie de soutenir le front émirati dans la guerre au Yémen. L'offre est intervenue après que le Conseil de transition sud (STC) soutenu par Abu Dhabi a pris le contrôle le 20 juin de l'île yéménite de Socotra dans le golfe d'Aden.
    "Les Émirats arabes unis tentent de rétablir de bonnes relations avec la Somalie pour diverses raisons. La raison la plus importante concerne l'archipel stratégique de Socotra", a déclaré à Al-Monitor Mohammad Shire, professeur à l'Université de Portsmouth. "L'île est située au milieu de l'un des canaux de commerce de pétrole les plus importants au monde et a servi aux Émirats arabes unis, au cours des deux dernières années, comme point d'appui stratégique pour projeter ses intérêts militaires et économiques au-delà du Golfe".
    Les relations entre les Émirats et la Somalie se sont effondrées après la crise du Golfe de 2017, lorsque Mogadiscio a refusé de prendre parti pour les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite contre le Qatar. En mai 2018 , Abu Dhabi a retiré ses programmes d'aide humanitaire et de coopération militaire avec la Somalie dans le but de punir le pays et de le pousser à soutenir une position en sa faveur.
    L'objectif des Émirats arabes unis est également d'affaiblir l'influence du Qatar et de la Turquie, qui entretiennent des liens étroits avec la Somalie. Le développement d'une présence dans la Corne de l'Afrique aiderait Abu Dhabi à contrôler les flux commerciaux à travers le détroit de Bab el-Mandeb, une voie clé pour le transport maritime mondial. Ceci explique également les tentatives de contrôle des ports du sud du Yémen et de l'île de Socotra, où les Émirats souhaitent établir une présence militaire et exercer une plus grande influence régionale.
    Pourtant, la Somalie a condamné à plusieurs reprises le rôle des Émirats arabes unis dans le pays. Il a bloqué des millions de dollars destinés à la région autonome autoproclamée de Somaliland en avril 2018 et, selon les informations de Mogadiscio, a traqué et arrêté un vaste réseau d'espions émiratis opérant dans le pays. La position du gouvernement somalien a donc toujours été un obstacle aux objectifs d'Abu Dhabi et à ses tentatives de devenir une puissance dans la Corne de l' Afrique.
    Face à ces obstacles, les Emirats Arabes Unis semblent être passés à une approche plus pragmatique, basée sur une empreinte « plus humaine». "Il y a un nouvel élan dans la région et nous devons collectivement saisir cette occasion pour formuler des solutions durables qui servent les intérêts des États de la région et satisfont les aspirations de sa population", a déclaré le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash, dans un discours prononcé lors du Forum sur la sécurité nationale à Abu Dhabi, en décembre 2019. "Nous pensons que ces modèles finiront par jouer un rôle important dans le soutien de la stabilité et du développement dans la Corne de l'Afrique", a-t-il ajouté.
    la diplomatie du "Coronavirus"
    Profitant de la pandémie de coronavirus, certains pays riches ont utilisé la « diplomatie de coronavirus » vers les Etats les plus pauvres en leur donnant une aide dans « l'objectif de renforcer les relations bilatérales et leur influence. Parmi ceux-ci, on trouve les Émirats arabes unis. Le 14 avril, Abu Dhabi a envoyé à Mogadiscio, en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé, 8 tonnes d'aide pour lutter contre le coronavirus. Le 12 mai, le prince Mohammed bin Rashed Al Makhtoum, de Dubaï, a livré une quantité encore plus grande de fournitures médicales à la capitale de la Somalie. Cependant, malgré ces gestes, Abu Dhabi ne semble pas encore avoir réussi à rallier Mogadiscio.
