Shin Beth

  • Cisjordanie : Le Shin Beth arrête plus de 50 membres du Hamas palestinien

    Imprimer

    Les services de sécurité israéliens ont annoncé, lundi 22 novembre 2021, avoir démantelé ces dernières semaines une cellule composée de plus de 50 membres du mouvement islamique palestinien Hamas en Cisjordanie, qui préparait des attaques anti-israéliennes. Cette annonce du service de sécurité intérieure Shin Beth est intervenue au lendemain d'une attaque perpétrée à Jérusalem par un membre du Hamas, qui a coûté la vie à un Israélien et blessé quatre personnes. L'assaillant a été abattu.

    Le Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne de Gaza sous blocus israélien, est un ennemi juré d'Israël qui le considère comme une "organisation terroriste".

    Plus de 50 membres du Hamas impliqués dans des activités de la cellule ont été arrêtés, a indiqué le Shin Beth dans un communiqué, affirmant avoir saisi des sommes d'argent, des armes et du matériel pour fabriquer des explosifs. 

    Active en Cisjordanie, la "cellule terroriste du Hamas" était "dirigée par des responsables du mouvement à l'étranger" et s'apprêtait à commettre des attentats à Jérusalem, en Cisjordanie et en Israël, selon la même source. Le Shin Beth a affirmé avoir mené cette opération en coopération avec l'armée et la police israéliennes.

    Selon le communiqué, l'une des personnes arrêtées est Hijazi Qawasmeh, membre du Hamas à Hébron en Cisjordanie. Il est soupçonné d'avoir reçu des sommes d'argent importantes à l'étranger pour mettre sur pied la cellule et obtenu la promesse de recevoir un million de dollars pour enlever un Israélien, toujours d'après le Shin Beth.

    "Les activités (de la cellule) ont été financées par de hauts responsables du Hamas, notamment Saleh al-Arouri (...) à la tête d'un groupe qui agit de l'étranger pour développer les activités du Hamas en Cisjordanie et à Jérusalem", a assuré le Shin Beth.

    Le Hamas et Israël se sont affrontés dans quatre guerres (2008, 2012, 2014 et 2021). 

  • Israël : Arrestation des deux derniers prisonniers évadés de la prison de Gilboa

    Imprimer

    L'armée israélienne a arrêté les deux derniers prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa, dans la région de Jénine, au nord de la Cisjordanie.

    Dans un communiqué, la police israélienne a déclaré : « Ce soir, l'armée israélienne et les combattants du Shin Bet (Service général de sécurité - Renseignement) ont arrêté les deux prisonniers qui se sont évadés de la prison de Gilboa, à Jénine.

    "Après environ deux semaines de poursuite, des gardes-frontières ont travaillé ce soir avec les forces spéciales du Service général de sécurité et l'armée israélienne à Jénine pour arrêter les deux prisonniers fugitifs,  Ayham  Kammaji (à droite sur la photo) et Munadil  Nafeat (à gauche), a-t-elle ajouté.

    Selon la déclaration, le Shin Bet a pu localiser la maison dans laquelle les hommes recherchés se trouvaient.

    "Les deux hommes recherchés ont été arrêtés vivants, sans résistance, et ils ont été emmenés pour interrogatoire par la Sûreté générale", a-t-il ajouté. Le communiqué ajoute que deux autres Palestiniens ont été arrêtés, qui ont apporté leur aide aux deux prisonniers.

    Et plus tôt, les médias israéliens ont déclaré que les forces armées, dimanche à l'aube, ont de nouveau arrêté les deux derniers prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa, dans la région de Jénine.

    Le correspondant de Channel 13 a déclaré que la chasse aux prisonniers qui s'étaient évadés de la prison de Gilboa s'est terminée par l'arrestation des deux derniers prisonniers à Jénine.

    La chaîne a indiqué qu'une force militaire a arrêté les deux prisonniers, après des informations de renseignement fournies par le service de sécurité du Shin Bet.

    Selon Yedioth Aharonoth, d'importantes forces israéliennes de l'armée israélienne ont encerclé une maison palestinienne à Jénine et ont demandé à ses habitants de la quitter et de se rendre, y compris les deux captifs en fuite.

    L'arrestation des deux prisonniers a été effectuée par le Shin Bet et la "Brigade Manashe" (région de Jénine) de l'armée, suivie par tous les commandants de la région centrale réunis dans la salle des opérations.

