Shin Beth

  • Cisjordanie : Le Shin Bet neutralise un groupe du Jihad islamique préparant des attentats terroristes

    Imprimer

    Lundi 25 avril, le Service général de sécurité (SHABAK) a empêché une tentative du Jihad islamique de créer une structure terroriste en Cisjordanie. Ses tâches comprenaient la commission d'attaques terroristes contre les Israéliens.

    Selon des informations publiées, des militants du Jihad islamique à Gaza ont recruté six Palestiniens de Jénine et des environs via les réseaux sociaux. Les recrues ont reçu des instructions détaillées sur la façon de commettre un sabotage. Ils avaient déjà construit un engin explosif mais ont été arrêtés au stade de la préparation de l'attaque.

    Les six détenus ont été inculpés.

  • Jérusalem : Deuxième jour de tensions

    Imprimer

    Dans la matinée du dimanche 17 avril, des unités de police ont de nouveau pénétré sur le Mont du Temple (Esplanade des Mosquées). La police avait reçu des informations selon lesquelles des musulmans avaient l'intention de jeter des pierres sur les pèlerins juifs.

    Les forces de sécurité restent en état d'alerte maximale dans la vieille ville de Jérusalem, près de la "barrière de sécurité" et dans certaines parties de la Judée-Samarie, par crainte d'éventuelles attaques terroristes et d'émeutes.

    Actuellement, 130 des 470 Palestiniens détenus vendredi dernier lors des émeutes sur le Mont du Temple sont toujours en détention . La plupart des détenus devraient être libérés le 17 avril. Des dizaines d'émeutiers recevront une interdiction d'approcher l'esplanade des Mosquées pendant deux semaines, soit jusqu'à la fin du mois de Ramadan.

    Selon N12, Yediot Ahronot et certains autres médias israéliens, la libération des détenus est l'une des exigences que le Hamas et d'autres organisations palestiniennes ont remises aux médiateurs égyptiens comme condition pour maintenir le calme à la frontière de Gaza.

    Plus de 100 Juifs ont visité le Mont du Temple
    Plus d'une centaine de Juifs ont visité le Mont du Temple pendant les premières heures du matin, selon l'organisation "Retour au Mont".

    Les Palestiniens présents sur l'Esplanade des Mosquées  (Mont du Temple) avaient pourtant tenté de bloquer l'accès à l'aide de blocs de pierre. Les Palestiniens ont également jeté des pierres sur la police et les véhicules qui traversaient la Vieille Ville en direction du Mur Occidental. La police a poussé les émeutiers à l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa et a arrêté au moins neuf personnes

    Le temps accordé aux Juifs pour rester sur le Mont du Temple s'est terminé à 10H30. Pendant le mois de Ramadan, l'accès au Mont du Temple est interdit aux Juifs en soirée.
    2053360.jpeg

    Attaque terroriste déjouée dans la localité israélienne de Beit El
    Les forces de sécurité ont empêché la tentative d'un Palestinien armé d'entrer sur le territoire de la localité juive de Beit El dans le district de Binyamin.

    Selon des informations publiées, le suspect, un habitant du village de Silouad, a été arrêté au moment où il tentait d'entrer sur le territoire de la localité par une brèche dans la clôture. Un couteau a été trouvé sur lui lors de son interpellation. Au cours de l'interrogatoire, le détenu a avoué que son intention était de commettre un acte terroriste, rapporte Kan.

    La direction du conseil local de Beit El a fait appel au commandement du district central et à l'administration civile avec une demande d'accélérer les travaux pour éliminer les trous dans la clôture entourant la localité.

    Des émeutiers palestiniens lancent des pierres sur des Juifs qui se rendaient au Mur des Lamentations
    Dans la vieille ville de Jérusalem, des Palestiniens ont lancé des pierres sur des bus se dirigeant vers le Mur Occidental. Selon la police, plusieurs personnes ont été légèrement blessées, un bus a subi des dégâts importants.

    L'incident s'est produit près de la Porte du Lion de la Vieille Ville.

    Les ambulanciers du Magen David Adom ont soigné cinq blessés légers. Les blessés ont été transportés à l'hôpital Shaare Zedek de la capitale.

    Des agents de la police des frontières (MAGAV) ont arrêté deux suspects impliqués dans cet incident.