    "Si l'histoire nous a montré quelque chose, je doute que les fournitures humanitaires des EAU produiront les effets escomptés", a déclaré le professeur Shire. La Somalie, selon plusieurs sources, a déjà rejeté le soutien d'Abu Dhabi à la réouverture de l'hôpital et critiqué le rôle émirati dans la guerre au Yémen. «Les Somaliens ne sont pas des outils bon marché utilisés pour répondre à vos besoins. Le Yémen est un pays proche et fraternel et a sa propre souveraineté et dignité ", a déclaré Ahmed Issa Awad, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la Somalie, en réponse à la récente offre émiratie. "Le monde sait que Socotra est une terre yéménite et ce depuis les temps anciens", a-t-il ajouté.
    À un moment donné, cependant, la Somalie était en faveur des Émirats arabes unis et, plus largement, de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen. "L'ancien gouvernement somalien de Hasan Sheikh a soutenu la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Ils l'ont fait en approuvant officiellement l'utilisation de l'espace aérien national, des eaux territoriales et des terres pour effectuer des frappes aériennes contre le mouvement chiite Houthi ", a déclaré Shire, soulignant que "bien sûr, les liens étroits qu'entretenaient Hasan Sheikh avec les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, outre les raisons financières, ont été les principaux moteurs de la collaboration " .
    À ce jour, cependant, la Turquie et le Qatar exercent une forte influence sur le gouvernement somalien actuel, dirigé par le président Mohamed Abdullahi Mohamed, et Mogadiscio sait qu'il peut compter sur eux. Par conséquent, les Émirats arabes unis auront du mal à attirer la Corne de l' Afrique toute proche en utilisant l'argument financier . "Le dernier rapprochement, avant les élections somaliennes de 2020, pourrait être favorisé par la tentative d'Abou Dabi de trouver un pied dans la future administration somalienne", a déclaré à al-Monitor,Mais, souligne l'analyste Abdullahi Halakhe, les Emirats Arabes Unis pourraient profiter des élections somaliennes de 2020 pour retrouver une influence sur le pays : " Si les Émirats arabes unis soutiennent un candidat ou un ensemble de candidats contre le président actuel, ils pourraient créer un point d'ancrage".
    Le Yémen est ravagé par une guerre civile depuis le 19 mars 2015, lorsque les rebelles chiites houthis ont lancé une offensive pour prendre le contrôle des régions du sud du pays. Le 21 septembre 2014, soutenus par l'ancien régime du défunt président Ali Abdullah Saleh, les Houthis avaient procédé à un coup d'État qui leur avait permis de prendre le contrôle des institutions de l'État dans la capitale Sanaa. Le président légitime du gouvernement reconnu par la communauté internationale, Rabd Abbo Mansour Hadi, avait pris la fuite, gagnant d'abord Aden puis l'Arabie saoudite. Cette dernière a mis sur pied une coalition pour soutenir Hadi qui est intervenue dans le conflit à partir du 26 mars 2015. Cette coalition comprend l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Soudan, Bahreïn, le Koweït, le Qatar, l'Égypte, le Maroc, la Jordanie et le Sénégal, tandis que les rebelles chiites houthis sont soutenus par l'Iran.

  • Frontlive-Chrono du dimanche 26 avril 2020

    Imprimer

     English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

    Libye. Des bombardements violents ont cilbé les forces qui soutiennent le GNA (al-Wefaq) sur la base militaire de Mitiga (Tripoli)

    Des tirs d’artillerie violents ont ciblé des positions occupées par les forces qui soutiennent le Gouvernement d’Accord National (GNA) à l’intérieur de la base militaire de Mitiga, dimanche 26 avril, selon des témoins oculaires. Le bureau des médias de l’opération « Barkan Al-Ghazib » (volcan de la colère en arabe) , affilié au GNA, a annoncé que…Login abonnés


    Yémen: 5 gouvernorats du sud Yémen rejettent l’autonomie déclarée par le Conseil de Transition du Sud

    Les séparatistes sudistes du Yémen ont déclaré dimanche 26 avril l’autonomie de la partie sud du pays déchiré par la guerre, brisant l’accord de paix avec le gouvernement, et compliquant son long conflit avec les rebelles chiites houthis qui contrôlent une grande partie du nord. Les séparatistes ont repris le contrôle de la raffinerie, du…Login abonnés