    Le journal Yedioth Ahronoth a déclaré : « Les forces qui sont entrées à Jénine ont mené publiquement une opération de tromperie pour détourner l'attention, tandis que dans une autre zone, l'unité spéciale Al-Yamam et le Shin Bet, sous couverture militaire, ont secrètement attaqué le bâtiment dans lequel les deux prisonniers s'étaient réfugiés dans l'est de Jénine.

    L'armée israélienne avait auparavant déployé des batteries du système de missiles anti-missiles "Dôme de fer" et les avait mises en alerte par crainte des missiles que le Jihad islamique pouvait lancer en réponse à l'arrestation des deux prisonniers.

    Le journal a rapporté que des manifestations palestiniennes avaient éclaté après l'arrestation des deux prisonniers, notamment des jets de pierres et de cocktails Molotov et des tirs sur les forces israéliennes.

    Le 6 septembre, six prisonniers palestiniens s'étaient évadés par un tunnel creusé depuis leur cellule. Quatre d'entre eux avaient été  arrêtés il y a environ une semaine : Muhammad al-Ardah, Mahmoud al-Ardah, Zakaria al-Zubaidi et Yaqoub Qadri.

     

     

    Lien permanent Catégories : CISJORDANIE, Jénine, Shin Beth 0 commentaire
  • Cisjordanie : Recrudescence des violences - les Palestiniens se mobilisent en faveur des prisonniers

    Imprimer

    Ce qui a mis le feu aux poudres, c'est l'évasion audacieuse de six prisonniers palestiniens de l'établissement pénitencier de haute sécurité de Gilboa, le 6 Septembre.

    Depuis, quatre des six évadés ont été repris. Les deux derniers sont toujours dans la nature.

    En soutien des évadés, les Palestiniens se sont rassemblés dans toute la Cisjordanie où les affrontements avec les forces de sécurité israéliennes sont maintenant quotidiennes.

    Les Palestiniens veulent défendre les prisonniers évadés dans un acte de résistance collective. Les combattants palestiniens du camp de réfugiés de Jénine ont affronté la présence militaire israélienne accrue, se jurant de protéger la zone et la vie des évadés. La même volonté de résister à la force israélienne déployée massivement à la recherche des deux derniers évadés a été observée dans d'autres localités de Cisjordanie.

    Depuis une semaine maintenant, les Palestiniens de Cisjordanie célèbrent l'évasion. Une nouvelle « Journée de colère » a eu lieu le 10 septembre en solidarité avec les évadés et les prisonniers dans toute la Palestine. Vidéo.

    D'énormes manifestations ont éclaté pour dénoncer la violence et les mauvais traitements que subissent les Palestiniens dans les prisons israéliennes. Les forces israéliennes ont riposté pour réprimer les manifestations, faisant de nombreux blessés.

    Le 12 septembre e , des coups de feu lourd ont retenti dans la région de Jénine dans le nord de la Cisjordanie où les forces de sécurité israéliennes auraient essuyé des tirs pendant la chasse à l' homme pour les deux derniers prisonniers évadés.

    De leur côté, les autorités israéliennes prétendent qu'une « attaque majeure » a été déjouée.

    Le service de sécurité du Shin Bet et la police ont déjoué un certain nombre d'attaques, ont rapporté les canaux 12 et 13 de la télévision israélienne, sans donner de détails sur l'attaque majeure empêchée. La police rste en état d'alerte, craignant de nouvelles violences à l'occasion de la fête de Yom Kippour, en particulier à Jérusalem.

    "Je ne sais pas si nous sommes au bord d'une escalade", a déclaré le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev au radiodiffuseur public Kan.

    "Mais nous sommes définitivement dans une période très sensible – les récents attentats, l'évasion des terroristes de la prison et les deux qui n'ont pas encore été arrêtés, ainsi que nos problèmes avec le Hamas."

    Tout incident pourrait mettre à feu et à sang toute la région. Nous nous préparons donc à une escalade à Jérusalem, en Judée-Samarie (Cisjordanie) et à Gaza », a ajouté le ministre.

    Le Hamas et le Jihad islamique ont également lié la récente recrudescence des attaques à l'évasion des prisonniers.

    « La recrudescence des attaques au couteau à Jérusalem, les fusillades, les affrontements croissants, la colère populaire en Cisjordanie et les manifestations à Gaza, s'inscrivent dans le cadre du soulèvement pour la liberté lancé par notre peuple palestinien en solidarité avec les prisonniers héroïques et face aux l'arrogance de l'occupation», a déclaré le porte-parole du Hamas Abdelatif al-Qanou.

    « Maintenir l'affrontement avec l'occupation sioniste et accélérer le rythme des opérations par divers moyens est la meilleure option pour affronter l'occupation sioniste », a-t-il déclaré.