    Beni Gants a tenu une réunion sur la sécurité
    Samedi 16 avril, le ministre de la Défense Benny Gantz a tenu une réunion téléphonique sur la situation en Cisjordanie. Ont participé à la réunion le chef d'état-major des FDI Aviv Kochavi, le chef du Service de sécurité générale (SHABAK) Ronen Bar, ainsi que le chef adjoint de l'état-major général, le chef adjoint du Shin Bet, le chef du service de renseignement militaire, le chef de le département des opérations de l'état-major général et quelques autres officiers de haut rang et officiers du renseignement.

    Au cours de la réunion, il a été décidé de ne pas imposer de blocus des régions palestiniennes de Cisjordanie pendant la semaine de Pâques. Cela signifie que le blocus imposé dans la nuit du 15 avril a été levé à minuit.

    Les participants à la réunion ont reçu une carte du déploiement des unités renforcées de Tsahal dans la zone de la "barrière de sécurité", ainsi que dans des zones séparées de Cisjordanie. Le ministre de la Défense a déclaré que les forces de sécurité continueront de résister au terrorisme et à toute tentative de perturber la routine des citoyens israéliens. Dans le même temps, Gantz a souligné l'importance de maintenir la liberté des cérémonies religieuses et des activités économiques.

     

  • Cisjordanie : Tsahal arrête un quatrième membre du commando du Jihad islamique dont trois membres ont été éliminés dans la nuit du vendredi au samedi

    Imprimer

    Lors d'une opération conjointe de Tsahal et du Shin Bet dans le village de Choueika sur le territoire de la brigade régionale Menashe, des combattants de l'unité Duvdevan ont arrêté un combattant palestinien soupçonné d'appartenir à la cellule du Jihad islamique dont trois membres ont été tués dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 avril 2022.

    L'arrestation a été faite dans la première moitié de la journée. On suppose que le combattant palestinien avait l'intention de venger la mort de ses "compagnons d'armes" en perpétrant une nouvelle attaque.

    Un fusil automatique M16 et des munitions ont été retrouvés lors de son arrestation.

    Le Ramadan a débuté vendredi 1er avril - une période propice aux attentats islamistes
    Le Ramadan a commencé le vendredi 1er avril, une période toujours propice aux attaques et attentats islamistes. C'est pour cette raison que la police, les gardes-frontières, l'armée et les agences de renseignement d'Israël sont en état d'alerte maximale. La probabilité d'attentats est très élevée. Des mesures de sécurité spéciales ont été introduites dans la vieille ville de Jérusalem, où des forces de police des frontières supplémentaires ont été envoyées. La protection des localités juives de Cisjordanie et les patrouilles le long des autoroutes de Cisjordanie ont été renforcées.

    Un blocus complet du territoire de l'Autorité palestinienne n'a pas encore été introduit (mais il peut être introduit pendant les vacances de Pessa'h du 15 au 23 avril). Les autorités craignent des troubles massifs dans le secteur arabe et mènent une politique prudente sur fond d'aggravation du conflit.

    L'armée, les forces spéciales frontalières et le service général de sécurité ont mené une série d'opérations au cours desquelles des dizaines de terroristes présumés ont été arrêtés, tant en Israël que dans les territoires contrôlés par l'Autorité palestinienne. 

  • Cisjordanie : Trois combattants Palestiniens tués par des tirs des forces israéliennes

    Imprimer

    Le ministère palestinien de la Santé a rapporté mardi 8 février 2022 que trois combattants Palestiniens avaient été tués par des tirs des forces israéliennes dans le nord de la Cisjordanie occupée, une opération contre une "cellule terroriste", selon l'Etat hébreu.

    "Trois citoyens" ont été tués par les forces israéliennes qui leur ont "tiré dessus" à Naplouse, a indiqué le ministère palestinien dans un court communiqué, sans détailler les circonstances des faits. La police israélienne aux frontières a affirmé qu'une "cellule terroriste" avait été "neutralisée" à Naplouse (nord) lors d'une opération conjointe de plusieurs unités de la police et de l'armée.

    Le Service général de sécurité d'Israël (SHABAK) a précisé que l'opération avait été planifiée et menée par le Shin Bet, les forces spéciales de Tsahal et des soldats des forces spéciales de la police des frontières YAMAM. Rappelons qu'en janvier 2022, les forces spéciales de la police des frontières YAMAM avaient été déclarées "unité opérationnelle entièrement israélienne" pour combattre le terrorisme.

