Shekau Abubakar

  • Nigeria : Le groupe jihadiste Boko Haram lance une attaque à Gwoza

    Imprimer

    Dimanche 8 novembre, les jihadistes de Boko Haram ont lancé une attaque nocturne contre la ville de garnison de Gwoza, dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigéria, obligeant les troupes nigérianes à engager des moyens aériens et terrestres pour repousser les islamistes.

    Les militaires ont fait usage d'armes lourdes et légères pour repousser les terroristes.

    La zone d'administration de Gwoza est située au sud-est de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, l'épicentre de l'insurrection qui dure depuis des décennies.

    On ignore encore si l'attaque a fait des victimes.

    L'attaque dans la zone d'influence de la faction de Boko Haram dirigée par Shekau pourrait être le signal d'une possible résurgence des activités de cette faction et des risques pour les civils et les forces de sécurité dans les zones où le groupe opère.

    Pendant des mois, Boko Haram a concentré ses attaques contre des localités vulnérables et l'assassinat de civils et d'agents de sécurité.

    Entre 2014 et 2015, la ville de Gwoza servait de quartier général de Boko Haram, mais l'armée a repris la ville en mars 2015, permettant aux habitants déplacés de revenir progressivement.

    Selon Médecins sans frontières , Gwoza abrite 60 000 personnes, dont beaucoup ont été déplacées de chez elles par le conflit.

    Les conditions de vie sont difficiles, il y a peu d'aide humanitaire et de fréquents affrontements ont lieu entre les militaires et les groupes armés dans la région.

  • Nigeria : Le leader de Boko Haram menace les intérêts et les médias français, dans un nouvel audio

    Imprimer

    Le leader du groupe jihado-terroriste Boko Haram, Abubakar Shekau, a publié un nouvel audio dans lequel il menace les intérêts et les médias français.

    Au cours des sept minutes de son message audio diffusé le mercredi 1er septembre, le chef de faction de Boko Haram a accusé les Français de ternir l'image de l'Islam.

    "Nous ne pouvons pas plier les mains et regarder les images de notre Dieu, de notre Prophète, de l'Islam ou des musulmans être ternies sans représailles", a déclaré M. Shekau.

    Bien que les rapports sur le projet de Charlie Hebdo de republier la caricature controversée du prophète Mahomet avaient été connus le jour même où Shekau a publié son message, il n'a pas mentionné le nom de Charlie Hebdo.

    Le magazine satirique français avait imprimé une caricature du prophète Mahomet qui a suscité une attaque contre la société en 2015 qui a fait 17 morts, dont 12 membres de la rédaction et les trois agresseurs.

    "Alors que je fais cette déclaration ce soir, il vous sera difficile de faire ce que vous avez l'intention de faire. Même le journaliste ne finira pas bien", a-t-il ajouté.

    "Vous n'avez pas l'autorité ni le droit de parler des musulmans, sans parler du Prophète. Vous vous trompez."

    "Vous, les Français, devriez comprendre que je ne dis pas cela sur les musulmans français. Je le dis sur tout incroyant qui partage une déclaration qui ternit la religion de Dieu, du Prophète ou des musulmans", a-t-il dit.

    M. Shekau n'a pas précisé si sa déclaration visait un journaliste local ou tout autre média français, mais il a déclaré qu'il était conscient des différents articles qui ternissent l'image de l'Islam et que son message s'adressait aux incroyants du monde entier.

    "C'est pourquoi nous publions ce message pour les infidèles du monde entier. Nous jurons à Dieu qui nous a envoyé un Messager, le Prophète Muhammad, nous tombons sur des articles faux et diffamatoires du monde entier.

    "Ce n'est ni nouveau ni différent. Un vrai musulman ne sera ni ébranlé ni empêché d'adorer son Dieu par eux."

    "Nous ne ressentons rien, mais nous devons protéger l'image de notre religion et la dignité de notre Prophète et des musulmans.

    "C'est pourquoi si vous ternissez l'image des musulmans, pas seulement celle de notre Prophète, vous devez faire attention.

    "Mais vous, les Français, en particulier ce journaliste qui a fait cette article, je jure devant Dieu que vous n'êtes rien. Je jure devant Dieu que vous ne pouvez rien faire. Je jure devant Dieu que vous devez faire attention", a ajouté M. Shekau.


    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)