    « Les actes de résistance sont le droit légitime du peuple palestinien, et nous bénissons et soutenons cet acte djihadiste », a déclaré le porte-parole du Jihad islamique Daoud Shehab.

    Une autre raison qui exacerbe la colère palestinienne est la détérioration de la santé de six grévistes de la faim palestiniens, protestant contre leur détention administrative ou leur détention sans jugement.

    Kayed Fasfous, Miqdad Qawasmeh et Hisham Abu Hawash de Hébron ; Raik Bisharat de Tubas ; Alla al-Araj de Tulkarem ; et Shadi Abu Aker de Bethléem sont en grève de la faim prolongée – refusant de manger jusqu'à ce que les autorités israéliennes les informent de quoi ils ont été inculpés et quand ils seront libérés.

    Quelque 1.400 détenus palestiniens vont également entamer une grève de la faim
    Près de 1.400 prisonniers palestiniens s'apprêtent à entamer une grève de la faim pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de détention en Israël après l'évasion de six détenus la semaine dernière, dont quatre ont depuis été capturés, a indiqué mardi l'Autorité palestinienne.

    Les prisons israéliennes, qui comptent plus de 4.000 détenus palestiniens, ont connu un accès de tensions la semaine dernière après l'évasion des six Palestiniens, membres de groupes armés, du centre pénitentiaire de haute sécurité de Gilboa (nord) via un tunnel creusé sous un évier.

    Les tensions ont débuté après le transfert de plusieurs centaines de personnes depuis cette prison durant lequel des fouilles ont été opérées et des objets personnels confisqués, d'après le Club des prisonniers palestiniens. Des incendies avaient été allumés par des détenus dans certaines prisons. "La situation à l'intérieur des prisons est très mauvaise, ce qui a incité les prisonniers à observer une grève de la faim", a indiqué à l'AFP Qadri Abou Bakr, président de la Commission chargée des prisonniers, organe de l'Autorité palestinienne, précisant que 1.380 détenus feraient grève à partir de vendredi, puis d'autres se joindraient au mouvement la semaine prochaine.

    La Croix-Rouge a annoncé mardi qu'après décision israélienne, les visites auprès des prisonniers seraient de nouveau possibles après avoir été annulées la semaine dernière.

    Quatre des six fugitifs palestiniens, écroués pour leur responsabilité dans des attaques anti-israéliennes, ont été capturés en fin de semaine dernière dans le nord d'Israël. M. Qadri s'est inquiété de leur sort mardi, affirmant que ni leurs avocats ni la Croix-Rouge n'avaient eu le droit de leur rendre visite.

     

     

  • Cisjordanie : Un Palestinien armé déguisé en officier de l'armée israélienne détenu près de Ramallah

    Imprimer

    E859S47XIAACmPF.jpegLundi 16 août, près de Ramallah, les forces de sécurité ont arrêté un Palestinien portant un uniforme similaire à celui de Tsahal, avec les écussons d'un officier et un béret de la brigade Nahal.

    Lors de la fouille, une arme a été trouvée dans le sac du détenu.

    Le suspect a été arrêté par la brigade Kfir. Il a été remis pour interrogatoire aux enquêteurs du Service général de sécurité (SHABAK).

    Apparemment, le détenu prévoyait de mener une attaque armée contre les Israéliens.
    qhC6uJTY.jpeg

  • Cisjordanie : Arrestation d'un Palestinien soupçonné du meurtre d'une Franco-Israélienne

    Imprimer

    Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi 24 décembre l'arrestation d'un Palestinien après le meurtre brutal en début de semaine d'une Franco-Israélienne près d'une colonie de Cisjordanie occupée.
     
    Le corps d'Esther Horgen (photo), 52 ans, mère de six enfants, avait été retrouvé lundi, portant des marques de coups, dans une forêt près de la petite colonie israélienne de Tal Menashe, dans le nord de la Cisjordanie occupée.
     
    A l'issue de l'enquête menée par différents services de sécurité israéliens, un homme "soupçonné d'être impliqué dans le meurtre d'Esther Horgen (...) a été arrêté" jeudi, selon un communiqué du Shin Beth, service de sécurité intérieure israélien. Il s'agit d'un "Palestinien de la région de Jénine", dans le nord de la Cisjordanie, dont l'interrogatoire par le Shin Beth se poursuivait. Les autorités israéliennes privilégient pour expliquer son geste la piste nationaliste, dans le contexte du conflit israélo-palestinien
     
    "Comme d'habitude, nous avons utilisé tous les moyens à la disposition des forces de sécurité pour retrouver rapidement et arrêter un suspect dans le meurtre d'Esther Horgen", a écrit jeudi sur Twitter le ministre israélien de la Défense Benny Gantz. "L'armée et les forces de sécurité retrouveront tous les terroristes et éradiqueront le terrorisme quel que soit l'endroit et le moment où il relève la tête", a-t-il ajouté.
     