    Trois personnes "armées" à bord d'un véhicule, qui ont d'abord tenté d'ouvrir le feu en direction des forces israéliennes, ont été tuées lors de cette opération. Deux armes ont été saisies, a ajouté la police aux frontières. "Cette cellule était responsable d'une série d'attaques à main armée dans le secteur contre l'armée et contre des civils israéliens ces dernières semaines", a affirmé la police dans un communiqué. Aucun membre des forces israéliennes n'a été blessé, selon cette source.

    Le service de presse de la police des frontières (MAGAV) a publié une photo de deux fusils automatiques M-16 retrouvés dans la voiture des militants tués.
    2014660.jpeg

    "Nos forces ont une nouvelle fois prouvé aujourd'hui que les terroristes n'ont pas d'impunité. Quiconque nous attaque, sera attaqué", a réagi sur Twitter le Premier ministre israélien Naftali Bennett. Son ministre de la Défense, Benny Gantz, a lui aussi salué l'opération, affirmant dans un communiqué avoir "récemment" "ordonné l'augmentation des activités de contre-terrorisme au regard des attaques à main armée" en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

    L'Autorité palestinienne a dénoncé un "crime brutal et odieux", "reflétant la brutalité et le racisme" de l'Etat hébreu. D'après des sources au sein du parti palestinien Fatah, les trois hommes étaient membres de sa branche armée, les brigades des martyrs d'Al-Aqsa.

    Après avoir été amenées à l'hôpital Rafidia de Naplouse, leurs dépouilles ont été transportées à l'extérieur de l'établissement où elles ont été portées par une foule endeuillée, ont constaté des journalistes de l'AFP. Le pare-brise du véhicule dans lequel se trouvait les trois hommes a été criblé de dizaines de balles, ont-ils également constaté. Selon le Centre d'Information Palestinien (CIP), les forces israéliennes ont tiré plus de 80 balles sur le véhicule. Des sources de sécurité de l'Autorité palestinienne affirment que les forces spéciales israéliennes sont entrées à Naplouse dans deux véhicules (l'un qui ressemblait à un minibus taxi, l'autre à une camionnette privée). Elles ont bloqué la voiture dans la zone d'Al-Mahfiyah et ont ouvert le feu. 

    Le ministère des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne a qualifié les actions des forces spéciales israéliennes à Naplouse d'"exécution" et a exigé une enquête internationale sur le "crime des soldats d'occupation".

    L' agence de presse palestinienne Maan a publié les noms des personnes tuées : Ashraf Mubaslat (Ibrahim al-Nabulsi), Adham Mabrok ("Tchétchène") et Muhammad ad-Dakhil. L'agence a qualifié les personnes tuées de "civils" alors que le Fatah a reconnu qu'il s'agissait de membres des Brigades des Martyrs d'al-Aqsa. 
    FLFXrskWQAYcwbQ.jpeg

    Des affrontements avec l'armée israélienne éclatent régulièrement en Cisjordanie, en marge de manifestations contre la colonisation israélienne ou d'arrestations dans des localités palestiniennes par les forces de sécurité israéliennes.

    Plus de 2,8 millions de Palestiniens habitent en Cisjordanie. Environ 475.000 Israéliens vivent aussi sur ce territoire palestinien, dans des colonies jugées illégales par le droit international.


  • Israël affirme avoir démantelé un réseau d'espionnage au profit de l'Iran

    Imprimer

    En pleine négociation à Vienne sur le programme nucléaire iranien, Israël a affirmé, mercredi 12 janvier 2022, avoir démantelé un "réseau secret d'espionnage iranien" recrutant des femmes israéliennes sur les réseaux sociaux, pour les charger de différentes missions comme récupérer des documents de l'armée.

    Le Shin Beth, le service de renseignement intérieur, a indiqué dans un communiqué que plusieurs Israéliennes, dont l'identité est tenue secrète, avaient été recrutées sur Facebook par un agent iranien appelé "Rambod Namdar" et se faisant passer pour un juif vivant en Iran.

    Ces femmes ont "accepté des missions en échange de sommes d'argent", a ajouté le Shin Beth, disant qu'après le recrutement sur Facebook, les communications passaient le plus souvent par la messagerie cryptée WhatsApp. Une des suspectes, une femme de 40 ans de Holon, en banlieue de Tel-Aviv, était en contact avec "Rambod" depuis des années et a accompli plusieurs missions, notamment en prenant des photos de l'ambassade américaine. Le recruteur présumé lui avait aussi demandé de convaincre son fils, avant le début de son service militaire, d'intégrer la direction du renseignement militaire dans le but ensuite de récupérer par son biais des documents sensibles, poursuit le Shin Beth, aussi appelé Shabak en Israël. 

    Une autre suspecte, une femme de 57 ans vivant à Beit Shemesh, près de Jérusalem, a aussi reçu une demande pour pousser son fils à intégrer le renseignement militaire et reçu la somme de 5.000 dollars de "Rambod" pour plusieurs missions sur quatre ans. Exemple de missions ? Mettre en place dans sa ville une association de juifs originaires d'Iran en fournissant des informations sur chacun d'eux, prendre des photos d'édifices publics, voire tenter de se rapprocher d'une élue de la Knesset (Parlement).

    Au total, quatre femmes ont été inculpées pour différentes accusations par le tribunal de Jérusalem dans cette affaire qui intervient en parallèle des discussions à Vienne, en Autriche, pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire, censé empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique. Le pacte est moribond depuis le retrait unilatéral en 2018 de l'administration Trump, dont le pays est allié d'Israël, qui a rétabli des sanctions contre Téhéran, dans le cadre d'une politique de pression maximale sur l'Iran.

    Rester "vigilants" 
    Mais l'Etat hébreu voit d'un mauvais œil un possible accord international sur le programme nucléaire de l'Iran, son ennemi N.1 contre lequel il mène une guerre de l'ombre, les deux pays rivalisant notamment de cyberattaques.

    "L'Etat d'Israël est en campagne permanente contre l'Iran. C'est clair : nous constatons des efforts incessants et des tentatives des gardiens de la révolution iranienne pour recruter des citoyens israéliens", a commenté le Premier ministre Naftali Bennett, farouche opposant à un accord sur le programme nucléaire iranien.

    Israël, considéré comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, craint de voir l'Iran devenir prochainement un pays du "seuil du nucléaire", c'est-à-dire ayant suffisamment de matière fissile pour produire la bombe atomique. Téhéran dément fermement de son côté vouloir se doter de l'arme nucléaire.

    "Israël n'est pas contraint par ce qui sera écrit dans les accords et (...) Israël maintiendra une totale liberté d'action partout et à tout moment, sans limitation", avait déclaré plus tôt cette semaine au Parlement M. Bennett, suggérant de possibles mesures israéliennes contre l'Iran. "N'ayez aucun doute : le long bras de nos services de sécurité va attraper quiconque tente de nuire à la sécurité d'Israël", a-t-il prévenu mercredi, en appelant les Israéliens à rester "vigilants" sur les réseaux sociaux face à l'hameçonnage iranien.

    Le mois dernier, plusieurs sites israéliens ont été la cible d'attaques informatiques imputées par des experts à l'Iran. Et en novembre, l'homme de ménage du ministre de la Défense, Benny Gantz, avait été accusé d'espionnage pour le compte d'un groupe de hackers liés à Téhéran.

  • Cisjordanie : Le Shin Beth arrête plus de 50 membres du Hamas palestinien

    Imprimer

    Les services de sécurité israéliens ont annoncé, lundi 22 novembre 2021, avoir démantelé ces dernières semaines une cellule composée de plus de 50 membres du mouvement islamique palestinien Hamas en Cisjordanie, qui préparait des attaques anti-israéliennes. Cette annonce du service de sécurité intérieure Shin Beth est intervenue au lendemain d'une attaque perpétrée à Jérusalem par un membre du Hamas, qui a coûté la vie à un Israélien et blessé quatre personnes. L'assaillant a été abattu.

    Le Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne de Gaza sous blocus israélien, est un ennemi juré d'Israël qui le considère comme une "organisation terroriste".

    Plus de 50 membres du Hamas impliqués dans des activités de la cellule ont été arrêtés, a indiqué le Shin Beth dans un communiqué, affirmant avoir saisi des sommes d'argent, des armes et du matériel pour fabriquer des explosifs. 

    Active en Cisjordanie, la "cellule terroriste du Hamas" était "dirigée par des responsables du mouvement à l'étranger" et s'apprêtait à commettre des attentats à Jérusalem, en Cisjordanie et en Israël, selon la même source. Le Shin Beth a affirmé avoir mené cette opération en coopération avec l'armée et la police israéliennes.