    L'armée israélienne a annoncé mardi l'envoi de renforts en Cisjordanie en raison d'une montée des tensions après le meurtre d'Esther Horgen.
     
    Les autorités israéliennes ont ouvert une enquête après des indications selon lesquelles la quinquagénaire avait été battue à mort, après être sortie dimanche faire un jogging dans une forêt non loin de son domicile. 
     
    Des centaines de personnes ont assisté mardi aux funérailles de cette Franco-Israélienne, née Brigitte Attelan et qui avait grandi à Fontenay-aux-Roses (sud de Paris) avant de partir pour Israël il y a une trentaine d'années.
     
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait promis lundi qu'Israël "règlerait ses comptes" avec son meurtrier. 
     
    Le meurtre a également été condamné par le ministère français des Affaires étrangères qui a dénoncé un "crime odieux". "La France condamne avec la plus grande fermeté le meurtre d'une ressortissante française en Cisjordanie", avait indiqué le ministère en début de semaine.
     

  • Israël : Démantèlement d'une cellule du Hamas préparant un attentat

    Imprimer

    Le service de sécurité israélien Shin Bet, en coopération avec la police israélienne, a contrecarré une opération de pose d'un engin explosif dans une gare routière en Israël au nom de la branche armée du Hamas ces dernières semaines, selon la Treizième chaîne hébraïque.

    "Au cours de l'enquête, il a été constaté qu'un citoyen israélien, un habitant du village" bédouin "de Shagib Shalom, avait été recruté par des membres de la branche militaire du Hamas," Ezzedine al-Qassam ", afin de recueillir des renseignements et des informations sur la sécurité dans le Néguev et la pose d'un engin explosif en Israël ».

    Selon le Shin Bet, ce citoyen qui a tenté de mener l'opération s'appelle Muhammad Miqdad, 30 ans, fils d'une mère bédouine vivant en Israël et d'un père vivant dans la bande de Gaza.
    Le Shin Bet a révélé que Muhammad avait été arrêté le 15 août 2020 avec neuf autres membres de sa famille, dont le frère de Muhammad, qui vit à Shaqib Shalom, âgé de 32 ans.
    Le Shin Bet affirme que Muhammad Miqdad (photo des frères Miqdad ci-dessus)) avait été recruté par la branche militaire du Hamas en raison de sa facilité de mouvement entre Israël et la bande de Gaza.

    L'enquête du Shin Bet a également révélé que Muhammad Miqdad avait été recruté fin 2019 et qu'il était en mesure de collecter des renseignements pour l'organisation Ezzedine al-Qassam, y compris les emplacements des systèmes anti-missiles Iron Dome en Israël.

    Le Shin Bet a également affirmé qu'en juin 2020, Miqdad avait acheté des composants pour fabriquer une bombe, comme il l'a appris dans la bande de Gaza, et avait commencé à chercher un endroit pour le placer, selon les directives du groupe Ezzecine al-Qassam. La cible choisie était à la gare routière du carrefour Bilu, près de la ville de Rehovot.

    L'enquête a révélé que le frère de Muhammad, Ahmed, était l'interlocuteur communiquant secrètement avec Ezzedine all-Qassam et n'a pas empêché son frère Muhammad de mener l'opération.

    Selon le Shin Bet, il a été constaté que d'autres membres de la famille ont aidé Muhammad à obtenir les composants nécessaires à la fabrication de la bombe.

    La police israélienne a arrêté 9 parents et connaissances du terroriste, la plupart originaires de son village, Shaqib Al-Salam, affirmant qu'ils "étaient au courant de l'opération".

    Le Shin Bet a confirmé que «depuis que Mekdad est entré en Israël en juin, il a acheté des munitions et a commencé à fabriquer la bombe selon les instructions qu'il avait reçues à Gaza, et que la cible spécifique était un arrêt de bus à Bilu Junction près de la ville de 'Rehovot'.»

    Le communiqué du Shin Bet a déclaré: "Ahmed, le frère de Mahmoud, était complice car il n'a pas fait obstacle à la planification de l'opération, et il est clair qu'il recueillait des informations sur le système Iron Dome."

    Le communiqué du Shin Bet a annoncé que le parquet présentera, lundi, deux actes d'accusation contre Mahmoud et Ahmed Miqdad devant le tribunal de Beer Sheva.