    Selon le communiqué, l'une des personnes arrêtées est Hijazi Qawasmeh, membre du Hamas à Hébron en Cisjordanie. Il est soupçonné d'avoir reçu des sommes d'argent importantes à l'étranger pour mettre sur pied la cellule et obtenu la promesse de recevoir un million de dollars pour enlever un Israélien, toujours d'après le Shin Beth.

    "Les activités (de la cellule) ont été financées par de hauts responsables du Hamas, notamment Saleh al-Arouri (...) à la tête d'un groupe qui agit de l'étranger pour développer les activités du Hamas en Cisjordanie et à Jérusalem", a assuré le Shin Beth.

    Le Hamas et Israël se sont affrontés dans quatre guerres (2008, 2012, 2014 et 2021). 

  • Israël : Arrestation des deux derniers prisonniers évadés de la prison de Gilboa

    Imprimer

    L'armée israélienne a arrêté les deux derniers prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa, dans la région de Jénine, au nord de la Cisjordanie.

    Dans un communiqué, la police israélienne a déclaré : « Ce soir, l'armée israélienne et les combattants du Shin Bet (Service général de sécurité - Renseignement) ont arrêté les deux prisonniers qui se sont évadés de la prison de Gilboa, à Jénine.

    "Après environ deux semaines de poursuite, des gardes-frontières ont travaillé ce soir avec les forces spéciales du Service général de sécurité et l'armée israélienne à Jénine pour arrêter les deux prisonniers fugitifs,  Ayham  Kammaji (à droite sur la photo) et Munadil  Nafeat (à gauche), a-t-elle ajouté.

    Selon la déclaration, le Shin Bet a pu localiser la maison dans laquelle les hommes recherchés se trouvaient.

    "Les deux hommes recherchés ont été arrêtés vivants, sans résistance, et ils ont été emmenés pour interrogatoire par la Sûreté générale", a-t-il ajouté. Le communiqué ajoute que deux autres Palestiniens ont été arrêtés, qui ont apporté leur aide aux deux prisonniers.

    Et plus tôt, les médias israéliens ont déclaré que les forces armées, dimanche à l'aube, ont de nouveau arrêté les deux derniers prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa, dans la région de Jénine.

    Le correspondant de Channel 13 a déclaré que la chasse aux prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa s'est terminée par l'arrestation des deux derniers prisonniers à Jénine.

    La chaîne a indiqué qu'une force militaire a arrêté les deux prisonniers, après des informations de renseignement fournies par le service de sécurité du Shin Bet.

    Selon Yedioth Aharonoth, d'importantes forces israéliennes de l'armée israélienne ont encerclé une maison palestinienne à Jénine et ont demandé à ses habitants de la quitter et de se rendre, y compris les deux captifs en fuite.

    L'arrestation des deux prisonniers a été effectuée par le Shin Bet et la "Brigade Manashe" (région de Jénine) de l'armée, suivie par tous les commandants de la région centrale réunis dans la salle des opérations.

    Le journal Yedioth Ahronoth a déclaré : « Les forces qui sont entrées à Jénine ont mené publiquement une opération de tromperie pour détourner l'attention, tandis que dans une autre zone, l'unité spéciale Al-Yamam et le Shin Bet, sous couverture militaire, ont secrètement attaqué le bâtiment dans lequel les deux prisonniers s'étaient réfugiés dans l'est de Jénine.

    L'armée israélienne avait auparavant déployé des batteries du système de missiles anti-missiles "Dôme de fer" et les avait mises en alerte par crainte des missiles que le Jihad islamique pouvait lancer en réponse à l'arrestation des deux prisonniers.

    Le journal a rapporté que des manifestations palestiniennes avaient éclaté après l'arrestation des deux prisonniers, notamment des jets de pierres et de cocktails Molotov et des tirs sur les forces israéliennes.

    Le 6 septembre, six prisonniers palestiniens s'étaient évadés par un tunnel creusé depuis leur cellule. Quatre d'entre eux avaient été  arrêtés il y a environ une semaine : Muhammad al-Ardah, Mahmoud al-Ardah, Zakaria al-Zubaidi et Yaqoub Qadri.

     

     

    Lien permanent Catégories : CISJORDANIE, Jénine, Shin Beth 0 commentaire